LES PIQUES DE L’AS DE CE MERCREDI

Partagez ce contenu!

LES PIQUES DE L’AS DE CE MERCREDI

SenePlus  |   Publication 21/10/2020

Ces Berlines de la Police qui heurtent les consciences

Après son communiqué faisant état du bilan élogieux des opérations de sécurisation des services de sécurité au cours du mois de septembre, le Bureau des relations publiques de la Police nationale devra se pencher sur l’écriture d’un autre document pour éclairer l’opinion sénégalaise sur un avis d’attribution provisoire d’un marché de trois véhicules à EMG Universal Auto qui déchaîne les passions à travers sur les réseaux sociaux. Ce qui sidère et exaspère les populations, ce n’est pas que l’acquisition des voitures. Beaucoup d’internautes en effet s’interrogent sur les prix exorbitants des véhicules présentés dans le document. Il s’agit de voitures «de genre berline» dont le prix unitaire est de 90 050 000 francs CFA. Donc un montant total de 656 900 000 F pour les trois. Ce qui est totalement contraire à la gestion sobre et vertueuse tant chantée par les acteurs de la deuxième alternance d’autant plus que la Police est très mal lotie en termes de moyens de locomotion. Combien de véhicules peut-on acheter avec cette somme ? Surtout qu’en conseil de ministres du mercredi 19 février dernier, le chef de l’Etat Macky Sall avait pris la décision de suspendre, à compter du 20 février 2020, et jusqu’à nouvel ordre, toutes les acquisitions de véhicules de fonction et de service au nom de l’État, des structures parapubliques et des sociétés nationales.

Les cas importés ont presque triplé en l’espace de 24 H

Les cas importés reviennent en force dans le communiqué quotidien du ministère de la Santé et de l’Action sociale sur la situation du coronavirus au Sénégal. De 07 le 19 octobre, ils sont passés à 18 dans le document rendu public hier (20 octobre). En effet, le bilan du 20 octobre précise que 27 nouveaux cas ont été décelés sur 816 tests réalisés. Cette liste est composée de 18 cas importés et de 09 personnes contaminées par la voie de la transmission communautaire. Abdoulaye Diouf Sarr et ses services indiquent également que 57 patients ont été déclarés guéris. Toutefois, ils soulignent la présence de 06 cas graves suivis par le personnel médical. Les autorités sanitaires ont enregistré un nouveau décès, portant le nombre total à 320. Pour le moment, on recense dans les archives du département dirigé par le maire de Yoff 15.459 cas de Covid-19, depuis la présence du virus dans le pays le 02 mars dernier. Dans ce lot, le Pr Moussa Seydi et ses collègues en ont guéri 13.922.

Condoléances d’Idrissa Seck

La tristesse et la consternation règnent toujours dans le pays après la disparition successive des trois enfants du khalife général des Layennes. Au lot des présentations de condoléances est venue s’ajouter celle d’Idrissa Seck. Hier, le patron de Rewmi a formulé des prières à l’endroit des défunts, implorant Dieu de leur réserver une place de choix en son paradis céleste.

Condé lamine Cellou Dalein Diallo dans 4 circonscriptions

En Guinée, les choses ont bougé hier du côté de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni). L’organe a commencé hier à publier des résultats provisoires partiels de la présidentielle de dimanche dernier. D’après la Céni, le président sortant arrive largement en tête loin devant son rival Cellou Dallein Diallo dans quatre circonscriptions électorales du pays. Par exemple dans la commune de Matam Alpha Condé a obtenu 26.581 voix soit 51,39% des votants suivi par Cellou Dalein Diallo avec 18.800 voix soit 37,77%. C’est également Condé qui devance dans la commune de Matoto avec 104.450 voix soit 49,13% des votants au moment où Cellou Dalein Diallo obtient 85.658 suffrages soit 40.29 %. Dans la circonscription de Kaloum, Alpha Condé a récolté 12.412 voix soit 51,87% des votants devant Cellou Dallein Diallo qui a obtenu 8656 voix soit 36,17%. Candidat à sa propre succession, le Professeur Condé arrive en tête dans la commune de Boffa avec 23.983 voix soit 56,69% suivi de son principal adversaire et leader de l’opposition guinéenne Cellou Dallein Diallo avec 12754 des voix soit 29,43% du nombre des votants. Ce qui est quand même curieux est que sur les 28 centres, seuls les quatre gagnés par Condé qui ont été diffusés par la Ceni. Pour beaucoup d’observateur, une mascarade électorale se prépare en Guinée avec la complicité de la Ceni.

La Police confine Cellou Dalein Diallo

En Guinée, la situation postélectorale est très tendue. Après les heurts d’avant-hier qui ont couté la vie à quatre jeunes manifestants, un calme précaire a régné sur Conakry hier mardi. A travers un post sur sa page Facebook, le leader l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, a indiqué que son domicile a été quadrillé pendant toute la journée par les forces de l’ordre. «Je suis actuellement bloqué chez moi, mon domicile est encerclé par la police et la gendarmerie qui interdisent toute entrée et toute sortie. Ne pouvant faire face à la vérité des urnes, le régime anti-démocratique d’Alpha Condé tente de s’imposer par la force. Il est temps pour la Guinée de tourner la page de ce régime liberticide et fratricide», a alerté l’opposant au régime de Condé.

Dalein dénonce une séquestration

Le leader de l’UFDG a réagi sur l’encerclement de sa maison par les forces de l’ordre. Dans une interview qu’il a accordée à nos confrères d’Emedia, Cellou Dallein Diallo a dénoncé une violation de ses droits les plus élémentaires. Pour lui, il s’agit d’une séquestration orchestrée par le Président Alpha Condé pour effectuer un hold-up électoral. «On me séquestre comme ça jusqu’à ce qu’ils finissent d’annoncer les résultats fabriqués faisant de lui le vainqueur de cette élection. Tout le monde sait que ce n’est pas vrai. Le peuple n’est pas du tout avec lui. Il viole les droits du peuple, parce que proclamer des résultats qui ne sont pas sortis des urnes pour plaire au Président n’est pas normal», a-t-il dénoncé. Mais pour ce troisième mandat, dit le rival de Condé, c’est une question de vie ou de mort pour lui. Par ailleurs, il accuse le Président guinéen d’avoir tué 99 personnes et regrette qu’il n’y a jamais eu de justice ni d’enquête.

La famille Omarienne ne va pas célébrer le gamou

La famille Omarienne ne va pas célébrer cette année la nuit du Maouloud qui commémore la naissance du prophète de l’Islam. Coronavirus oblige ! Face à la presse, le président de la commission Communication Amadou Tidiane Hane de l’association «Rabita» a déclaré qu’en raison de la pandémie de la Covid-19 qui sévit encore dans notre pays et afin de respecter les mesures de prévention édictées par les autorités sanitaires, la célébration du Maouloud 2020 ne pourra pas se tenir comme à l’accoutumée dans la mosquée omarienne. Par conséquence, il a invité les fidèles à faire le Gamou chez eux. Il a annoncé également au cours de son face-à-face avec journalistes que les Ziarras annuelles de Dakar et de Louga prévues habituellement en janvier ne pourront pas se tenir pour les mêmes raisons.

Mamadou Lamine Diallo en phase avec Macky Sall

Une fois n’est pas coutume. Le président du mouvement Tekki, Mamadou Lamine Diallo soutient une décision du président Macky Sall. Un fait rarissime. Dans ses contributions hebdomadaires, le député écrit que le président Sall, semble-t-il, a décidé de promouvoir les industries de trituration et de raffinage des graines d’arachide au Sénégal. C’est une bonne nouvelle, selon lui, pour Kaolack, Ziguinchor, Petersen et peut-être Diourbel. Pour Mamadou Lamine Diallo, le Directeur général de la Sonacos qui veut développer l’industrie de l’huilerie au Sénégal doit être soutenu et encouragé à résoudre l’épineuse question de la sécurisation de la matière première, les graines d’arachide. Il pense que l’Etat doit ramener la Sonagraines et mettre fin au terrorisme rentier des opérateurs privés de stockeurs, (OPS). Comme ces derniers sont puissants, Mamadou Lamine Diallo pense qu’ils doivent prendre des parts dans l’industrie de l’huilerie. A l’en croire, les paysans producteurs peuvent trouver leur intérêt dans des contrats d’approvisionnement de la Sonacos en graines d’arachide. Il demande au ministre de l’Agriculture et de l’Equipement Rural d’organiser la filière. Pour Mamadou Lamine Diallo, l’industrialisation est la seule voie de salut pour résoudre le problème de l’emploi des jeunes et développer le pays.

L’Useg exige le contrôle des écoles privées

Les syndicats regroupés au sein de l’Union syndicale pour une éducation de qualité (USEG) exigent de l’Etat du Sénégal des sessions de rattrapage pour les élèves des classes intermédiaires. Le porte-parole du jour, Amadou Thiaw, invite à ne pas sacrifier ces élèves sous l’autel de la pandémie. Par ailleurs, le syndicaliste demande au ministre de l’Education Nationale, Mamadou Talla, de contrôler les écoles privées qui poussent comme des champignons et de sanctionner les responsables dont les écoles ne sont pas en règle. Selon M. Thiaw, il y a une sorte de marchandisation de l’éducation. Dans un autre registre, L’USEG tire sur le ministre de la Fonction Publique qui traîne les pieds sur le traitement des dossiers des enseignants. Il déplore les lenteurs administratives et exige des solutions rapides.

La section Saes de Thiès décrète une grève de 48h

Le mouvement d’humeur de la section du syndicat autonome des enseignants du supérieur (Saes) de l’Université de Thiès ne faiblit pas. Les enseignants sont déterminés à faire accepter leur plateforme revendicative au Recteur Ramatoulaye Diagne Mbengue. Les enseignants poursuivent leur grève. Ils ont décrété encore un mot d’ordre de grève de 48 heures renouvelables pour les 20 et 21 octobre pour, disent-ils, faire face à l’obstination du recteur et du secrétaire général de l’université à ne pas mettre en œuvre les propositions de sortie de crise faites par la tutelle. En attendant qu’une solution soit trouvée, c’est l’année universitaire qui risque d’être hypothéquée.

Plan d’investissements pour un système de santé résilient

Le ministre de l’Economie et son collègue de la Santé et de l’Action Sociale ont rencontré hier les partenaires techniques et financiers du Sénégal, dans le cadre de la validation du plan d’investissements et de réformes pour un système de santé résilient. Les objectifs du plan d’investissements et de réformes couvrant la période 2020-2024 du ministère de la Santé et de l’Action sociale concernent la mise en place d’un système de santé résilient et pérenne avec la mise aux normes des infrastructures et des équipements, l’amélioration de l’offre de services et la disponibilité du personnel.

Les retraités réclament l’ouverture d’une enquête judiciaire

Le départ du Président conseil d’administration(Pca) de l’Ipres Mamadou Racine Sy, l’ouverture d’une enquête judiciaire suite à la disparition mystérieuse de 560 millions au niveau de l’Institut de prévoyance des retraités du Sénégal (Ipres). C’est ce que réclament les responsables de l’association des retraités de Ker Massar. Demba Welle Diop et Cie réclament également des assises de la gestion des institutions sociales (Ipres et Caisse de sécurité sociale) et l’implication des retraités dans le Conseil d’administration de l’Ipres. « Les retraités de l’Ipres souffrent. Si vous allez au niveau du service social pour vous soigner, il n’y a que le paracétamol qu’on te donne. Pour les autres services, c’est pareil. Les retraités sont exclus de la gestion. l’Ipres est mal gérée car il y a un rapport d’audit qui avait épinglé des gens du temps du Directeur général Mamadou Sy Mbengue. Nous voulons que le Président laisse la justice faire son travail», a encore fait comprendre Demba Welle Diop


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*