LES PIQUES DE L’AS DE CE VENDREDI

Partagez ce contenu!

LES PIQUES DE L’AS DE CE VENDREDI

SenePlus  |   Publication 18/09/2020

Le Sénégal atteint la barre des 300 décès

Alors que l’Afrique est à 24 350 décès liés à la pandémie de covid-19, le Sénégal atteint la barre des 300 décès, soit un taux 0,81%. Le ministère de la Santé a enregistré hier un décès, ce qui a porté à 300 les victimes de la pandémie. Le continent noir compte à ce jour 1 124 940 cas dont 3 884 nouveaux cas confirmés durant les 24h, 937 176 guéris et 163 413 sous traitement. Au Sénégal, le ministère de la Santé et de l’Action sociale a révélé que sur 1 312 tests réalisés, 50 cas sont revenus positifs, soit un taux de positivité de 3,81%. Les autorités sanitaires ont recensé 23 cas issus de la transmission communautaire répartis entre : Guédiawaye (2), Mbao (2), Parcelles Assainie 02 cas, Diamniadio 01 cas, HLM Grand-Yoff 01 cas, Keur Massar 01 cas, Liberté 5 01 cas, Liberté 6 Extension 01 cas, Mbour 01 cas, Médina 01 cas, Mékhé 01 cas, Mermoz 01 cas, Niary Tally 01 cas, Nord Foire 01 cas, Ouakam 01cas, Sangalkam 01cas, Scat-Urbam 01cas, Sicap-Baobab 01 cas, Tambacounda 01 cas et Ziguinchor 01 cas. Les cas contacts sont au nombre de 27 cas. Le ministre de la Santé a déclaré 167 patients guéris. Les cas graves pris en charge dans les services de réanimation sont au nombre de 31 patients. Le Sénégal compte 14 618 cas déclarés positifs dont 10 923 guéris et donc 3 394 sous traitement.

Contrôles aux frontières

En session ordinaire depuis mardi dernier, le Conseil Economique, Social et Environnemental (Cese) poursuit les auditions des acteurs impliqués dans la lutte contre la pandémie de covid-19. Hier, c’était le tour du Directeur du Service National de l’Hygiène Publique, le Colonel Malick Diop. Ce dernier a plaidé pour le renforcement des contrôles aux frontières terrestres aériennes par des brigades d’hygiène pour prévenir tout risque de nouvelles contaminations massives. L’officier supérieur, faisant le point des interventions des agents du service d’hygiène pendant la période de pandémie, indique que ses hommes ont effectué 69 451 visites à domicile et désinfecté 248 dépouilles de victimes de la Covid-19. Aussi, les brigades d’hygiène ont désinfecté 13611 domiciles exposés et effectué 2826 descentes dans les daaras et les marchés.

Le nouveau Dci marque son terroir

A peine est-il installé le patron de la Direction du Commerce Intérieur Oumar Diallo a entamé depuis hier une vaste opération contre la distribution anarchique du pain à Dakar. L’opération prend fin aujourd’hui. Toutes les boulangeries qui ne respectent pas les normes sanitaires sont fermées. Les charriots «pousse pousse », les tricycles sont retirés du circuit de distribution. Les boutiquiers ne sont pas en reste dans ces mesures. Il est prévu une sanction contre les boutiquiers qui vendent du pain. Et les kiosques irréguliers sont fermés. Mamadou Makhtar Fall, contrôleur à la direction du Commerce Intérieur de Dakar, avertit que désormais tout boulanger est astreint à une déclaration obligatoire.

Me Malick Sall réplique à l’UMS

Le ministre de la Justice, Me Malick Sall, a été laconique hier sur la convocation du président de l’union des magistrats du Sénégal (UMS), Souleymane Téliko, devant l’Inspection générale de l’administration de la justice (Igaj). Interpellé sur la question en marge de la rencontre entre son département et le Comité de suivi de la mise en œuvre des opérations du Fonds de Riposte et de Solidarité contre les Effets de la Covid-19 (Force Covid-19), le Garde des Sceaux a déclaré : «D’aucuns peuvent dire ce qu’ils veulent mais ce qui est certain, c’est que je ne vais pas me prononcer dans cette affaire. C’est une affaire des juges et le Garde des Sceaux n’a rien à voir là-dessus.»Une déclaration qui va sans doute susciter une réaction de la part de l’Union des magistrats sénégalais (UMS) qui avait sorti un communiqué dans lequel elle affirmait que l’Igaj a été saisie par le ministre de la Justice pour des propos que Téliko aurait tenus lors d’une interview parue dans la presse.

Me Malick Sall sur l’affaire Lamine Diack

Restons toujours avec le successeur du Pr Ismaïla Madior Fall au département de la Justice, qui a été interpellé également sur la condamnation de Lamine Diack en France. Il n’a pas été bavard. «Ce que je puis vous dire sur cette affaire, c’est ce que vous savez. Lamine Diack a été jugé en France et son fils n’a pas comparu mais il a été jugé. La justice française a rendu sa décision. Les avocats de Lamine Diack ont décidé de faire appel. C’est un constat que je peux faire et les choses se passent comme ça », explique-t-il, avant de poursuivre : « l’Etat du Sénégal, dans ce cadre, ne peut intervenir que comme soutien au niveau de notre consulat et lui trouver un avocat en cas de besoin, s’il ne l’a pas. Il se trouve comme vous le savez que M. Diack a ses avocats qui l’ont défendu et l’Etat du Sénégal a, par le biais de son consulat à Paris, été à ses côtés du début jusqu’à la fin.

Aliou Sall/Bougane Dany

Le maire de Guédiawaye Aliou Sall a traîné en justice le patron de Dmédias, Bougane Guèye Dany et Ahmed Aïdara pour diffamation à propos de la vente d’une parcelle à Auchan par la mairie de Guédiawaye. L’affaire n’a pas été débattue au fond. Le juge a renvoyé le dossier au 15 octobre pour plaidoirie suite à la demande de l’avocat des prévenus. A l’entame du procès, le président du Tribunal Correctionnel, Ngary Diop a exigé la présence des mis en cause. Ce qui a fait réagir l’avocat de l’édile de Guédiawaye. La robe noire estime que Bougane Guèye Dany et Ahmed Aïdara ont délibérément choisi de ne pas se présenter à l’audience. Mieux, dénonce-t-il, les prévenus ont refusé de prendre leur citation directe. Ces dires sont confortés par l’huissier qui l’avait mentionné. L’avocat de la partie civile a demandé que l’affaire soit retenue. Prenant la parole, le juge s’est indigné de l’attitude des prévenus. Le magistrat dit ne pas concevoir que des gens qui aspirent à diriger un pays se permettent de ne pas respecter une institution telle que la justice, en s’abstenant de répondre aux citations. C’est ainsi que Bougane et Ameth Aïdara ont débarqué rapidement au tribunal. Les avocats des prévenus ont demandé le rabat du délibéré. Le juge a accédé à cette requête en fixant pour le 15 octobre prochain le procès pour plaidoirie.

Bougane Guèye Dany promet des révélations

Restons au procès du patron de Dmédias et de son employé Ameth Aidara pour dire que Bougane Guèye Dany promet de divulguer, à l’occasion d’une conférence de presse, les preuves qu’effectivement Aliou Sall a vendu le foncier de la mairie à la société Senas SA, propriétaire des enseignes Auchan au Sénégal. Le patron de D-Média ne compte pas s’arrêter en si bon chemin. Il va exhiber les documents qui attestent cette transaction. C’est dire que le procès sera pétillant.

Le maire de Keur Massar chassé

Les habitants de l’Unité 3 des Parcelles Assainies de Keur Massar n’ont pas eu la possibilité de parler au Président Macky Sall à cause de l’impressionnant dispositif sécuritaire qui l’accompagnait. Toutefois, elles ont déversé leur bile sur le maire de Keur Massar. Pris d’assaut par une foule en colère, Moustapha Mbengue a été évacué par ses gardes du corps. Les populations de cette zone, très touchées par les inondations, lui reprochent son manque d’empathie et son indifférence à leur égard.

Plusieurs sinistrés atteints d’Avc

Ne quittons pas Keur Massar qui a accueilli hier le président de la République venu s’enquérir de la situation des inondations. Faisant le point des opérations de pompage menées par les sapeurs-pompiers, le colonel Ange Diatta a fait savoir que 750 familles ont été évacuées depuis le 6 septembre. L’officier supérieur des sapeurs-pompiers qui dirige les opérations à Keur Massar a signalé que parmi celles-ci, il y a eu plusieurs personnes atteintes d’accident vasculaire-cérébral (Avc) et des femmes enceintes.

La visite de Macky ne semble pas enthousiasmer les Fatickois

Après une longue absence, le Président Macky Sall va effectuer une tournée économique dans le Sine qui le mènera dans la commune de Niakhar pour voir les réalisations de «Jam Bougoum», une association sportive et culturelle donnée en exemple dans plus de cinquante pays du monde grâce à son modèle agricole. L’association a créé aujourd’hui près de 200 emplois. Après l’étape de Niakhar, le chef de l’Etat se rendra à Sibassor dans la région de Kaolack avant de revenir dans l’après-midi dans la région de Fatick, précisément à Toubacouta. Là-bas, il visitera le champ d’arachide d’une superficie de 10 hectares du député-maire de Toubacouta, Pape Saïdou Dianké. Contrairement à ses précédentes visites, la venue du Président Sall dans son fief politique ne semble pas enthousiasmer les populations. Pour l’instant, rien ne semble indiquer dans les rues de Fatick et environs que le Sine attend son Président.

Plus de 70 migrants clandestins interceptés à Djiffer

Plus de 70 migrants clandestins sénégalais et gambiens dont 7 femmes en partance pour l’Europe ont été interceptés à Djiffer, village de pêcheurs situé dans la commune de Palmarin. «Au total, 73 migrants clandestins dont un Gambien et des Sénégalais et 4 membres d’équipage sont actuellement dans les locaux de la brigade de Fimela pour les besoins de l’enquête en vue d’identifier les cerveaux de l’opération», a indiqué à l’ «Aps» une source sécuritaire. Ces migrants clandestins parmi lesquels il y a 7 femmes dont la plus âgée avait un enfant de 2 ans, sont originaires de plusieurs localités du pays dont Cayar, Saint-Louis, Dakar pour l’essentiel.

Deux soldats sénégalais de l’ECOMIG arrêtés en Gambie

La police gambienne qui effectue des patrouilles nocturnes pour le respect du couvre feu décrété par le Président Adama Barrow a gâché la fête d’un anniversaire autour d’une piscine au quartier Bijilo de Serrekunda. Les policiers ont interpellé 22 fêtards qui ont violé le couvre-feu. Seulement, parmi eux figurent deux soldats sénégalais du contingent de l’ECOMIG, d’après fatunetwork.net. D’ailleurs le porte-parole de la police, Lamin Njie a confirmé leur arrestation. Le dossier est entre les mains des autorités policières de Gambie


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*