Ramadan 2020: Un pire scénario pointe chez les musulmans

Partagez ce contenu!

https://actunet.net/Cette année, avec la maladie du coronavirus, la communauté musulmane risque de vivre le pire scénario d’un jeûne sans marmite du cœur, sans ndogu dans les mosquées et avec un fort risque de pénurie de certaines denrées.
Dans quelques jours, la communauté musulmane entamera le jeûne. Cette année, la survenance de ce pilier essentiel de l’Islam coïncide avec la maladie du covid-19 avec son corollaire de mesures. La communauté musulmane du Sénégal va jeûner cette année en période de couvre-feu et d’état d’urgence. Si le scénario s’annonce compliquer pour le Ramadan 2020, c’est que beaucoup de jeûneurs, sans moyens, n’auront pas la possibilité d’accéder aux repas gratuits. Des actions comme la marmite du cœur, les ndogu’s dans les mosquées ou encore le joxey ndogu ne seront pas au rendez-vous cette année.
Si les horaires du couvre-feu ne sont pas ajustés dans un sens d’allégement, ceux qui n’ont pas les moyens et qui coupaient le jeûne chez des parents où dans les lieux de solidarité, vont vivre un mois très difficile. Le Ramadan étant une période de grande miséricorde, beaucoup en profitent pour faire des actions de solidarité.
En ces périodes si difficiles vécues par un peuple financièrement esseulé, le Ramadan de cette année ne sera pas oublié de sitôt.
Un scénario difficile pointe chez les musulmans touchés par les conséquences du coronavirus. En raison de l’impact de l’épidémie de covid-19, ajouté à une situation d’insécurité alimentaire qui avait déjà gagné certaines localités du pays, le nombre de personnes en crise alimentaire a doublé en un mois. Le Ramadan étant une période de grande consommation chez les musulmans, l’on commence à faire face à un début de hausse des prix et une baisse de la disponibilité de certaines denrées de base, conséquences du couvre-feu, de l’état d’urgence et de la fermeture des frontières. En tout cas, en ville comme dans la campagne, tout le monde se demande comment le mois de Ramadan sera vécu cette année. La maladie de la corona accentue une situation alimentaire déjà très instable avec un accès à la nourriture devenu encore plus difficile. Inutile de relever que l’aide alimentaire d’urgence ne peut pas atteindre tous, a fortiori couvrir les besoins alimentaires des millions de Sénégalais qui l’attendent. Il n’y a pas que cela, car les communautés pastorales qui ne peuvent plus assurer la transhumance du bétail à cause de l’état d’urgence, sont aussi touchées. Par Ndiogou CISSÉ


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*