ZIGUINCHOR : LE MFDC INVITÉ À « PRENDRE LA BARQUE DE LA PAIX » AVEC L’ETAT DU SÉNÉGAL

Ziguinchor, 21 sept (APS) – La plateforme des femmes pour la paix en Casamance, par la voix de sa Coordinatrice, Ndèye Marie Diédhiou Thiam, a invité, mercredi, Salif Sadio et tous les membres du Mouvement des forces démocratique de Casamance (MFDC) à ’’prendre la barque de la paix avec l’Etat du Sénégal’’. ’’Nous appelons Salif Sadio à renouer le dialogue avec l’Etat du Sénégal. Nous invitons tous les membres du MFDC qui sont encore derrière de prendre la barque de la paix avec l’Etat du Sénégal, avec les femmes et avec les organisations de la société civile pour arriver à une paix définitive en Casamance’’, a lancé Ndèye Marie Diédhiou Thiam. Elle s’exprimait en marge d’un panel qui a réuni les observateurs de la crise en Casamance et moins de 2000 femmes dans le cadre de la Journée internationale de la paix organisée à Ziguinchor sous le thème ’’Le nouveau contexte du conflit, relance et consolidation du processus de paix’’. Le Sénégal a signé au mois d’août à Bissau un accord avec une faction militaire du Mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC) dirigée par César Atoute Badiate, qui s’est engagée à déposer les armes et à œuvrer pour le retour de la paix dans cette région théâtre d’une rébellion armée L’accord a été signé à la suite d’une médiation du chef de l’Etat bissau-guinéen, Umaro Sissoco Embalo, également président de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Salif Sadio, chef du front Nord, est lui introuvable depuis que l’Armée nationale a lancé, au mois de mars, des opérations contre ses bases.

La Coordonnatrice de la plateforme a invité ’’les femmes casamançaises à accompagner et à soutenir le processus de paix en cours’’

. ’’La paix en Casamance est presque dans nos mains. Il faut aujourd’hui continuer le travail de sensibilisation pour qu’on arrive vite à une paix définitive en Casamance’’, a-t-elle dit. Le panel a permis aux participants d’identifier les risques et menaces qui peuvent entrainer une résurgence du conflit armé, selon Mme Thiam. Elle a expliqué que cette rencontre a été l’occasion de saluer les avancées notées dans le processus de paix en Casamance ces derniers mois. ’’C’est un moment aussi de plaidoyer pour nous, pour que la voix de la femme soit entendue et prise en compte dans le processus de paix en cours’’, a ajouté Mme Thiam. Constituée des régions de Kolda, Sédhiou et Ziguinchor, la Casamance est secouée depuis quarante ans par un conflit armé entre l’Etat du Sénégal et le MFDC. Après une accalmie sensible depuis 2012, l’armée sénégalaise a chassé en février 2021 les indépendantistes de leurs principales bases situées à la frontière avec la Guinée-Bissau, avant d’en démanteler d’autres en mars dernier, à la frontière avec la Gambie.MNF/OID/ASB
%d blogueurs aiment cette page :