COVID-19 Le prix des tests rapides divisé par deux pour les pays en développement

Partagez ce contenu!

COVID-19 Le prix des tests rapides divisé par deux pour les pays en développement

Libération Sénégal online Un accord vient d’être signé pour faire baisser de moitié les prix des tests antigéniques rapides de Covid-19 au profit des pays à faible et moyen revenu, a annoncé ce vendredi l’organisation internationale Unitaid.
« En garantissant la disponibilité de volumes élevés pour les pays en développement, le coût des tests rapides antigéniques pour la Covid-19 a été réduit de 50% », a déclaré Hervé Verhoosel, porte-parole d’Uintaid, lors d’un point de presse à Genève. L’accord entre Unitaid et la Fondation pour des diagnostics innovants va permettre d’augmenter la capacité des entreprises qui fabriquent ces tests rapides de détection d’antigènes et répondre à environ la moitié des besoins estimés pour les pays en développement. Ce dispositif permet de baisser le prix de moitié, de 5 à 2, 5 dollars pièce. D’après l’Uintaid, quelques 264 millions de tests pourront ainsi être produits dans les 12 mois suivant l’accord. « Il s’agit d’un volume suffisant pour répondre à environ la moitié des besoins totaux annuels estimés en matière de tests antigéniques des pays en développement », a ajouté M. Verhoosel.
Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les tests ont joué un rôle essentiel dans le combat contre la maladie, permettant la prise en charge de patients et générant des données vitales pour éclairer les stratégies d’isolement, des tests et du traçage des contacts. Aussi, contrairement aux tests moléculaires (pcr) dont les résultats ne sont pas disponibles en temps utile, les tests antigéniques présentent l’avantage de ne pas nécessiter d’analyse en laboratoire et de donner un résultat en quelques minutes.
Selon Unitaid, ces tests restent un outil déterminant dans le combat la pandémie, en détectant le plus tôt possible les cas d’infection ou les foyers de contamination. Or, dans de nombreux pays, la capacité de dépistage reste très centralisée et souvent insuffisante pour répondre à la demande actuelle. « C’est particulièrement vrai dans les pays en développement où les personnels soignants sont souvent privés d’accès aux tests en raison des fragilités des système de santé et de la dépendance à un approvisionnement à l’étranger », a détaillé M. Verhoosel. Dans ces conditions, si les pays développés réalisent actuellement plus de 250 tests par jour pour 100.000 personnes, le taux est dix fois moins élevé dans les pays en développement. Dans ces régions, Unitaid fait état d’environ 25 tests pour 100.000 personnes


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*