MES PROPOSITIONS ECONOMIQUES DE LUTTE CONTRE LE COVID-19 PAR GUY SILVA THIAM

Partagez ce contenu!

https://www.lequotidien.sn/https://www.seneplus.com/Dans une situation de guerre, il est impératif de prendre des mesures à court terme, mais il est primordial d’intégrer les conséquences à plus ou moins long terme.
Dans une situation de guerre, il est impératif de prendre des mesures à court terme, mais il est primordial d’intégrer les conséquences à plus ou moins long terme. Cela aura pour conséquence de tenter d’atténuer au maximum les impacts économiques et sociaux.
Le gouvernement du Sénégal préconise dans l’immédiat des mesures telles que : – 69 milliards en aide alimentaire – 1 000 milliards en appui pour atténuer les impacts économiques de la crise.
Certes ces mesures sont salutaires, mais nous ne craignons que les questions suivantes soient sans réponse : – Comment faire pour identifier les individus ayant droit ? – Quelle entreprise accompagner ? Pour combien ? Sur quelle durée ?
Afin d’y apporter des ébauches de réponses, nos propositions, sans prétention aucune, sont essentiellement destinées à permettre aux Sénégalais de réaliser des économies, et donc de réduire considérablement les dépenses de trésorerie de l’Etat ainsi que les risques d’abus.
1°) Relèvement des tranches sociales sur les consommations d’électricité et d’eau ainsi que la suspension de la redevance télécom sur la durée de l’Etat d’urgence.
2°) La suspension des échéances des créances dues (civiles, commerciales et bancaires) durant la même période.
En effet, si les Sénégalais subissent les contre coups de la pandémie, il ne sert à rien d’exiger le paiement de dettes civiles si les personnes n’ont pas travaillé ou l’ont insuffisamment fait du fait d’une mesure étatique. Si on n’y prend garde, le fait de maintenir les échéances de paiement entraînera des situations d’impayés qui engorgeront nos Tribunaux civils et commerciaux avec comme seule décision possible l’échelonnement.
Afin que cette mesure soit pertinente, il faudrait effectivement que l’Etat permette aux banques de réaliser des économies fiscales (allègement, report) notamment sur les taxes 2020 en plus d’un fonds de bonification qui prendra en charge une partie des intérêts. Cette décision pourrait être accompagnée de grâces fiscales sur le non-paiement des droits d’enregistrement des contrats d’ouverture de compte. Ces mesures incitatives aideront les banques à accompagner plus facilement les économies impactées.
3°) L’Etat devra suspendre les taxes sur les biens déclarés de première nécessité (liste à réactualiser si besoin) afin de réduire de 20 à 30% le coût au consommateur. Afin de lutter contre les réticences les agents des collectivités territoriales, les agents du contrôle économique, entre autres, pourraient être mis à contribution dans le contrôle, la surveillance, les contraventions s’il y a lieu.
4°) Avec les mesures de la Bceao, la Bad, le Fmi, la Bm, il est primordial, au vu des impacts budgétaires en recettes et dépenses, que notre déficit budgétaire soit porté à 5% minimum, ce qui nous fournira plus de 80 milliards de capacité de remboursement et un endettement supplémentaire à long terme de 200 à 300 milliards.Guy Silva THIAM,Expert financier, Fondateur de l’Institution Africain de Trading Boursier (Iatb),Ancien membre de Vision Socialiste


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*