SenCaféActu du 8 Juin 2020 Par Adama Sow

Partagez ce contenu!

#SenCaféActu du 8 Juin 2020 Par Adama Sow

A la Une :
·        Procès de Lamine Diack ce lundi à Paris : Le Sénégal seul face à tous, lâché par son pays
·        Le gouvernement rapatrie tous les sénégalais bloqués à l’extérieur depuis le début de la pandémie
·        Affaire Batiplus : la société réagit et menace
 
1-Ouverture du procès de Lamine Diack en France ce lundi :   A 87 ans, l’ancien dirigeant sénégalais, arrêté lors d’un voyage en France en novembre 2015, alors que la justice, alertée par l’Agence mondiale antidopage (AMA), s’intéressait à des soupçons de corruption à l’IAAF, risque jusqu’à dix ans de prison pour « corruption », « blanchiment en bande organisée » et « abus de confiance ». Il est soupçonné d’avoir étouffé, en échange de pots-de-vin estimés par les juges à 3,45 millions d’euros, des cas de dopage dans l’athlétisme russe. L’objectif était notamment de favoriser les négociations sur les droits télé et avec les sponsors en vue des Mondiaux d’athlétisme en août 2013 à Moscou. Lamine Diack, qui se dit victime d’une cabale et d’une campagne calomnieuse, a toujours gardé sa ligne de défense depuis 2015, même s’il n’a pas beaucoup bénéficié de soutiens de son pays. Il est aussi reproché à Lamine Diack, en marge de contrats de sponsoring, d’avoir permis à son fils, Papa Massata Diack, ex-consultant marketing de l’IAAF, de détourner des fonds de l’organisation, rapporte senego.MRP

2-Le gouvernement rapatrie tous les sénégalais bloqués à l’extérieur : Après l’Europe et les Etats-Unis, des vols au départ de plusieurs pays d’Afrique sont prévus à partir du jeudi 11 juin prochain, informe un communiqué du ministère du Tourisme et des Sénégalais de l’extérieur. « Sur instruction de son Excellence M. Macky Sall, Président de la République du Sénégal, les dispositions ont été prises pour procéder au rapatriement des Sénégalais du Bénin et du Nigéria. Dans ce cadre, le ministère du Tourisme et des Transports aériens, sur la base de la requête du ministère des Affaires étrangères, approuvée par le ministère de la Santé et de l’action sociale, autorise la compagnie nationale Air Sénégal à rapatrier des compatriotes du Bénin, du Nigéria et de la Cote- d’Ivoire »

3- Reprise du transport interurbain et des rassemblements : Les sénégalais reprennent les habitudes d’avant la pandémie : Le port du masque négligé dans la rue, rassemblements dans les plages, comme à Rufisque hier, le refus de donner les vraies informations aux préposés des gares routières qui renseignent les manifestes de voyage, les sénégalais ont montré hier, un comportement qui risque de donner raison aux personnels de santé.  Pour les transports interurbains, Gora Khouma, l’un des responsables syndicaux des transports, reste pessimiste quant à la mise en œuvre de certaines mesures comme le remplissage des manifestes. Il pense que certains passagers refusent de dévoiler leur identité aux transporteurs. Le président de l’Union des routiers du Sénégal propose ainsi la création d’une structure par l’Etat du Sénégal, qui va s’en charger.
4-Chiffres dévoilés : Depuis le début de la pandémie, les chiffres concernant la commune de Yoff qui regroupe Nord-Foire, Yoff et Ouest Foire n’étaient jamais communiqués au grand public. Hier, c’est au détour de la rencontre entre le maire de Yoff et non moins ministre de la santé et les dignitaires lébous de Ngor et Yoff, que les populations ont été informées que la commune avait plus 310 cas positifs, soit près de 50% du nombre de 641 de cas du district de Dakar-Ouest, le plus infecté sur l’ensemble du Sénégal. Malgré l’instance de la presse pour connaitre la situation détaillée de ce district, les autorités sanitaires ont toujours opposé un black-out…jusqu’à hier
5-Le Forum civil demande et l’audit et la publication des licences de pêche délivrées depuis 2018 : Après la passe d’armes entre le Gaipes de Saer Seck et le ministère de la pêche, c’est au tour du Forum civil de mettre son nez dans ce qui est appelée l’affaire des licences de pêche. L’organisation dirigée par Birahim Seck demande non seulement l’audit mais aussi la publication de la liste des licences délivrées depuis 2018.
6- Enième victime des mines en Casamance : Un soldat de la zone numéro 5 à Ziguinchor a sauté sur une mine, hier, dans le village de Mbissine Albondy dans la commune d’Adéane dans le département de Ziguinchor, informe E-média. Le militaire faisait partie d’une troupe en opération de sécurisation pour aider les populations à retourner dans leur village abandonné depuis plusieurs années. Le soldat dont la nature des blessures n’est pas encore révélée a été admis aux services d’urgence d’un établissement sanitaire à Ziguinchor. Depuis quelques jours, l’armée a déployé un dispositif énorme en vue d’accompagner et de faciliter le retour massif des populations dans les villages de la Casamance à la faveur d’une accalmie notée dans la partie sud du pays.
7-Différend avec une de ses employées : Batiplus dénonce une campagne de désinformation et apporte des clarifications.  Voici l’intégralité du communiqué :
« La société Batiplus a relevé, depuis une période non prescrite par la loi, l’existence d’une véritable campagne de désinformation, de diffamation et de violation du secret de l’instruction par des personnes identifiées et d’autres non encore identifiées.
Cette campagne vise à porter préjudice à ses intérêts et aux intérêts de ses actionnaires à la suite d’une procédure pénale, initiée pour détournement de fonds, à l’encontre d’une de ses ex-employées Rachelle Sleylati et à l’encontre de tout co-auteur et tout autre complice que l’enquête judiciaire permettra prochainement de déterminer.
Sans violer le secret de l’instruction, la société Batiplus, pour sa part, entend faire part des vérités et clarifications suivantes: l’ensemble des faits tels que relayés et mentionnés dans cette campagne de presse diffamatoire sont totalement faux et il peut être noté que cette plainte précitée de la société Batiplus se fonde sur des écrits, documents sociaux, des fichiers et déclarations comptables, des reconnaissances et aveux intervenus devant des témoins en nombre, des personnes assermentées à savoir un commissaire aux comptes légal et des huissiers de justice.
Le détail de ces reconnaissances et aveux déterminants, en termes d’argent détourné, d’acquisition de biens, d’investissements immobiliers et de création de société de la part de Rachelle Sleylati et ses co-auteurs complices, a été d’une importance telle que la société et ses avocats ont pris la décision de déposer plainte le 06 Mars 2020 devant la section de recherches de la gendarmerie nationale. Il en a résulté, à la suite de cette plainte et à d’autres actes établis et formalisés par la société Batiplus devant l’huissier de justice compétent, que le père André Sleylati, le fiancé Alex Rabih Kfoury et la mère Marie Jo Sleylati de cette ex employée Rachelle Sleylati, ont proposé es nom et es qualité des garanties et des remboursements, par cession d’immeuble construit à Dakar, le tout en contrepartie de la somme de deux milliards réclamés par la société Batiplus.
La société Batiplus conteste et s’inscrit en faux contre toute allégation et ou accusations diffamatoires notamment de blanchiment d’argent qui n’est que la conséquence d’une activité illicite car étant non seulement une société ayant une activité licite et responsable, mais aussi une société respectueuse des lois et règlements applicables au Sénégal et à l’international.
Enfin, la société Batiplus et ses cabinets d’avocats mandatés vont donner toutes les suites légales et procédurales pénales requises pour faire sanctionner les agissements délictueux sus relevés et tous autres sur la période non prescrite pendant laquelle il est porté et a été porté atteinte aux intérêts de sa société, et de ses actionnaires, par voie de presse, de médias sociaux, de publication internet et tout autre support, voies ou moyens dans le cadre de cette plainte pendante et soumise à la justice sénégalaise compétente.
Aussi, toute personne ayant édité, relayé, partagé, favorisé tout propos, article, commentaire diffamatoire ou autre sera poursuivi pour être sanctionné conformément à la loi pénale applicable.
Le présent communiqué a été établi et formalisé pour entraîner toutes les conséquences de droit ».

Ma Revue de Presse

#Marevuedepresse#Kebetu#senegal#@rp221com


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*