Tribune de Carlos Lopes-L’Afrique a un grand plan stratégique : elle doit maintenant retrousser ses manches et passer à l’action

Partagez ce contenu!

Tribune de Carlos Lopes-L’Afrique a un grand plan stratégique : elle doit maintenant retrousser ses manches et passer à l’action

Carlos Lopes : ” il faut agir”.
https://www.financialafrik.com Actuellement professeur à l’Université du Cap, Carlos Lopes a évolué dans le système onusien de 1988 à 2016. Après avoir été de 2005 à 2007, Sous-Secrétaire général de l’ONU et Directeur des affaires politiques au cabinet du Secrétaire général, l’économiste bissau guinéen a occupé de mars 2007 à août 2012, les postes de Directeur général de l’Institut des Nations Unies pour la formation et la recherche (UNITAR) à Genève et de Directeur de l’École des cadres du système des Nations Unies à Turin, avec rang de Sous-Secrétaire général. De septembre 2012 à septembre 2016, il est Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, avec rang de Secrétaire général adjoint, et emploie son mandat à accélérer l’agenda de l’intégration et de l’industrialisation de l’Afrique, en étroite coordination avec la Commission de l’Union Africaine. Auteur prolifique, Carlos Lopes, distingué aux Financial Afrik Awards de 2019 en tant que meilleur économiste africain, a écrit ou édité environ 30 livres et a enseigné dans des universités et institutions académiques à Lisbonne, Coimbra, Zurich, Uppsala, Mexico, São Paulo et Rio de Janeiro. Dans cette tribune, l’économiste du développement, interpellé par les schémas protectonnistes autour de la lutte contre la pandémie 2019, appelle l’Afrique à retrousser ses manches.

L’Afrique a un grand plan stratégique : elle doit maintenant retrousser ses manches et passer à l’action

Lorsque les Nations Unies ont commencé à définir leurs objectifs de développement durable (ODD) en 2012 – un plan commun pour œuvrer à la paix et à la prospérité mondiales d’ici 2030 – l’Afrique a été la première région à soumettre sa liste de priorités. Le continent n’a pas tardé à agir car il était en train de finaliser son cadre d’Agenda 2063, qui visait à articuler les aspirations africaines pour les décennies à venir. C’était un produit des célébrations du 50e anniversaire de l’Organisation de l’unité africaine, maintenant connue sous le nom d’Union africaine. Une année aussi symbolique a été un motif de célébration et a suscité une réflexion sur le type d’Afrique que les États membres voulaient construire au cours des 50 prochaines années. Alors que le continent se bat pour contenir et se remettre de la pandémie de COVID-19, il est confronté à un moment de jugement similaire. Et la réponse est la même : s’unir autour d’un cadre commun pour l’avenir qui fournit une orientation stratégique pour un changement significatif. Mais cela ne peut pas être que des paroles, pas d’action.

De l’accord général à l’action concrète

Les ODD de l’ONU, comme les aspirations contenues dans le cadre de l’Agenda 2063 de l’Union africaine, sont audacieux et ambitieux. Mais les deux ensembles d’aspirations sont peints avec un pinceau large. Dans une certaine mesure, il doit en être ainsi. Chaque nation a son propre contexte, sa capacité et son agenda, et plus le pourboire est fin, plus il est difficile de trouver un accord – le tableau ne serait jamais achevé. Cela est particulièrement vrai lorsque l’on se concentre sur les détails de la mise en œuvre, où les dirigeants ont tendance à être en désaccord sur les détails. Prenons l’exemple d’un des projets phares de l’Agenda 2063. À première vue, l’Accord de libre-échange continental africain est une réussite incroyable et le projet d’intégration le plus important de l’histoire de l’Afrique. La plupart des pays africains ont signé et ratifié l’accord. Mais, depuis son lancement officiel en janvier de cette année, les progrès ont été entravés par des arguments sur les mécanismes appropriés de règlement des différends, les clauses concernant les règles d’origine et les droits de propriété intellectuelle. C’est une tâche difficile de passer d’un accord général – une vision partagée de l’avenir – à une mise en œuvre pratique qui permet de progresser en matière de développement. Mais ne pas se mobiliser derrière un agenda commun, avec des actions tangibles, pourrait avoir des conséquences désastreuses. C’est l’une des raisons pour lesquelles nous ne pouvons pas laisser les choses aux gouvernements. Ceux d’entre nous qui souhaitent faire progresser le développement durable en Afrique doivent trouver des moyens d’élargir et d’approfondir l’engagement et la conversation autour de ces questions critiques et de créer un espace où les diverses capacités de multiples parties prenantes peuvent être exploitées pour trouver des solutions innovantes aux nombreux défis auxquels le continent fait face.
À cette fin, des événements tels que le prochain Sommet international sur les ODD en Afrique organisé par l’Université du Cap peuvent jouer un rôle rassembleur précieux. Le sommet permettra aux pays de revoir leurs objectifs et cibles à la lumière des effets de la pandémie de COVID-19. Des universitaires du monde entier pourront définir une feuille de route qui prend en compte les défis de financement récurrents mais aussi les signes d’un engagement beaucoup plus fort en faveur de la protection sociale et de la gestion du changement climatique.

La collaboration doit être réelle et pratique

La pandémie est ici un bon exemple. Malgré les proclamations de bonne volonté et de bonnes intentions à l’égard de l’Afrique, lorsque les choses se passent, le comportement des principaux partenaires du continent a été égoïste. Cela a commencé avec les équipements de protection individuelle, puis avec les respirateurs, et plus récemment avec les vaccins. Par exemple, peu de temps après l’épidémie, des pays tels que le Royaume-Uni et les États-Unis ont introduit des mesures pour restreindre les exportations d’équipements de protection. Pour sa part, l’Union européenne reste résistante aux appels à renoncer aux brevets liés aux vaccins. L’Afrique a déjà expérimenté de telles attitudes par le passé. Des millions de personnes sont mortes du VIH/SIDA au cours de 17 années de négociations prolongées sur les droits de propriété intellectuelle pour obtenir une dérogation au brevet. De nombreux appels lancés par les pays en développement pour accélérer les dérogations relatives aux aspects liés au commerce des droits de propriété intellectuelle sur les médicaments antirétroviraux afin de sauver la vie des populations profondément touchées par la propagation du VIH/SIDA ont été ignorés jusqu’à ce que les intérêts pharmaceutiques, alors sur le point de perdre leur marge bénéficiaire, se tournent vers la garantie d’achats importants par les donateurs de leurs produits. Maintenant, l’Afrique demande une dérogation pour les vaccins COVID-19 et fait face aux mêmes discussions. En tout état de cause, l’Afrique ne devrait pas voir l’abandon des droits de propriété intellectuelle comme une solution miracle. Les matériaux nécessaires à la fabrication, les bonnes chaînes d’approvisionnement et le temps de constitution du stock doivent être résolus. En outre, les questions d’éthique et de droit doivent être prises en compte. Reconnaissant cette complexité, les Centres africains de contrôle des maladies ont lancé pas moins de trois initiatives – le Plan de fabrication de produits pharmaceutiques pour l’Afrique de l’Union africaine, l’Agence africaine des médicaments et le Forum africain de réglementation des vaccins – visant à établir un écosystème pour permettre la fabrication de vaccins sur le continent. . Tout cela nécessite une discussion entre un large éventail de parties prenantes pour hiérarchiser les domaines d’intérêt stratégique, ainsi que des actions de portée qui accéléreront les progrès avant que la prochaine crise ne frappe. La collaboration ne peut pas être une chimère ; il doit être réel et pratique. Mais la collaboration ne peut pas non plus se faire dans le vide.

Un procès commun

À mesure que de nouvelles variantes de COVID-19 se propagent, la similitude de l’essai auquel nous sommes confrontés est évidente. Être purement tactique et essayer de s’attaquer à cette maladie avec une focalisation étroite et temporaire, permettant au protectionnisme de faire son apparition, limitera la capacité de l’Afrique à résoudre le problème aujourd’hui. Elle ne contribuera pas non plus à renforcer notre résilience face aux défis de demain. C’est ici que les ODD de l’ONU et la vision de l’Agenda 2063 de l’Union africaine ont un rôle clé à jouer. Bien que leurs délais – l’ODD est 2030 – soient longs et leurs aspirations élevées, ce sont exactement ces qualités qui peuvent nous aider à relever la tête lorsque les temps sont durs ; pour voir la situation dans son ensemble et savoir ce que nous visons. Aujourd’hui plus que jamais, les dirigeants doivent s’appuyer sur les cadres stratégiques qu’ils ont aidés à développer, mais ils doivent également retrousser leurs manches et travailler avec un large éventail de parties prenantes pour développer des moyens pratiques de réaliser leurs aspirations dans ces cadres. Ce n’est que grâce à ce type de coopération stratégique menant à une mise en œuvre efficace que nous pouvons espérer façonner l’avenir que nous voulons et éviter celui que nous ne voulons pas.

A propos

Une première version de cette tribune a été publiée en anglais par The Conversation.


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*