cropped-LOGO-RP
Loading ...

LES CADRES DE PASTEF SORTENT DU BOIS

https://www.sudquotidien.sn  Par la voix de Bassirou Diomaye Faye, Pastef Les Patriotes a apporté son soutien à Pape Alé Niang, mais aussi au refus du test ADN par Sonko, tout en annonçant la saisie de l’Assemblée nationale pour la dé-classification du rapport sur le capitaine Touré Par la voix de Bassirou Diomaye Faye, le président du Mouvement national des cadres patriotes (Moncap), le parti Pastef Les Patriotes a apporté son soutien au journaliste d’investigation Pape Alé Niang arrêté par la justice, mais aussi au refus du test ADN par le maire de Ziguinchor, tout en annoncé que la formation politique a saisi l’Assemblée nationale pour la dé-classification du rapport sur le capitaine Oumar Touré «discriminant» Ousmane Sonko dans le dossier qui l’oppose à Adji Sarr, en plus d’assurer que le Némékou tour va se poursuivre, malgré l’arrestation des cinq membres de la garde rapprochée du maire de Ziguinchor. M. Faye s’exprimait hier, mardi 8 novembre, lors d’une conférence de presse tenue à Dakar. La guerre des mots ne s’estompe pas dans la sphère publique sénégalaise. Par la voix de Bassirou Diomaye Faye, le président du Mouvement national des cadres patriotes (Moncap), le parti Pastef-Les Patriotes a apporté son soutien au journaliste d’investigation Pape Alé Niang arrêté et poursuivi pour avoir divulgué des « documents classés secret-défense » en plus du délit de propagation de fausses nouvelles. Il a aussi magnifié «toute la presse debout, particulièrement les journalistes d’investigation qui informent le peuple sénégalais sur les scandales qui plombent le développement économique et social du pays. Dans la foulée, il a exigé du président Macky Sall de mettre un terme aux violences contre la presse et a l’intimidation exercée sur les journalistes». Selon Bassirou Diomaye Faye «Le Sénégal va à la dérive».

 LA POURSUITE DU NÉMÉKOU TOUR

«Nous avons noté récemment l’arrestation sans convocation des membres de la garde rapprochée du président Ousmane Sonko pour essayer de mettre un terme au Némékou tour», a-t-il dit. «Je voudrais dire ici au nom du bureau politique de Pastef-Les Patriotes cette sympathique victorieuse dans la perspective de 2024, à savoir le Némékou tour, va se poursuivre», a-t-il annoncé.

NON AU TEST ADN, OUI À LA DÉCLASSIFICATION DU RAPPORT SUR LE CAPITAINE TOURÉ

Le président du Moncap a rejeté par ailleurs le test ADN et annoncé que son parti a saisi l’Assemblée nationale pour la déclassification du rapport sur le capitaine Oumar Touré qui disculpe le leader de Pastef. «Lors de cette audition, Ousmane Sonko a établi le complot, dont il s’est toujours dit être victime, en mettant à la table des pièces à conviction irréfutables. C’est ce dont la justice a véritablement besoin pour dire le droit, mais pas du sang du président Ousmane Sonko, dont rêvent certains pour aller voir je ne sais qui. Une chose est sûre, le parti Pastef-Les Patriotes n’aurait jamais laissé le président Ousmane Sonko donner ne serait-ce qu’une demi-goutte d’une demi-goutte de son sang à des personnes qu’il accuse, preuve irréfutable à l’appui, d’être impliqués dans un complot visant à le liquider politiquement. Et il ne le fera jamais !», a-t-il déclaré. Non sans ajouter : «Si la justice veut une manifestation dans toute sa splendeur de la vérité du complot, elle n’a qu’à déclassifier le rapport que l’ancien Inspecteur des impôts et domaines présente comme preuve de son innocence. C’est dans cette logique que notre parti Pastef-Les Patriotes a saisi l’Assemblée nationale pour demander que ce rapport soit déclassifié et mis à la disposition du peuple sénégalais.» Bassirou Diomaye Faye a aussi invité le président Macky Sall à ne pas «engager le Sénégal dans un chantier de troisième mandat sanglant que personne n’acceptera, parce qu’il n’y aura pas de monarchie dans ce pays». «Le futur du Sénégal se fera sans Macky Sall», a-t-il lancé face aux journalistes. «Nous appelons encore une fois les guides religieux qui sont des régulateurs sociaux d’être dans la prévention. Tout ce que nous voyons aujourd’hui comme VAR contre Macky Sall et ses souteneurs peut leur être accessible et il leur appartient de lui faire entendre raison parce qu’une vie perdue est une mort de trop», a-t-il souligné. PAPA MOUSSA CAMARA

SAVOIR PARTIR À TEMPS PAR YASSINE FALL ET JACQUES HABIB SY

Il est temps de vous en aller, monsieur Macky Sall, afin d’affronter les tribunaux du peuple qui ne manqueront pas de vous attraire devant leurs juridictions pour répondre du chapelet interminable de morts tragiques, de vies brisées sur votre parcours L’arrestation récente du journaliste Pape Alé Niang précédée par des dizaines d’emprisonnements arbitraires et injustes d’honorables citoyens, les interminables prises de parole publiques arrogantes voire menaçantes et surtout le remue-ménage incessant contre le président Ousmane Sonko sont le point de mire de l’actualité au Sénégal. Les opposants sont l’objet de harcèlements injustifiés de tous ordres aux seules fins d’assurer au chef de l’État une hégémonie asphyxiante sur l’espace politique national et sur la société. Les jeunes, les femmes, les personnes du troisième âge font l’objet d’atteintes aussi graves qu’intolérables de leurs droits les plus essentiels  : droits de manifester, de marcher, de s’exprimer librement, d’avoir accès à un emploi digne, de jouir sans entraves de leur patrimoine foncier et d’accéder pleinement aux ressources halieutiques, énergétiques et minières, aux services et opportunités garantis par la loi fondamentale. Par-dessus tout, la fuite en avant de monsieur Macky Sall, président de la République et chef de parti politique coalisé à une minorité d’apparatchiks impliqués, pour la plupart, au plus haut point dans le pillage outrancier des biens et deniers publics, plante un malaise permanent qui pourrait rapidement dégénérer en un chaos total de notre société et de ses institutions. C’est pourquoi monsieur Macky Sall doit savoir raison garder s’il a encore un tant soi peu de discernement et de sang froid pour entendre la voix de la sagesse.

L’écrasante majorité des Sénégalais ne veulent pas de lui dans une posture de troisième candidature aux commandes suprêmes du pays ou de parrain d’un hypothétique « dauphin ».

Il est temps de vous en aller, monsieur, et d’avoir le courage d’affronter les cours et tribunaux du peuple qui ne manqueront pas, à n’en pas douter, de vous attraire devant leurs juridictions pour répondre du chapelet interminable de morts tragiques, de vies brisées et de haute trahison qui jalonnent votre parcours funeste. En attendant, nous vous demandons de libérer Pap Alé Niang et tous les prisonniers politiques, les nombreux activistes et gens de l’art, les membres de la garde rapprochée du président Ousmane Sonko et de laisser les magistrats dignes et libres prendre en mains le dénouement, sans entrave aucune et sans entourloupettes inutiles, du procès de votre principal opposant et de l’ultime espoir du peuple sénégalais.

Les sales dossiers de Macky Sall qui vont le chasser du pouvoir…

Ça sent la fin de règne pour le Président Macky Sall. Les erreurs et incartades s’accumulent à l’approche de la présidentielle de 2024. En l’espace d’un mois, les scandales du camp présidentiel ont étouffé les actes positifs du Président. Le scandale du contrat d’armes et l’arrestation du journaliste Pape Alé Niang ont eu un écho défavorable à l’international et terni l’image du Président au point de reléguer au second plan, la baisse des prix opérée par le gouvernement. Comme Wade avant la présidentielle de 2012, Macky Sall crée les propres germes de sa destruction. Le Président Macky Sall est affaibli à 15 mois de la présidentielle… Macky Sall a de bons projets. Il a réalisé plusieurs infrastructures et construit de nombreux hôpitaux. Il y a aussi le TER, et ce bijou magnifique qu’est le stade Me Abdoulaye Wade sans compter la construction de l’autoroute à péage Ila Touba. Mais tout ceci est entaché par les scandales qui frappent son régime. Des membres du camp présidentiel sont impliqués dans de nombreux scandales, sans qu’ils ne soient inquiétés et traduits en justice. Alors que, la plupart d’entre eux ont été épinglés dans des rapports de corps de contrôle de l’Etat. Mais, ils ne sont jamais inquiétés. Le Président de la République Macky Sall a avoué lui-même qu’il recevait des rapports accablants qu’il plaçait sous le coude. D’où le sentiment qui se dégage, que c’est lui qui couvre les nombreux scandales son régime. L’affaire Pétro Tim, personne n’en parle plus. L’affaire Boughazelli semble être rangée aux oubliettes. Abdou Karim Sall, qui vient d’être relevé de son poste de ministre de l’Environnement voit son nom être cité dans des scandales. L’affaire des gazelles Oryx est encore fraiche dans la mémoire des Sénégalais. Que dire maintenant de ce scandale qu’il laisse derrière lui avec cette affaire d’un contrat d’armements pour les agents des Eaux et Forêts d’un coût de 45 milliards de FCFA ? Qui plus est ce contrat pour équiper les Eaux et Forêts a été signé au profit d’une société appartenant à un Nigérien qui n’est pas de bonne réputation ? De quoi réveiller tous les soupçons. 45 milliards pour équiper uniquement les Eaux et Forêts en armements. Depuis que cette affaire a éclaté, aucune explication convaincante n’a été donnée pour expliquer aux Sénégalais sur ce qui s’est passé.

Une partie de l’hôpital bradée

Une partie de la réserve foncière vient d’être bradée, malgré l’opposition de toute l’opinion publique, le régime est allé jusqu’au bout. Il a persisté et a vendu une partie de la réserve foncière de l’hôpital Aristides Le Dantec. Puis, il y a eu cette affaire de trop, avec l’arrestation du journaliste Pape Allé Niang parce que tout simplement, il gêne le pouvoir à travers les opinions qu’il donne à chaque évènement politique. Lui aussi, fait partie ceux qui dénoncent le plus les nombreux scandales sous le régime du Président Macky Sall. L’opinion publique nationale ainsi que celle internationale semble de plus en plus tourner le dos à Macky Sall. Tant les scandales deviennent de plus en plus nombreux. Ils ternissent la réputation du régime… Pourtant Macky Sall ne veut pas de tout ça, lui qui aura besoin justement d’un soutien de l’opinion nationale et celle internationale, pour valider sa candidature à un troisième mandat en 2024. Macky Sall est en train de plus de perdre de soutien. Il est responsable lui-même de la situation, en fermant les yeux sur les scandales répétitifs causés par les membres de son entourage. Comme Me Abdoulaye Wade, Macky Sall lui-aussi, est celui qui est en train lui-même de scier la brancher sur laquelle, il est assis, en laissant passer de nombreux scandales.Papa Ndiaga Dramé pour xibaaru.sn