Croissance économique au troisième trimestre 2019:Le PIB en volume corrigé des variations saisonnières s’est accru de 4%

Partagez ce contenu!

https://www.lejecos.com/–Au troisième trimestre de l’année 2019, le Produit Intérieur Brut (PIB) en volume, corrigé des variations saisonnières (CVS), s’est accru de 4,0% par rapport au trimestre précédent.
L’information est contenue dans la dernière publication « Note Sur les Evolutions Economiques Récentes » de l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). Elle « est imputable à la croissance du secteur primaire (+5,3%), du secondaire (+5,3%) ainsi que du tertiaire (+3,1%) ».
Les taxes nettes de subventions ont crû, elles aussi de 3,6% sur les produits. La hausse enregistrée dans le secteur primaire est imputable à la bonne orientation de la pêche (+14,2%) et de l’agriculture (+6,6%). Par contre les résultats concernant l’élevage sont en baisse par rapport à ceux de l’année dernière.
En outre, au troisième trimestre de 2019, la valeur ajoutée du secteur primaire, en volume, a progressé de 9,7% reflétant la bonne tenue de l’activité de la totalité des sous-secteurs. Mieux, la performance de 30,5% notée dans l’activité de la pêche résulte de la forte progression des débarquements de la pêche artisanale (+47,5%).
S’agissant de la performance enregistrée dans le secteur secondaire, elle est essentiellement liée « à la bonne tenue des sous-secteurs des autres produits manufacturiers (+12,8%), des industries chimiques (+13,2%) et de l’électricité (+6,2%) », mentionne l’Ansd dans le document.
On note également  une hausse dans le secteur tertiaire qui s’explique notamment par le prélèvement de 13,4% des autres activités de services, de 11% du secteur des transports, de 9,4% des activités immobilières, de 7,2% du sous-secteur de l’hébergement et de la restauration et de 5,3% du commerce.
Par ailleurs, sur cette même période plusieurs activités sont en baisses : la branche construction moins de 2,3% et un repli de 2,3% de la valeur ajoutée des extractives. L’information et la communication passent à 9,4%.
En glissement annuel, il est enregistré une détérioration des exportations nettes de biens et services (en volume) qui passent de -498,8 milliards à -506,2 milliards, en liaison avec la forte hausse des importations de biens et services en volume (+15,5%).Pauline Minka

Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*