EN FIN DE TOURNÉE DANS LA COMMUNE DE THIÈS-OUEST : TAS fustige une ”mafia foncière” sans précédent

Partagez ce contenu!

EN FIN DE TOURNÉE DANS LA COMMUNE DE THIÈS-OUEST : TAS fustige une ”mafia foncière” sans précédent

http://www.enqueteplus.com Le leader de la République des valeurs, Thierno Alassane Sall (TAS), a vigoureusement dénoncé, hier, la spoliation foncière en cours dans la cité du Rail. Pour lui, la ville est entre les mains d’une petite minorité qui pille sans pitié les ressources foncières des communautés.
Dans la ville de Thiès, règne ou demeure un bradage foncier qui ne dit pas son nom. D’Est en Ouest et du Nord au Sud, tout ou presque a déjà été vendu. Et les rares terres encore restantes dans la ville et qui ont déjà été attribuées font l’objet de convoitises les plus folles. Récemment, des populations de la commune de Thiès-Nord, notamment Thialy, ont été dépossédées de leurs parcelles à usage d’habitation. Le motif brandi par l’autorité municipale reste la non mise en valeur de ces terrains. Une expropriation qui fâche le leader de la République des valeurs.
En point de presse hier dans la soirée, l’ancien ministre de l’Energie a déploré le fait qu’une ”minorité” s’attaque aux terres d’honnêtes citoyens de la ville de Thiès et s’enrichit sur leur dos.
Pour lui, une telle ”mafia foncière” ne doit prospérer dans cette ville jadis économique. ”La ville de Thiès est en train de s’effondrer sous nos yeux. Elle est entre les mains d’une petite mafia qui se partage toutes les réserves foncières et les terres des citoyens. Ils sont en train de tout vendre et de s’enrichir sur le dos des Thiessois. Ils sont là. Ils ne travaillent pas, mais font tout ce qui est en leur pouvoir pour obtenir de l’argent. Le moyen qu’ils trouvent rapide, c’est de vendre les terres des populations. Cela ne doit pas continuer”, fustige Thierno Alassane Sall.
Soutenant que le tissu industriel de Thiès est en lambeaux, le patron de la République des valeurs invite les bradeurs fonciers à mettre fin à leur mafia. Il dit regretter aussi le fait qu’aucune entreprise ne tourne en plein temps pour constituer à une solution face à la problématique du chômage des jeunes. Dans une ville où le secteur informel représente 85 % de la population, Thierno Alassane Sall pense qu’instaurer encore une mafia foncière est une façon de plonger la cité du Rail dans un avenir incertain.
Aussi, s’empresse-t-il d’ajouter que la situation que vivent Thiès et ses habitants est la même que vivent les Kaolackois. “A Thiès, cette petite mafia a fini de partager les terres de Thionakh et même de Thiapong. Les habitants continuent à subir le diktat de ces spoliateurs fonciers. Dans quel pays sommes-nous ?”, s’interroge-t-il. Avant de répondre à sa question  : “Nous sommes dans un État où la ‘voyoucratie’ a fini de s’installer. On voit un affairisme qui est en train ruiner le pays.” Face à tous ces maux dont souffrent les citoyens de Thiès et d’ailleurs, Thierno Alassane Sall appelle à la restauration de la République. Une République où la bonne gouvernance restera à jamais la règle numéro un. GAUSTIN DIATTA (THIÈS)


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*