LES PIQUES DE L’AS DE CE LUNDI

Partagez ce contenu!

LES PIQUES DE L’AS DE CE LUNDI

SenePlus  |   Publication 07/09/2020

Affaire Batiplus : Alex Rabih Kfoury confondu devant le Dji

Rebondissement dans l’affaire Batiplus. Les commission rogatoires du doyen des juges ont littéralement démasqué le fiancé de Rachelle Sleylati Alex Rabih Kfoury vendredi dernier. D’après de sources dignes de foi, les enquêteurs se sont rendus compte que ses déclarations devant les pandores de la Section Recherche n’ont rien à voir avec ce qu’ils ont trouvé dans la réalité. Par exemple, il leur disait ne disposer ni de terrain encore moins d’appartement dans le pays. Or, la commission prouve qu’il en a un au Plateau et est en passe d’acheter un autre en copropriété avec sa fiancée. À ce titre sur les huit cent millions, un acompte de cinq cent millions a été fait. Cerise sur le gâteau, les 95 millions sont en espèce. Au surplus, les enquêteurs qui se sont intéressés aux deux sociétés ( Platinium et Pingouin) ont découvert qu’elles n’ont pas généré dix millions de bénéfice ces 4 dernières années. Qui plus est, il est établi qu’il y a eu des mouvements de fonds entre les comptes de Rabih Kfoury et sa fiancée dont le compte personnel avait 40 millions FCfA pour quelqu’un qui a un salaire mensuel de 1 million. En définitive, les faits accablent le couple Alex-Rachelle, puisque leurs revenus cumulés ne permettent pas tous ces versements. Mais une question reste en suspens. Pourquoi seule la jeune dame est en prison ? si tant est que la complicité est bien établie pourquoi seule Rachelle est en prison pendant que son fiancé se la coule douce? En tout état de cause, le doyen des juges a de quoi désormais prendre son ordonnance de renvoi devant le tribunal dans cette affaire rocambolesque où on parle de 2,5 milliards détournés au préjudice des Fares, propriétaire de Batiplus.

Une femme perd la vie en accouchant

Dans le village de Aga, situé sur l’axe Thiadiaye-Ngueniene, une dame répondant au nom de Khady Maronne y a perdu la vie avant-hier samedi. Mariée et mère de 5 enfants, la dame était en dernière phase pour donner une nouvelle vie. Hélas ! Dans ce village lointain où la case de santé est gérée par une «badianoi gokh» faute d’agents de santé, elle ne pouvait rien faire alors que la situation de Khady Maronne était critique. Ainsi, elle a été évacuée au district de Thiadiaye. Mais vu les complications, Khady Maronne a été ensuite évacuée au centre de Santé de Mbour. Après la césarienne, son nouveau-né n’a pas survécu. Quelques minutes plus tard, Khady Maronne a succombé. Tous les deux ont été enterrés à Aga, le même jour.

Sidiki Kaba distribue 1000 moustiquaires à Tambacounda

Le ministre des Forces Armées joue sur le terrain social. Son mouvement Actions pour le développement du Sénégal oriental a distribué samedi de nombreuses moustiquaires dans les quartiers périphériques de la commune de Tambacounda. Selon la note parvenue à « L’As », cette action initiée par les femmes favorables à Me Sidiki Kaba entre dans le cadre de la lutte contre le paludisme. Elles ont été assistées dans leur action par les «badjénou Gox» de la ville. Toujours à la recherche du bienêtre des populations, ADESOR a jugé important d’offrir de moustiquaires puisque la forte pluviométrie accélère la prolifération des moustiques, vecteurs d’une autre maladie tout aussi mortelle que dangereuse, le paludisme. D’ailleurs, selon les études du Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP), 33 844 cas de paludisme confirmés au niveau communautaire y sont dépistés en 2019. Une tendance à renverser pour placer la région dans le vert. En cette période de pandémie liée à la Covid-19, l’attention doit aussi être accordée à cette tueuse silencieuse qui fait des ravages dans les zones de Tamba et Kolda.

Colère des populations de Pata et environs

L’espoir s’est fondu comme du beurre au soleil. Les populations de Pata et de Médina Yoro Foulah qui espéraient que le président Macky Sall allait tenir sa promesse de désenclaver le département en bitumant la route, sont rouges de colère. L’arrêt des travaux et le démantèlement des bases de Pata et de Niaming de l’entreprise qui s’occupait des axes routiers Pata-MYF-Fafoucourou-Dabo, ont fait monté au créneau les jeunes de Pata. Face à la presse hier, les jeunes considèrent le départ de l’entreprise comme un mépris du gouvernement à l’endroit des citoyens de cette partie de la région de Kolda qui tarde à avoir un mètre de route bitumée. En plus du bitumage, le responsable des jeunes de Pata, Chérif Baldé souligne qu’une seule commune du département de MYF est électrifiée, le centre de Santé de MYF n’est que de nom et les jeunes sont au chômage. Ainsi, les populations de Pata et environ exigent du gouvernement le redémarrage immédiat et sans condition des travaux de bitumage, l’électrification des communes de Pata, Kéréwane, Niaming, Ndorna etc., la transformation du poste de santé de Pata en centre de santé et la construction d’un centre de formation.

Macky Sall au Sommet de la Cedeao

Après une longue pause à cause de la pandémie du coronavirus, les sommets en présentiel ont repris. La Cedeao tient sa 57e session ordinaire. Le Président Macky Sall a quitté Dakar hier pour prendre part à la 57e session ordinaire du Sommet de la Cedeao prévue aujourd’hui à Niamey au Niger. Les chefs d’Etat de la Cedeao vont se pencher sur la situation politique, économique et sociale de la sous région ainsi que sur les questions liées au fonctionnement de l’Organisation. Le Président Sall revient aussitôt après la fin du sommet. Mais déjà il fait l’objet de vives critiques.

L’élève décédé en plein examen à Kounkané admis au Bac

Les résultats de l’examen du baccalauréat de leur fils vont réveiller la douleur. Le candidat auBac, Djiby Sadio du Lycée de Kounkané, décédé lors de la dernière épreuve, a été déclaré admis d’office par le président du jury 1011. Il est classé 21e sur les 24 candidats admis d’office. Pourtant, Djiby Sadio n’a pas terminé l’épreuve de Sciences de la vie et de la terre (SVT) puisqu’il était en série L2. Ses parents se chargeront de récupérer son premier diplôme universitaire qu’il ne verra jamais. Pour rappel, sur 152 candidats du jury 1011, 24 sont admis d’office et 52 admissibles au second tour.

Les dégâts collatéraux des pluies diluviennes à Thiès

Les dégâts collatéraux des pluies diluviennes du week-end ont été insoutenables dans plusieurs quartiers de Thiès où des familles ont même été privées de repas de midi, à cause des inondations. Les populations de Sampathé, Kawsara, Takhikao, Nguinth et Keur Mame El Hadji ont été prises de court par les eaux de ruissellement.Il suffit de jeter un coup d’œil sur l’état actuel du poste de santé de Nguinth, qui se trouve sur un point bas, donc point de convergence des eaux de ruissellement, pour se rendre compte de la gravité de la situation. Du côté de la Chambre de commerce, les lieux ressemblaient à un grand lac, ce qui a endommagé plusieurs véhicules. Pour l’heure, les populations sont dans le désarroi et restent à l’écoute des maires, ne serait-ce que pour les soulager.

Frapp demande la dissolution du HCCT, CESE et CNDT

Une délégation de Frapp conduite par Guy Marius Sagna s’est rendue dans la banlieue pour réclamer la dissolution de certaines institutions de la République afin de résoudre le problème inondations. Selon les activistes, Macky Sall a le devoir aujourd’hui de supprimer le Conseil Economique Social et Environnemental (CESE), le Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT), la commission nationale du dialogue des territoires (CNDT) … pour mettre l’argent dans les préoccupations premières des populations. Frapp pense que ces institutions inutiles et budgétivores ne sont pas la priorité des populations. Ils réclament l’audit du plan décennal de lutte contre les inondations. Les activistes ont été gazés dimanche par la police alors qu’ils prenaient part à une marche spontanée des populations des Parcelles Assainies de Keur Massar de Rufisque qui sont inondées depuis 2012. Ces populations sont soutenues par le collectif zéro inondation. A les en croire, la police a lancé 09 grenades lacrymogènes pour disperser les manifestants. Pourtant d’après Frapp, ces populations ont donné chacune 500.000 pour l’assainissement. Frapp demande où sont passés les 767 milliards du plan de lutte contre les inondations.

Pape Diop réclame la suppression du CESE et HCCT

Restons avec les inondations pour dire que la dissolution de certaines institutions de laRépublique est sur toutes les lèvres. Le leader de Bokk Gis Gis qui est d’avis que ces pluies diluviennes causant d’énormes dégâts sur toute l’étendue du territoire, replongent plusieurs localités du pays dans le spectre des inondations. Pape Diop invite le président de la République, qui vient de lancer le Plan Orsec, à l’accompagner d’actions fortes à l’image de ce qu’il avait fait en 2012, à savoir la dissolution du Senat et le redéploiement de son budget aux opérations de secours et à l’assistance aux populations sinistrées. Le leader de Bok Gis Gis pense que la dissolution d’une ou de plusieurs institutions comme le Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT), le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE) et la Commission pour le Dialogue des Territoires (CNDT) entre autres, doit être envisagée. D’autant que, dit-il, la situation actuelle est, à tout point de vue, beaucoup plus difficile et complexe que celle de 2012 qui l’avait amené à dissoudre le Senat. A l’en croire, le drame des inondations vient s’ajouter à la pandémie à coronavirus avec ses effets dévastateurs sur l’économie nationale et les conditions de vie des Sénégalais.

Arrestation de trois Kankourang à Mbour

Dans une audio, le commissaire central de Mbour met en garde les gens qui s’aventurent à sortir le Kankourang. Le chef de la police locale a mis d’ailleurs aux arrêts et déféré trois Kankourang. Mieux, le commissaire de Mbour a interdit le «diambadong» (Ndlr, danse avec les circoncis) jusqu’à ce que le Préfet donne son aval. Au quartier Mbour Sérère, les limiers ont déjà identifié des jeunes qui veulent sortir le kankourang. Dans un discours limpide, le commissaire Mandjibou Lèye prévient qu’il ne fera pas de compromission et que toute personne qui sera arrêtée sera déférée auprès du procureur. Ainsi Lèye exhorte les jeunes de à respecter la loi avant qu’elle ne s’applique contre eux. «Pour une ample diffusion, le commissaire central demande que cette audio soit partagée au maximum au sein de la collectivité mandingue».

DDD suspend ses lignes de la banlieue

La société Dakar Dem Dikk accentue le calvaire des populations. En plus du supplice des inondations, les banlieusards vont devoir faire face aux difficultés de déplacements. Puisque la direction de Dakar Dem Dikk a décidé l’arrêt provisoire de ses lignes de la banlieue en raison des fortes pluies qui se sont abattues ce week-end occasionnant des inondations. Ainsi, toutes les lignes de banlieue sont suspendues jusqu’à nouvel ordre.

Assises de la commission nationale consultative de mutation des enseignants

Le ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla va présider aujourd’hui la cérémonie de clôture de l’édition 2020 des assises de la commission nationale consultative de mutation des personnels enseignants. Plus d’une cinquantaine d’acteurs de l’éducation nationale étaient en conclave à Mbour pour arrêter de manière consensuelle les critères pour la mutation des enseignants du primaire au secondaire et programmes d’éducation préscolaire, d’enseignement élémentaire et du corps de contrôle. Pour l’année 2020, le ministère de l’Education Nationale a reçu 19.904 dossiers de candidature, soit 18%de l’effectif total des enseignants. Ces demandes sont réparties entre le ministère de l’Education nationale pour 18.490 et celui de l’Emploi, de la Formation Professionnelle et de l’Artisanat pour 604.


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*