MANIFESTATIONS CONTRE LE REGIME DE MACKY : Le M2D accélère la cadence

Partagez ce contenu!

MANIFESTATIONS CONTRE LE REGIME DE MACKY : Le M2D accélère la cadence

http://www.sudonline.sn La Place de la Nation (ex-Obélisque) a été hier, vendredi, le point de ralliement des divers partis politiques et mouvements membres du M2D, parti en croisade contre le régime de Macky Sall pour la libération de certaines personnes détenues depuis les émeutes de mars dernier. Sous la surveillance de forces de l’ordre armées jusqu’aux dents pour encadrer la manifestation, les principaux leaders du M2D, présents à la manifestation, ont déversé leur courroux sur le régime en place.
Alors que le président Macky Sall se met en branle pour sa tournée dite économique dans le Nord du Sénégal, son opposition ou du moins une bonne partie de son opposition sonne la mobilisation à Dakar. La Place de la Nation (ex-Obélisque) a été ainsi hier, vendredi, le point de jonction des divers partis politiques et mouvements membres du M2D (Mouvement pour la défense de la démocratie).
La mobilisation entrait dans le cadre des actions menées par ledit mouvement composé d’activistes comme de membres de l’opposition politique pour dénoncer les arrestations de huit des leurs retenus dans les différentes prisons du pays. Surtout à Diourbel.
Sous la surveillance alerte des forces de l’ordre armées jusqu’aux dents pour quadriller toute la zone, le rassemblement s’est déroulé dans une ambiance bon enfant, comme a tenu à le souligner le coordonnateur du M2D, le docteur Cheikh Tidiane Dièye. « Une manifestation pacifique, nous sommes là pour discuter avec le peuple et le pouvoir. Une manifestation si elle est autorisée, c’est seulement la paix qu’il y aura et vous le voyez, l’ambiance est bon enfant. On ne peut pas brimer la liberté des populations. Aucun manifestant ne devrait être en prison », a-t-il fait savoir. Quant à Ndèye Fatou Ndiaye Blondin Diop, autre leader du M2D, elle a tenu à indiquer que «cette mobilisation constitue un pas très important pour la démocratie du Sénégal…
Nous sommes venus pour lutter pour la liberté de la démocratie mais également pour libérer les prisonniers ». Seulement au-delà de la revendication liée à la libération de ceux que les acteurs du M2D appellent « otages politiques », la mobilisation de la Place de la Nation d’hier, vendredi, a été l’occasion pour les participants de dresser un réquisitoire sans complaisance contre le régime en place (Voir par ailleurs).
Parmi ces participants, on a noté la présence d’Ousmane Sonko de Pastef-les Patriotes, Barthélémy Dias de Taxawu Dakar, Guy Marius Sagna de Frapp France dégage et plusieurs autres membres de la société civile. Pour rappel, la manifestation du M2D dont le point catalyseur est lié aux émeutes de mars dernier, intervient selon ses promoteurs après que le gouvernement a refusé de jouer sa partition pour l’apaisement général du climat social tendu, né des dites émeutes.
Pourtant, selon le M2D, le pouvoir de Macky Sall s’était engagé à lâcher du lest, suite à la médiation du Khalife général des mourides qui s’était investi à calmer les ardeurs et arrêter les manifestations afin de lui permettre d’amorcer le dégel. La situation n’ayant pas sérieusement évolué, surtout avec la non-libération de certaines personnes interpellées au temps, le M2D a décidé de descendre sur l’ensemble du territoire pour reprendre la série de manifestations.

REACTIONS…REACTIONS…

OUSMANE SONKO SUR LA PRESIDENTIELLE 2024 «Une seule personne ne peut pas se présenter, c’est Macky Sall»

« 100 personnes comme Macky Sall ne peuvent pas m’empêcher de me présenter à la présidentielle de 2024 …Tout le monde sait que la seule personne qui ne peut pas se présenter, c’est Macky Sall…L’État de grâce est fini. Il y a des choses que nous ne pouvons plus accepter : prendre nos véhicules, nos carburants et notre argent pour faire une tournée politique qu’il appelle tournée économique », a ajouté Sonko qui a invité la jeunesse à « s’inscrire sur les listes électorales afin de participer massivement aux élections locales de janvier 2022», tout en concluant que «c’est fini pour le président Macky Sall»

BARTHELEMY DIAS, TAXAWU DAKAR «On doit se mobiliser pour la libération de la démocratie»

« Je vous jure que si vous ne vous mobilisez pas, au mois de septembre, Ousmane Sonko sera arrêté et incarcéré. Je m’adresse à tout le peuple, mobilisez-vous le 23 juin. Que tout le monde se mobilise. C’est la démocratie qui est en jeu. À partir d’aujourd’hui, le seul otage de ce pays, c’est le président Macky Sall qui veut prendre en otage la démocratie. Je réaffirme que Macky Sall a décidé de ne pas organiser les élections. Je vous dis que tout est mensonge. Depuis deux ans, aucune commission électorale n’est installée dans le pays et 400.000 électeurs sont enregistrés durant ce temps. En 2024, présidentielle ou pas tu pars. On doit se mobiliser pour la libération de la démocratie ».

SIMON KOUKA DE Y’EN A MARRE «Président Macky Sall, vous n’avez pas respecté votre parole donnée aux chefs religieux et coutumiers…»

« En 2011, vous étiez là avec nous avec votre nappe pour lutter contre le pouvoir de Wade qui dirigeait mal et ton gouvernement fait pire. Est-ce que vous vous mirez dans une glace et que vous vous dites que vous êtes fier de vous. Ce n’est pas normal que 8 jeunes soient incarcérés alors que vous aviez donné votre parole aux guides religieux et coutumiers pour leur libération. Vous n’avez pas respecté votre parole…la lutte continue».


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*