Dossier des 94 milliards de FCFA opposant Sonko à Mamour Diallo : Qu’est-ce qui bloque?

Partagez ce contenu!

Dossier des 94 milliards de FCFA opposant Sonko à Mamour Diallo : Qu’est-ce qui bloque?

https://directnewsinfo.com Cela fait bientôt trois ans que le dossier des 94 milliards mettant en cause l’ancien Directeur des Domaines ne bouge pas. Pourtant, c’est le Principal accusé en l’occurrence Mamour Diallo qui avait porté plainte contre Ousmane Sonko. Le leader de Pastef soutient mordicus que  Mamour Diallo aurait détourné 94 milliards de Fcfa dans une opération foncière. Jusqu’ à aujourd’hui, la  machine judiciaire ne semble pas s’emballer. Que se passe-t-il ?
« J’attends la plainte de Mamour Diallo. Je suis sûr que si le Procureur ouvre le dossier, Mamour Diallo sera envoyé en prison. Un procès qui sera celui de la honte pour eux. Les Sénégalais doivent se lever et exiger la clarté dans cette affaire où un gouverneur a été incriminé et qui, dès lors, doit être entendu. Cette Commission d’enquête parlementaire de l’Assemblée, n’est rien d’autre qu’une commission de “Sai-Sai“ parlementaires. S’ils osent, qu’on aille au Tribunal », avait déclaré  Ousmane Sonko.
On se souvient que Me El Haj Diouf et deux de ses collègues députés avaient déposé  la plainte contre Ousmane Sonko le mardi 15 octobre 2019 auprès du procureur de la République.
Les chefs d’accusation de diffamation et injures publiques ont été mentionnés par les conseils de l’ancien Directeur des Domaines comme motifs de la plainte.
« Il a régulièrement réitéré ses propos (les injures publiques) à l’encontre de l’exposant, en public au cours de meetings et conférences de presse largement reprises et diffusées aussi bien dans la presse locale que dans la presse internationale jusqu’à la date du 12 octobre 2019 (…)
Les propos tenus par le mis en cause sont tellement nombreux qu’il est pratiquement impossible de les citer tous dans une plainte. A titre illustratif, le mis en cause a déclaré que l’exposant : ‘‘a commis des faux dans un acte d’acquiescement, dans le but de soustraire 94 milliards des deniers publics », peut-on lire sur la plainte des avocats de Mamou Diallo.
Ainsi, le  vœu de Ousmane Sonko a été exaucé. Mais jusqu’ à présent l’affaire traine. Les autorités judiciaires ne pressent pas le pas. Ce qui nous conduit à égrener un chapelet d’interrogations  : Que cache-t-on dans ce dossier qui dure et perdure ? De quoi  a-t-on peur ? Cette affaire renferme-t-elle des énigmes ? Autant de questions révélatrices d’une préoccupation des Sénégalais qui continuent de s’interroger.
Si on regarde dans le rétroviseur des actions judiciaires, on ne peut manquer d’évoquer le cas de Khalifa Sall. Le dossier de l’ancien maire de Dakar a été  emballé par les justiciers  qui l’ont condamné par la suite. Dans le cas de Khalifa Sall, on évoque la somme d’un milliard alors qu’avec Mamour Diallo, le montant est de 94 milliards de Fcfa . L’urgence devait nous conduire à presser le pas et éclairer la lanterne des Sénégalais qui ont besoin de cet argent mais aussi ont le droit de savoir.
Prenant acte de l’inertie du procureur de Macky Sall, que j’avais saisi depuis deux ans à propos de l’escroquerie portant sur plus de 94 milliards, j’ai décidé de saisir directement le juge, avec constitution de partie civile, de deux plaintes : l’une contre Mamour Diallo, Tahirou Sarr et leurs complices, l’autre contre les membres de la “Commission d’enquête parlementaire » qui, aveuglés par la haine politique, se sont comportés en véritables députés-délinquants.
Ces plaintes ont été déposées le vendredi 23 août 2019 à 11H30.

Du nouveau dans l’affaire dite « 94 milliards » qui oppose Ousmane Sonko a Mamour Diallo.

La double plainte pour escroquerie du leader du parti Pastef contre l’ancien Directeur des Domaines, Mamour Diallo, Tahirou Sarr et les membres de la Commission d’enquête parlementaire risque d’être classée sans suite. C’est en tout cas le souhait du Procureur, Serigne Bassirou Guèye qui en a fait une requête auprès du Doyen des juges d’instruction du tribunal de grande instance de Dakar.
D’après le journal l’Observateur, le Procureur, pour défendre sa posture, a requis le refus d’informer. Son réquisitoire, selon la source, a été fondé sur le défaut de qualité à agir de Ousmane Sonko dans cette affaire, en visant les dispositions de l’article 2 du code de procédure pénale qui stipule que  : « l’action civile en préparation de dommage causé par toute infraction appartient à tous ceux qui ont personnellement souffert du dommage directement causé par l’infraction ».
En tout état de cause, le Procureur Bassirou Gueye ne semble pas très enthousiaste à trouver une épilogue à cette affaire qui dure et perdure. Comment comprendre que des accusations aussi gravissimes ne puissent pas trouver réaction de la part des autorités judiciaires ? Entre Sonko et Mamour qui a raison ?
Les Sénégalais ont hâte de découvrir la vérité dans cette nébuleuse qui hante leur sommeil depuis trois ans. La justice est interpellée. La lumière doit jaillir au grand bonheur des administrés qui veulent que les maigres ressources du pays , soient préservées.
En prenant le risque d’attaquer un proche du Président Macky Sall, l’accusé Ousmane Sonko sait pertinemment qu’il est  dans la ligne de mire du pouvoir. Il  sait aussi  qu’il doit disposer d’éléments probants pour ne pas prêter le flanc face à un régime qui a déjà cassé plusieurs opposants. Que reste-t-il à faire ?
Monsieur le Procureur, en ce qui concerne le dossier des 94 milliards de FCFA, les Sénégalais s’impatientent.Mademba Ramata Dia


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*