Ousmane Sonko : «nous ne voyons aucune pertinence à désigner formellement un chef de l’opposition»

Partagez ce contenu!

Ousmane Sonko : «nous ne voyons aucune pertinence à désigner formellement un chef de l’opposition»

https://directnewsinfo.com/ « En pénétrant dans l’arène politique sénégalaise, il y a seulement six ans, nous portions l’ambition de faire de la politique autrement. Pour nous, le Sénégal n’est pas confronté à un problème d’hommes mais plutôt de système. Certains compagnons de Senghor ont ensuite accompagné Abdou Diouf puis Abdoulaye Wade ; d’anciens ministres d’Abdoulaye Wade sont aujourd’hui aux côtés de Macky Sall… pour se partager le gâteau » voilà ce que regrette le leader de Pastef-Les Patriotes qui n’est pas surpris par le ralliement de certains responsables de l’opposition sachante qu’ils étaient muets depuis la présidentielle de 2019.
Sonkon ne souhaite pas perdre son temps en commentant ces allées et venues, notre message s’adresse aux citoyens sénégalais. En 2017, 37 000 électeurs avaient voté pour nous aux législatives ; ils étaient près de 700 000 à la présidentielle de 2019, où j’ai réuni près de 16 % des suffrages. sur le statut de l’opposition, Ousmane troisième lors de la dernière présidentielle avec près de 16% des suffrages sénégalais ne se laisse emballer par le titre de chef du camp où il étale ses principes invariables. Il dit : « Notre position de principe n’a pas changé : nous ne voyons aucune pertinence à désigner formellement un chef de l’opposition, comme cela a fait l’objet de négociations entre certains opposants et le pouvoir. Nous ne sommes pas intéressés par ce statut, qui est inutile et budgétivore. Nous avons déjà suffisamment d’institutions inutiles au Sénégal, comme le Conseil économique, social et environnemental ou le Haut commissariat aux collectivités territoriales, qui ne servent à rien sinon à y caser des alliés politiques. Nous ne voulons être le chef de personne dans l’opposition ; ni que quiconque soit notre chef. » Ousmane Sonko parlait ainsi dans les colonnes de Jeune Afrique.


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*