Fara Michel Dièye offre 100 000 F FCFA à M. Bamba Ndiaye, PDG du groupe Bamba Ndiaye SA. : Sa lettre ouverte au Président Macky Sall

Partagez ce contenu!

Fara Michel Dièye offre 100 000 F FCFA à M. Bamba Ndiaye, PDG du groupe Bamba Ndiaye SA. : Sa lettre ouverte au Président Macky Sall

Dakar le 6 juin 2021

Lettre ouverte au Président Macky Sall

Monsieur le Président

Après mon licenciement jugé abusif, j’ai offert 100 000 francs à M. Bamba Ndiaye, PDG du groupe Bamba Ndiaye S A. Sur les faits et le pourquoi de ce geste et de cette lettre, il y a un peu moins de deux ans, moi Fara Michel Dièye, un journaliste de « Soleil Business Magazine », reversé à la Rédaction centrale du quotidien « Le Soleil », j’ai été abusivement licencié (Décision du tribunal), après une série d’incongruités dans mon passage sous administration du DG Yakham Mbaye.
Faisant confiance en Dame Justice, par le billet de mon avocat Me Bamar Faye, nous avons suivi un long processus, (alourdi par la pandémie COVID-19), la décision est tombée finalement le 20 Janvier 2021 condamnant l’acte abusif posé DG de la SSPP, « Le Soleil » énième du genre depuis son « accession à son trône », nous allouant une somme symbolique.
Du début à la fin de ce processus, nulle part, même sur les réseaux sociaux ou ailleurs,   nous n’avons cherché à « porter presse », demandant même à des confrères, amis et proches (que nous remercions au passage), qui voulaient porter ce combat face à une injustice flagrante, de laisser Dame Justice trancher.
Mais pour des liens de famille, d’amitié et bien d’autres, lourd est le secret que je voulais sauvegarder, car indéniablement il y a des dessous  dans ce licenciement abusif que je me garde de livrer en public, sauf pour réagir face à un « empereur-répondeur automatique ». Car tout est né d’un « malentendu » entre l’homme d’affaire Bamba Ndiaye et moi, malentendu qui a été transformé en un scénario programmé visant à me renvoyer discrètement du lieu où je gagnais ma vie : Le quotidien « Le Soleil »
A vous, Monsieur le Chef de l’état,  Macky Sall, qui en 2012 avait promis de « réparer les injustices et corriger des inégalités », je lance un appel pour écouter l’autre version, la mienne, (des lettres à l’appui) face ceux que j’indexe,   sur le pourquoi de ce licenciement jugé abusif par le tribunal du travail. Afin selon votre conscience ou votre engagement, réparer ou non cette injustice.
Il y a un mois, j’ai écrit une lettre, accompagnée de la somme de 100 000 (cent mille francs)  à l’homme d’affaire, aujourd’hui multimilliardaire Bamba Ndiaye, avec qui j’avais de très solides liens durant notre jeunesse, lui disant  :
« Par devoir, je me dois et j’ai commencé à informer quelques proches sur le pourquoi de cet acte injuste, mais surtout en réaction que je me dois en tant que simple citoyen, de  dénoncer ici-bas une injustice, (d’informer qui de droit), en attendant la VAR divine du jour du Jugement.
DIEU n’est-il pas LE MEILLEUR des juges ? , nous demande le Saint Coran. Moi Fara Michel Dièye, Fervent Croyant Musulman, j’en atteste que Si ! ».
Un des proches de Bamba Ndiaye, m’avaient informé qu’en grande méforme, pour ne pas dire très malade, il suit des traitements en France. Je lui avais souhaité un prompt rétablissement, comme il est conseillé aux musulmans de le faire à ses semblables.
Mais peu après le dépôt de la modique somme offerte au milliardaire et la lettre qui l’accompagne,  la voix virulente que j’ai reconnue et qui m’a apostrophé depuis un numéro international, sur ton qu’on n’adresse généralement qu’à ses « sujets », me donne l’espoir que l’homme va beaucoup mieux. DIEU Merci !
C’est d’ailleurs le pourquoi de cette lettre. Premier acte de ma réaction annoncée face à une injustice !
Dans l’attente et l’espoir d’une réaction favorable, veuillez agréer Monsieur Le Président  l’expression de mes salutations respectueuses.Fara Michel Dieye, Journaliste, Sénégalais Lambda
N.B  :  A mes confrères et à l’Opinion publique que je prends à témoin à travers ce message, je souligne qu’ayant fait appel au Chef de l’état à travers cette lettre ouverte pour qu’une injustice avec ses dessous soit réparée, (conformément à son engagement), je ne saurais piper un mot de plus, pour le moment…
Sauf face à une éventuelle réaction ou guerre médiatique de « l’Empereur du Soleil » ou alors de cet homme d’affaire amnésique d’un passé où, par la Grâce de DIEU, il sollicitait souvent et bénéficiait toujours du soutien financier et moral d’un « Fara » qui a la chance de travailler très tôt, avant de naviguer des années durant dans les zones de turbulences.   « Gorr réka soone » dit un adage wolof…Merci de comprendre


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*