cropped-LOGO-RP
Loading ...

L’APPEL DE DOUDOU WADE AU PRÉSIDENT MACKY SALL

https://emedia.sn  « Je ne peux pas voter le budget de l’Assemblée Nationale. Je ne voterai pas ce budget parce que le règlement intérieur de l’Assemblée nationale est du faux », avait asséné le leader de Tekki (opposition), s’exprimant jeudi dernier devant le ministre des Finances et du Budget, Mouhamadou Moustapha BA. Ancien président de groupe parlementaire et responsable Pds, Doudou Wade approuve. Contacté par iRadio, il a indexé « les députés de la 13e législature, en complicité avec des membres de l’administration de l’Assemblée nationale », soutenant qu’ils « ont effectivement falsifié le règlement intérieur pour remettre en selle tous les attributs dévolus au Premier ministre. » Allant plus loin, il a expliqué que « la dernière modification intervenue (sur le règlement intérieur) supprimait un certain nombre d’articles et avait des articles nouveaux » et « d’autres ont été remplacés. » Il ajoute  : « je prends le seul cas de la Déclaration de politique générale (Dpg). L’article 87 a été supprimé par la loi organique portant révision pour mettre à la place une nouvelle institution, suite à l’organisation du ministère de l’Économie et des Finances de cette commission et ensuite pour l’évaluation des politiques publiques. Donc, il y avait un article nouveau 97 qui était là mais aujourd’hui nous avons un article 97 qui a été remplacé et un autre article 97 bis qui a été inséré. » Il en veut pour preuve  : « vous verrez que même les polices d’impression ne sont pas les mêmes. Personne n’a contesté. Les membres de la commission des lois, le rapporteur sauf celui de la commission des Finances Monsieur Théodore Monteil, qui a fait le rapport de la dernière modification de 2019, se sont tus. » « Aujourd’hui, nous sommes devant cette situation, une Assemblée nationale faussaire », a-t-il martelé. Avant d’interpeller le président de la République, Macky Sall. Qui, dit-il, doit « porter plainte » parce qu’il est « chargé d’être le relai entre l’Assemblée nationale et le Conseil constitutionnel » mais « certains ont agi à sa place ». Dié BA