cropped-LOGO-RP
Loading ...

Le « ni oui, ni non » au 3ème mandat qui achève le Président Macky Sall Par Souleymane Gomis

Le chef de l’état du Sénégal Macky Sall est véritablement un bon mauvais joueur. Il a choisi volontairement, et cela, dès le départ, de ne pas clarifier sa position au sujet d’un probable 3ème mandat. Le président Macky semble charger discrètement ses collaborateurs d’exprimer à sa place ce voeu pieux qui lui tient à cœur. Ces derniers en bons mercenaires ou sondeurs le font régulièrement. Il viennent sonder le terrain pour recueillir, mesurer les opinions. Je dois dire que cette stratégie ne prospère pas car dépourvue de toute efficacité. L’histoire a déjà montré que les Sénégalais sont désormais allergiques au 3ème mandat et ce, depuis 2012. Le vent des révoltes qui souffle en Afrique en ce moment n’est rien d’autre qu’une expression des aspirations au changement, au renouvellement régulier des équipes dirigeantes et des programmes. C’est l’expression populaire à  l’autodétermination, à l’accès à la gestion des biens du peuple par le peuple et pour le peuple.Or, cela ne semble pas être le cas avec la plupart des régimes politiques actuels en place en Afrique.  Beaucoup de régimes africains actuels ne semblent pas incarner cette option ou voie aux yeux de leurs peuples respectifs. Le régime actuel du président Macky Sall ne fait donc pas exception à la règle. Les nombreux manquements constatés, les malversations  financières notées par-ci et par-là, la prédation foncière, les bradages des ressources naturelles, les entorses constantes à la démocratie, la récurrence des intimidations et des emprisonnements permanents des opposants politiques, des esprits libres et des journalistes d’investigation en attestent. Pire encore, le président Macky Sall aspire à un 3ème mandat sans oser l’annoncer publiquement maintenant au point de refuser de signer la charte de la CEDEAO sur la limitation des mandats présidentiels à 2. C’est bien cette attitude qui explique sans ambage son « ni oui, ni non » au 3ème mandat qui va finir par l’achever politiquement. C’est une attitude qui ressemble à bien des égards à un suicide politique inévitable.Souleymane Gomis