LES PIQUES DE L’AS DE CE MERCREDI

Partagez ce contenu!

LES PIQUES DE L’AS DE CE MERCREDI

SenePlus  |   Publication 16/12/2020

Youssou presse Macky …

Après son concept «Daan Corona», le lead vocal du Super Etoile, Youssou Ndour, semble être plus préoccupé désormais par la reprise des activités des artistes dans leurs lieux de prestation et dans les salles de spectacles. Ayant décidé de prendre à bras-le-corps le combat de ses congénères contre la décision du ministre de l’Intérieur de fermer lesdits lieux, l’ancien ministre de la Culture a, selon des sources, interpellé le Président Macky Sall avant-hier à sa descente d’avion présidentiel de retour de l’investiture de son homologue ivoirien Alassane Dramane Ouattara. D’après elles, le roi du «Mbalax» lui a chouchouté durant un long moment des paroles à l’oreille. Selon certaines indiscrétions, You était parti se plaindre de la mesure d’Antoine Félix Diome. Une stratégie qui s’est avérée payante car c’est à partir de cette interpellation qu’est née l’initiative de la rencontre entre le remplaçant d’Aly Ngouille Ndiaye, Youssou Ndour et six représentants de la coalition des acteurs de la musique (CAM).

Désaccord entre Antoine Diome et les artistes

Restons avec les acteurs culturels pour qui leur rencontre avec le ministre de l’Intérieur s’est soldé par un échec. Apparemment, les artistes n’ont pas réussi à convaincre hier Antoine Félix Diome de revenir sur sa décision de fermer les salles de spectacles, en cette période de fin d’année. Leur rencontre n’a pas permis d’arrondir les angles. Finalement, ils se sont donné rendez-vous aujourd’hui à 19 heures pour continuer les discussions. Pour l’instant, le sit-in des acteurs culturels restent toujours maintenu pour demain.

L’appel de Macky à la vigilance face à la Covid-19

Le Président Macky Sall a profité de l’audience qu’il a accordée hier à la délégation de la communauté libanaise au Sénégal pour lancer un appel à la vigilance face à la deuxième vague de Covid-19. C’est la propagation du virus qui justifie, selon lui, les mesures de restriction notées ces derniers jours et qui seront adaptées à la situation actuelle du pays. Le chef de l’Etat annonce la réactivation des centres de traitement des épidémies pour contenir et vaincre la maladie. Il recevait une délégation de la communauté libanaise au Sénégal venue remettre des ambulances médicalisées, des masques et des lots de produits hygiéniques dans le cadre de la riposte contre la Covid-19.

Les raisons de l’absence de respirateurs artificiels à Matam

L’annonce de deux décès de malades atteints de la covid-19 à Matam, faute de respirateurs artificiels par les médias, a fait sortir la directrice générale des établissements de santé de sa réserve. Dr Fatou Mbaye Sylla précise d’emblée que dans le dispositif mis en place par le ministère de la Santé et de l’Action Sociale dans le cadre de la riposte contre la pandémie, Matam ne doit pas avoir de lits chauds et d’appareils de respiration artificielle. La structure sanitaire de Matam ne traite que des cas asymptomatiques et autres cas sans complications. Ainsi le traitement des cas graves est réservé au centre de traitement des épidémies de Ourossogui qui dispose de tout le matériel nécessaire pour une prise en charge correcte des cas graves de covid-19, notamment des lits chauds et des respirateurs artificiels.

Grève de la faim de jeunes de Podor

Révoltés par la situation dans leur département et l’attitude de leurs responsables politiques, des jeunes du mouvement Podor Debout ont entamé hier une grève de la faim. Selon le porte-parole de ce mouvement de veille et d’alerte, Abdoul Aziz Ba, le département de Podor est dépourvu d’infrastructures de base et les responsables politiques ne font aucun effort pour trouver une solution. Il cite, entre autres, le problème de centre de santé de Cascas, le pont de Gnanga, l’axe routier, Diatar-Alowar etc. Le magistrat Cheikh Tidiane Diallo décédé La grande faucheuse a frappé le monde de la justice. Cheikh Tidiane Diallo, le procureur général près la Cour d’Appel de Thiès a rendu l’âme hier. Selon des témoignages, hospitalisé depuis quelques jours à l’hôpital Principal de Dakar, il est décédé des suites du malaise qui lui avait valu son hospitalisation. Fonctionnaire chevronné, magistrat respecté, il a eu à occuper les fonctions de directeur de l’administration pénitentiaire et de secrétaire général du ministère de la Justice avant d’être envoyé terminer sa mission à la Cour d’appel de Thiès. Père du Dr Mohamed Diallo, président du parti de l’Union pour la restauration des valeurs (URV), il a été également directeur de cabinet de Djibo Leyti Ka.

Aïssata Tall Sall à l’investiture de Condé

Beaucoup de médias ont relayé que le président guinéen, Alpha Condé, a zappé son homologue sénégalais, Macky Sall, décidant de ne pas l’inviter à son investiture hier. En réalité, le Sénégal s’est bien fait représenter. Certes le chef d’Etat du Sénégal ne pouvait être à l’aise à la cérémonie à cause de ses relations heurtées avec le président Condé, nées des prises de position des autorités sénégalaises notamment pendant la période de l’épidémie Ebola, mais notre pays a été invité. Ainsi Macky Sall a été représenté par la ministre des Affaires étrangères, Aïssata Talla Sall, qui était accompagnée d’une forte délégation. Il faut noter que les chefs d’Etat de la Guinée Bissau et de laGambie n’étaient pas présents non plus à la cérémonie. Umaro Sissoco Embalo et Adama Barrow n’étant pas en odeur de sainteté aurpès de lui, Condé a invité Domingos Simões Pereira, l’opposant du président bissau-guinéen. Finalement l’évènement a enregistré la présence de Nana Akuffo Addo du Ghana, Idriss Deby Itno du Tchad, Denis Sassou N’guesso du Congo, Azali Assomani des Comores, Roch Marc Christian Kaboré du Burkina Faso, Mohamed Ould El Chazouani de la Mauritanie, Julius Mada Bio de la Sierra Leone, Sahle Work Zewde d’Éthiopie, Faure Gnassingbé du Togo, Bah N’Daw du Mali, et Georges Weah du Liberia..

27 des 50 cas communautaires sont à Dakar

Même si le virus se propage dans plusieurs régions, celle de Dakar reste l’épicentre de la pandémie. Pour l’essentiel, les cas positifs sont enregistrés à Dakar. Le bilan quotidien du ministère de la Santé et de l’Action Sociale fait état de 70 nouveaux cas positifs sur 938 tests réalisés, soit un taux de positivité de 7,46 %. Le résultat du jour confirme que le foyer de Dakar est ardent. Car, sur les 50 cas issus de la transmission communautaire, les 27 sont enregistrés à Dakar. Ces derniers sont répartis entre Dakar Plateau 05 cas, Ngor 03 cas, Mbao 02 cas, Mermoz 02 cas, Ouakam 02 cas, Sacré-Cœur 3 02 cas, Yoff 02 cas, Cité Keur Gorgui 01 cas, Cité Soprim 01 cas, Fann 01 cas, Guédiawaye 01 cas, Gueule Tapée 01 cas, Nord-Foire 01 cas, Sicap Amitié 3 01 cas, Zone de Captage 01 cas et Médina 01 cas. Les autres cas issus de la transmission communautaire sont recensés à Touba 05 cas, Matam 04 cas, Richard-Toll 04 cas,Ourossogui 03 cas,Diourbel 02 cas, Louga 02 cas, Kidira 01 cas, Podor 01 cas et Saint-Louis 01 cas. Quant aux constats, on a dénombré 20 cas. Le taux de guérison reste élevé. Les autorités sanitaires ont déclaré 84 patients guéris. Cependant, 20 cas graves sont pris en charge dans les services de réanimation. A ce jour, le Sénégal a enregistré 17 216 cas positifs dont 16 243 guéris, 350 décédés et donc 622 encore sous traitement.

Le japon colonise le Sénégal

Positionner le Sénégal comme une plaque tournante en Afrique pour les multinationales japonaises. C’est l’ambition du gouvernement, d’après le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération. Amadou Hott a fait cette déclaration hier, lors de la 2nde session du Comité mixte pour la promotion des investissements qu’il a co-présidé avec l’Ambassadeur du Japon, Arai Tatsuo. D’emblée le ministre de l’Economie s’est réjoui de la décision du Japon de coopter le Sénégal dans le groupe des 9 pays africains où les bases sont jetées pour accueillir davantage d’investisseurs nippons. A ce propos, il plaide pour un partenariat économique et commercial plus fort basé sur l’investissement privé et sur les flux commerciaux. Il s’agit, selon Amadou Hott, de positionner le Sénégal comme une plaque tournante en Afrique pour les multinationales japonaises desservant les marchés régionaux et d’accueillir les entreprises et fournisseurs nippons basés dans d’autres régions qui souhaitent se délocaliser.

L’Artp valide la comptabilité analytique de la Poste

L’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP) lance l’audit du Groupe la Poste. L’autorité de régulation a porté son choix sur le groupement Grant Thornton/Axon pour évaluer la comptabilité analytique de l’opérateur public en charge du service universel postal, conformément aux dispositions du code des postes et eu égard au calendrier interministériel de restructuration de la Société nationale La Poste. Il revient ainsi au groupement Grant Thornton/AXON de réaliser cette action stratégique afin de garantir la mise en œuvre correcte des besoins du régulateur et de l’opérateur historique. A noter que la mise en place de la comptabilité analytique de l’opérateur public permet d’assurer une visibilité et une transparence sur les états financiers de l’opérateur et sur les coûts réels de chaque service. C’est également, indique un communiqué de l’ARTP, un préalable à la détermination du coût du service postal et à la définition de la rémunération accordée en contrepartie des missions de service public et par-delà à la restructuration de l’opérateur.

Mamadou Lamine Diallo bombarde Niasse

Apparemment, le député Mamadou Lamine Diallo s’est remis de sa maladie. Testé positif à la covid-19, le président du mouvement Tekki a porté l’estocade à Moustapha Niasse qui avait évoqué le nom de son père lors d’une séance plénière à l’Assemblée nationale. Ce qui semble choquer le parlementaire. Il a appelé au passage son combat pour que le peuple, à travers les députés, participe à la gouvernance des ressources naturelles, comme le Président Macky Sall a inscrit dans la constitution que ces ressources appartiennent au peuple. Avant de tirer à boulets rouges sur Moustapha Niasse. Selon Mamadou Lamine Diallo, le président de l’Assemblée nationale ne veut pas en tirer toutes les conséquences. Il rappelle que le peuple, ce n’est pas l’Etat. C’est plus que l’Etat, dit-il. A l’en croire, les représentants du peuple à l’Assemblée nationale ont leur mot à dire sur la gestion de ces ressources. Il dit mener ce combat de principe de la gouvernance démocratique au nom du peuple des Assises nationales. A l’en croire, c’est ce que ne supporte pas Moustapha Niasse. Pour lui, Niasse n’aime pas la démocratie et il pense être au-dessus des lois et du règlement intérieur de l’Assemblée nationale. Toutefois, il a tenu a préciser qu’il n’a pas un problème personnel avec lui. Il estime que dans une diatribe haineuse inexplicable, Niasse a laissé remonter un fond de lui-même. Avant d’ajouter qu’il n’est en rien responsable de son échec personnel à accéder à la place de Macky.

Cheikh Mounhamina à la tête de l’Institut Abdoulaye Niasse

Le Khalife de Médina Baye a nommé son frère Cheikh Mounhamina Niasse directeur de l’Institut El Hadji Abdoulaye Niasse, poste qu’il a occupé des années avant de devenir Khalife. Rappelons que l’Institut accueille plus d’une trentaine de nationalités.


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*