POINTS D’ACCORD FONDAMENTAUX: LE SUDES CONSTATE LE STATU QUO

http://www.sudonline.sn/En réunion de Conseil syndical national unitaire, le syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes) s’est indigné du statu quo noté dans la matérialisation des points d’accord signés de 2014 à 2018
Le syndicat unitaire et démocratique des enseignants du Sénégal (Sudes) a constaté avec indignation le statu quo quant aux points d’accord fondamentaux signés de 2014 à 2018. Le syndicat note les lenteurs administratives, la révision du système de rémunération et de motivation des agents de l’Etat, la mise à disposition des parcelles viabilisées dans des villes de l’intérieur, l’externalisation des prêts DMC.
Réuni en Conseil syndical national unitaire, le Sudes va plus loin pour expliquer les déterminants pouvant impacter sérieusement la qualité des enseignements et apprentissages. Il s’agit du retard accusé dans le démarrage des cours dans tous les cycles d’enseignement à l’occasion de la rentrée scolaire et universitaire. Le syndicat considère que le slogan volontariste «ubbi tey, jang tey» demeurera un «slogan creux pour des centaines de milliers d’élèves, si le gouvernement ne prend pas des mesures fortes d’accompagnement».
Le démarrage des cours dès le premier jour de la rentrée dépendra, en partie, selon le syndicat, de la suppression des 6 500 abris provisoires, le recrutement suffisant d’enseignants qualifiés, celle des classes à double flux, classes multigrades et classes en alternance pudiquement renommées «classes spéciales».
Dans la résolution générale, le Sudes s’est prononcé sur le secteur public d’enseignement supérieur, pour dénoncer le déficit criard notamment en infrastructures d’accueil et en enseignants-chercheurs. Ce qui constitue une lourde hypothèque pour l’orientation et surtout pour la qualité des enseignements lesquels, dans ces conditions, ne peuvent être qu’au rabais, sacrifiant de ce fait les droits et intérêts de toute une génération d’étudiants, soutient le syndicat.
Le Sudes condamne «l’imprévoyance et le laxisme du Gouvernement qui, depuis plus de cinq années est à la traine quant à l’achèvement des importants chantiers de construction et d’équipement dans toutes les universités publiques et les ISEP».
Le Sudes exhorte les syndicats d’enseignants sans exclusive, à l’unité d’actions la plus large, solide et forte pour l’issue victorieuse des luttes dans les délais raisonnables

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*