cropped-LOGO-RP
Loading ...

DISPARITION DE DIDIER BADJI ET DU SERGENT FULBERT SAMBOU : Leurs proches ne veulent pas qu’ils soient les agneaux du sacrifice

https://www.enqueteplus.com Debout comme un seul homme pour le retour de l’adjudant-chef de la gendarmerie Didier Badji et du sergent Fulbert Sambou de l’armée nationale, disparus depuis une semaine, le Collectif des ressortissants des iles Ibliss Kassa déclare qu’il est hors de question que leurs parents soient des agneaux du sacrifice. Une semaine après la disparition, dans des conditions mystérieuses, de leurs parents l’adjudant-chef de la gendarmerie Didier Badji et du sergent Fulbert Sambou de l’armée nationale, le Collectif des ressortissants des iles Ibliss Kassa (Haère, Hitou, Diogué, Niomoune, Bakassouk) à Dakar a tenu une conférence de presse, hier, pour se faire entendre.

Selon leur porte-parole, ils saluent la démarche du procureur de la République qui a ouvert une enquête pour élucider cette affaire et le fait que tous les services compétents aient été mis en branle.

Toutefois, prévient Edmond Diémé, ils ne vont pas se limiter à ça. Ils demandent à l’État du Sénégal de tout faire pour retrouver leurs deux enfants et qu’ils reviennent sains et saufs. ‘’Nous ne savons pas où ils sont, mais l’État dit qu’ils sont disparus. Chez nous, quand une personne se perd, nous prions pour qu’on la retrouve. Entre nous, on sait que ce ne sera pas une mer à boire pour les retrouver, c’est la raison pour laquelle nous comptons sur l’État qui a le devoir régalien de les retrouver, afin qu’ils puissent retourner dans leur lieu de travail, mais aussi dans leurs familles. Depuis que cette affaire a éclaté, beaucoup de Sénégalais se posent des questions. Ils s’interrogent sur comment des soldats peuvent-ils se perdre dans cette zone de Dakar que beaucoup pensent que c’est l’endroit le plus sécurisé du pays. Nous voulons dire par là la zone du Cap Manuel’’. Il poursuit  : ‘’D’autres veulent savoir comment une houle peut emporter deux insulaires, deux adultes, des soldats de surcroit, en y laissant leurs chaussures et téléphones portables ? Des questions légitimes qui turlupinent beaucoup de compatriotes. À cela s’ajoute la question à savoir pourquoi des soldats, qui sont dans le réputé corps stratégique des renseignements généraux, peuvent disparaître volontairement ? Autrement dit, organiser leur disparition. Je pense que cela est insensé. On ne va pas le gober. Comment peuvent-ils organiser leur propre disparition depuis six jours et jusqu’à présent, personne ne peut dire une chose qui peut faire disparaître notre inquiétude ?’’ ‘’La dernière question, dit-il, est de savoir qui a intérêt, au Sénégal, à donner des informations fausses, qui ne sont pas fiables à longueur de journée ? Et c’est quoi le motif recherché par cette personne qui donne ces mauvaises informations ? Elle cherche quoi ?  Voilà, entre autres, les questions que beaucoup de Sénégalais se posent, depuis le début de cette affaire.’’ A ce stade de l’affaire, le Collectif des ressortissants des iles Ibliss Kassa demande à ses membres, à tous les Sénégalais de redoubler de vigilance. ‘’Que chacun ouvre ses yeux et sache où il va mettre les pieds. Que personne ne nous dévie de ce chemin que nous nous sommes tracé. Que personne ne nous distraits. Soyons debout comme un seul homme jusqu’à ce qu’on retrouve nos parents. Je voudrais ajouter que nos deux parents sont des Sénégalais à part entière et qui appartiennent certes à une communauté. Nous n’allons pas accepter qu’ils soient les agneaux du sacrifice’’, prévient-il.

‘’Des hommes de valeur qui ne sauraient poser des actes indignes’’

Également, au nom du rassemblement, le collectif a lancé un appel à l’endroit des familles religieuses musulmanes comme chrétiennes, des autorités coutumières, bref, de toutes les personnes éprises de paix, de se lever pour que leurs parents perdus soient retrouvés sains et saufs. ‘’Nous sommes très inquiets. On a décidé de faire une sortie pour que toute personne qui peut faire quelque chose puisse le faire. On a retardé notre face-à-face avec la presse, car nous sommes des personnes de valeur. Nous voulions avoir le maximum d’informations avant de nous faire entendre. Tous les recoupements nécessaires ont été faits. Nos parents disparus sont nés dans une zone insulaire. Ils ont été initiés aux valeurs des Diolas. Ils ont reçu une bonne éducation. Ils ont servi le Sénégal et dans toutes ses entités, à l’international, avant d’intégrer le renseignement général. Donc, c’est des hommes de valeur qui ne sauraient agir ou poser des actes indignes’’, déclare Edmond Diémé.CHEIKH THIAM