LES PIQUES DE L’AS DE CE LUNDI

Partagez ce contenu!

LES PIQUES DE L’AS DE CE LUNDI

SenePlus  |   Publication 21/12/2020

Bougane

La tournée du président du mouvement «Gueum sa bopp» sur la Petite Côte a été très mouvementée. Persécuté par la police aux différentes étapes de son périple, Bougane Guèye Dany, très remonté, a déversé sa colère sur la police à Mbour. Après avoir rencontré les acteurs de la pêche à Joal Fadiouth et recueilli leurs doléances, le patron du groupe D-médias a fait cap sur Mbour. Dans la capitale de la Petite Côte, Bougane sera poursuivi par la police sous prétexte que tout rassemblement est interdit. Mais, il a défié les forces de l’ordre en tenant un point de presse au quai de pêche. Profitant de l’occasion, le leader de «Gueum sa bopp» a accusé le pouvoir de Macky Sall d’être un régime dictatorial qui a pourtant dilapidé les ressources halieutiques, entraînant une crise du secteur de la pêche.

L’étudiant Pape Abdoulaye Touré à la Sr

Rebelote ! Le procureur de la République a donné suite à la plainte de l’étudiant et activiste Pape Abdoulaye Touré qui a été tabassé par un élément du Groupement mobile d’intervention (GMI) devant l’Université Cheikh AntaDiop. L’incident a eu lieu en septembre dernier. En effet, Pape Abdoulaye Touré est convoqué aujourd’hui à la Section de recherches de Colobane suite à sa plainte déposée le 14 octobre contre des éléments du GMI. L’étudiant a été brutalisé devant l’Ucad par les forces de l’ordre, alors qu’il tentait de se rendre à un point de presse sur la VDN. Son avocat, Me Cheikh Khoureyssi Ba, en colère, avait promis de poursuivre les auteurs de cette barbarie. L’avocat annonçait que son client a très mal, qu’il souffre, claudique et se plaint de douleurs. L’étudiant a été placé en garde à vue au commissariat de Police du Point E pour refus d’obtempérer, rébellion et outrage à agents. Toutefois, il a été évacué, dans la soirée, grâce à l’intervention de son avocat, à l’hôpital Abass Ndao.Il a été jugé le 25 septembre et relaxé.

Baldé chope la covid-19

C’est en France où il séjourne que le maire de Ziguinchor, Abdoulaye Baldé, a chopé le coronavirus. C’est lui-même qui a fait l’annonce pour rassurer sa famille et ses amis. Il indique qu’après une période probatoire de quelques jours, il a été testé positif à la covid-19. Il est aussitôt pris en charge par les services de santé français. Toutefois, il rassure que son état de santé évolue favorablement. Il souffre de maux de tête, de fatigue, de manque d’appétit et de fièvre…Bien qu’affaibli, dit-il, il va mieux.

Mbacké a enregistré 06 cas et un décès

La deuxième vague de la pandémie de covid-19 a atteint Mbacké. Le médecin-chef du district sanitaire de Mbacké, qui est préoccupé par la recrudescence des cas, appelle les populations à adopter les gestes barrières. Selon Dr Adama Aïdara Mbacké, le district a commencé à enregistrer de nouveaux cas de covid-19 depuis une dizaine de jours. Depuis l’avènement de la deuxième vague, son district a enregistré 06 cas dont 04 issus de la transmission communautaire. Elle déplore également le décès d’un patient. Mme Mbacké pense que cette situation exige le retour au respect des gestes barrières parce qu’il y a eu un relâchement. Dr Adama Aïdara Mbacké appelle à la limitation des rassemblements parce qu’ils constituent des sources de propagation. Elle invite tout le monde à s’impliquer dans la lutte contre la pandémie. A signaler que depuis le mois de mars, le district sanitaire de Mbacké a recensé 90 cas positifs et 06 décès.

L’enseignant s’en prend aux députés

L’Organisation des instituteurs du Sénégal /Rénovation démocratique (Ois/Rd) s’indigne du comportement des députés de la majorité présidentielle qui, dit-elle, passent leur temps à applaudir au lieu de s’occuper des problèmes des populations, notamment ceux de l’école sénégalaise en crise depuis plusieurs années. Selon le secrétaire général de l’OIS/Rd, Magatte Diop, par ailleurs secrétaire général adjoint de la centrale syndicale Uts, le passage du ministre de l’Education Mamadou Talla, en plénière, en dit long sur l’indifférence des parlementaires de la majorité sur les difficultés de l’école. Il cite entre autres problèmes le non-respect du protocole sanitaire, l’insuffisance de salles de classe, des effectifs pléthoriques, les abris provisoires, le non-respect du protocole d’accord de 2014 et les lenteurs administratives dans la carrière des enseignants. Autant de maux qui, selon lui, devraient pousser les députés à exiger l’audit des fonds alloués à l’éducation et organiser une inspection dans chaque département pour s’enquérir du calvaire des enseignants abandonnés à leur propre sort.

Zones inondées

Le lancement de l’appel d’offres du projet d’érection de canaux d’évacuation des eaux pluviales dans certains quartiers de Keur Massar a commencé à installer une tension. Des habitants du village de Alhadji Pathé Sow, qui ont été très impactés par les inondations durant l’hivernage de 2020, sont montés au créneau pour dénoncer la mise à l’écart de leur quartier. Regroupés autour du mouvement «Keur Massar Sunu Yitté» que dirige Abdourahmane Diallo, ils tapent du poing sur la table et exigent des correctifs du projet.

Vent de révolte à Aftu

L’Association de Financement des Transports Urbains (Aftu) est en eaux troubles. C’est la fronde de jeunes transporteurs frustrés par la gestion de leur président Mbaye Amar. Les frondeurs ont mis en place une structure parallèle dénommée «Jappo defaraat transport Sénégal». Elle est dirigée par Ndiaga Lo. Ces révoltés de l’Aftu exigent l’audit de la gestion de leur président et la tenue d’une assemblée générale de renouvellement de tous les Groupements d’Intérêts Economiques (Gie) de l’Aftu et du bureau national, dont les mandats des responsables ont expiré depuis belle lurette. Ces frustrés de l’Aftu invitent d’ailleurs le Directeur du Conseil Exécutif du Transport Urbain de Dakar (Cetud), Thierno Birahim Aw, la Direction des Transports terrestres ainsi que le ministre des Transports, Mansour Faye, à se saisir du problème pour éviter l’irréparable.

Jean-Luc Brunel placé en détention

Recherché par la justice française, l’agent de mannequins français s’apprêtait à s’envoler pour Dakar lorsqu’il a été interpellé à l’aéroport Charles de Gaulle. Ses victimes l’espéraient : le français Jean-Luc Brunel, soupçonné d’avoir joué le rôle de rabatteur pour le milliardaire américain Jeffrey Epstein mort en 2019, a été mis en examen vendredi soir et placé en détention provisoire, a annoncé le parquet de Paris, samedi 19 décembre. Dans un communiqué cité par l’AFP, le procureur de la République précise que M. Brunel a été «mis en examen des chefs de viols sur mineur de plus de 15 ans et harcèlement sexuel, et placé sous le statut de témoin assisté du chef de traite des êtres humains aggravé au préjudice de victimes mineures aux fins d’exploitation sexuelle. Il a également été placé en détention provisoire. Les investigations se poursuivront dans le cadre de l’information judiciaire confiée à trois juges d’instruction».

«Dande Mayo» Emergent

Les membres de l’association «Dande Mayo» Emergent (DME) bouillonnent de colère. Sans délai ni condition, ils exigent la réalisation de la route bitumée allant de Navel à Dembancané, en lieu et place d’une piste de désenclavement. Demandant au chef de l’Etat, lors d’un point de presse tenu hier, de les éclairer sur le financement de cet ouvrage, ils invitent Macky Sall, dont les promesses sont encore et toujours fraîches dans leurs mémoires, à faire de l’équité territoriale une réalité dans cette partie du Sénégal où les accidents avec pertes de vies humaines, les blessures handicapantes, le décrochage scolaire et le retard économique forment le quotidien des populations.

«Dande Mayo» (bis)

Rappelant que depuis l’indépendance ils ne cessent de demander, en vain, la construction de cette route pour permettre l’émergence multiforme et multifactorielle de leur terroir, ils estiment que leur enclavement empêche le développement économique et social de leurs localités, le transfert de leurs malades et femmes enceintes vers les structures adaptées, l’écoulement des produits agricoles et maraîchers, la fréquentation des écoles d’éducation et de formation par sa jeunesse abonnée à l’exode rural et à l’émigration sous toutes ses formes. Composée de 47 villages et hameaux allant de Navel à Dembancané dans la rive gauche du fleuve Sénégal, «Dandé Mayo» Emergent est une association, qui se présente comme l’espoir de toute la vallée de Matam, qui regroupe les autochtones et la diaspora. Elle se réserve tous les moyens légaux pour manifester «ici et ailleurs» la principale revendication des populations laissées à elles-mêmes par tous les régimes du Sénégal indépendant.

La covid-19 «hors de contrôle»

L’apparition au Royaume-Uni d’une nouvelle souche du coronavirus SARS-CoV-2, vraisemblablement beaucoup plus contagieuse que les autres, inquiète les épidémiologistes. Le ministre de la santé britannique, Matt Hancock, a estimé dimanche que cette variante était «hors de contrôle», justifiant ainsi le confinement de Londres et d’une partie de l’Angleterre. La nouvelle souche N501 est 70 fois plus contagieuse que le SARS-CoV-2. Des cas sont signalés en Belgique, en Italie, au Pays-Bas et en Afrique du Sud. D’ailleurs, plusieurs pays d’Europe ont déjà suspendu leurs liaisons avec l’Angleterre.

Mansour Faye déterminé

Le maire de Saint-Louis se veut catégorique. Mansour Faye est déterminé à baptiser l’avenue Général De Gaulle du nom de Macky Sall. Intervenant sur les ondes de «Zik Fm Saint-Louis», Mansour Faye a soutenu qu’il ne va pas reculer d’un iota sur sa décision. Il estime qu’une commission de dénomination des rues a été mise en place. Et celle-ci a jugé utile de proposer le nom du Président Macky Sall. A l’en croire, le bureau du Conseil municipal a entériné cette proposition. M. Faye trouve que ce choix porté sur le Président sera très bénéfique à la ville parce qu’il sera demandé au chef de l’Etat de doter cette avenue des plus belles infrastructures du Sénégal. Mansour Faye veut que l’avenue soit comme les Champs Élysées». Interpellé sur la désapprobation de certaines populations de Saint-Louis, Mansour Faye banalise en soutenant que personne ne peut les divertir. Selon lui, seuls quelques jeunes s’agitent pour s’opposer. Et d’ajouter que tout ce que la municipalité fait, c’est dans l’intérêt de la ville. Mansour Faye soutient d’ailleurs avoir recueilli l’avis de beaucoup de saint-louisiens qui sont favorables au projet. L’édile de Saint-Louis lance à qui veut l’entendre que personne ne peut le faire reculer et qu’il ne cèdera devant aucune pression.

Cri du cœur

Les mesures de restriction des autorités contre la covid-19 ont douché les espoirs des acteurs du secteur touristique. D’où le cri de détresse du président de l’association des professionnels de l’Hôtellerie et de la restauration au Sénégal(APHORES), Pape Berenger Ngom qui craint pour l’avenir des hôtels, bars et restaurants. Alors qu’ils avaient une forte demande de la clientèle durant ces périodes de fêtes, voilà que les décisions unilatérales viennent tout foutre en l’air. Pour M.Ngom, cette décision n’est pas appropriée en ce moment où la relance du secteur est entamée. A l’en croire, le monde sportif, les hôteliers, les transporteurs, les artisans sont profondément impactés par cette pandémie et l’absence de transparence de l’aide de l’État a lésé certains. Au lieu de fermer restaurants et bars, il pense que l’Etat doit exiger le port des masques et le respect de la distanciation sociale


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*