VIOLENCE À TAMBACOUNDA : LE BILAN S’ALOURDIT AVEC UN TROISIÈME DÉCÈS

VIOLENCE À TAMBACOUNDA ELECTIONS PRESIDENTIELLES
VIOLENCE À TAMBACOUNDA ELECTIONS PRESIDENTIELLES
Partagez ce contenu!

http://www.emedia.sn-Le bilan s’est alourdi. Trois (3) morts, c’est le nouveau bilan des violences enregistrées dans les affrontements entre des éléments supposés proches du ministre des Affaires étrangères, Me Sidiki Kaba, dans camp de la coalition présidentielle, Benno Bokk Yakaar (BBY) et celui du Parti de l’Unité et du Rassemblement du candidat Issa Sall. Une information confirmée par la gendarmerie.Comme annoncé un peu plus tôt par Emedia.sn, c’est à hauteur du quartier « Abattoirs » qu’un des chauffeurs du convoi d’Issa Sall, se sentant piégé par de jeunes conducteurs de motos « Jakarta » qui ont barré la route, aurait foncé droit vers eux, heurtant des jeunes. L’un est mort sur le coup et l’autre a finalement rendu l’âme à l’hôpital régional de Tambacounda. Les autres blessés ont été évacués à l’hôpital régional de Tambacounda. BABA NDIAYE, envoyé spécial

Présidentielle sénégalaise : un mort dans des rixes entre militants rivaux

APA – Dakar (Sénégal) Par Abdourahmane Diallo –Un jeune homme de trente ans a reçu un mortel coup de poignard lundi à Tambacounda (452 km de Dakar) lors d’affrontements entre les partisans du président Macky Sall et du professeur Elhadj Issa Sall, deux candidats en campagne pour l’élection présidentielle au Sénégal, a appris APA de source médiatique.

Selon la Radio futurs médias (RFM, privée), la victime est un militant de « Benno Bokk Yaakaar », la coalition qui parraine la candidature du président sortant, là où son bourreau appartient au Parti de l’unité et du rassemblement (Pur), la formation qui parraine le Pr Sall.

Le drame serait survenu dans une bataille rangée née d’une «banale histoire d’affiche à l’effigie du candidat Macky Sall », indique RFM, rappelant que cette mort porte à neuf le nombre de personnes décédées depuis le début de la campagne électorale le 3 février dernier.ARD/cat/APA  

Un deuxième mort enregistré à Tamba, la maison du responsable de PUR saccagé

https://www.dakaractu.com La situation reste tendue à Tamba. Après des affrontements qui ont causé la mort du militant de l’Apr Ibou Diop, des sources révèlent qu’un autre garçon a trouvé la mort après avoir été fauché par la voiture transportant la garde rapprochée du PUR. Ce qui ramène la liste à 2 morts. Par ailleurs, la maison du responsable local du PUR a été saccagée et les assaillants ont promis de lui ôter la vie si jamais il se manifestait.  Nous y reviendrons…

Violences électorales à Tamabcounda : Le militant Apr succombe à ses blessures

Seneweb.com Les violences électorales ont fait une première victime du nom d’Ibou Diop, âgé d’une trentaine d’années et militant de la mouvance présidentielle. Il est mort des suites de ses blessures lors d’une bagarre entre militants du Pur et ceux de la coalition présidentielle Benno Bokk Yaakaar à Tambacounda.

Aussitôt, ses camarades de Benno ont investi la rue et brûlé des pneus pour exprimer leur colère, informe la Rfm.

Le corps a été acheminé au commissariat de police de Tambacounda, et les blessés évacués au centre régional de Tamba.

2 morts à Tamba, des journalistes blessés, leur bus calciné

IGFM-Il ne reste plus grand chose du bus des journalistes envoyés spéciaux, auprès du candidat Issa Sall du Pur. Le véhicule convoyant les reporters a été complètement calciné, les bagages des journalistes et techniciens réduits en cendres.

Parmi les journalistes évacués à l’hôpital régional de Tambacounda, figurent Ibrahima Khalil Sène de Igfm (Futurs Medias), Ibrahima Bayo Bâ (Enquête), d’autres confrères ont eu de petits bobos, sans gravité, mais surtout une grosse frayeur.

Cette violence notée depuis ce matin à Tamba est le fait de violents affrontements qui ont opposé des gardes rapprochés du Pur et des militants de Benno Bokk Yaakar entrainant la mort de Ibrahima Diop. Des informations de dernière minute signalent une deuxième victime à Tamba. Ce qui porte le nombre de morts à deux (2) dans cette partie Est du pays.

Bataille rangée à Tamba : trois blessés parmi les journalistes, dont un très sérieusement (Préfet)

https://www.dakaractu.com  Trois blessés sont à dénombrer dans les rangs des journalistes qui accompagnent le candidat du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR). Cela suite à une bataille rangée entre les gros bras qui accompagnent la caravane d’Issa Sall et des éléments de Benno Bokk Yaakar. Une situation qui a dégénéré et fait déjà deux morts selon notre correspondant sur place. Trois confrères ont été blessés, dont un dans un état grave, nous a indiqué par téléphone le préfet du département de Tambacounda.

« J’étais parti voir les journalistes qui ont eu des problèmes.  Ils sont actuellement au poste de santé de Mbossou. Les blessés ont été référés à l’hôpital principal de Tambacounda. Il y a eu trois blessés. Deux blessures légères mais un assez sérieux quand même. Maintenant, le reste des journalistes est là-bas entre les mains de la Gendarmerie. Ils sont sécurisés là-bas, avec le commandant de légion de la Gendarmerie », a-t-il consenti à nous dire.

Sur l’origine des affrontements et le nombre de morts répertoriés, le préfet de nous renvoyer à sine die pour vérifier, dit-il, toutes ces informations.

Tamba-Bataille rangée entre la garde rapprochée du PUR et des militants de l’APR : Bilan un mort et des blessés

https://www.dakaractu.com/ De violents affrontements ont éclatés ce matin du lundi 11 Février 2019, à Tambacounda au quartier Dépôt, entre la garde rapprochée du PUR et des militants de l’Apr. Tout est parti d’une histoire d’affiches de campagne déchirées. Les « Puristes » voulant apposer le logo « PUR » de leur candidat Issa Sall sur un mur qui était déjà aux couleurs de l’Apr. Une situation qui avait dans un premier temps donné lieu à quelques échauffourées et éclats de voix entre les deux camps. Une tension vite maîtrisée par les uns et les autres pour éviter que le pire ne survienne.

C’est une heure plus tard, que les choses ont dégénéré au moment où la caravane reprenait la route pour faire cap sur Bakel. Les militants apéristes s’en sont ouvertement pris à quelques membres de la presse, leur intimant l’ordre de dégager les lieux. C’est à ce moment que la garde rapprochée du PUR s’est interposée pour préserver l’intégrité physique des journalistes. L’affrontement partira de cet incident, entre jets de pierre, coups de gourdin, barre de fer, machettes la confrontation sera sans merci au quartier Dépôt de Tamba. Bilan un homme appartenant à l’Apr a été déclaré mort des suites de ses blessures. Il s’agirait d’un certain Ibou Diop âgé d’une trentaine d’années.

Finalement la caravane, partira en trombe, avant d’être à nouveau rattrapée par les jeunes du quartier à bord de moto Jakarta, fermement décidés à venger leur concitoyen.

Pour l’heure certains axes routiers sont présentement barrés par des pneus brûlés, le cortège du PUR reste toujours bloqué dans la circulation en attendant que les forces de l’ordre ne ramènent les choses à la normale…

Décès du militant de Bby :Le Pur donne sa version et suspend sa campagne

Seneweb.com À travers un communiqué signé du directoire de campagne de son candidat, le Parti de l’unité et du rassemblement (Pur) a réagi sur le violent accrochage entre leur caravane et des militants de Benno Bokk Yaakaar. Accrochage qui a coûté la vie à un militant de la coalition présidentielle. Dans un communiqué de presse, la formation politique du Pr. Issa Sall a tenu à donner sa version des faits. Seneweb a aussi appris que le Pur a décidé de suspendre sa campagne, pour l’instant.

« Depuis l’étape de Kolda, dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle, le candidat du Pur subit des sabotages qui entravent le déroulement normal de ses activités. Après avoir été empêché de continuer sa caravane à Kolda, avec l’arrivée de Macky Sall, cette tentative de provocation a continué depuis lors ».

« Nous déplorons cette perte en vie humaine »

« C’est ainsi que ce matin du 11 février, nous avons subi des attaques de la part des militants de Bby à Tambacounda, occasionnant la mort d’une personne et plusieurs blessés, et la destruction de nos voitures. Nous déplorons cette perte en vie humaine et appelons la justice à faire son travail.

« La responsabilité d’Ali Ngouille est engagée »

Nous prenons comme témoin l’opinion nationale et internationale que le ministre de l’Intérieur Ali Ngouille Ndiaye sabote le processus électoral en minimisant la sécurité des candidats de l’opposition. Sa responsabilité est engagée dans ces événements malheureux, mais aussi à tout ce qui arrivera plus tard ».

Tamba : Plusieurs journalistes blessés dans une bagarre entre militants du Pur et de Benno

Seneweb.com | (Tamba, envoyé spécial) – La situation est extrêmement tendue à Tamba où un homme présenté comme un militant de l’Apr est mort, ce lundi, dans des affrontements opposants les camps de Macky Sall et d’Issa Sall. Des individus dont une partie porte des tee-shirts à l’effigie du Président sortant, en représailles, ont tendu une embuscade au convoi du PUR. Conséquence : le minibus transportant les journalistes affectés au candidat Issa Sall a fait un accident. Plusieurs blessés ont été enregistrés. Parmi eux le chauffeur, qui a les pieds fracturés. Certains ont reçu des pierres à la tête. Mohamed Rassoul GUEYE

Tamba : 8 journalistes agressés par des militants de l’APR

https://www.dakar7.com La situation dégénère à Tamba où un militant de l’APR a été tué lors des affrontements entre les militants du PUR et ceux de Benno Bok Yakar. Selon la Rfm, les militants de l’APR ont décidé de venger la mort de leur camarade en s’en prenant au cortège du candidat du PUR, Issa Sall mais aussi à la presse.

D’ailleurs, nos confrères nous signalent que 8 journalistes ont été grièvement blessés dont ceux de la RTS, de Igfm, de l’Obsertaveur. Ce n’est pas tout. L’un s’est retrouvé avec une jambe cassée. Quant au bus qui transportait l’équipe de la RTS, il a été caillassé.

Sidiki Et Ses «KABA» Barricadent Tamba

https://www.walf-groupe.com  Attaqués ce matin par les militants de Benno Bokk Yaakaar, les responsables du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR) ont commencé d’abord par mettre à l’index la responsabilité du ministre de l’Intérieur

Dans un communiqué, ils ont reproché à Aly Ngouille NDIAYE de ne pas avoir mis à la disposition des candidats  de l’opposition des agents pour assurer leur sécurité. Mais, cela c’était dans le feu de l’action. Maintenant, c’est vers le ministre des Affaires étrangères que vont leurs soupçons. Selon eux, ce sont « les mêmes nervis entretenus par Sidiki KABA qui avaient attaqué Khalifa SALL et ses souteneurs en février 2017 lors de ses tournées dans la région de Tambacounda » qui sont derrière l’attaque de leur convoi.

Ces partisans du Pr Issa SALL, en veulent pour preuve que les attaques ont eu lieu au même endroit.

« L’agression du Convoi du PUR a lieu sur le même lieu et au même croisement qui va vers chez le ministre Sidiki, d’après les témoins qui avaient subi l’agression en 2017 lorsqu’ils avaient accompagné Khalifa SALL », soutiennent-ils.

Et ce ne sont pas seulement les militants du PUR qui avancent cette théorie qui confond le ministre KABA. Selon Bounama KANTE, membre du Grand Parti, que nous avons joint au téléphone, le siège du PUR qui a été attaqué fait face au domicile d’un responsable de Benno qui travaille avec Me Sidiki KABA. Et, poursuit-il, c’est là où les échauffourées ont commencé.

A en croire l’adjoint au maire de Tamba, des jeunes sont tous jours devant les domiciles des responsables de Benno Bokk Yaakaar et s’en prennent à tous ceux qui montrent d’autres couleurs. Selon lui, c’est la raison pour laquelle, aucun parti n’a un véhicule qui circule dans la commune avec l’effigie d’un leader. Jusque-là, ajoute-t-il, seul Idrissa SECK a réussi à s’y rendre et lui était informé et a pris des mesures.

Même son de cloche pour Lassana KANTE. Le coordonnateur de la Taxawu Senegaal à Tambacounda qui était du convoi attaqué en févier 2017 assure que ce sont les partisans de Me Sidiki KABA qui ont fait face à ceux du PUR qui « n’avaient aucune raison de déclencher des hostilités ».

Selon nos informations, le soutien de Me Sidiki KABA dont le domicile fait face au siège du PUR se nomme Vieux NDIAYE. Et ce serait lui qui aurait déclenché les hostilités.

ALY NGOUILLE NDIAYE : «L’ORDRE SERA RÉTABLI»

http://www.emedia.sn Aly Ngouille Ndiaye s’est exprimé après les violences survenues à Tambacounda qui ont fait deux morts. Le ministre de l’Intérieur a fustigé les heurts notés entre militants du Pur et de Benno Bokk Yakar à Tambacounda. « Je dénonce la mort du militant de Benno Bokk Yakar surtout que le port d’armes est interdit en cette période. Je dénonce aussi la mort d’une seconde personne heurtée à la sortie de Tambacounda par le convoi du Pur qui ne s’est pas arrêté », s’est-il indigné. Et de présenter ses condoléances. « Je présente mes sincères condoléances aux familles des victimes et prie pour un prompt rétablissement des blessés. J’appelle également tous les acteurs, à faire preuve de retenue et de calme. »

Aly Ngouille Ndiaye qui promet de faire la lumière sur cette affaire, assure, que l’ordre sera très vite rétabli. « Naturellement, l’Etat met tout en œuvre pour assurer la sécurité des personnes et des biens sur l’ensemble du territoire. Je peux aussi vous assurer que les responsabilités seront situées et les coupables punis conformément à la loi. La Police et la Gendarmerie ont reçu des instructions pour rétablir l’ordre et identifier les responsables ». h

Me Sidiki Kaba : Le procureur a été saisi du dossier sur la mort de Ibrahima Diop

https://www.leral.net/ Cycle infernal de violence à Tamba, Sidiki Kaba appelle les populations au calme et à la retenue. Pour lui, justice sera rendue et d’ailleurs, le procureur a été saisi.

A la suite du President Macky Sall qui a demandé que la lumière soit faite sur la mort du jeune militant de BBY Ibrahima Diop, le délégué régional assure que justice sera rendue à la victime et à sa famille.

Selon Me Sidiki Kaba, le procureur a été saisi et une enquête est en cours pour établir les circonstances de la mort de Ibrahima Diop. Le ministre qui a présenté ses condoléances à la famille de la victime, joue la carte de l’apaisement, en appelant au calme et à la retenue les populations de Tambacounda.

Pour lui, on ne répond pas la violence par la violence. Pour rappel, ce jeune militant de BBY a trouvé la mort suite à des affrontements entre les jeunes de Tambacounda et la garde rapprochée du candidat du « PUR » Issa Sall, ce matin.

MILITANT APR TUE A TAMBACOUNDA : « La LUMIERE SERA FAITE ET LES COUPABLES REPONDRONT DE LEURS ACTES”

IGFM  | Macky Sall a fermement condamné les violences électorales qui ont causé la mort d’un militant de l’Apr à Tambacounda, ce lundi. « La campagne électorale ne doit pas servir de prétexte pour que la violence s’installe dans ce pays », a dit Macky Sall.

Le candidat de la coalition “Benno Bokk Yaakaar” a présenté ses condoléances aux familles des victimes avant d’assurer que la lumière sera faite sur cette affaire et les responsables répondront de leurs actes devant les cours et tribunaux. Force restera à la loi », a-t-il garanti.

Pour le président sortant, ce drame est « déjà le résultat de l’appel à la violence que certains candidats ont lancé dans leurs discours ».

Par ailleurs, Macky Sall a invité ses militants à ne pas répondre à la provocation, encore moins par la violence.

Macky Sall prend Me Wade pour responsable de l’incident meurtrier à Tamba

https://www.dakaractu.com Les incidents qui ont coûté la vie à un jeune militant du camp présidentiel ont fait réagir le président Macky Sall, ce lundi. À Oussouye où le convoi du candidat de la Coalition Benno Bokk Yakaar s’est rendu ce lundi, il a fustigé ces violences. Des violences dont il impute la responsabilité à ces acteurs politiques qui avaient lancé un appel à la révolte.

Le président Sall qui n’a pas cité de nom pour accuser tel ou tel  responsable politique, a déclaré que  » ce qui s’est passé est très regrettable. C’est déjà le résultat de certains responsables politiques qui ont appelé à la violence. Et qu’ils sachent qu’ils vont répondre de leurs actes devant les tribunaux. « 

Bataille rangée entre la garde rapprochée du PUR et des militants de l’Apr : Des journalistes blessés

https://www.dakaractu.com La bataille rangée qui a éclaté entre la protection rapprochée du leader du PUR et les militants de l’Apr de Tamba qui a déjà fait un mort, a connu des développements avec l’attaque du convoi du PUR à la sortie de la ville. Cette seconde confrontation a fait des blessés du côté de la presse. En effet, plusieurs journalistes sont gravement blessés. Pour l’heure, ils ont été évacués.  Nous y reviendrons…

Violences sur les journalistes à Tambacounda : les reporters de la caravane du PUR rapatriés à Dakar par la gendarmerie

https://www.dakaractu.com/ Les journalistes présents dans le convoi du candidat du Parti pour l’Unité et le Rassemblement (PUR) vont rentrer à Dakar jusqu’à nouvel ordre. Pour rappel, des actes de violence graves ont interrompu la caravane du PUR à Tambacounda. Deux morts ont été dénombrés et des voitures brûlées dont le bus des journalistes. Suite à ces violences, la caravane s’est dispersée, laissant les journalistes à eux mêmes avec dans leur rang trois blessés dont un grave. Réfugiés au poste de santé de Mbossou, les pisse-copies recevront l’aide de la gendarmerie qui s’est déployée sur les lieux pour prendre en charge leur sécurité, alors que la caravane du PUR avait fini de les abandonner. Aux dernières nouvelles et par l’entremise de certains patrons de presse, les autorités publiques ont décidé de les faire rapatrier à Dakar. Un bus totalement pris en charge par la Gendarmerie leur sera affecté pour un retour sain et sauf.

 LE SYNPICS « CONDAMNE FERMEMENT » L’ATTAQUE D’UN BUS DE JOURNALISTES À TAMBACOUNDA

Dakar, 11 fév (APS) – Le Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (SYNPICS) a « condamné fermement » l’attaque, lundi, à Tambacounda (Est), d’un bus de journalistes couvrant la campagne électorale du candidat du Parti de l’Unité et du Rassemblement (PUR), El Hadj Issa Sall.

« Le bureau exécutif national du SYNPICS condamne très fermement l’attaque du bus dans lequel se trouvaient 27 journalistes couvrant la campagne électorale du candidat du Parti de l’Unité et du Rassemblement (PUR), El Hadj Issa Sall, intervenue à la sortie de la ville de Tambacounda, vers Kothiariy », indique le syndicat dans un communiqué parvenu le même jour à l’APS.

« Sur un groupe de 27 journalistes, il nous revient que huit d’entre eux ont subi des blessures. Particulièrement deux de nos confrères, gravement blessés, ont fait l’objet d’une prise en charge hospitalière », fait-on savoir de même source.
Deux personnes ont également perdu la vie dans ces violences ayant opposé dans cette région orientale du Sénégal des partisans du candidat du PUR et du président sortant, ont rapporté plusieurs médias

 Le SYNPICS, en coordination avec le ministère de l’Intérieur et le Commandement de la gendarmerie nationale a entrepris les démarches auprès des autorités compétentes pour que ces journalistes dont la sécurité est mise en péril, soient rapatriés sur Dakar, précise le communiqué.

Le syndicat des journalistes rappelle par ailleurs que la sécurité des journalistes couvrant la campagne de la présidentielle dans différents bastions politiques doit être « une priorité absolue aussi bien pour les candidats que des autorités en charge de la sécurité publique ».

Le BEN du SYNPICS appelle le Ministre de l’intérieur, garant de la sécurité des citoyens et de leurs biens, « à prendre toutes les mesures pour que plus jamais un journaliste ne fasse l’objet de la moindre attaque sur le champ du reportage ».AKS/ASB

 APPEL condamne l’agression des journalistes à Tamba et demande des actions urgentes et fermes de toutes les organisations de médias

L’Association des Editeurs et Professionnels de la Presse (APPEL) a appris avec consternation le tabassage en règle des journalistes embarqués dans la caravane de campagne électorale du candidat El Hadji Sall à Tambacounda. Selon les témoignages des confrères recueillis, il y aurait huit (8) journalistes blessés dont trois dans un état grave. Ils ont du leur salut à une intervention rapide et professionnelle de la gendarmerie. Le pire c’est qu’ils ont été trouvés dans leur lieu de refuge, dans un centre de santé situé à plus de 10km à la sortie de ville de Tamba pour les prendre à partie.

Cette agression sauvage et barbare est intervenue à la suite d’une bataille rangée entre militants du PUR et ceux de la Coalition Bennoo Bokk Yaakar qui a eu lieu ce lundi matin vers Légal Pont, un quartier de la commune de Tamba. Ces échauffourées se sont soldées par un mort.

APPEL tient à condamner la violence sous toutes ses formes. Elle ne peut cautionner ou rester inerte face à une telle violence contre des hommes de médias. Elle demande une coordination de toutes les organisations faitières des médias pour une ou des actions fortes à mener pour condamner et marquer les esprits de tous les candidats engagés dans cette présidentielle du 24 février pour que de tels actes ne se reproduisent plus jamais.
Les Editeurs de la presse en ligne suivent de près les développements de cette affaire et la suite de la campagne et se réservent de prendre toute initiative visant la protection de ses reporters fut-elle boycott ou black out d’un ou des candidats dont leurs militants seraient reconnus comme étant agresseurs de journalistes.

HEURTS À TAMBA : les JEUNES REPORTERS APPELLENT AU BOYCOTT DE LA CAMPAGNE

http://www.emedia.sn Plusieurs journalistes ont été blessés dans une bagarre entre militants du Pur et ceux de Benno bokk yaakaar à Tambacounda. Joint au téléphone par emedia.snle président de la Convention des Jeunes Reporters du Sénégal (CJRS) Pape Ndiaye déplore la situation et demande aux journalistes qui sont sur le terrain de boycotter la couverture médiatique.
« C’est une situation déplorable. Depuis le début, nous lançons des alertes à l’endroit de l’autorité pour que la sécurité des journalistes soit assuré », regrette-t-il.

Selon lui, « l’intégrité physique des journalistes est une question non négociable. Il est inadmissible, inacceptable et intolérable que des journalistes fassent l’objet d’intimidation, d’attaque ou même de représailles dans le cadre de l’exercice de leur fonction ».

Par le biais de son président, la CJRS demande à tous les journalistes de suspendre la couverture de la campagne électorale jusqu’à nouvel ordre. « Beaucoup de confrères ont été blessés. Nous demandons à tous les reporters de boycotter la couverture médiatique de la campagne électorale jusqu’à ce que la sécurité des journalistes soit rétablie. C’est un mot d’ordre que nous adressons à tous les reporters qui sont sur le terrain ». Thierno Malick NDIAYE

Violence pendant la campagne et meurtre : Des organisations de défense des droits de l’homme préoccupées, interpellent les autorités

https://www.dakaractu.com  Cinq organisations de défense des droits de l’homme : Ligue Sénégalaise des Droits Humains (LSDH), la Rencontre Africaine pour la Défense des Droits de l’Homme (RADDHO), Article 19 Sénégal/Afrique de l’Ouest, le Congad et Amnesty International Sénégal sont préoccupées par les actes de violence qui ont eu lieu dans le cadre de la campagne pour l’élection présidentielle du 24 février 2019 et qui ont entrainé la mort d’au moins un individu à Tambacounda. Ibrahima DIOP, tailleur de profession. Des blessés ont été aussi enregistrés à Saint-Louis et Fatick notamment.
Aussi ces organisations qui se disent préoccupées par ce regain de violence, appellent les autorités compétentes à ouvrir des enquêtes sur tous les actes de violence survenus depuis le début de la campagne électorale et de traduire leurs auteurs en justice.
Elles ont rappelé aux candidats et coalitions l’obligation qui leur incombe d’appeler leurs militants et sympathisants à respecter la liberté de manifestation,
d’expression et d’opinion des adversaires politiques et de renoncer à tout recours à la violence.
Pour finir, elles ont eu un mot pour les journalistes piégés au milieu de ces batailles rangées et rappellent ainsi que ces violences fragilisent la sécurité des journalistes et groupes de presse au Sénégal et constituent une grave violation de la liberté d’expression. Elles ont enfin exhorté les autorités sénégalaises à faire tout ce qui est en leur pouvoir pour endiguer les violences qui ont eu lieu et de veiller au respect des droits aux libertés d’opinion, d’expression et de réunion pacifique…

APPEL A LA CLASSE POLITIQUE : NON A LA VIOLENCE

Le Sénégal notre cher pays , est à la croisée des chemins les prières de tout un peuple sont entendues par le tout puissant : Mane attendue présente Génie créateur, vision Grands hommes de Foi, femmes entreprenantes de valeur ! Qu’a-t-on besoin pour jouir pleinement , sereinement de ces grâces divines ?

La paix , la retenue, la patience , la justice sociale mais surtout la vérité. Alors non à la violence , aux oiseaux de mauvais augures, aux faux prophètes, aux démons venus d’ici et d’ailleurs !

En ce moment de respect de notre calendrier républicain, astreignons nous à des joutes loin de la démagogie, des petits calculs politiciens,  à la sérénité, à l’apaisement mais surtout à la responsabilité !

Les leçons de certains pays voisins doivent nous suffire pour anticiper sur la conduite à tenir par tous, à tous tous les niveaux , toutes obédiences confondues ! il ne sert à rien de tenter le Malin, plus vicieux que le diable,.Des risques à ne pas courir : « Celui qui transgresse les limites établies par le tout puissant , ne devra , demain s’en prendre qu’a soit meme » Alors , sachons raison garder :Vivement la Paix , la Responsabilité pour des lendemains qui chantent§Serigne Cissé Ndieguene Porte Parole de la Famille Ndieguene


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*