Dossier Coronavirus situation au 22 Juin 2020

Partagez ce contenu!

82 nouveaux cas testés positifs au coronavirus,34 nouveaux guéris,2 nouveaux décès et 21 cas graves en réanimation.

Sur 1040 tests réalisés, 82 sont revenus positifs au coronavirus soit un taux de positivité de 7,9%. Il s’agit de 65 cas contacts suivis, 4 cas importés (AIBD) et 13 cas issus de la transmission communautaire répartis comme suit : Maristes (1), Zone A (1), Bopp (1), Yarakh (1), Ouest Foire (1), Nord Foire (1), Almadies (1), Grand Mbao (1), Keur Massar (1) et Kaolack (4).
34 patients ont été testés négatifs et déclarés guéris.
21 cas graves sont pris en charge dans les services de réanimation.
2 nouveaux décès liés à la Covid-19, enregistrés.
A ce jour, le Sénégal compte 5970 cas positifs dont 3953 guéris, 86 décès et 1930 encore sous traitement.

2 nouveaux décès enregistrés au Sénégal,le bilan passe à 86 morts

https://actusen.sn/Pour être clair, c’est une hécatombe que le Sénégal risque de vivre avec le bilan des décès qui continue de s’alourdir. A ce stade le bilan des morts dû au coronavirus est désormais réparti à la hausse avec 2 nouvelles victimes recensées hier et comptabilisés dans le bilan de ce lundi, présenté par l’ex Directeur de cabinet du ministre de la santé. Ce qui porte le nombre de morts à 86, depuis l’apparition de la maladie en mars dernier.

Guéris ,décès, nouveaux cas…: Covid-19 au Sénégal,des chiffres et des records en l’espace d’une semaine.

https://www.dakaractu.com/Depuis la détection, le 2 mars 2020, du premier cas de Covid-19 au Sénégal, il y a 5 888 porteurs déclarés du virus Sars-CoV-2 et 3 919 déclarés guéris. Le coronavirus a fait 82 morts dans notre pays, avec à chaque fois une hausse du nombre de décès équivalente à celui de la semaine d’avant. Avec 1 884 patients sous traitement, des chiffres records ont été atteints en l’espace d’une semaine.
Le Sénégal a enregistré ce dimanche 21 juin, deux morts supplémentaires, selon les chiffres provisoires du ministère de la Santé. Ce qui porte à 82 le nombre de personnes qui ont succombé, depuis l’apparition de la pandémie, le 2 mars 2020.
Le nombre de décès enregistrés entre le 14 et le 21 juin est supérieur à celui enregistré la semaine d’avant : 22 contre 11. Le nombre de morts recensés a été multiplié par deux en l’espace d’une semaine. D’où un surcroît de mortalité dans les derniers 7 jours consécutifs, passant de 60 à 82.
Le pays a enregistré en l’espace d’une semaine 798 nouveaux cas de Covid-19, si l’on se fie aux chiffres  annoncés par le ministère de la Santé, la plus forte augmentation en 7 jours consécutifs depuis le début de la pandémie dans le pays. Le Sénégal comptabilise désormais un total de 5 888 cas, a précisé le ministère dans un communiqué.
Plus de la moitié de l’ensemble des patients sont concentrés dans la capitale où les services de santé se retrouvent sous pression. Dakar est la ville sénégalaise la plus  touchée par la pandémie du nouveau coronavirus. L’on se demande dès lors si les mesures d’allégement n’ont pas accentué la propagation du virus.
Une augmentation régulière du nombre de patients en hospitalisation a été constatée au cours de la troisième semaine du mois de juin, passant de 1 685 à 1 884, entre le 14 et 21 juin. Pour les personnes hospitalisées pour une infection Covid-19, 105 nouvelles admissions ont été enregistrées, ce dimanche 2 juin 2020.
Les  entrées (105) sont plus nombreuses que les sorties (60), avec un solde positif de 199 malades du Covid de plus que dimanche dernier.
Aujourd’hui, 21 cas graves sont hospitalisés en réanimation. Ils sont actuellement pris en charge dans les services de réanimation de l’hôpital Fann et de l’hôpital Principal de Dakar.
De jour en jour, le nombre de patients hospitalisés poursuit son accroissement. Parce que le nombre de nouvelles contaminations au nouveau coronavirus semble avoir pris la courbe ascendante depuis plusieurs jours.
Le Sénégal compte 3 919 cas de rémission annoncés sur les 5 888 cas avérés au Sénégal d’infection au nouveau coronavirus, depuis l’apparition de l’épidémie dans notre pays.
Un nombre record de guéris qui s’approche des 4 000. Il se compte à 575 entre dimanche dernier à aujourd’hui.

Dr Seydou Nourou M’BAYE: «On Doit Laisser Le Virus Se Propager Jusqu’à Ce Que 60 % De La Population Soit Infectée…»

http://www.walf-groupe.com/Le virologue officiant à l’hôpital Aristide Le Dantec estime que « la méthode de lutte contre la maladie a été faussée depuis le départ ». En à croire  Dr Seydou Nourou M’BAYE,  c’est l’explication des décès et des cas de contamination qui se multiplient. Et pourtant, indique-t-il, personne ne peut parler de pic même si les autorités sanitaires avancent le contraire
« Je le dis haut pour que les Sénégalais l’entendent et le comprennent. Le pic, c’est quand il y’ a une croissance exponentielle, c’est-à-dire, il doit monter jusqu’à un niveau appelé ‘plateau’, et c’est ce plateau qu’on appelle le pic », explique le virologue.
Revenant sur la stratégie de lutte des autorités sanitaires qu’il trouve déficiente,  le Dr MBAYE propose une autre voie. Selon lui, pour atteindre le pic, il faut d’abord un processus, il faut deux méthodologies d’analyse. « Premièrement, il faut faire un confinement total de la population nuit et jour. Comme ça, tout le monde sera chez lui. Après cela, la transmission du virus sera contrée, et va commencer à diminuer. Deuxièmement, on doit laisser le virus se propager jusqu’à ce que 60 % de la population soit infectée et là, on pourra atteindre le pic parce que la progression ne pourra plus continuer. Dans ce cas, la progression va ralentir. Parmi ces deux méthodes, le Sénégal n’en a adopté aucune. Et pour vérifier le pic, il faut faire un dépistage de la population générale. Sans cela, on ne peut pas parler de pic », explique El hadji Seydou MBAYE

DR FALLOU SAMB PRÉDIT LE PIRE ET DEMANDE LE RETOUR DES MESURES RESTRICTIVES

http://www.emedia.sn/Membre de l’ordre des médecins du Sénégal, Dr Fallou Samb juge très grave la situation actuelle du coronavirus au Sénégal. Il demande aux autorités de revenir aux mesures restrictives pour éviter le pire. Selon lui, la situation est très préoccupante présentement.
Etayant ses propos, il révèle qu’à l’hôpital Dallal Diam, tous les 200 lits sont déjà occupés. Ainsi, prédit-il, s’il y a une nouvelle inflation, on risque d’avoir de sérieux problèmes parce que les malades pourraient partir sans assistance médicale ». Selon lui, cette situation était prévisible à cause du changement de paradigmes et de politiques de prises en charge de cette lutte au niveau des autorités. « C’était tout à fait prévisible parce que depuis le discours du 11 mai du président de la République, on s’est rendu compte de ce relâchement des populations qui ne respectent plus les mesures barrières », constate-t-il pour le déplorer.
Toutefois, il estime que pour faire face à cette pandémie, l’Etat doit reprendre ses responsabilités et sévir. Car, alerte-t-il « si on ne fait pas cela on risque d’arriver à une situation telle qu’on a va regarder les gens mourir dans les hôpitaux, faute de meilleure prise en charge. L’Etat doit sévir avec autorités et revenir sur sa décision d’assouplir les mesures de l’état d’urgence. A défaut, on risque d’arriver à un niveau de non-retour ». Aliou DIOUF


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*