EQUATION DU FONCIER ET DES PERMIS DE CONSTRUIRE : Aliou Sall rejette la faute sur les services techniques de l’Etat

Partagez ce contenu!

EQUATION DU FONCIER ET DES PERMIS DE CONSTRUIRE : Aliou Sall rejette la faute sur les services techniques de l’Etat

http://www.sudonline.sn Il n’est pas question de jeter l’opprobre sur les maires concernant les nombreux problèmes notés dans la gestion du foncier, mais aussi dans la délivrance des permis de construire. Le président de l’Association des maires du Sénégal (Ams), Aliou Sall, qui a pointé d’un doigt accusateur sur les services techniques de l’Etat, a invité l’Etat à ne pas retirer aux maires leurs compétences, à chaque fois qu’il y a crise.
Réponse du berger à la bergère  ! Les maires ne veulent pas être vilipendés concernant la récurrence des conflits dans le foncier, mais aussi dans la délivrance des permis de construire dans des zones non aedificandi. Ou du moins, leur président, en l’occurrence Aliou Sall, président de l’Association des maires du Sénégal (Ams) refuse que l’opprobre soit jeté sur les élus. Intervenant à la suite de la déclaration du chef de l’Etat, Macky Sall, accusant les maires de distribuer les terres aux premiers venus, Aliou Sall a rejeté tout bonnement la faute sur les agents techniques de l’Etat.
En effet, le frangin du président Sall, non moins maire de Guédiawaye a estimé que «pour le cas des permis de construire, nous savons tous, en tant qu’acteurs, qu’il est vrai qu’il constitue une compétence pour les maires, mais en réalité les dossiers sont conçus par les services techniques de l’Etat. Il peut y avoir des retards, nous avons noté nous-même que certains maires font preuve de mauvaise volonté».
Pour autant, il pense que ce n’est pas une raison suffisante pour retirer aux maires leurs acquis. Car, selon lui, il y a une vraie tendance à la re-concentration des compétences au niveau central, chaque fois qu’il y a une crise ou une inefficacité. Par conséquent, il pense que ce n’est pas parce qu’il y a de la mauvaise volonté qu’il faut retirer les compétences acquises, faisant ainsi allusion au nouveau décret pris par le chef de l’Etat pour confier la délivrance des permis de construire aux préfets et sous-préfets, tout comme les délibérations sur certains hectares qui doivent passer par les autorités administratives locales.
Le maire de Guédiawaye n’a pas manqué, par ailleurs, d’espérer que Force Covid-19 laissera la place à Force Commune, pour rester dans une logique de territorialisation intégrée. Mieux, il a estimé que le Programme de relance économique ne va pas laisser en rade les communes, que les doléances anciennes, à savoir le relèvement de l’indexation des transferts de l’Etat à 10%, comme c’est le cas dans certains pays de la sous-région, trouveront une réponse appropriée. Il en est de même pour le retour du Budget consolidé d’investissement et son élargissement au-delà du secteur de l’éducation pour d’autres, comme la santé et le sport. Jean MICHEL DIATTA


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*