Woodside : «FAR dispose de 6 mois pour rétablir ses droits»

Partagez ce contenu!

Woodside : «FAR dispose de 6 mois pour rétablir ses droits»

http://www.lasnews.info/ « FAR dispose de six (6) mois pour se conformer à ses obligations dans le projet Sangomar », c’est la notification de mise en défaut de la société Woodside dans un communiqué parvenu à L’Asnews. Sur ce, la note indique que  FAR RSSD SA n’est autorisé ni à participer aux réunions du Comité des Opérations, ni à exercer son droit de vote durant la période de défaillance. Ce faisant,  FAR ne dispose que de ce délai pour rétablir ses droits au sein de l’Association. Ladite association est composée de Woodside Energy (35%, Opérateur), Cairn Energy (40%), FAR RSSD (15%) et PETROSEN (10%).
« Cette notification de défaillance a été introduite en vertu des dispositions de l’Accord d’Association (JOA) qui régit l’organisation au sein de la Joint-Venture (JV) entre les différents contractants présents dans les blocs susmentionnés. En ce sens, le Ministère du Pétrole et des Energies porte une attention particulière à l’évolution de cette situation et enjoint l’opérateur à veiller à ce que cette défaillance ne mette pas en péril le développement pérenne de la phase 1 du projet Sangomar », indique Woodside. Cette action fait suite à l’annonce de FAR à la bourse d’Australie, la mise en défaut de sa filiale FAR RSSD SA, partenaire au sein de l’Association qui opère sur les blocs Rufisque Offshore, Sangomar Offshore et Sangomar Offshore Profond (RSSD) dans lesquels se trouve le champ pétrolier Sangomar.
Cette notification de défaillance intervient à la suite des événements suivants : appel de fonds émis en mai 2020 par Woodside pour le mois de juin 2020, retard de paiement de FAR RSSD SA qui disposait d’un délai d’un (1) mois pour régler l’appel de fonds conformément à ses obligations et  notification de mise en défaut par l’opérateur Woodside Energy BV à l’endroit de
Elle a été en vertu des dispositions de l’Accord d’Association (JOA) qui régit l’organisation au sein de la Joint-Venture (JV) entre les différents contractants présents dans les blocs susmentionnés. En ce sens, le Ministère du Pétrole et des Energies porte une attention particulière à l’évolution de cette situation et enjoint l’opérateur à veiller à ce que cette défaillance ne mette pas en péril le développement pérenne de la phase 1 du projet Sangomar. Ce faisant, L’Etat du Sénégal, selon la même source reste vigilant


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*