Trois agressions successives de ses membres : Le Frapp accuse Macky Sall et alerte l’opinion…

Partagez ce contenu!

Trois agressions successives de ses membres : Le Frapp accuse Macky Sall et alerte l’opinion…

https://senego.com Le secrétariat exécutif national (SEN) du FRAPP dénonce énergiquement l’agression de Adama Diatta le coordinateur de FRAPP dans le département de Dakar par des “nervis” cinq (05) jours seulement après l’agression par des nervis du maire de Malicounda et directeur du COUD Maguette Sène de cinq (05) membres du FRAPP qui étaient allés à Nianing répondre à l’invitation du mouvement Joog Jot Na.

Invitation…

Selon le secrétariat exécutif national (SEN) du FRAPP, au mois d’avril, les membres du FRAPP répondant à l’invitation du comité pour la défense des intérêts de Médina Wandifa ont également été agressés par des gens proches du maire et député Malang Sény Faty. En effet, le FRAPP prend l’opinion publique nationale et internationale à témoin. Pour les compagnons de Guy Marius Sagna, depuis lors, le procureur de la république ne s’est pas saisi du dossier.

Agressions…

Pour le SEN, ces agressions sont le résultat d’un plan ourdi par le président Macky Sall qui avait dit que les événements de février et mars ne se reproduiraient plus. Mieux, ces agressions ont pour objectif de se venger du FRAPP, d’intimider le FRAPP, de l’empêcher de poursuivre son travail consistant à aller rencontrer les populations opprimées dans le Sénégal des profondeurs et à fédérer les collectifs en lutte…

Interpellations…

“Le FRAPP interpelle le président de la République “gardien de la constitution” qui est le seul et unique responsable de cette violence par la privatisation de la sécurité par l’utilisation de milices qui opèrent auprès des forces de sécurité. Si le Président ferme les yeux devant tant de violations flagrantes des droits constitutionnels des membres du FRAPP et d’autres citoyens, c’est juste que lui et son gouvernement veulent semer les germes d’une guerre civile et d’une stratégie du chaos. Sentant leur fin proche, ils veulent mettre le feu à notre Sénégal”, rapporte un communiqué.

Défense…

Le SEN du FRAPP demande aux nervis et à leurs parents de refuser de servir de chair à canon pour s’attaquer à d’autres citoyens qui n’ont commis que les crimes suivants : poser des débats, soutenir des luttes légitimes, bâtir des ponts entre les opprimés des politiques du président Macky Sall. Aux agents des forces de défense et de sécurité, le SEN invite à refuser d’être des policiers, des gendarmes de l’APR, de la famille Sall. Soyez des policiers, gendarmes, militaires…du peuple. Et à l’opinion publique nationale, le FRAPP informe que ces vagues d’agressions ne laissent qu’un seul choix à ses membres : la légitime défense.


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*