ABDOUL AZIZ DIOP : «LE FONCIER EST SÉCURISÉ MAIS…»

Partagez ce contenu!

ABDOUL AZIZ DIOP : «LE FONCIER EST SÉCURISÉ MAIS…»

http://www.emedia.sn Conseiller spécial du chef de l’État, Abdoul Aziz Diop, réoriente le débat autour du littoral. Invité de Lr du temps, émission d’Alassane Samba Diop, sur iRadio et Itv, ce dimanche, 28 juin, il a soutenu que « les problèmes fonciers tels qu’on en parle au Sénégal ne reflètent pas la réalité. »
C’est ainsi qu’a-t-il expliqué, insistant sur « la particularité » de Dakar  : « Un quart de la population sénégalaise vit à Dakar. Il s’Y ajoute que nous vivons dans cette partie extravertie du territoire dans cette zone côtière du territoire. Dakar concentrant un peu plus de quatre millions d’habitants sur une superficie qui ne dépasse pas à 28 pour cent du territoire national. »
Une situation décrite comme « grand déséquilibre » par Diop. Recommandant d’ »interroger cette anomalie » selon laquelle « 25 pour cent (Des Sénégalais) vivent sur 0, 28 pour cent de leur territoire, il a invité les Sénégalais « à reconquérir leur pays pour l’habiter et le valoriser. »
Pour conclure, a-t-il souligné  : « Tant que le problème n’est pas posé en ces termes, il y aura toujours des litiges fonciers, (…) Et à partir du moment où parfois des fonctionnaires se prévalent de l’immunité et administrent mal la politique foncière, bonjour les dégâts ».
S’agissant de la vive polémique autour du bradage du littoral, il a martelé que « si le territoire national fait 100 pour cent de superficie, ce dont il faut se rendre compte, c’est qu’il n’y a qu’un peu plus de 5 pour cent des terres du Sénégal qui sont immatriculées. Puisque les chiffres de 5 pour cent remontent à novembre 2015. Cela veut dire que 95 pour cent des terres du Sénégal ne sont pas immatriculées et sont dans le Domaine national. A partir du moment où seulement 5 pour cent des terres du Sénégal sont immatriculés, et sont partagés entre l’État et des tiers privés. Cela veut dire que nous vivons dans un pays où le foncier est plutôt sécurisé. Contrairement à ce qui se dit, et à ce que l’on entend. On entend beaucoup de bruits, on parle beaucoup de contentieux. Dié BA & Pape D. DIALLO (Photo)


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*