LES PIQUES L’AS DE CE WEEK-END

Partagez ce contenu!

LES PIQUES L’AS DE CE WEEK-END

SenePlus  |   Publication 24/10/2020

Réouverture des Eglises au Sénégal

L’Église catholique qui avait maintenu la suspension de ses célébrations publiques, malgré la décision de l’Etat de rouvrir les lieux de culte en mai dernier, va reprendre ses activités le 1ernovembre prochain. Selon un communiqué signé par Monseigneur Benjamin Ndiaye, la reprise progressive du Culte dans les Diocèses se fera suivant l’appréciation des pasteurs du lieu et des conditions de faisabilité. Cette mesure se justifie par la tendance baissière du nombre de cas de coronavirus dans notre pays depuis plus d’un mois, les avis de médecins, l’engagement responsable et déterminé des communautés diocésaines et paroissiales à mettre en place un dispositif de sécurité sanitaire approprié et répondant aux normes édictées par les services du ministère de la Santé et de l’Action Sociale. La reprise va être accompagnée d’un certain nombre de précautions : la limitation du nombre de participants aux Offices liturgiques, le respect de la distanciation physique, la mise en place d’un dispositif de lavage des mains au savon ou au gel hydro alcoolique, le port obligatoire du masque, les modalités d’hygiène pour l’offrande de la quête, la désinfection des lieux avant et après chaque célébration, le respect des consignes données par les membres du service d’ordre lors des célébrations, à l’entrée des églises comme à l’intérieur, et à la sortie. Les prêtres sont aussi invités à démultiplier les messes, surtout dominicales, pour offrir à beaucoup plus de fidèles la possibilité de participer à la Sainte Eucharistie, tout en évitant les grandes affluences.

La Senelec s’investit à Ndiassane et Thiénaba

Le Directeur Général de la Senelec, Papa Mademba Bitèye, s’est rendu hier à Ndiassane et Thiénaba, des cités religieuses qui préparent activement la célébration du Maouloud. Selon M. Bitèye, l’objectif n’est plus de venir dire que la Senelec est en mesure de satisfaire la demande. A l’en croire, la Senelec a dépassé cette étape, car aujourd’hui il y a suffisamment de production. Il estime que le réseau est correctement alimenté et il a été mis suffisamment de postes de distribution pour satisfaire toute la demande. Le but de sa visite est juste de rassurer les khalifes que les requêtes qui ont été formulées en termes d’extension de réseau et d’amélioration de la qualité de service, ont été prises en charge. La Senelec s’investit à Ndiassane et Thiénaba (bis) Restons avec le Dg Pape Demba Bitèye qui soutient que la Senelec a sacrifié à cette tradition, parce qu’elle a une mission de service public. Et de ce point de vue, il était normal de venir s’assurer que toutes les dispositions sont prises lors d’événements de cette nature, qui regroupent des millions de Sénégalais. Serigne Abdourahim Seck, khalife général de Thiénaba a demandé l’électrification du village de Thioty et selon Papa Mademba Bitèye, des études ont été entamées pour satisfaire correctement l’électrification de cette zone. C’est pour dire que le programme d’accès universel à l’électricité est en cours d’exécution et il a demandé simplement aux populations d’être patientes. Il dit à ce propos : «Tous les programmes sont établis, les budgets vont être mobilisés, mais nous n’avons pas suffisamment d’entreprises pour tout réaliser en une année. Cela nécessite une programmation. Nous sollicitons leur compréhension d’autant que le programme d’accès universel à l’électricité à l’horizon 2025 est en cours et nous allons y arriver inchAllah.»

Des jeunes apéristes de Pikine marchent le 02 Novembre

Contre toute attente, des jeunes de l’Alliance pour la République (Apr) de Pikine mécontents de l’attitude de certaines autorités étatiques et leurs responsables locaux dont le maire de Pikine, Abdoulaye Thimbo, organisent une marche le 02Novembre prochain dans les rues de Pikine. Regroupés autour de «Apr Pikine rouge», ces jeunes républicains frustrés dénoncent également la mauvaise gestion de leur parti par le coordonnateur départemental Abdoulaye Thimbo non moins maire de la Ville de Pikine. Ils ont d’ailleurs déposé hier, une demande d’autorisation de marcher à la Préfecture de Pikine. Selon le coordonnateur de ces jeunes, Ibrahima Ngom, l’objectif de la procession est d’exprimer l’ensemble des doléances des jeunes de Pikine que sont entre autres le chômage, l’absence de formation et de financement.

Décès du ministre ivoirien, Sidiki Diakité

Le président Alassane Ouattara a perdu deux membres de son gouvernement en l’espace de quelques mois. Après le décès de son Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, son ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, Sidiki Diakité est rappelé à Dieu hier. Sur sa page Facebook, le président Ouattara dira que c’est avec une immense tristesse qu’il apprend le décès du ministre Sidiki Diakité, un grand serviteur de l’Etat. Ainsi il a décrété un deuil national de trois jours à la mémoire du ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation. Le défunt ministre a eu à occuper plusieurs portefeuilles dans le gouvernement ivoirien. Sidiki Diakité, un administrateur de profession, fut ministre de l’Intérieur et de la Sécurité avant d’atterrir à la tête du département l’Administration du territoire et de la Décentralisation.

Le maire Cheikh Dieng perd son procès contre des conseillers

L’édile de Djidah Thiaroye Kaw, Cheikh Dieng, perd une manche dans l’affaire qui l’oppose à certains conseillers municipaux. Il avait exclu sept conseillers municipaux pour absentéisme. Ces derniers, qui dénoncent la décision, avaient saisi la Chambre administrative de la Cour Suprême pour abus de pouvoir. La Cour a tranché en faveur des conseillers et demandé au maire libéral de Djidah Thiaroye Kaw de les réhabiliter. Sans doute va-t-on vers des réunions houleuses au Conseil Municipal. Puisque ces conseillers vont toujours s’opposer aux délibérations du Conseil. Affaire à suivre.

Maison des handicapés de Ndiarème Limamou Laye

Les personnes handicapées demeurant à Ndiarème Limamou Laye peuvent désormais pousser un ouf de soulagement. Car le maire Mamadou Baïdy Sèye, par ailleurs membre du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (Hcct), a livré à ses administrés vulnérables une maison clé en main d’une valeur de 30 millions Fcfa, en vue de promouvoir leurs activités. Une manière, selon l’édile de Ndiarème Limamou Laye, de promouvoir l’inclusion sociale.

Nianing reprend son ambulance

L’association «Jog Jotna» qui lutte pour la transparence et la communalisation de Malicounda Sud vient au chevet du poste de santé de Nianing. L’ambulance qui était en panne depuis plusieurs mois a été enfin dépannée. A cet effet, un appel a été lancé sur les réseaux sociaux pour solliciter un soutien.

Guy Marius intrigué par le silence de Macky sur la Guinée

Le responsable du mouvement Frapp France-Dégage ne comprend pas l’aphonie de Macky Sall au sujet des évènements inquiétants qui se déroulent actuellement en Guinée Conakry. Guy Marius Sagna estime que si le chef de l’Etat s’impose un silence radio sur cette affaire, c’est peut-être qu’il tient toujours à l’idée de son troisième mandat. Parce que, selon lui, tout le monde sait que le candidat de Macky Sall en Guinée c’est Cellou Dalein Diallo. Pour lui, si Macky Sall se tait sur le « mandat-virus» d’Alpha Condé, c’est tout simplement parce qu’il a compris une chose : «Vous avez le droit de garder le silence. Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous.» A l’en croire, tout ce que Macky dira contre Condé sera retenu contre lui par les Sénégalais qui résistent à son projet de 3e mandat, même s’il n’a pas encore craché le morceau. En Guinée, il ne s’agit pas d’être pour ou contre un des deux protagonistes, mais de rejeter vigoureusement le «mandat-virus».

Dethié Faye préoccupé par le cas de la Guinée

La Convergence pour la Démocratie et la République/Fonk sa Kaddu (C.D.R/FSK) est préoccupée par les tensions et les violences postélectorales en Guinée. Dans une déclaration parvenue hier «L’As», Déthié Faye et ses camarades invitent les acteurs politiques guinéens à comprendre et accepter que leur maintien et leur accession au pouvoir ne méritent pas des pertes en vies humaines. Ils expliquent que les candidats qui ont accepté de prendre part à l’élection présidentielle doivent se soumettre aux dispositions organisant les élections dans ce pays et qu’aucune manœuvre ou manipulation tendant à s’attribuer une victoire non issue du suffrage du peuple souverain ne doit être tolérée. Pour trouver une solution rapide à cette situation, ils demandent une intervention rapide et ferme de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest(Cedeao) auprès des protagonistes pour les inviter à la sérénité en s’abstenant de toute initiative ou déclaration susceptibles de conduire la Guinée à un embrasement. Ils exhortent également la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) à prendre ses responsabilités et veiller à ce que les résultats publiés soient ceux issus des urnes.

«And suxxali Cayor» se lance dans l’agriculture

Le président du Mouvement «And Suxxali Cayor» vient de lancer son programme destiné à l’agriculture, dénommé «And Suxxali sunu Mbày». Pour lui, un retour à la terre est indispensable. «Ce projet vise à promouvoir l’agriculture en mobilisant les jeunes à la recherche d’emplois afin de leur montrer qu’ils peuvent réussir ici au Sénégal en s’investissant dans le domaine agricole. C’est un projet qui vient à son heure surtout si l’on sait qu’au cours du mois d’octobre, près de 405 jeunes Sénégalais ont été interpellés par les forces de sécurité alors qu’ils tentaient de braver les dures conditions de l’océan pour regagner l’Espagne», a soutenu M. Diallo chef du service Cadastre de Saint-Louis. Il dit répondre à l’invite du Chef de l’Etat qui demande à nos jeunes compatriotes d’oser entreprendre pour assurer leur réussite.

Me Youm à l’Assemblée nationale

Le ministre des Infrastructures, des Transports Terrestres et du Désenclavement a fait face aux députés hier en inter commissions des Finances, du contrôle budgétaire et de l’Aménagement du territoire, de l’Urbanisme, des Infrastructures et des Transports pour présenter le projet de loi portant création du Fonds d’entretien routier autonome (FERA). Après 12 ans d’existence, le FERA a montré ses limites structurelles et affiche des contre-performances qui rendent nécessaires sa réforme et sa mutation institutionnelle. Ainsi le nouveau Fonds disposera de plus de ressources financières. Selon le ministre Oumar Youm, il sera plus conforme aux dispositions de la directive de l’UEMOA portant harmonisation des stratégies d’entretien routier


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*