Macky Président, et maintenant? Par Oumou Wane

Macky Président, et maintenant? Par Oumou Wane
Macky Président, et maintenant? Par Oumou Wane
Partagez ce contenu!

Les résultats provisoires sont enfin là ! Le président Macky Sall, dès la confirmation par le Conseil Constitutionnel, peut célébrer sa victoire avec 58,27 % des suffrages.

Les Sénégalais aussi ont leur victoire, celle de la démocratie, celle des urnes et ils peuvent la savourer. Ils le savent, le temps politique et le temps qui passe au quotidien ne sont pas les mêmes et pour beaucoup d’entre eux, qu’ils aient voté ou pas Macky Sall, ce n’est pas encore demain qu’ils verront s’améliorer leur conditions de vie de tous les jours. Mais ils l’ont fait quand même, si ce n’est pour eux, au moins pour les générations futures, ils ont choisi l’avenir et pris le parti du progrès social et économique.

On l’a vu tout au long de sa campagne, Macky Sall a été porté par ses bons résultats économiques et le pays veut y croire. Comme le chantait Tonton David “Issus d’un peuple qui a beaucoup souffert, nous sommes issus d’un peuple qui ne veut plus souffrir”.

Notre grande chance dans nos malheurs et je m’en félicite, c’est que toutes les transitions des pouvoirs depuis l’indépendance en 1960 se sont déroulées pacifiquement.

Réjouissons-nous donc, car il y a si peu d’occasions de le faire sous nos cieux, mais gardons nos forces car la route est longue jusqu’à l’émergence si chère à Macky Sall, et, qu’il faudra bien le féliciter pour sa vision tenace et à long terme.

Oui, il faut bien sûr saluer l’accession de notre président à la tête du pays pour un second mandat, mais il lui appartient d’être le président de toutes et de tous.

S’il est le chef d’orchestre de la nation, saura t-il la diriger d’une oreille multiple, en écoutant tous les timbres de voix, y compris ceux de l’opposition ? “On commence à vieillir quand on arrête d’apprendre” dit un proverbe de sagesse, alors quelles leçons Macky Sall tirera-t-il de ces élections ?

Si certains choix s’imposent d’eux-mêmes, notamment la poursuite de la mise en œuvre du “Plan Sénégal Emergent”, lancé en 2014, que verra t-on de neuf dans la gouvernance Macky II ? Plus de jeunes dans son entourage, plus de femmes au gouvernement ? Plus de compétences aux postes clés ? Sa communication déplorable avec son si jeune peuple depuis ces sept longues années évoluera t-elle ?

Le premier mandat de Macky Sall a été principalement traduit par de grands travaux, notamment Diamniadio, Ila Touba, l’Aéroport International Blaise Diagne, le Train Express Régional, le pont SENEGAMBIE, le PUDC, le PUMA etc… Le second sera t-il davantage axé sur les populations ?

S’il veut juste jouer sa partition, notre président ne pourra pas donner l’exclusivité à ses chantiers et à sa vision de modernité, il devra présider au destin et au mieux-être de chacun.

En bon père de la Nation, il aura le devoir d’écouter ses enfants et de tenir compte des idées de tous, car n’oublions pas que le candidat de la coalition Benno Bokk Yaakaar (BBY), vainqueur  à 58,27 %, est suivi d’Idrissa Seck, qui obtient 20,50 % des suffrages et d’Ousmane Sonko, arrivé troisième avec 15,67 % des voix. Oui, Ousmane Sonko, création exclusive de Macky I sur le terrain déserté de la bonne gouvernance…comme quoi tout espoir n’est pas perdu et le vote Sonko est plus épidermique que profond…

Oui, Macky II devra aussi tenter d’apaiser les relations avec son opposition.

Et tant d’autres chantiers qui ne sortiront pas de terre mais qui nous sortiront de la misère, comme mettre fin aux abus commis contre les enfants talibés et à leur exploitation. Comme ces abris provisoires qui servent de salles de classe, comme en tant de guerre dans un camp de réfugiés! Comme toute cette jeunesse entreprenante qui divague pour un poste de travail !

Mais pour l’heure, accordons à notre président le temps de savourer sa victoire et celui de la réflexion.

Si j’osais moi-même une pensée, je lui dirais que s’il veut conduire sa population à l’émergence et nous emmener la ou il veut, il devra nous prendre là où l’on est. Je lui fais confiance pour cela !

Ousmane Sonko,la révélation de la Présidentielle Par Mame Mactar Guèye

Pour sa toute première expérience électorale, force est de reconnaître qu’il a merveilleusement réussi, dès le redoutable filtre du Parrainage, à surpasser de vieux briscards de l’arène politique, qui avaient été recalés à la surprise générale. Sa plus grande performance aura certainement été, malgré son statut de novice dans le landerneau politique, d’avoir mené tambour-battant une brillante campagne électorale, qui aura drainé une foultitude de «Jeunes Patriotes», qui l’ont porté en triomphe partout, même dans des localités reculées où il était jusque-là un illustre inconnu.

Mais son grand plébiscite aura surtout été, après une si courte ancienneté dans l’arène, d’avoir réussi à fasciner des foules en liesse, par des discours cohérents, mobilisateurs et accessibles tant aux intellectuels qu’aux Sénégalais lambda. Il n’est dès lors pas surprenant qu’il soit allègrement parvenu à se hisser dans «la cour des grands», au point de trôner fièrement aujourd’hui sur la troisième marche du podium, juste derrière de redoutables orfèvres de la chose politique, Idrissa Seck et Macky Sall, en engrangeant, pour ce baptême du feu, pas moins de 687.065 voix, soit 15,67% des suffrages de ce turbulent électorat sénégalais.

Incontestablement, le leader de «Pastef-les-Patriotes» est la révélation de cette 11e Présidentielle du Sénégal indépendant. Il est celui que nombre de jeunes gens (y compris ma fille aînée, Fatou Binetou, qui a voté pour lui) comparent déjà à Thomas Sankara ou à Patrice Lumumba. Ayant la baraka d’avoir réussi la prouesse de gagner, dès l’entame de sa carrière politique, la sympathie de larges franges de la Jeunesse, avenir de toute Nation, Ousmane Sonko voit assurément s’ouvrir devant lui un grand boulevard, qui pourrait le mener très loin, tant les espoirs suscités par l’irruption inattendue dans le sérail politique de ce vaillant patriote sont grands. Imbu de valeurs cardinales de la société sénégalaise, adossé à une Foi inébranlable, nourrissant de nobles et grandes ambitions pour son pays, ce benjamin de la Présidentielle 2019, Ousmane Sonko, on l’aime ou on ne l’aime pas, ne laisse personne indifférent.

Qu’Allah veille sur lui… 2024 n’est pas loin !


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*