Hajj 2020 : Les voyagistes lâchés par le BA

Partagez ce contenu!

Hajj 2020 : Les voyagistes lâchés par le BA

https://directnewsinfo.com/Nous en apprenons un peu plus sur la gestion du Hajj de l’édition 1441 de l’hégire. Les voyagistes qui se sont spécialisés dans le petit et le grand pèlerinage vers les lieux saints de l’Islam se sentent lâchés par le « Macky », pour preuve aucun appui de l’État n’est destiné  à ce secteur. Premières victimes économiques de la Covid-19 depuis l’annonce officielle de l’Arabie saoudite, jeudi 27 février, de suspendre l’accès à son territoire pour la Oumrah, les voyagistes sénégalais sont « baladés » entre le ministre des Affaires étrangères et son homologue du tourisme.
Les voyagistes agréés par la délégation générale aux pèlerinages qui se sont investis dans la Oumrah et le Hajj traversent des moments difficiles. Ils ont eu à enrôler des pèlerins pour le grand pèlerinage et surtout engager des frais pour la Oumrah, qui connaît sa plus grande affluence lors du mois de ramadan. Après la suspension de la Oumrah, ces chefs d’entreprises se sont retrouvés face à leurs clients avec des billets d’avion non remboursés par les compagnies, des hôtels prépayés et des frais et taxes versés aux autorités saoudiennes. Conscients de la situation due à la pandémie, ils se sont rapprochés de leur ministre de tutelle et de son délégué général pour lui exposer les difficultés rencontrées…. Éconduits par ce dernier qui les a qualifiés d’acteurs touristiques, ils se sont retrouvés devant le ministre Alioune Sarr qui a fait un retour à l’envoyeur.
Alors que le ministre des Transports terrestres a réussi son plaidoyer pour les acteurs de son secteur, allant jusqu’à annoncer dans sa répartition un soutien aux chauffeurs de Jakarta, le ministre Amadou BA et son Délégué général se sont confinés, laissant les voyagistes à eux-mêmes. Le ministre des Affaires étrangères qui a eu à rencontrer l’Ambassadeur d’Arabie Saoudite au Sénégal plus d’une fois n’a pas jugé utile de saisir ce dernier sur les dépôts effectués auprès du gouvernement saoudien et des prestataires de services dans le cadre de la Oumrah et du Hajj.

Les voyagistes interpellent le 1er des Sénégalais

Comme tous les secteurs, la Covid-19 a fortement frappé les voyagistes, qui n’ont pas reçu l’appui de leur ministère de tutelle. Aujourd’hui, face aux créances des clients et des dettes contractées au niveau des banques, ils souhaitent pas plus que l’intervention du Chef de l’État dans le cadre de la force Covid pour sauver l’industrie d’un effondrement. Aussi, ne comprennent-ils pas l’inertie du Délégué général qui depuis le 13 mars n’a pas jugé utile d’anticiper sur une possibilité de levée des restrictions en Arabie Saoudite à l’image de nombreux pays du monde. Pour un secteur qui fait un chiffre d’affaires de plus de 50 milliards par an, avec une Délégation Générale dédiée, le Hajj mérite une meilleure gestion.

Al Madenah News d’Arabie Saoudite confirme Direct News

Sur son site, Al Madenah New rapporte dans un article du 4 juin 2020  certains détails au sujet du Hajj 2020 et confirme l’information de Direct News sur la possibilité de la tenue du pèlerinage cette année. D’après, une source citée par le journal, les autorités saoudiennes ont l’intention d’organiser le pèlerinage cette année en pleine pandémie de coronavirus. Toujours d’après la source de Al Madenah News, « l’Arabie Saoudite ouvrira très prochainement la plateforme pour le hajj  en limitant fortement le nombre et en restreignant les quotas aux pays arabes et islamiques uniquement ». En outre, le journal annonce que les personnes âgées de plus de 60 ans et celles présentant des maladies chroniques ne seront pas autorisées à effectuer le Hajj. De même, les autorités saoudiennes vont limiter le séjour des pèlerins à la Mecque et à Mina avec aucune possibilité de visiter la ville de Médine.

 «Le Hadj aura bel et bien lieu In-challah»,rassure le Dr Abdoul Fatah Cissé, DG de la Maison du hadj du Mali

Selon Dr Abdoul Fatah Cissé, l’information qu’ils ont reçue depuis l’Arabie saoudite là où se déroule le pèlerinage, est que depuis la semaine passée, les autorités saoudiennes ont commencé à déconfiner toutes les villes, y compris les lieux saints, notamment Médine et Mecque. « Les supermarchés, les banques sont ouverts, les gens commencent à vaquer maintenant à leurs préoccupations. Des dispositifs sont en train d’être mis en place pour sécuriser les pèlerins. Le hadj aura bel et bien lieu Inchallah. Ce sont des informations qu’on a reçues aujourd’hui de l’Arabie Saoudite », a-t-il rassuré.
Et de préciser qu’en ce qui concerne le hadj 2020, le processus poursuit son cours normal. Selon lui, il n’a jamais été question de suspension ou d’annulation du hadj 2020. «  Ici à la Maison du hadj, depuis que les préparatifs ont commencé, il n’a pas été interrompu. Ça continue toujours, comme partout dans le monde. C’est aussi l’assurance donnée par les autorités saoudiennes. Elles demandent à tous les pays de continuer les inscriptions. D’ailleurs, certains de nos pays voisins ont même déjà terminé leurs inscriptions. À notre niveau, nous continuons toujours avec les inscriptions des pèlerins au niveau des deux filières : la filière gouvernementale et la filière privée. Elles sont disponibles nuit et jour à la Maison du hadj. Les mesures barrières aussi sont respectées à la lettre. Voilà, entre autres, la situation du hadj 2020 », a-t-il expliqué.Pape D  Faye


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*