cropped-LOGO-RP
Loading ...
00221 77 515 16 66 mamadouly4435@gmail.com

Les investissements en capital-risque en Afrique profitent surtout aux entreprises dirigées par des non-Africains (rapport)

(Agence Ecofin) – De plus en plus considéré comme une terre d’opportunités, le continent africain attire depuis quelques années des investisseurs du monde entier qui décident de faire confiance aux jeunes entreprises. Toutefois selon les auteurs d’un rapport, seule une minorité des startups qui captent ces investissements sont dirigées par des Africains. Le cabinet de conseil en intelligence économique Songhai Advisory, axé sur les opportunités qu’offre l’Afrique subsaharienne, s’est penché sur la question des bénéficiaires réels des investissements en capital-risque effectués en Afrique. Il a publié ce mois d’août 2022, avec EchoVC, un rapport intitulé Where does the funding go ?

Après avoir précisé qu’en Afrique, en 2021, le montant global des investissements en capital-risque a atteint entre 4,3 et 5 milliards de dollars US, le document indique que la majorité de ces fonds sont captés par des startups dirigées par des non-africains.

La proportion de PDG africains noirs ayant réussi des opérations en 2021 ne s’élevait qu’à 28%. 31% des équipes de direction gagnantes étaient noires africaines. Si ce pourcentage semble toutefois varier selon les secteurs d’activités, il traduit la faiblesse de l’environnement des affaires dans de nombreux pays. Selon les auteurs, les causes profondes de cette disparité seraient liées à l’absence de financement préliminaire (famille, amis), à la méconnaissance des réseaux d’affaires ou des codes du monde de l’investissement ainsi qu’à une faible expérience commerciale. Tout en précisant que des incubateurs se mettent en place sur le continent pour faire face à cette situation, les auteurs expliquent que de nombreux chefs de start-ups africaines peinent à s’adapter aux exigences du marché. Ainsi, une solution alternative pourrait être que les investisseurs renforcent les réseaux locaux en faisant passer leurs investissements par des structures africaines.