Mali : Le Colonel Assimi Goita officiellement chef de l’Etat.

Partagez ce contenu!

Mali : Le Colonel Assimi Goita officiellement chef de l’Etat.

https://www.dakaractu.com En attendant la mise en place d’une transition dont les contours sont en train de prendre forme, le Mali est gouverné par le Comité national pour le salut du peuple.
Son président assure les fonctions de chef de l’Etat selon un acte fondamental signé par le Colonel Assimi Goita et publié dans le Journal officiel ce jeudi 27 aout.
Ce statut est reconnu dans l’article 32 du titre III de l’acte qui stipule que « le comité national pour le salut du peuple désigne en son sein un président qui assure les fonctions de Chef de l’ETAT ».
Le colonel Assimi Goita, 37 ans, ayant été désigné président du CNSP, il assure donc les fonctions de chef de l’Etat.
Selon l’acte fondamental, « lorsqu’il est empêché de remplir ses fonctions, de façon temporaire ou définitive, ses pouvoirs sont exercés par un Vice-président suivant l’ordre déterminé par le Comité ».
Le Colonel Malick Diaw est le premier vice-président du CNSP. Il assurera les fonctions de président en cas de vacances du pouvoir.
Selon l’article 33, le président du CNSP incarne l’unité nationale et est le garant de l’Indépendance nationale, de l’Intégrité territoriale, du respect des traités et accords internationaux auxquels le Mali est partie.
Il relève de son pouvoir de veiller au fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi qu’à la continuité de l’Etat.
Dans l’article 34, il est indiqué que le président du CNSP signe les ordonnances et les décrets adoptés par le CNSP.
Il revient aussi au Président du CNSP, comme le fait remarquer l’article 36 d’accréditer les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires auprès des puissances étrangères. De la même manière, les ambassadeurs et les envoyés extraordinaires sont accrédités auprès de lui.
L’article 41 stipule que les dispositions de l’acte fondamental s’appliquent comme dispositions constitutionnelles, complètent ou suppléent celles de la Constitution du 25 février 1992. Ces nouvelles dispositions peuvent être caduques après l’adoption d’une charte pour la transition.
D’ici, là, les rênes du Mali sont entre les mains de la junte militaire qui juge que la durée de la transition doit être définie en interne.

MISSION DE LA CEDEAO AU MALI : Les 6 observations d’IBK

Selon le rapport de mission des émissaires de la Cedeao » qui l’ont rencontré, «IBK », alors entre les mains des militaires, avait fait six observations après avoir précisé qu’il était bien traité.
1-Il a indiqué que sa préoccupation principale est la paix, la stabilité et la réconciliation du Mali. Il souhaite donc créer les conditions pour une véritable stabilisation du Mali.
2- Il a donc confirmé qu’il maintenait la déclaration faite relative à sa démission en toute liberté et en son âme et conscience car il demeure convaincu que cette décision est nécessaire pour la paix et la réconciliation du Mali.
3- Il a souhaité que le pays s’engage dans une transition politique afin de normaliser rapidement la situation pour que le Mali retrouve sa place dans le concert des Nations.
4- Il a indiqué que cette normalisation permettrait de faire face aux défis que le Mali connaît qui sont : le terrorisme, la Covid-19 et le développement économique et social.
5- Cette nouvelle direction est celle que le Mali doit prendre actuellement et il souhaite que la Cedeao puisse accompagner le processus.
6- Il a émis le souhait d’effectuer son contrôle médical hors du pays à la suite d’une opération chirurgicale dont le délai est déjà dépassé.
Il faut souligner, selon le rapport obtenu par Libération online, qu’à la fin de la mission, la délégation de la Cedeao a souhaité revoir une deuxième fois «IBK » pour lui permettre de faire une déclaration en présence du médiateur. «IBK » a demandé au médiateur de confirmer au sommet de la Cedeao qu’il a fait librement sa déclaration.
A noter que la Cedeao vient de préciser qu’elle est prête à consentir une transition qui va durer un an, les militaires avaient suggéré deux ans, d’après le rapport de mission.


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*