LES PIQUES DE L’AS DE CE VENDREDI

Partagez ce contenu!

LES PIQUES DE L’AS DE CE VENDREDI

SenePlus  |   Publication 12/03/2021

JEUX DE CARTES – Ce qui ne tue pas…

La radiation a été d’un grand apport pour lui. L’arrestation est sans doute une aubaine pour Sonko. Hier, aux Parcelles assainies, en banlieue populeuse de Dakar, le leader de Pastef, en visite dans le quartier général de Y en a marre, a eu droit à un accueil chaleureux. Une suite logique de celle qui lui a été consacrée à sa sortie du bureau du doyen des juges le 8 mars dernier. Sonko essaie si bien d’utiliser “son temps” à bon escient. Il organise bien ses “sorties” et prépare rigoureusement ses “visites improvisées” afin de multiplier les points non sans une dose de populisme. Le Pouvoir a déjà fait de lui un héros, écrivions-nous. D’abord, en décidant de l’attaquer frontalement avec des arguments souvent fallacieux, ils ont inconsciemment mis en relief les tares qu’il dénonce non sans véhémence. Ensuite, la campagne de désinformation inhérente à la levée de boucliers a davantage rendu populaire un homme qui n’était pas un foudre de guerre dans la jungle politique sénégalaise. Enfin, en décidant d’adopter une posture radicale pour le réduire à néant, ils se sont tiré une balle sur leurs pieds déjà fragilisés par des incohérences notoires, une arrogance peu dissimulée, et des actions mal pensées. La communication du camp présidentiel qui a suivi cette “affaire privée” de viols et de menaces de mort a été catastrophique. Les acteurs qui étaient visibles dans les médias n’ont pas su renverser cette tendance selon laquelle Macky Sall passe pour être le bourreau de «ces enfants qui refusent». Ce qui est, en grande partie, à l’origine de cette accumulation de frustrations. Ousmane Sonko a fait de toutes ces maladresses un bon usage politique, aidé en cela par une conjoncture socio-économique défavorable au pouvoir. La volonté de Sall de “réduire l’opposition à sa plus simple expression” a en outre beaucoup profité à Sonko. Il sort grandi d’une épreuve qui pouvait lui être fatale. Ce qui ne tue pas rend plus fort. Toutefois, la politique est une série d’incertitudes, de surprises..

Miim Reew

Dior Diagne porte plainte contre Me Bamba Cissé et Me So

La célèbre avocate Dior Diagne est amère. Citée comme le cerveau du « complot contre Ousmane Sonko » et victime d’un lynchage en règle sur les réseaux sociaux, la dame a décidé de laver son honneur devant la justice. Elle a porté plainte contre Me Bamba Cissé. Celle que l’on présente comme l’épouse cachée du ministre de l’Intérieur accuse le jeune avocat d’avoir transmis un message reçu d’elle accréditant la thèse du complot dont elle serait le cerveau à son client, à tort. Dans sa plainte, elle explique en détail comment ses confrères Me Cissé et Me So qui est l’auteur de la plainte de Adji Sarr contre Ousmane Sonko, l’ont jeté à la vindicte populaire faisant croire à tort qu’elle est à l’origine de cette affaire Sonko Adji Sarr considérée comme un complot d’Etat pour disqualifier un adversaire politique du Président Sall. Cette plainte intervient au lendemain de la réunion convoquée par le bâtonnier pour tirer au clair cette affaire qui secoue le barreau sénégalais. Me So ayant admis être l’auteur de la plainte blanchit de fait Dior Diagne qui entend laver son honneur à son tour devant dame justice.

Réplique de Mame Mactar Guèye

Décidément, on aura tout vu dans l’affaire Adji Sarr-Ousmane Sonko. Chaque jour, on note des dégâts collatéraux. Après la plainte de Me Dior Diagne contre ses confrères, Me El Hadji Diouf et Mame Mactar Guèye du Collectif des Médiateurs Religieux pour la Sauvegarde de la Paix Civile se crêpent le chignon. Mame Mactar Guèye de Jamra n’a pas aimé la sortie du conseil de Adji Sarr contre les médiateurs religieux. Il demande à Me El Hadji Diouf d’arrêter de tirer dans tous les sens. Car, dit-il, le Collectif des Médiateurs Religieux pour la Sauvegarde de la Paix Civile, coordonné par l’éminent Abbé Jacques Seck, n’a nullement l’intention de s’ériger en concurrent du «meilleur avocat» du Sénégal.

Deuil national des victimes des manifs

Après le deuil national décrété par le Président Macky Sall en hommage aux 13 victimes des manifestations violentes pour la libération d’Ousmane Sonko, c’est au tour des initiateurs du M2D de décréter un deuil aujourd’hui à la mémoire des victimes. Il est prévu ce vendredi une séance de récital de coran à partir de 11h à la grande mosquée de Massalikul Jinan en présence de l’Imam de ladite mosquée. En sus des séances de prières, il est prévu 13 minutes de silence virtuel sur les réseaux sociaux. Il s’agit de consacrer pour chaque victime une minute de prières. Ainsi pendant ces 13 minutes, ils ont décidé de s’abstenir d’écrire sur les réseaux sociaux.

Reconstitution des états civils perdus suite aux manifs

Lors des manifestations pour la libération d’Ousmane Sonko, des individus inconscients en ont profité pour saccager tout sur leur passage. Même les centres d’état civil n’ont pas été épargnés. Au cours de la réunion de la coordination départementale de Bennoo Bokk Yakaar (Bby) de Rufisque, le ministre de la Décentralisation et des Collectivités territoriales a abordé la question en condamnant les pillages quels qu’ils soient. Pour Oumar Guèye, le fait de s’attaquer aux centres d’état civil relève de l’inconscience. A l’en croire, il faut être insensé pour s’attaquer à des centres d’état civil qui sont la mémoire permettant d’établir l’identité des populations. Sans les états civils, poursuit-il, personne ne pourra se procurer des extraits de naissance, de passeports, de cartes nationales d’identité, entre autres. Cela dit, Oumar Guèye informe que le gouvernement, en relation avec les maires, a pris les dispositions pour la reconstitution des états civils perdus. Il promet d’encadrer les élus pour régler les problèmes relevés dans les états civils après les saccages. Il n’a pas manqué de relever toute la problématique de la numérisation et de la digitalisation de l’état civil. Un dossier sur lequel son département est en train de travailler grâce au financement de 18 milliards Fcfa débloqué par l’Union Européenne.

Tournée d’adieux du Général Birame Diop

Le Chef d’état-major général des forces armées (Cemga) a entamé sa tournée d’adieux aux différentes zones militaires. Devant terminer son commandement à la tête des Armées le 29 mars 2021, le général d’armée aérienne, Birame Diop, était à Kaolack hier. Il a fait ses adieux aux soldats de la zone militaire 3.

Les PTF s’engagent à mieux appuyer l’Education

Le ministre de l’Éducation nationale, Mamadou Talla et une délégation des Partenaires techniques et financiers (Ptf) du secteur de l’Éducation ont fait hier, un large tour d’horizon sur le partenariat fructueux des différentes interventions dans le secteur. Occasion saisie par le Directeur de la Planification et de la Réforme de l’Éducation, Cheikhna Lam pour relever le déficit de table-bancs, de manuels scolaires et de personnels enseignants. Il indique également que dans le cadre de la lutte contre la propagation de la covid-19, le ministère de l’Éducation fait face à l’urgence de multiplier les blocs d’hygiène, les kits de protection, des kits alimentaires etc. Pour sa part, Seyni Fall a dressé le bilan des activités de production de ressources numériques. A cela, s’ajoutent la formation et l’encadrement des enseignants, des techno-pédagogues et l’acquisition de matériels pour un meilleur accès aux ressources numériques. Au nom de la délégation des Ptf du secteur de l’Éducation, Siaka Coulibaly représentant des programmes onusiens, a salué les efforts du ministère de l’Education Nationale pour sa gestion efficace de la pandémie avant de renouveler son engagement à accompagner le gouvernement à améliorer la qualité de l’éducation. Pour sa part, Mamadou Talla a demandé la finalisation de la collecte des données pour mieux maitriser la cartographie des vulnérabilités, l’harmonisation et la coordination des différentes interventions afin d’éviter les redondances.

Ziguinchor et Bignona marchent aujourd’hui

Les militants du Pastef de Ziguinchor et de Bignona maintiennent la cadence pour exiger la libération de huit de leurs camarades emprisonnés. Même si la tension est retombée, les militants du Pastef de ces deux villes vont marcher ensemble aujourd’hui dans les rues de Ziguinchor. Le Préfet a autorisé cette procession motivée par la détention de huit personnes depuis le mardi 09 février. Dix-neuf (19) communes du département de Bignona se joindront aux «patriotes» de la commune de Ziguinchor pour, disent-ils, relever le défi de la mobilisation et se faire entendre. .

Le Sénégal réception 25 000 doses de vaccin

L’Inde contribue à la riposte contre la pandémie du coronavirus. Le ministre de la Santé et de l’Action sociale réceptionne aujourd’hui en présence de l’ambassadeur d’Inde au Sénégal 25.000 doses de vaccins covishield-Astrazeneca. La cérémonie de réception se tient à la Pharmacie Nationale d’Approvisionnement(PNA).

Baisse des contaminations à Mbour

Le préfet du département de Mbour, Mor Talla Tine, a lancé jeudi la deuxième phase de la campagne de vaccination contre le coronavirus dans le district sanitaire. Le Préfet, les responsables des forces de défense et de sécurité, les élus locaux et des leaders d’opinion se sont fait vacciner en guise d’exemple. Occasion par le médecin-chef du district sanitaire de Mbour, Jean Jacques Malomar pour rassurer de la baisse de la contamination du virus ces dernières semaines dans la commune de Mbour. A ce jour, 742 cas positifs ont été recensés dans la commune de Mbour, dont 506 guéris et 177 sous traitement. Il renseigne par ailleurs que 1.288 personnes du troisième âge sont inscrites sur la base des données nationales


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*