Discours du 4 avril : Macky Sall passe à côté et joue encore avec les jeunes

Partagez ce contenu!

Discours du 4 avril : Macky Sall passe à côté et joue encore avec les jeunes

https://www.xibaaru.sn Avec le Président de la République Macky Sall, les Sénégalais demeurent à présent convaincus qu’il y a toujours du réchauffé. Avant même qu’il ne soit élu à la tête de ce pays en 2012, alors qu’il briguait le suffrage universel, c’est lui le Président de la République Macky Sall qui promettait des centaines de milliers d’emplois aux jeunes. 500.000 emplois que personne n’a jamais vu venir. Une fois, se trouvant élu à la tête de ce pays, ensuite réélu en 2019, la jeunesse sénégalaise se montre toujours désespérée.
Les jeunes ont perdu toute confiance en ce régime. Ils sont des milliers à affronter la mer en empruntant des pirogues rien que pour se rendre clandestinement en Europe où ils pensent trouver l’Eldorado. L’espoir se trouve en Europe pour eux, au prix de perdre leur vie. La jeunesse était confiante en élisant le Président de la République Macky Sall, né après l’indépendance en 1960, qui a étudié au Sénégal au sein du public avant de devenir ce qu’il est, donc connaissant mieux les souffrances de la population. Macky Sall se trouve être une déception pour une partie de la population. Voilà pourquoi d’ailleurs, le peuple sénégalais vient de s’exprimer violemment à travers les manifestations qui viennent de se dérouler.
Le Président de la République Macky Sall n’a comme pas retenu la leçon. Il avait déjà adressé un discours au peuple sénégalais à la suite des évènements sanglants qui se sont tenus pour dire avoir compris son message. Il n’en est rien. Macky Sall prend du vieux pour créer du neuf. La preuve,  son message qu’il a adressé à la nation à la veille de ce 4 avril. Rien de nouveau dans son message.
Lors de son discours à la nation à l’occasion de la commémoration de l’Indépendance du Sénégal, le Président de la République a encore joué avec la jeunesse. Macky Sall joue même avec le feu, en pensant que la jeunesse peut se montrer si naïve et le croire sur mots après tant de promesses qui ont aiguisé ses appétits, affamée qu’elle est de trouver du travail et de stabilité.
Parfois, on a comme l’impression que le Président de la République Macky Sall se refuse à revoir sa propre copie. Quoi de neuf ? Il dit vouloir créer des « pôles emploi et entreprenariat pour les jeunes et les femmes ». Très bien. Mais avec des démembrements des agences déjà existantes et inefficaces comme la DER/FJ, L’ANPEJ, L’ADPME, LE FONGIP. Des agences qui existent depuis fort longtemps et n’ont jamais intéressé les jeunes.
La DER/FJ est pire qu’une banque usurière, l’ANPEJ, une agence de recrutement de jeunes de l’APR, L’ADPME, un conglomérat de GIE et le FONGIP est un parking pour les cadres de l’APR.
Le président de la République Macky Sall se doit bien de le reconnaître. Encore une fois, il est passé à côté de son sujet. Il n’a pas touché les problèmes fondamentaux. Les maux, ce sont les personnes qui détournent ces agences de leurs objectifs et les ministres qui politisent leurs départements, comme celui de la Jeunesse.
Le président de la République Macky Sall joue avec les jeunes car il ne change rien, laisse tout en place et déclare que tout va changer. Mais comment ? On n’a comme l’impression que le Président veut continuer toujours à jouer avec le feu, malgré le signal qui lui a été envoyé dernièrement par le peuple. C’est comme s’il est devenu dépassé par les évènements et n’a que des mots pour amadouer les jeunes. Mais ils sont déjà devenus habitués aux promesses mirobolantes de Macky Sall.

LE DIALOGUE POLITIQUE EN EAUX TROUBLES

L’As-A en croire le coordonnateur du FRN, Moctar Sourang et ses camarades, la majorité est en train de s’arc-bouter sur sa décision unilatérale de faire tenir les élections locales au courant de l’année 2022

Le Dialogue Politique risque d’être bloqué avec la décision du pôle de l’opposition de suspendre sa participation aux travaux. Un scénario prévisible suite au désaccord relatif à la fixation de la date des prochaines élections locales.

L’entente précaire au sein du Dialogue Politique est aujourd’hui menacée par le désaccord sur la tenue de la date des prochaines élections locales. En effet, le Front de Résistance Nationale (FRN) a informé hier avoir suspendu sa participation aux travaux de la Commission Politique du dialogue, jusqu’à nouvel ordre. Craignant que le gouvernement suive aveuglément le pôle de la majorité sans prendre en compte l’avis des autres parties prenantes aux concertations, l’opposition a décidé de se retirer momentanément. Une manière de mettre certainement la pression sur le gouvernement. Parce que, selon le FRN, le pôle de la majorité a été mis en minorité par les pôles de l’opposition, des non-alignés et de la société civile lors de la dernière réunion de la commission politique.
A en croire le coordonnateur du FRN, Moctar Sourang et ses camarades, la majorité est en train de s’arc-bouter sur sa décision unilatérale de faire tenir les élections locales au courant de l’année 2022. Et cela, disent-ils, en dépit de l’argumentation technique et scientifique qui lui a été servie, montrant nettement et clairement la possibilité d’organiser ce scrutin, au plus tard en décembre 2021. Or, souligne le FRN, il est bien établi qu’un tel dessein de la majorité ne manquera pas de bouleverser davantage le calendrier électoral déjà mis à rude épreuve, «dans un contexte de recul net de la démocratie dans notre pays».
Il faut noter que Moctar Sourang et Cie n’ont eu de cesse de pointer un doigt accusateur sur le gouvernement qui, d’après eux, a fait exprès de ralentir le processus pour que le scrutin se tienne en 2022. Ils exigent ainsi que les Locales se tiennent dans le courant de cette année 2021 et mettent en garde le Gouvernement contre toutes les conséquences que de nouveaux reports pourront engendrer. Force est de constater que la polémique sur la tenue des locales risque de plomber le processus entamé depuis 2019. En effet, l’absence de l’opposition sur la table des concertations ôterait toute légitimité sur les consensus qui seront actés lors de ces négociations. C’est pourquoi, l’Etat devrait prendre très au sérieux cette question.

LA SOCIETE CIVILE PROPOSE L’ORGANISATION DES LOCALES EN FIN JANVIER 2022

Pour l’heure, la société civile présente au dialogue national semble avoir très bien compris la situation.
Dans un communiqué parvenu hier à «L’As», elle se dit vivement préoccupée par la suspension de la participation du pôle de l’opposition aux travaux en cours de la commission politique. Après avoir consulté des responsables de la majorité et de l’opposition, elle a appelé les pôles de la majorité et de l’opposition à faire preuve de dépassement en vue de trouver un compromis sur la date des prochaines élections locales. Elle a aussi demandé au pouvoir de fixer dans la loi l’échéance limite pour l’organisation des élections en fin janvier 2022.
Et enfin, la société civile a invité le chef de l’Etat à tout faire pour prendre un décret fixant la date des locales dans le courant du mois de décembre 2021. Pendant ce temps, l’Assemblée nationale a convoqué aujourd’hui les députés en séance plénière pour examiner le projet de loi portant report des élections territoriales et prorogation du mandat des conseillers municipaux et départementaux. Il faut dire, cependant, que jamais des élections locales n’ont été autant repoussées dans le pays. C’est la troisième fois que ce scrutin est reporté. Tout ceci est dû aux lenteurs notées dans l’audit du fichier et l’évaluation du processus électoral. Même si la Covid-19 peut être un bon prétexte pour expliquer de telles lenteurs, il demeure évident que le gouvernement a beaucoup trainé les pieds sur beaucoup de questions. Cela été le cas pour l’installation du Président du Comité de Pilotage du Dialogue National. Très en avance dans ses travaux et ayant fini ses termes de référence, la commission politique de feu Général Niang, était obligé d’attendre l’installation de Famara Ibrahima Sagna, qui a pris d’ailleurs beaucoup de temps, pour franchir des paliers. Seydina Bilal DIALLO


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*