Petite archéologie d’une folie présidentielle :  CES SIGNES QUE MACLY SALL N’A PAS SU DECRYPTER…Par Alassane K. KITANE 

Partagez ce contenu!

Petite archéologie d’une folie présidentielle :  CES SIGNES QUE MACLY SALL N’A PAS SU DECRYPTER…Par Alassane K. KITANE 

  1. Nafi Ngom Keita (Août 2016) adressait une lettre à Macky Sall  : « Vous m’avez dit de laisser tranquille le 1e président de la Cour suprême qui s’abstient de faire sa déclaration de patrimoine ». Cette dame qui fait la fierté de tous les Sénégalais a été remplacée parce qu’elle a courageusement accepté de fouiller la nébuleuse du pétrole.
  2. Juge Dème (Mars 2018)  : « Je démissionne d’une magistrature qui a démissionné » « En lieu et place d’une gouvernance sobre et vertueuse, une gouvernance folklorique, clientéliste et gabégique ».
  3. Le capitaine Dieye (Mai 2018)  : « démissionne de l’Armée et annonce sa candidature pour 2019
  4. Aliou Dembourou Sow après avoir appelé ses parents à préparer les coupes-coupes pour imposer la 3e candidature de Macky et malgré les réprobations déclara : « Je ne regrette pas mes propos »
  5. La RTS n’invite plus l’opposition dans l’organisation de débats et dans les télés privées, les débats politiques tournent désormais au pugilat et les références identitaires à cause d’une accumulation de frustrations qu’on ne peut plus exprimer.
  6. Macky Sall n’a toujours pas compris que la justice est une Idée avant d’être une institution, qu’elle est un équilibre avant d’être un verdict ; qu’elle est une attitude avant d’être l’application de la loi. La balance est le symbole de la justice, mais dans le commerce, des malfaiteurs l’utilisent pour tromper leurs clients. Cela suggère que sans valeur tous les pouvoirs sont corrompus. Voilà la preuve que le Sénégal n’a pas un problème d’institution ; notre problème c’est de mettre des hommes nantis de valeurs dans les institutions.

Le 25 Février 2017 concluais mon article intitulé « la Justice cette peau de chagrin de Macky Sall » en ces termes  : « … ce dont Macky Sall ne se rend pas compte c’est que sa « peau de chagrin » se rétrécit plus vite que celle de Raphaël de Valentin. Car il y a des maladies dont on est immunisé à vie une fois qu’on en guérit. Quand le peuple sera abondamment abusé et saturé par des mensonges il deviendra invulnérable à toute forme de mensonge. Quand la justice (normalement rendue en son nom) lui apparaîtra foncièrement injuste, elle ne pourra plus servir de caution morale aux crimes abjects du prince. Quand la justice devient une télécommande aux mains souillées du prince, l’intégrité des hommes de valeur est certes menacée, mais leur engagement en devient plus fort et plus fécond. Macky Sall commence à perdre sa crédibilité en Afrique ; il a déjà perdu la confiance de certains magistrats, celle des enseignants depuis belle lurette ; la solidarité de ses propres alliés politiques. Et bientôt le peuple comprendra l’étendue de l’imposture incarnée par ce régime dont l’incompétence et la mauvaise foi dépassent tout entendement. ».
Aujourd’hui, à cause de la boulimie infantile du pouvoir d’un homme, l’État est presque à terre. Est-ce vraiment pour ça que nous avons mené tous ces combats en faveur de la démocratie ? Sans éthique de responsabilité nous tomberons indéfiniment dans les mêmes travers.


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*