Rp du Lundi 09 Septembre 2019

Unes de la presse du Lundi 09 Septembre 2019
Unes de la presse du Lundi 09 Septembre 2019

Souleymane Bachir Diagne  et Professor Cheikh Anta Diop

IN THE DEN OF THE ALCHEMIST

by Chronic on April 9, 2018 in Arts & PedagogyFaith & Ideology

https://chimurengachronic.co.za/in-the-den-of-the-alchemist/

Cheikh Anta Diop spent much of his life in academic exile pitted against his political detractors and consequently persecuted by the academy. ‘Exit the pharaoh’ to the Centre of Low Nuclear Energies of the Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN), better known as the Laboratory of Carbon 14—no ordinary laboratory—the ‘demiurge’ for a new world view, a ‘new African’ conscious and embracing of the genius of the ancestors in all domains of science, culture and religion. 

Souleymane Bachir Diagne enters the legendary cave.

Following the death of Professor Cheikh Anta Diop in 1986, a burglar worked his way into the laboratory where the professor spent his life, so to speak. Nobody could really tell what was stolen because nobody could tell what was actually there. The only indication that a nightly visitor had broken in was the traces he left. The burglary was a shock for many people. “So here they came to steal the secrets that one has not been able to keep protected by proper custody,” was a commentary heard on the occasion.

Which “they”? Which “one”? What “secrets” are you talking about? Oh! Come on! Cinema taught us long ago that there is always a secret in a laboratory and that evil-minded people are planning to get hold of it. Some alien intelligence, if you see what I mean. Remarks like those – table-talk – tell the story of this laboratory in three words: mythology, exit the king, abandonment. Perhaps “exit the pharaoh” would be more appropriate, given the circumstances. But Eugène Ionesco’s Exit the King speaks of a king, and the Centre of Low Nuclear Energies of the Institut Fondamental d’Afrique Noire (IFAN), better known as the Laboratory of Carbon 14, is a story à la Ionesco.

Mythology is at the root of why the laboratory appeared as a mysterious place, where important secrets were concealed. In a country like Senegal, which can be said to be exiled from modern science, the laboratory inevitably conveys mysterious significance: it appears as a cave of sorts, where a (necessarily) solitary genius is pursuing some fantastic goal. To the society at large, the laboratory seems much like the medieval den of an alchemist.

So, there is the laboratory and there is its social significance. On the one hand, what can be done – and, hopefully, is done – in the laboratory,depends on the availability of materials, often as simple as an autonomous transformer for electricity supply. “Maybe, one day, IFAN will have its own transformer,” mused the Professor about the transformer of another institution on the campus, namely the Law School, which was used to provide the laboratory with extra electricity. On the other hand, there is what is imagined about the place, the expectations created by the word “laboratory” itself, especially in a context and a society where science is considered modern magic. Diop’s project, in his own words, was to create a New African. He writes: “The African who understood me is the one who would feel, after reading my books, that he is giving birth to another man, spirited with historical awareness, an authentic creator, a Prometheus bearing a new civilization and perfectly conscious of what the whole world owes to the genius of his ancestors in all the different domains of science, culture and religion.”

Diop’s 1968 report on the centre enumerated the different tasks that could be successfully undertaken in the laboratory. They concerned the different possible areas of research, such as the desertification of the Sahara, determining the age of a lava flow, examining fossil waters, and so on. Top of the list was “the study of the cultural manifestations of homo sapiens since his appearance thirty-two thousand years ago.” The ultimate aim of this particular task was to underline the contribution of the Negro civilizations to the evolution of culture, through which humanity is manifested. Its main thesis: the history of ancient Egypt belongs to the history of Africa in general and constitutes a testimony to the “anteriority of Negro civilizations” while, at the same time, throwing light on the cultural unity of African societies. Of course, such a thesis is supposed to belong to the domain of science. Therefore it has to be scientifically tested, supported by scientific evidence and at the mercy of any contrary proven fact. In a word, and to use here an epistemological concept made famous by Karl Popper, it has to be falsifiable. But the thesis also conveys an undeniable polemical weight given the colonial ideology according to which the very notion of “Negro civilization” is but a contradiction in terms.

The political hostility which, for decades, pitted Cheikh Anta Diop against Léopold Sédar Senghor should not overshadow the actual convergence of Négritude – which undertook the “defense and illustration” of the cultural values of the Black World – and Diop’s thesis of Black Egypt, of the history of different human civilisations. Yet, given the significance of Diop’s thesis and the passionate controversy surrounding it, it is a symbol of the (re)invention of Africa. Diop turned a quite common laboratory for radiocarbon dating, created by Theodore Monod and completely realised by Vincent Monteil, into a legendary place, into the cave of an alchemist. So legendary, in fact, that the government of Senegal has recently decided to fund its restoration. And the current director of IFAN-Cheikh Anta Diop has declared that one of Professor Diop’s sons, himself a physicist, will be consulted about the design and organisation of the place. The laboratory will be completely revamped, as the legend was buried with the alchemist. Exit the king. The legend of the laboratory is heightened by what is commonly perceived as the persecution of Diop the philosopher at the hands of his various detractors.

These included the board of examiners at Sorbonne University in Paris, where Diop read for his doctorate. His dissertation obtained a damningly poor rating, the kind that would make it impossible for him to teach in a university, even, ironically, the university that today carries his name. His position at the laboratory was a pis aller, an exile from the academic life as such. But there is an unmistakable sign that distinguishes great people: the capacity to turn exile into a kingdom.

Diop showed such capacity. His exile from academia also meant solitary research, a situation perfectly described by Yaovi Akakpo: As to the structural, material and human conditions of work, the radiocarbon laboratory of IFAN was isolated or solitary in a context that appeared to be a desert as far as endogenous science was concerned: cut off from any source. According to Akakpo, there are two explanations for this: first, no research training was on offer at IFAN, so the laboratory did not attract junior scientists; second, and moreover, Diop appeared as an eternally solitary researcher, a bachelor of sorts. Akakpo quotes one of Diop’s colleagues at IFAN: “The radiocarbon laboratory became Professor Cheikh Anta Diop’s private property. He was the only one in charge of it until 1986 (the year he died). And the laboratory ceased all activities after his passing.”

Of course, a laboratory should not be the territory of a king. And, of course, a laboratory in this day and age of the Internet should not be the private property of a solitary scientist. By definition, a laboratory is a network that is endlessly open, like science itself; and like science itself, it is meant to survive the exit of any scientist. But Diop’s was no ordinary laboratory.

Beyond the sound and the fury that surrounded most of his famous theses about the African origin of civilization, Professor Diop, in a much calmer atmosphere, meditated and wrote about philosophy – about the contribution of Africa to philosophy, of course – but also about what he called a new philosophy, founded, to a great extent, on sciences and scientific experience and which could, one day perhaps, reconcile man with himself. Thus, the laboratory became a locus for scientific experiences and ideas that would influence the whole of society, as if the laboratory was also the fabric of a scientific attitude vis-à-vis the world.

The laboratory as a “demiurge” for the world view is a very important, but rather neglected, aspect of Diops reflections. Beyond the daily work done in a laboratory, he meditated about the movement of science in general and the manner in which this movement “deeply modifies our usual ways of thinking and generates a real opening towards an infinite development of our mental structures, of our logic, of our reason.” The lesson of science is not about certainty, it is about precariousness – the precariousness of what we consider to be the external world, outside of us, and about which quantum mechanics, for example, has taught us; the precariousness of the mental structures and categories through which we endeavour to know the world.

Contemporary science conveys the lesson that knowledge can no longer be considered as the simple and progressive unveiling of some pre-existing natural order. Far from being a limitation, Diop argued this was the good news about human freedom. In the domain of scientific knowledge, people have to manifest what Diop proposes to call “logical openness” (disponibilité logique). The only real cosmology is that of permanent innovation, of continuous upheaval. Every moment is unique. And therefore beautiful.

his is Diop’s remark and he cites Goethe’s Faust: “To the moment flying I could say: please hold on, you are so beautiful.” This is probably the ultimate message: in a laboratory, science transmutes itself into poetry.

 This and other stories available in the new issue of the Chronic, “The Invention of Zimbabwe”, which writes Zimbabwe beyond white fears and the Africa-South conundrum.

The accompanying books magazine, XIBAARU TEERE YI (Chronic Books in Wolof) asks the urgent question: What can African Writers Learn from Cheikh Anta Diop?

To purchase in print or as a PDF head to our online shop, or get copies from your nearest dealer.

Un universel comme horizon. Entretien avec Souleymane Bachir Diagne PAR ELARA BERTHO · 

https://elam.hypotheses.org/2140 En 2018, Souleymane Bachir Diagne* fait paraître un dialogue avec Jean-Loup Amselle intitulé En quête d’Afrique(s). Universalisme et pensée décoloniale[1]. La question de l’universel est au cœur d’une discussion parfois polémique. Apparaît alors dans ce dialogue l’idée qu’il y aurait un universalisme face à une recherche d’universel : tandis que le premier serait, conquérant, d’une Europe qui se veut lieu d’émergence de la démocratie et des Droits de l’homme, le second serait décolonial, représentant d’une pluralité des langues et à la recherche d’un horizon de discussion à partir du divers.

Dans un entretien réalisé lors du festival des Étonnants voyageurs de Saint-Malo le 8 juin 2019, Souleymane Bachir Diagne revient sur plusieurs thématiques liées à cette question de l’universel : quelle différence entre l’universalisme et l’universel ? Quel rôle a la traduction ? Comment le Serment des chasseurs du Mandé devient-il écologique ? Quel lien entre Dieu et un caillou ? Faut-il dire l’Afrique ou les Afriques ?

Vous opérez une critique de la notion d’universalisme comme étant une posture généralisante à partir d’un particulier, eurocentré, et vous promouvez à la place un universel, qui serait à chercher dans la relation entre les langues. Vous reprenez l’idée d’« universel latéral » tel que Merleau-Ponty l’élabore[2]. Cette notion de latéralité pourrait être rapprochée de ce que l’écrivain sénégalais Mohamed Mbougar Sarr écrit dans Silence du chœur[3] à propos de la traduction. Il fait en effet dire au personnage de Jogoy Sèn, le traducteur, l’ancien migrant, que la chute de Babel ne doit pas être envisagée comme une punition divine dont il faudrait se lamenter mais bien au contraire comme une possibilité renouvelée de lien entre les hommes, à travers la traduction : il faudrait alors envisager Babel comme horizontale et non plus verticale. Il faudrait envisager une Babel heureuse en quelque sorte[4].

Cette horizontalité de la traduction correspond-elle à votre vision d’un universel à construire de manière latérale ?

Tout à fait. Je suis heureux que Mohamed Mbougar Sarr soit tombé sur cette expression-là. De la même manière qu’il faut imaginer Sisyphe heureux, comme Camus le disait, il faut également ré-imaginer Babel heureuse. La traduction est une malédiction, c’est vrai : nous partons de langues diverses, multiples, variées, alors que nous n’en avions qu’une, la langue d’Adam. Mais c’est une langue qui était, pour l’essentiel, faite pour parler à Dieu et pour qu’il nous parle. Alors que là, nous avons besoin d’avoir des relations horizontales entre nous. D’ailleurs, dans le même ordre de d’idée que ce que dit Jogoy Sèn chez Mbougar, il y a le titre de l’exposition que Barbara Cassin avait consacrée à la traduction : Après Babel, traduire, c’est-à-dire que la réponse à Babel, c’est à la fois le pluriel des langues, goûter le pluriel des langues, le célébrer, comme une multiplication des différents visages de l’aventure humaine, et en même temps célébrer la traduction, qui fait que ce pluriel des langues puisse aussi être une rencontre. C’est une idée qui m’est très chère.

Quand j’ai rencontré ce texte de Merleau-Ponty en 1982, il m’a frappé comme la réponse postcoloniale à l’universalisme abstrait, dont Césaire n’avait pas voulu non plus par exemple, dans lequel il disait qu’il ne se retrouvait pas. En même temps, je suis quelqu’un qui, à la différence de la majorité des auteurs postcoloniaux, croit et veut l’universel, mais c’est un universel de la rencontre, un universel de la traduction, où les langues se rencontrent et se traduisent[5]. C’est le meilleur modèle que l’on se puisse se donner d’un universel horizontal qu’il faut rechercher.*

Pour autant, toutes les langues n’ont pas le même poids politique. Lorsque vous traduisez des mathématiques en wolof, vous reprenez le geste de Cheikh Anta Diop qui traduit Corneille en wolof dans Nations nègres et culture[6], même si c’est un passage qui est aujourd’hui un peu oublié[7], et vous reprenez le geste de Ngugi wa Thiong’o dans Décoloniser l’esprit, qui appelle à utiliser les langues africaines plutôt que les langues coloniales européennes[8]. Lorsque vous appelez à un universel latéral, qui ne serait plus seulement le point de vue de l’Europe sur le monde, comment faire pour que toutes ces langues ne se retrouvent pas en situation de minorisation par rapport à des langues qui ont une assise numériquement plus importante ?

C’est vrai qu’il y a toujours deux approches de la traduction. Quand vous regardez la traduction sur le plan politique et sociologique, vous avez en plein dans la figure l’inégalité radicale des langues et de la domination. De ce point de vue-là, Pascale Casanova a bien raison de donner à son livre La langue mondiale le sous-titre Traduction et domination[9]. La politique de la traduction manifeste très clairement la domination des langues.

Mais je distingue toujours là-dedans l’acte même de traduire : c’est la seconde approche dont je parlais. Autrement dit, je suppose le traducteur dans sa chambre, tout seul, avec ses deux langues : une langue dans laquelle il donne hospitalité à ce qui a été créé dans l’autre langue. Et je me dis, cet acte-là, c’est ce moment où il fait que des langues « se touchent ». C’est une expression qu’Antoine Berman utilise : c’est mon philosophe de la traduction préféré, il a écrit un magnifique livre, L’Épreuve de l’étranger[10]. Je donne à cette expression toute sa force poétique et érotique. Cette célébration de la traduction se fait en des termes éthiques : la traduction compare des langues, et cela au sens étymologique, elle les met sur un pied d’égalité, cum pare. La traduction crée de la réciprocité entre les langues. C’est vrai que l’ambiance générale, l’environnement, est à l’inégalité, mais l’acte même de traduire est un acte de réciprocité, de création de réciprocité, parce qu’il met les langues ensemble dans un rapport d’égalité qui les fait se toucher. Berman fait exprès, et moi aussi d’ailleurs, d’utiliser un vocabulaire érotique : avec le double sens du mot langue, on voit que les langues s’embrassent. Il y a une poétique de la traduction qui est en quelque sorte soustraite et volée à cet environnement de domination des langues.

Une fois que l’on a dit cela, c’est vrai que la traduction manifeste la domination, mais la seule réponse possible à cette domination des langues, c’est la traduction ! Prenez le geste de Ngugi wa Thiong’o qui écrit en kikuyu… Qui parle le kikuyu ? Personne ne parle en dehors du Kenya, et pas même tous les Kényans puisque c’était la langue des Mau Mau. Mais wa Thiong’o dit également que la langue des langues, c’est la traduction. C’est-à-dire que, d’une certaine façon, les langues, quels que soient leur poids ou la faiblesse de leur poids, deviennent équivalentes précisément parce qu’elles sont susceptibles de traduction. Pour vous donner une comparaison, CNN est la grande machine mondiale de médias par excellence, mais partout où je suis, il suffit que je me connecte à Internet et je peux recevoir les nouvelles du Sénégal.

Cela veut dire que le CNN local sénégalais, à sa propre manière, en droit, peut atteindre tout le monde. C’est en cela que je dis qu’une langue, quelque minoritaire qu’elle soit, est toujours susceptible d’universalisation par, précisément, la traduction. Les deux visages de la traduction sont cela : si je regarde sociologiquement et politiquement, je vois bien qu’il y a des langues dominantes et des langues dominées, mais cela n’annule pas le fait que la traduction est aussi la réponse à la domination.

Cette situation se retrouve complètement modifiée par Internet, que vous évoquiez à l’instant, qui peut changer la donne de cette latéralité. Ce serait un versant positif de la globalisation – même si l’éblouissement de la « société des écrans » a bien été analysé par Joseph Tonda qui en a montré le versant négatif[11] – puisqu’on assiste en effet à un regain d’activité de la littérature orale à travers les réseaux sociaux et Internet, qui devient paradoxalement non pas le triomphe de l’écrit dominant mais bien une chance pour les langues minorisées[12].

Absolument. On trouve énormément de choses sur Internet : toutes les langues sont présentes. C’est le forum d’après Babel. Il y a une présence d’éléments de création sur l’Internet et c’est une chance pour créer cette égalité. Prenez ce que Anderson a appelé les « communautés imaginées »[13], ces communautés virtuelles : Internet le crée ! Tous les Sénégalais, où qu’ils se trouvent, et Dieu sait que ce sont des voyageurs devant l’Éternel, se branchent sur le web sénégalais et cela fait une communauté réelle, qui est très présente. La langue wolof est fréquemment utilisée dans les médias sociaux.

Bien sûr, l’anglais domine, mais c’est un peu comme les Nations-Unies. Il y a un filtre plus important pour l’édition, qui donne une plus grande place aux littératures majoritaires, tandis qu’Internet redonne une place réelle aux langues les plus minoritaires.*

À propos de communautés imaginées, vous parlez également d’invention des traditions, et vous montrez surtout qu’il y a un danger de la déconstruction qui apparaît, notamment de lectures parfois virulentes de Jean-Loup Amselle lorsqu’il déconstruit la tradition orale. Vous montrez qu’il a une violence de l’arasement de toutes les constructions symboliques : or, on est dans les constructions symboliques en permanence, et il n’y a pas de dehors à cette situation. Vous plaidez plutôt, à l’inverse, pour une politique des usages, qui analyse les usages mouvants des constructions symboliques, aux significations renouvelées selon le temps et les communautés qui s’en revendiquent. Pour autant, est-ce que vous pensez qu’il y a un dialogue possible entre les déconstructionnistes, pourrait-on dire, et les partisans d’une politique des usages, notamment concernant la véridicité d’un fait à un moment donné ? Je pense au Serment des chasseurs, qui propose un cas-limite de réflexion à cet égard : jusqu’où le dialogue est-il possible, autrement dit, peut-on statuer sur ce qui s’est réellement passé en 1235, date à laquelle aurait été établie par Soundiata, empereur du Mali, une constitution des droits humains ?

Justement, il faut tenir ferme la véridicité. Nous sommes dans une période de fake news : il faut donc tenir ferme la raison, le fait et la vérité. Cela est tout à fait établi. Maintenant, à l’intérieur de cette exigence-là, prenons le Serment des chasseurs. Que reproche-t-on au Serment des chasseurs ? D’être trop beau pour être vrai ? En réalité, c’est ça, le fond de l’affaire. Au lieu de parler de véridicité précisément, on déplace la question pour se demander « quel est votre intérêt en disant cela ? ». C’est quand même une démarche qui consiste à dire : on a eu des droits humains avant tout le monde, en 1235, donc au même moment que la Magna Carta. Une des choses que je dis dans ce dialogue, c’est que d’abord ce n’est pas le propos. Le propos est de répondre à une question très précise qui a des conséquences énormes : est-ce qu’il y a dans la tradition orale africaine un discours sur l’individu et les droits dont il est porteur en tant qu’individu ? C’est ce que fait le Serment des chasseurs en disant qu’« une vie est une vie ». C’était la seule chose dont j’avais besoin, moi, dans ma réflexion sur les droits humains, et ce n’est pas seulement une réflexion, c’est également un combat : depuis 1960, la société civile africaine voulait la mise en place d’une charte africaine des droits de l’homme – c’était cela l’exigence, au même titre que ce que l’on retrouve dans d’autres régions du monde, en Europe, en Amérique du Sud, à opposer aux États – c’était donc un aspect de résistance. La logique des États avait beau jeu d’inventer une tradition africaine, une philosophie africaine qui était en faveur du collectif – seul le groupe a des droits – où l’individu n’a que des devoirs vis-à-vis du groupe. Or, toute la question d’une charte qui soit opposable aux États, c’est que des individus puissent précisément s’opposer à la logique du groupe, à la logique de l’État, parce que cette logique du groupe, très rapidement et très facilement se traduit en raison d’État. Donc mon évocation du Serment des chasseurs, c’était cela : dire qu’il faut quand même réfléchir de manière plus précise à ce qu’il en est de la philosophie de l’individu dans les sociétés et les cultures africaines. L’idée que l’individu devient une personne avec le soutien du groupe, et c’est comme ça que je résume la relation individu-groupe. Cela n’a rien à voir avec l’idée que seul le collectif compte, que l’individu n’est rien, qu’il est au service du groupe. Donc le Serment des chasseurs devient un exemple dans ce débat.

Maintenant, une fois cela dit, la véridicité, il faut lui appliquer toutes les procédures scientifiques qu’on applique normalement ; cela fait longtemps qu’on a des manières d’appliquer des procédures scientifiques de vérification à la tradition orale. C’est un vrai problème, la tradition orale : ce n’est pas une preuve archéologique, ce n’est pas une chronique écrite. Quand vous n’avez que la tradition orale comme preuve, et bien vous appliquez des méthodes ad hoc, que vous créez pour la tradition orale. Or, pour ce double cas du Serment des chasseurs et de la charte du Mandé – parce que ce sont deux choses différentes –, que se passe-t-il ? La charte du Mandé vous dit que le CELHTO[14] a regroupé des griots traditionnels du mandingue et leur a demandé de réciter le Mandé. L’idée était, à partir de ces récits différents, de faire des recoupements et de commencer à dégager ce qu’était la Constitution du Mandingue. « Constitution », c’est-à-dire un mot banal qui signifie « sur quoi était fondé le Mandé, comment est-ce qu’on le pensait et comment on le gouvernait ». Soundiata Keita s’est trouvé dans la situation d’avoir à gérer un empire qui n’était plus seulement le royaume mandingue, qui était, lui, ethniquement homogène : il avait à gérer un empire où vous aviez des Wolofs ici, des Songhay là-bas. Cela allait de la côte atlantique jusqu’à la boucle du Niger. Tout ce qui a été pensé et fait a été une manière de gérer le pluriel. On lui attribue – mais cela, on ne le sait pas – d’avoir inventé la relation à plaisanterie. C’est un mode de gestion du pluralisme. Si vous et moi sommes parents à plaisanterie et que nous nous voyons pour la première fois, nous commençons à nous chahuter comme si nous nous connaissions depuis toujours, et alors il y a très peu de chance que l’on se tape dessus ensuite. C’était donc cela toute la finalité. Ces griots ont donné un texte mis ensuite sous forme d’articles[15]. C’est là où la véridicité devient un problème, mais c’est une simple question de disposition : vous dites : « Je dégage là cent principes qui avaient cours dans le royaume du Mandé et je les numérote. » Tout de suite, cela ressemble à une Constitution avec des articles, à la Magna Carta. Tous ces anthropologues à ce moment-là cherchent à déconstruire ce récit. Ils ne diront pas « c’est faux », il faudrait dire : « Les méthodes ne sont pas bonnes, vous n’avez pas assez de griots, ou bien les griots ont communiqué entre eux, il aurait fallu qu’ils soient totalement indépendants, or les récits ont circulé. » Ce sont des questions de véridicité que l’on peut poser. Mais l’idée de dire : « Vous avez disposé cela en articles comme la Magna Carta parce que vous imitez l’Europe », mais enfin, il y en a marre ! Les gens ne pensent pas en ayant en vue tout le temps l’Europe. C’est cela qui est énervant. L’Europe a un côté ventriloque : elle a toujours l’impression qu’elle est en train de parler et de se répondre, et que les autres ne peuvent dire quoi que ce soit si ce n’est pour lui répondre. L’idée simplement que des intellectuels africains se mettent à dire à d’autres intellectuels africains, que la tradition, c’est le collectif, le groupe ou l’individu, c’est impensable. Ils peuvent pourtant utiliser cet argument de la charte du Mandé pour s’opposer à l’excision et autres aspects de la sexualité des individus contre ceux qui évoquent les valeurs du groupe ou de la tradition pour nier les droits humains que doivent se voir accorder les individus. C’est cela le combat que les intellectuels africains, à l’intérieur de l’Afrique, mènent contre leurs propres États. Ils ne sont pas en train de parler à l’Europe ! Ils se parlent à eux.

Vous avez raison : il faut absolument aborder la question de la véridicité. Il faut pouvoir être sûr de son fait. Si j’ai cent griots, la situation idéale aurait été une indépendance totale de ces cent personnes. Or ce n’est pas vrai, puisque ces récits-là circulent, ils s’entre-influencent. Vous n’avez donc pas de possibilité absolue de recoupement : il faut simplement le savoir et traiter ces récits-là avec cette contrainte.

Je distingue maintenant le Serment des chasseurs, c’est celui-là qui m’intéresse plus d’ailleurs, parce qu’il est un serment d’initiation. Donc si je mesure scientifiquement et rationnellement le poids des témoignages, il y a de très fortes chances pour que ce serment soit resté identique à lui-même à travers les générations, puisque si nous avons une société secrète que vous rejoignez si vous récitez un propos, il y a des chances que vous appreniez à votre fille ou votre petite-fille exactement les mêmes propos. Si un chasseur qui lui-même appartient à cette tradition comme Youssouf Tata Cissé[16] dit « voici le Serment des chasseurs », et que l’on n’a pas vu apparaître quelqu’un qui s’oppose à ce récit, cela est déjà une preuve. Le Serment est d’une articulation suffisamment simple pour que ce soit aisément récité par cœur. Tenir d’une main l’exigence scientifique de véridicité absolue, c’est mettre en place un tel protocole, en sachant que l’on a affaire à de la littérature orale, c’est-à-dire que les modes de vérification sont internes au discours lui-même. Vous disposez rarement d’excursus qui vous permettent d’avoir des preuves extérieures au récit lui-même. L’argument du récit est le récit lui-même. Certains récits par contre peuvent faire référence au-delà d’eux-mêmes, comme cette mention : « Il était tellement cruel que le soleil s’est caché le visage » ; dans ce cas, avec une carte des éclipses, on peut avoir un événement externe au récit qui nous permet de dater les faits, mais aussi de mettre en place à l’intérieur du récit des vérifications de cohérence. L’exigence de scientificité n’est pas plus forte chez les anthropologues français que chez les anthropologues du CELHTO. C’était ma très longue réponse concernant à la fois la logique du vrai et la logique du sens.

Au début de votre texte, vous évoquez la place de l’environnement dans ces textes oraux, au premier rang desquels ce même Serment des chasseurs. Le récent succès de la pensée écologique, dont les élections européennes de 2019 en sont la dernière manifestation, donne une nouvelle actualité à la pensée des zones sinistrées. Les zones les plus polluées se trouvent aujourd’hui dans les zones néo-colonisées et, à cet égard, le poète nigérien Hawad est intéressant à convoquer : dans Furigraphies[17], il donne une vision du Sahara atomisé, celui des essais nucléaires de la France et de l’extractivisme d’Areva, en lien avec une humanité précaire. Cela vous semble-t-il anachronique de relire ces chartes mandé en lien avec ces préoccupations environnementales ?

Je crois qu’un texte – littéraire – précisément est toujours un discours qui porte des possibilités. Il nous parle au moment où nous nous trouvons, et donc je vois bien que c’est une lecture rétrospective de la plupart de ces textes. Cette lecture s’opère à partir de nos inquiétudes d’aujourd’hui et de notre pensée de la vulnérabilité, nous rétroprojetons cela sur ces textes. Mais c’est le fonctionnement même d’un texte !

En ce moment, je souhaiterais faire une anthologie mondiale, en littérature comparée, de la littérature de l’environnement et je vois bien que l’écocritique, la prise de conscience environnementale – awareness – est en lien avec de nombreux textes oraux. Ce serait comme un parallèle littéraire de ce que fait la COP 21 : regrouper des textes de différentes cultures et de différentes langues qui tous rappellent à l’humain, en définitive, qu’il n’est pas un empire dans un empire. Maître et possesseurs de la nature : ce n’est pas pour cela que nous avons été programmés, en tant que derniers nés de la création. Ces textes peuvent servir. On a bien le sentiment de rétroprojeter sur ces textes-là des inquiétudes d’aujourd’hui, mais c’est cela, un texte, me semble-t-il. C’est ce que fait la littérature. C’est ce qui fait qu’elle est vivante. Pouvoir signifier et resignifier.

L’ontologie dynamique que voit Senghor, dans les religions du terroir, que l’on peut utiliser pour penser la vie, comme pour le Serment des chasseurs : il y a du vivant partout, il n’y a pas d’inerte. Senghor a cette formule lapidaire qui est magistrale, « du Dieu au caillou » : cette idée qu’il y a une échelle des êtres, cela veut dire qu’il n’y a jamais de degré zéro de la vie, et cela lie les êtres depuis le caillou jusqu’à Dieu. C’est important, à la fois pour comprendre l’art africain (puisque c’est à cela que je l’ai utilisée, cette axiomatique particulière d’une ontologie dynamique), mais c’est important également d’en faire un objet de réflexion, d’un objet d’éducation à l’idée d’environnement. C’est une réponse parfaite contre l’idée d’un humain comme empire dans un empire, mais sans le dissoudre pour autant en tant qu’humain (ce qui serait une ontologie plate).

La littérature est parfois une voie de sortie, en réponse à certains discours médiatiques stéréotypés. Gauz ou Mohamed Mbougar Sarr, par exemple, entendent tenir un véritable discours politique d’humanisation du parcours des migrants. Vous considérez que ce qui est appelé la « question migratoire » en Europe est un « épouvantail », permettant aux partis politiques de faire voter les classes populaires contre leurs propres intérêts, en leur fournissant des motifs de peur assez puissants. Envisagez-vous des possibilités de contournement de ces épouvantails, la littérature en est-elle un moyen ou bien s’illusionne-t-elle en cherchant des voies de sortie alternatives ?

La littérature fait ce qu’elle peut et elle fait bien ce qu’elle doit faire. L’intérêt de la littérature est que les trajectoires individuelles permettent de dé-massifier le discours sur les migrants, parce que la littérature permet de se concentrer sur des personnages. Marie Ndiaye l’avait fait : dans Trois femmes puissantes[18], l’un des récits est un saisissant parcours de migration. Tanella Boni l’avait fait dans son recueil Chaque jour l’espérance, je lui avais fait une préface[19], il y avait un poème magnifique sur un gamin qui s’était accroché à un train d’atterrissage d’un avion, qui avait atterri à Lyon, et qui avait réchappé de très peu. Il a été sauvé à l’hôpital, on lui a offert de rester finalement, c’est une histoire tellement incroyable. Il a voulu repartir, il s’est ré-accroché à un train d’atterrissage d’un avion qui allait en Côte d’Ivoire, cette fois, il aurait pu y aller à pied cette fois-ci, et il en est mort finalement[20]. Pendant longtemps, on n’a pas su qui c’était, ce cadavre. Le poème de Tanella est intitulé : « Les enfants d’Icare ». Je me souviens qu’à l’époque, cela m’avait beaucoup ému, parce que je m’étais dit que ces histoires étaient vues dans les journaux, mais personne finalement ne chante ces gamins. Celui-ci probablement avait un désir fou de départ, il n’a pas voulu rester, il recommence sur une distance absurde, et il en meurt. La littérature fait bien cela en donnant visage à ces migrants et peut-être en déclenchant une autre réflexion. Ces migrants ont toujours été pris en otage par le discours de l’extrême-droite qui a toujours été parfait pour cela : « Ils nous envahissent, ils cherchent à nous remplacer. Ils vont venir nombreux, si on ne fait pas attention, la race blanche va disparaître. » Contre cela, au lieu de regarder la migration globale en lui donnant une profondeur historique – qu’est-ce que les migrations ? Pourquoi est-on dans une période de migration ? –, il faudrait voir pourquoi ce mythe du remplacement est faux, pourquoi en réalité il faut de la migration. Mme Merkel l’a compris, cela lui a coûté les élections, mais personne ne sait que le million de réfugiés qu’elle a accueilli a donné des résultats deux ans plus tôt que ce qui était prévu. Ils ont été formés de manière à ce qu’ils puissent contribuer au PIB dans l’avenir, or ils l’ont fait bien avant. La gauche s’est laissée piéger en disant qu’il ne fallait pas laisser les migrations à la droite, tout comme elle avait dit qu’il ne fallait pas laisser le nationalisme à la droite. Mais si, il faut laisser le nationalisme à la droite ! Il faut laisser le racisme anti-migrants à la droite et expliquer ce qui est vrai et faux, par la raison, par les chiffres, par l’histoire, par l’économie. Mais cela est trop compliqué, puisque les formules à l’emporte-pièce de Mme Le Pen iront plus vite. Il faut pourtant se battre sur ces chapitres-là : que dire face à « on ne peut pas accueillir toute la misère du monde » ? C’est l’évidence même. Pourtant, la littérature a la puissance précisément de faire en sorte que les choses apparaissent à la fois dans leur complexité et deuxièmement dans leur humanité. Je vois des gens très nombreux à Nantes qui reçoivent des réfugiés chez eux, qui leur donnent des cours, au nom simplement de la fraternité humaine, et cela, c’est le roman qui peut le traduire.

Une dernière question pour faire un sort au nom de mon laboratoire, « Les Afriques dans le monde ». Vous avez une phrase définitive où vous comparez cette mode de placer le continent au pluriel au paradoxe du « demi-habile » chez Pascal : c’est-à-dire celui qui a compris qu’il y avait un écueil mais dont le détour pour l’éviter lui fait verser dans une autre impasse. Le danger de l’essentialisme, tel qu’il a été véhiculé au xixe siècle pour l’Afrique par le discours colonial, mène aujourd’hui à pluraliser régulièrement le continent, ce que vous ne considérez pas comme une option satisfaisante non plus… Vous dites que le singulier ne doit pas se faire au nom de l’essentialisme, mais au nom d’un horizon, d’un projet, d’un chantier, un peu comme ce que vous dites de l’universel, et il s’agirait d’opérer un « remembrement » (en jouant sur tous les sens du membre et du souvenir, comme l’entend le mot anglais remembrance) du projet « Afrique ». Vous montrez à la fois que le pluriel est un obstacle épistémologique et en même temps qu’on peut concevoir une unité comme horizon.

Absolument, le singulier a une légitimité en tant que projet parce que c’est une construction qu’il faut penser à partir de plusieurs de ses avatars. Je reviens sur les différentes transformations que le projet panafricain a subies. C’est intéressant de voir qu’il est né hors d’Afrique : le panafricanisme, c’est un projet américain au départ. Son internalisation après la Seconde Guerre mondiale, avec pour l’essentiel la figure de Nkrumah, est fondamentale, mais il y eut une volonté de garder le lien avec son origine américaine, afin de conserver un monde de diaspora atlantique. La transformation aujourd’hui du projet panafricain en projet continental – ce n’est plus l’Afrique noire et sa diaspora noire, c’est le continent avec ses populations blanches et arabes du Nord et ses populations blanches du Sud – se construit dans le pluriel. C’est là que le pluriel est important. J’ai deux petits coups de griffes en passant contre Cheikh Anta Diop : premièrement, je me moque un peu de lui avec les mathématiques puisque ce n’est pas si compliqué de traduire la relativité en wolof ! Deuxièmement, il est beaucoup plus français et jacobin qu’il ne le croit, parce qu’il veut une langue unique. Cela n’a pas de sens d’avoir une langue d’unification : pourquoi le projet devrait-il être un projet qui imite l’État-nation, c’est-à-dire d’être homogène avec une seule langue, de manière centralisée ? C’est pour cela que l’idée du « remembrement » à la Ngugi wa Thiong’o me plaît bien, beaucoup plus que cette unité pensée sur le mode jacobin.

Comme vous dites, il y a une constante dans la manière dont j’imagine les choses : à la fois un universel qui serait horizontal de traduction, et la manière dont j’imagine le projet africain du remembrement panafricain à partir du pluriel. Il y a une analogie structurelle profonde, c’est comme ça que je suis : un optimisme de l’horizon.

Le Sénégal émet 50 milliards de FCFA en obligations du trésor

https://www.lejecos.com Le Sénégal va lancer sur le marché de l’Union économique monétaire ouest africain(Uemoa) une émission simultanée d’obligations assimilables du Trésor par adjudication portant sur un montant de 50 milliards et sur des maturités différentes, a annoncé l’agence régionale ouest-africaine de planification de la dette UMOA-Titres dans un communiqué.

La  présente émission simultanée  d’Obligations Assimilables du Trésor dans tous les pays membres de l’Union Monétaire Ouest Africaine (UMOA)  vise à mobiliser l’épargne des personnes physiques et morales en vue d’assurer la couverture des besoins de financement du budget de l’Etat du Sénégal.

La date de dépôt des soumissions est fixée au  13 septembre 2019. Lémission simultanée d’Obligations Assimilables du Trésor (OAT)     par voie d’adjudication  pour un montant de 50 milliards de FCFA est un panier composé de trois titres. La Valeur nominale unitaire d’une obligation du trésor est de 10.000 FCFA.

Le premier titre est une Obligation Assimilable du Trésor d’une maturité de 3 ans  offrant un coupon à 5,85%. Le remboursement de ces obligations se fera le premier jour ouvrable suivant la date d’échéance (remboursement In Fine). Le paiement des intérêts se fera à un taux d’intérêt de 5,8500% l’an dès la première année.

Le deuxième titre est également une Obligation Assimilable du Trésor de  maturité de 5 ans et avec un coupon à 6%. Le remboursement des obligations se fera en totalité le premier jour ouvrable suivant la date d’échéance (remboursement in fine). Le paiement des intérêts se fera annuellement sur la base d’un taux de 6,00% l’an dès la première année.

De même, le troisième titre est une Obligation Assimilable du Trésor de  maturité de 7 ans et avec un coupon 6,15%. Le remboursement des obligations se fera en totalité le premier jour ouvrable suivant la date d’échéance (remboursement in fine). Le paiement des intérêts se fera annuellement sur la base d’un taux de 6,15% l’an dès la première année. Oumar Nourou

Note de conjoncture du mois de juillet de la DPEE: les grosses complaintes des chiffres d’entreprises

https://www.jotaay.net Les difficultés de recouvrement des créances, l’accès difficile au foncier, la concurrence jugée déloyale, la fiscalité et l’accès difficile aux crédits sont les principales contraintes auxquelles les chefs d’entreprises ont fait face durant le mois de juillet 2019, dans les secteurs secondaire et tertiaire, notamment dans le sous-secteur des bâtiments et des services. Toutefois, l’activité économique s’est en général consolidée durant la période sous revue.

D’après le point mensuel de conjoncture du mois de juillet 2019 de la Direction de la prévision et des études économiques (Dpee), l’activité économique s’est en général consolidée. En effet, même si le secteur primaire (hors agriculture et sylviculture) s’est replié de 3,2%, en variation mensuelle, cette situation traduit une contreperformance de la pêche (-18,5%), en juillet 2018, l’élevage s’étant consolidé de 4,9% sur la période. Sur un an, le secteur primaire hors agriculture et sylviculture s’est également raffermi de 19,2% en juillet 2019, en liaison avec les bons résultats simultanés des sous-secteurs de l’élevage (+19,3%) et de la pêche (+19,0%). Par contre, l’on note une bonne tenue de l’activité économique du secteur secondaire. Au mois de juillet 2019, le secteur secondaire a crû de 13,6%, en variation mensuelle. Une évolution essentiellement attribuable aux performances notées dans la fabrication de produits agroalimentaires (+10,5%), le «travail du cuir et la fabrication d’articles de voyage et de chaussures» et la construction (+7,7%). Par contre, le «raffinage du pétrole et cokéfaction» (-9,6%) et la production de l’égrenage du coton (-21,2%) ont enregistré de faibles résultats sur la période.

En rythme annuel, une croissance de 2,2% est enregistrée dans le secteur secondaire au mois de juillet 2019 en liaison avec, principalement, la fabrication de produits agroalimentaires (+6,2%), la construction (+14,8%) et le travail du cuir et fabrication d’articles de voyage et de chaussures» (+149,5%). Elle a été, toutefois, particulièrement atténuée par les faibles résultats observés au niveau de la branche «filature, tissage et ennoblissement textile» (-39,1%), des activités extractives (-11,3%) et de la production de «métallurgie-fonderie et fabrication d’ouvrages en métaux» (-16%). L’activité s’est consolidée dans le tertiaire durant la période de revue. Le secteur tertiaire s’est raffermi de 2,7%, entre les mois de juin et juillet 2019, à la faveur, essentiellement, des performances du commerce (+4,8%), des transports (+9,3%), des «activités spécialisées, scientifiques et techniques» (+8,6%) et des «activités financières et d’assurance» (+4,5%). En revanche, «l’activité d’information et communication» s’est particulièrement contractée (-11,1%) sur la période. Sur une base annuelle, une croissance de 4,5% du tertiaire est notée en juillet 2019, soutenue par le commerce (+5,9%), les transports (+15,7%), les activités immobilières (+5,4%) et les «activités financières et d’assurance» (+6,8%).

Les industriels déplorent l’approvisionnement difficile en matières premières, la concurrence déloyale, les difficultés de recouvrement des créances et l’insuffisance de la demande

Même si le climat des affaires s’est amélioré en juillet 2019, l’opinion des chefs d’entreprises dans le secondaire et le tertiaire est tout autre. En effet, dans l’industrie, l’approvisionnement difficile en matières premières (28%), la concurrence supposée déloyale (26%), les difficultés de recouvrement des créances (21%) et l’insuffisance de la demande (12%) ont majoritairement constitué les principales entraves à l’activité. Toutefois, le climat des affaires s’est renforcé (+1 point) dans le sous-secteur, en rythme mensuel, sous l’effet de l’orientation particulièrement favorable du solde d’opinion relatif à l’emploi de main d’œuvre. En outre, les industriels sont aussi nombreux à indiquer une hausse de la production et des commandes. Les opinions sur les perspectives de production et de commande du mois d’août 2019 se sont également bien orientées. En ce qui concerne les stocks de produits finis, autant d’industriels au mois de juillet 2019 qu’en juin les ont estimés supérieurs à la normale.

Les professionnels des BTP pleurent les difficultés de recouvrement des créances, l’accès difficile au foncier, la concurrence déloyale, la fiscalité et l’accès difficile aux crédits

Concernant le sous-secteur des bâtiments et travaux publics, les contraintes les plus citées par les entrepreneurs interrogés sont les difficultés de recouvrement des créances (67%), l’accès difficile au foncier (50%), la concurrence jugée déloyale (50%), la fiscalité (33%) et l’accès difficile aux crédits (33%). Par ailleurs, le climat conjoncturel s’est dégradé (-0,4 point) dans le sous-secteur, entre juin et juillet 2019, en liaison avec le pessimisme des enquêtés sur les perspectives de commandes (publiques et privées). Par contre, les interrogés sont plus nombreux en juillet qu’en juin à estimer un redressement des commandes (publiques et privées). Concernant l’activité générale et l’évolution des effectifs, les soldes d’opinion sont restés stables et proches de leur moyenne de long terme. Il en est de même pour les perspectives d’activité et d’emploi de main d’œuvre.

Secteur des services:les chefs d’entreprises dénoncent les difficultés de recouvrement des créances, la concurrence déloyale, la fiscalité et l’insuffisance de la demande

Au niveau des services, les chefs d’entreprises interrogés ont majoritairement évoqué les difficultés de recouvrement des créances (57%), la concurrence jugée déloyale (50%), la fiscalité (29%) et l’insuffisance de la demande (21%) comme les principaux facteurs qui limitent le développement de l’activité. Néanmoins, le climat des affaires s’est fortement amélioré (+16,6 points) dans le sous-secteur, en rythme mensuel. Cette bonne orientation reflète les jugements favorables des prestataires sur les commandes reçues, les tarifs pratiqués et le chiffre d’affaires. Leur optimisme relativement aux perspectives de commande, aux tarifs et au chiffre d’affaires a, de même, contribué à la progression de l’indicateur du sous-secteur. S’agissant du commerce, les difficultés de recouvrement des créances (88%), l’insuffisance de la demande (50%), les difficultés liées aux infrastructures (38%) et la concurrence jugée déloyale (38%) sont les contraintes à l’activité les plus citées par les chefs d’entreprises enquêtés. Toutefois, le climat des affaires s’est renforcé (+3,6 points) en rythme mensuel, sous l’effet de l’orientation positive particulièrement prononcée des soldes d’opinion relatifs au chiffre d’affaires réalisés et en perspectives.

ENCADRE :FINANCES PUBLIQUES

Le solde budgétaire en déficit de 609,2 milliards à fin juillet 2019

La gestion budgétaire à fin juillet 2019 est caractérisée par une mobilisation satisfaisante des recettes et une exécution soutenue des dépenses. En effet, les ressources sont mobilisées à hauteur de 1488,8 milliards, progressant de 15,1% en glissement annuel, tandis que les dépenses publiques se sont confortées de 19,7% pour s’établir à 2098,0 milliards. Au total, le solde budgétaire, dons compris, est estimé en déficit de 609,2 milliards à fin juillet 2019, contre un déficit de 459,4 milliards à la même période de l’année précédente.

Hausse des ressources budgétaires

Les ressources sont estimées à 1488,8 milliards, essentiellement constituées de recettes budgétaires à hauteur de 1408,5 milliards et des dons pour 80,3 milliards. En glissement annuel, la hausse des ressources est principalement attribuable à la composante budgétaire (+17,7%). En particulier, les recettes fiscales se sont établies à 1327,3 milliards à fin juillet 2019 contre 1125,4 milliards un an auparavant, soit une progression de 17,9%. Celle-ci résulte principalement des bonnes performances des recouvrements de droits et taxes au cordon douanier (+23,8%), de l’impôt sur le revenu (+13,7%) et de la taxe spécifique pétrole (+65,9%), à respectivement 445,7 milliards, 231,0 milliards et 79,1 milliards. Le rapatriement des taxes parafiscales à hauteur de 43,7 milliards a, également, contribué au bon comportement des recettes budgétaires. A l’inverse, les droits d’enregistrement (28,6 milliards) se sont amoindris de 8% à fin juillet 2019. Concernant les recettes non fiscales, les revenus des domaines se sont repliés de 7,2 milliards (-37,0%) sur la période. Ce recul a, toutefois, été atténué par la bonne tenue des produits financiers (+13,9%) qui sont évalués à 44,3 milliards

Exécution soutenue des dépenses publiques

S’agissant des dépenses budgétaires, elles sont estimées à 2098 milliards à fin juillet 2019, contre 1753,2 milliards un an auparavant, soit un accroissement de 344,9 milliards (+19,7%). Cette évolution est, à la fois, attribuable aux dépenses courantes (+23,2%) et aux investissements (+14%). La hausse des dépenses courantes est principalement liée aux charges d’intérêts sur la dette publique (209,3 milliards), à la masse salariale (421,1 milliards) et aux charges de fonctionnement (694,6 milliards) qui se sont respectivement consolidées de 32,5%, 6,3% et 33,3%. Pour sa part, l’accroissement des dépenses de fonctionnement traduit les effets conjugués des transferts (+63,5%) et des subventions (+18,8%). Concernant les dépenses en capital, elles sont évaluées à 773,0 milliards à fin juillet 2019 contre 677,9 un an auparavant, soit une hausse de 14,0%, notamment, tirée par les investissements sur ressources extérieures (+32,5%) et intérieures (+2,1%) qui sont respectivement chiffrés à 353,0 milliards et 420,0 milliards.M. CISS

Fongip devient une banque

http://www.rewmi.com La suppression des agences continue. L’As a appris que Le fonds de garantie d’investissement prioritaire (Fongip) est en train d’opérer sa mue. Il vient de virer plusieurs employés. C’est que, d’après des sources dignes de foi, son administrateur Doudou Ka, qui a décroché l’agrément de la Banque Centrale de faire du Fongip une banque, a été sommé par celle-ci de réduire le personnel qui, comme dans la plupart des agences de l’Etat, était à un niveau inquiétant

HAUSSE DES EXPORTATIONS DE 56 MILLIARDS EN JUILLET 2019

http://www.emedia.sn Une progression de 56 milliards de francs CFA a été constatée sur les échanges commerciaux. Selon « Le Soleil » qui donne l’information, les biens sont évalués à 184,2 FCFA milliards au mois de juillet 2019 contre 128,3 milliards de francs CFA le mois précédent. Cette situation, explique la Direction de la prévision et des études économiques, reflète le renforcement des ventes à l’extérieur de produits pétroliers, d’or non monétaire, de produits alimentaires, de titane et de ciment.

En revanche, informe le quotidien national, les exportations de zircon et d’engrais minéraux et chimiques se sont respectivement repliées de 1,3 milliard de francs CFA et 0,6 milliard de francs CFA sur la période. S’agissant des exportations de produits, la hausse observée est essentiellement liée aux produits arachidiers, aux préparations de soupes, potages et bouillons, aux produits halieutiques. En glissement annuel, les exportations de biens se sont accrues de 4,1% au mois de juillet 2019.

Repli de l’activité du primaire en juillet 2019

https://www.lejecos.com Selon la Direction de la prévision et des études économiques(Dpee) , le secteur primaire (hors agriculture et sylviculture) s’est replié en juillet de 3,2%, en variation mensuelle.

Cette situation traduit une contreperformance de la pêche (-18,5%), en juillet 2018, l’élevage s’étant consolidé de 4,9% sur la période. Sur un an, note la même source, le secteur primaire hors agriculture et sylviculture s’est également raffermi de 19,2% en juillet 2019, en liaison avec les bons résultats simultanés des sous-secteurs de l’élevage (+19,3%) et de la pêche (+19,0%).Adou FAYE

Moins d’Etat–Mieux d’Etat : État des lieux et suggestions Par Ngouda Fall

http://actunet.net/ Les Sénégalais ont faim, ils ont soif, ils sont mal soignés, les jeunes sont au chômage (plus de 60% de la population active), les femmes sont dans la tourmente et le découragement, les finances publiques se confinent au financement des salaires et à l’apurement de la dette extérieure, la balance des paiements n’est pas viable, le déficit budgétaire et le déficit de trésorerie persistent et s’aggravent, le monde rural grelotte. L’économie est en crise. Le Président Macky Sall choisit par 58% des Sénégalais, cherche à travers une démarche d’ajustement interne non encore imposée par le Fmi à apporter des réponses à cette crise globale (économique  sociale et sécuritaire).

Les mesures annoncées, même si elles peuvent permettre de faire des économies budgétaires pour soulager la misère des Sénégalais, sont loin d’être suffisantes. Aussi, en tant que citoyen sénégalais, soucieux de l’avenir de nos enfants, du devenir de notre pays, pour tout dire…, je crois devoir apporter ma contribution à l’avènement d’un Sénégal stable et prospère, d’un Sénégal autrement.

I_À ce propos, il convient à mon sens, pour mener certaines actions à même de répondre de façon efficace à la forte demande sociale des Sénégalais, de suggérer au président de la République d’explorer les pistes ci-après :

Suppression du poste de Secrétaire Général  du gouvernement qui, en fait, devrait l’être avec la disparition du poste de Premier ministre. Il n’est ni membre du gouvernement ni en positionnement à la Présidence de la République. Ses missions devront intégrer celles du Secrétaire général de la Présidence de la République.

  1. Réduction de la taille du Gouvernement à dix-sept (17) Départements et trois (3) Secrétaires d’État à savoir :
  2. Ministère des Forces armées ;
  3. Ministère de la Sécurité intérieure et des Collectivités Territoriales  (avec intégration de la Gendarmerie);
  4. Ministère des Finances (le  Budget est déjà un élément des Finances, y affecter la Microfinance et le Commerce);
  5. Ministère des Affaires Étrangères ;
  6. Ministère de l’Économie, du plan et de la coopération (qui devra prendre en charge le développement durable, l’aménagement du territoire, le Pse et tous les programmes intérimaires ou d’urgence) ;
  7. Ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche (Ministère de l’Économie rurale ne conviendrait pas, ces activités sont menées dans des zones dites urbanisées ou non rurales) ;
  8. Ministère en charge des Infrastructures de l’Urbanisme et du Transport ;
  9. Garde des Sceaux, Ministre de la Justice ;
  10. Ministère de la Fonction Publique et de l’Emploi (qui gère également le dialogue social);
  11. Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation ;
  12. Ministère de la Culture et du Tourisme ;
  13. Ministère de l’Industrie, de l’artisanat et des mines ;
  14. Ministère de l’Énergie et de l’hydraulique ;
  15. Ministère de la Communication et de l’Économie numérique, porte parole du Gouvernement ;
  16. Ministère de l’Environnement ;
  17. Ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle ;
  18. Ministère de la Santé et des affaires sociales Sociales ;

S’agissant des Secrétaires d’État, on pourrait retenir :

  1. Secrétaire d’État auprès du Ministre des Finances, chargé des réformes budgétaires et administratives (le Secrétaire général du Ministère des Finances et le Bureau organisation et méthode n’ont pas la légitimité transversale leur permettant de gérer ces reformes) ;
  2. Secrétaire d’État auprès du Ministre de la Sécurité intérieure et des collectivités territoriales, chargé des collectivités territoriales ;
  3. Secrétaire d’État auprès du Ministre des Infrastructures, de l’urbanisme et du transport, chargé de l’habitat ;

III. Suppression des directeurs de Cabinet (sauf pour la Présidence) dans tous les ministères disposant d’un Secrétaire général (source de dysfonctionnements).

  1. Rationalisation des Directions Générales au niveau des Ministères à travers la réduction du nombre de directions qui leur sont rattachées (certaines Directions générales disposent aujourd’hui de moyens humains et matériels qui dépassent à la limite ceux de la plupart des départements ministériels).
  2. Suppression des postes de Ministre d’État auprès du Président de la République, de Ministres Conseillers et désignations de conseillers spéciaux dans les domaines relevant des missions stratégiques de l’État (Diplomate, Économie, Finances, Sécurité, Énergie). Comme disait Serigne Cheikh Tidiane SY : «Ce n’est pas le nombre de conseillers qui importe mais le contenu de leurs conseils».
  3. Suppression du Haut conseil des collectivités territoriales, budgétivore et sans aucun rendement. Sa mission peut-être confiée au Ministère en charge des Collectivités territoriales.

VII. Suppression de la commission de suivi et d’évaluation des politiques publiques (c’est une tâche prise en charge par le Ministère de l’Économie, le Ministère des Finances, l’Assemblée nationale et les Corps de contrôle).

VIII. Suppression de la Commission nationale du dialogue des territoires dont la mission n’est ni ressentie par les Collectivités territoriales, ni par les populations.

  1. Suppression du Haut conseil du dialogue  social dont la mission pourrait relever d’une direction du Ministère du Travail et de l’emploi.
  2. Rationalisation de la carte diplomatique avec comme critère de base l’importance de la coopération avec le Sénégal et le nombre de Sénégalais présent dans le pays.
  3. Privatisation de la Senelec, structurellement déficitaire, dans des conditions qui tiennent compte des intérêts du Sénégal, mais aussi et de façon spécifique, des intérêts des travailleurs de la société.

XII. Rétrocession de la Sonacos de préférence à des Sénégalais avec comme conditionnalité,  le renouvellement de l’outil de production. Il sera difficile, voire impossible pour cette équipe dirigeante actuelle de la remettre en orbite pour des raisons que tous les Sénégalais connaissent.

XIII.  Privatisation de la Lonase dont l’impact économique se ressent de moins en moins du fait de sa gestion calamiteuse depuis sa création.

XIV.  Réduction considérable du parc automobile de l’État avec restriction des véhicules à la disposition des ministres à un seul, retrait des véhicules aux non ayants droits et procéder à leur vente en privilégiant leurs utilisateurs.

  1. Stoppage systématique de l’acquisition de véhicules neufs pour l’administration pendant au moins 10 ans.

XVI. Limitation  du carburant à 250 litres par mois pour les véhicules de fonction et à 150 litres par mois pour les véhicules de service.

XVII. Gescompte généralisé pour l’utilisation du téléphone fixe et plafonnement des crédits alloués aux téléphones portables des responsables administratifs à 50.000 Cfaau plus par mois.

XVIII. Réduction de moitié des dotations budgétaires de fonctionnement des départements ministériels et autres administrations afin de les contraindre à gérer l’essentiel.

XIX. Généralisation des compteurs Woyofal dans les départements ministériels, les Directions générales, les Agences, les Directions, avec fixation d’un plafond mensuel à ne pas dépasser.

  1. Réduction des missions à l’extérieur des membres du gouvernement et des fonctionnaires, de même que les déplacements de l’avion présidentiel qui pourrait être mis à la disposition d’Air Sénégal, à défaut de le vendre (son acquisition découle de la folie dépensière de l’ancien président qui, après avoir dépensé presque 20 milliards Cfa pour la rénovation de son ancien avion, en achète un autre pour plus de 50 milliards Cfa).

XXI. Faire voyager tous les représentants de l’État en classe économique.

XXII. Suppression  du Fonds d’appui aux Sénégalais de l’Extérieur (Faise) dont la connotation politique et la gestion posent problème.

XXIII. Suppression de la Délégation à l’Entreprenariat rapide positionnée à la Présidence et mettre les fonds qu’elle gère à la disposition de l’Agence retenue pour la promotion de l’Emploi des jeunes et la promotion des Pme/Pmi (porteuse de croissance économique et d’emploi).

XXIV. Mise en location du building administratif en le rebaptisant et ce, dans le but de récupérer les milliards qui ont été dépensés pour sa réfection. Les ministères ne disposant pas de locaux propres devraient être transférés à la sphère gouvernementale de Diamniadio. Le Centre de conférence Abdou Diouf de Diamniadio pourrait être transformé en sphère gouvernementale en vue de le rendre utile. Le déménagement des ministères doit néanmoins comporter des mesures d’accompagnements à l’avantage des fonctionnaires qui y sont affectés.

XXV. Suppression de la délégation au pèlerinage à La Mecque qui pèche par l’incompétence de ses dirigeants, la gabegie et le népotisme, à travers la privatisation intégrale du Hadji.

XXVI. Suppression de la Société de gestion des infrastructures publiques dans les pôles urbains de Diamniadio et du Lac Rose (Sogip) et remettre la gestion des infrastructures publiques au ministre en charge des Infrastructures et sa mission économique (recherche des investissements publics et privés) au ministre en charge de l’Économie, la Sogip est une illustration parfaite de l’éparpillement inefficient de  l’action étatique.

Il pourrait également être retenu :

I_D’exiger des ministres de la République, la prise en charge de leur propre sécurité (personnelle et domicile) et remettre les agents de la sécurité publique à la disposition de leur corps d’origine en vue de renforcer la sécurité des populations ;

  1. De créer une commission nationale chargée de délivrer l’agrément au code des Investissements, positionné au ministère de l’Économie, de la planification et de la coopération. Le ministère en charge de l’Économie ou son représentant assure la présidence, avec comme membres, le ministre en charge des Finances ou son représentant, le ministre en charge des Infrastructures ou son représentant, le ministre en charge de la Sécurité intérieure ou son représentant, les représentants de l’Inspection générale d’État (Ige) et de la Cour des comptes, l’Apix devant assurer le Secrétariat ;

III.  D’encadrer les dépenses fiscales dont les modalités d’exécution et d’évaluation posent énormément de problèmes ;

  1. De supprimer les comptes de dépôts simples et les comptes de dépôts ouverts  dans les écritures du Trésor public au profit des administrations non personnalisées de l’État ;
  2. De supprimer toutes les caisses d’avances dépassant un (1) million Cfa (retour à l’orthodoxie financière) ;
  3. De supprimer les fonds politiques de l’Assemblée et de toutes les Institutions de la République qui en disposent (sauf la Présidence de la République pour des raisons stratégique et de souveraineté) ;

VII. De supprimer les lettres de confort gagées sur la trésorerie publique (c’est une aberration financière) ;

En terme de transparence et de bonne gouvernance il conviendrait :

D’exiger  l’avis de l’Ige et de la Cour des comptes sur les propositions de nomination des Inspecteurs internes au niveau des départements ministériels;

  1. De soumettre les propositions de nomination des hauts fonctionnaires à l’appréciation de l’Ige et de la Cour des comptes, afin d’éviter la nomination de personnalités épinglées par des rapports d’enquête ;

III. De publier dans le site du gouvernement et dans les autres sites publics les rapports de vérification et d’enquête de l’Ige et de la Cour des Comptes, dès leur validation et ce, pour un contrôle citoyen, des directives y formulées (digitalisation des informations des corps de contrôle) ;

  1. D’instaurer des postes de vérificateurs internes indépendants au niveau des services pourvoyeurs de recettes et chez les principaux acteurs du circuit d’exécution  financière des dépenses publiques ;
  2. De supprimer les dépenses de prestige et les dépenses superflues qui n’ont aucun impact sur le vécu des Sénégalais ;
  3. De favoriser dans l’intervention économique de l’État, les investissements publics socialement responsables ;

VII. De lutter de façon efficace contre la corruption dans l’administration : des milliards  échangés par un haut fonctionnaire chez des cambistes et des millions dérobés dans le bureau d’un autre fonctionnaire dont la mission est de gérer des dossiers et des  procédures sont assez illustratifs de l’ampleur de la criminalité financière dans la sphère administrative.

À ce propos, il serait d’une urgente nécessité de faire recenser par l’Ige et l’Inspection générale des finances (Igf), tous les immeubles acquis en France, aux Usa, à Dubaï, au Qatar, par les fonctionnaires sénégalais pendant les vingt (20) dernières années et d’exiger d’eux, la justification de l’origine des fonds y relatifs.

Il serait pertinent  pour l’État de réaffecter les économies budgétaires qui pourraient découler de cette démarche au financement des actions ci après :

I_L’appui aux structures de santé pour l’amélioration de l’offre de soins et son accessibilité ;

  1. La promotion de l’emploi des jeunes et l’appui aux femmes ;

III. La réfection, l’entretien et la construction d’infrastructures routières ;

  1. L’apurement de la dette vis-à-vis des enseignants et des écoles privées ;
  2. L’amélioration des conditions d’existence des étudiants et élèves ;
  3. L’amélioration des conditions de vie du monde rural.

De façon définitive, l’accroissement des moyens financiers de l’État qui serait issu des revenus du pétrole et du gaz devra nécessairement améliorer de façon sensible et durable, le niveau de vie des Sénégalais à tout point de vue, c’est cela que nous attendons de Macky Sall et des leaders de demain qui auront aussi, pour défi d’instaurer de façon définitive et durable l’ordre dans ce pays.

DIFFICULTES ECONOMIQUES, NON RESPECT PROMESSESLa révolte du Nord

http://www.enqueteplus.com Une manifestation est prévue le 11 septembre prochain au monument des Morts, porte d’entrée de la Langue de Barbarie (Saint-Louis). Une caravane sillonne les différents quartiers de la ville pour sensibiliser les populations et les inviter à venir participer à l’événement… Que se passe-t-il donc dans le Nord pour expliquer une telle mobilisation ? Le démarrage des travaux de dragage de la brèche de Saint-Louis tarde à être effectif, selon les notables saint-louisiens de la Langue de Barbarie qui comptent se faire entendre. ‘‘Contrairement à ce qu’avait annoncé le ministre de la Pêche d’alors, Oumar Guèye, qui soutenait, au terme d’une visite guidée au niveau de la brèche avec la presse locale, que ‘‘les travaux ont déjà commencé puisque les machines qui vont assurer le dragage sont déjà installées’’, aucun chantier n’a vu le jour, selon eux.

Dans la localité nord de Ourossogui, une ‘‘marche pacifique et citoyenne’’ s’est tenue samedi dans la commune éponyme pour protester contre ‘‘l’absence de projets de développement’’ dans cette ville située dans la région de Matam, a constaté le correspondant de l’Agence de presse sénégalaise (Aps). Les manifestants revendiquent la ‘‘résolution définitive de la problématique de l’eau’’, l’‘‘extension et la densification du réseau d’éclairage’’, le ‘‘démarrage du Promovilles dans le cadre de l’assainissent et du cadre de vie’’… Mamadou Tapa Sy, porte-parole du jour des manifestants, déclare que ‘‘les forces vives de la commune d’Ourossogui attendent des pouvoirs publics des solutions aux maux dont souffre leur ville, capitale économique et ville carrefour se trouvant en contact direct avec quatre régions et indirectement’’ avec des pays frontaliers.

Les manifestants disent réclamer également la réalisation de la digue de protection de Ourossogui, la réhabilitation de la gare routière et du stade municipal, l’achèvement de la construction de l’espace numérique ouvert (Eno) d’Ourossogui, la réhabilitation du centre hospitalier régional. Ils exigent également ‘‘le démarrage effectif’’ des travaux de l’aéroport de Ourossogui, l’extension du périmètre communal et l’élaboration d’un plan directeur d’urbanisme.

SAISIE RECORD DE DROGUE AU PORT: POURQUOI LES ITALIENS ONT ÉTÉ LIBÉRÉS

http://www.emedia.sn Les étrangers en l’occurrence un couple allemand et deux italiens, impliqués dans l’affaire de la drogue saisie au Port autonome de Dakar ont bénéficié d’une liberté provisoire. Une liberté provisoire qui a surpris plus d’un au vu de la quantité importante de la drogue ainsi que du tollé que toute cette affaire a suscité.

Mais, ce ne sont pas les arguments juridiques des avocats de ces étrangers qui ont convaincu le magistrat instructeur à leur accorder la liberté provisoire. Selon l’Obs, cette libération cache d’autres réalités. Du moins, en ce qui concerne les deux italiens. Le journal explique qu’une forte pression a été exercée pour que cette mesure soit prise. Pour preuve : la dernière lettre du patron de Cosmar (Comité pour la sauvegarde de la dignité des marins) dans laquelle il exige la libération de tous les Européens impliqués dans cette affaire, en particulier les deux italiens. Estimant que les deux italiens, des marins, sont des victimes d’injustice au Sénégal, Cosmar dit n’avoir aucun doute sur le fait que la justice sénégalaise commet un véritable abus, absolument intolérable et dans lequel il faut une intervention sérieuse.

Mis En Position De Stage, Des Enseignants Promettent Une Rentrée De Feu

https://www.walf-groupe.com Le Collectif des enseignants titulaires de diplômes académiques ne sont pas contents du comportement de l’Etat. Ils soulignent que le ministère de l’Education nationale est dans une dynamique de supprimer la mise en position de stage des enseignants, à la Fastef. Chose pour laquelle ils menacent de bloquer l’enseignement dès la reprise des classes.

Le Collectif des enseignants titulaires de diplômes académiques est très remonté contre le ministère de l’Education nationale. Ces enseignants l’accusent de vouloir supprimer la mise en position de stage à la Faculté des sciences et technologies de l’éducation et de la formation (Fastef). Une formation destinée aux instituteurs qu’on avait recyclés dans les collèges et des lycées pour donner des cours dans certaines disciplines, en tenant compte de leurs diplômes universitaires. En conférence de presse samedi dernier, suivie d’un sit-in, devant les locaux de la Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep), le Coordonnateur de ce collectif constate, depuis quatre ans, que les autorités sont dans une logique de supprimer cette mise en position de stage. Parce que, le quota des bénéficiaires ne cesse de régresser. Or, soulignet- il, cette formation joue un rôle important en termes de capacitations et de performances des professeurs. «Avant 2013, l’Etat prenait une centaine. Mais depuis 2013, qui coïncide curieusement avec le lancement du Paquet, on ne sélectionne qu’une trentaine d’enseignants. L’année dernière, sur 700 dossiers déposés, ils n’ont pris que 39 personnes. Cette année, la liste devait sortir depuis le mois de mars, mais jusque-là, nous n’avons rien vu», s’indigne Pierre Balique Diouf.

Pire, ils font savoir que des disciplines comme l’Histoire et la Géographie, l’Anglais et les Lettres modernes sont presque zappées cette année. A l’en croire, depuis quatre ans, les enseignants de ces disciplines littéraires ne sont plus concernés que par la trentaine de dossiers retenus sur près d’un millier de dossiers déposés chaque année. Le coordonnateur du Collectif des enseignants affirme qu’ils sont dans leur droit de réclamer une formation, parce que c’est prévu par la loi. «C’est la constitution de la République qui nous donne cette possibilité. Nous sommes des professeurs qui veulent valoriser leur diplôme et poursuivre leur carrière. La loi 61 –33 du 15 juin 1961 relative au statut général des fonctionnaires qui nous donne ce droit», soutient-il. Ces enseignants soulignent aussi que le nouveau ministre de l’Education nationale, Mamadou Talla, les a déçus. Ils révèlent, quand il avait eu échos de leur manifestation, il a appelé un des leurs pour dire qu’il va les rencontrer. Mais à la dernière minute, il a renoncé à la rencontre indiquant qu’il a un calendrier trop chargé. Faux, retoque le Collectif. D’après son coordonnateur, «le ministre est incapable de dire pourquoi la liste n’est toujours pas sortie, à trois semaines de l’ouverture des classes».

Les enseignants de ce collectif appartiennent aussi à des syndicats d’enseignants qui sont dans le moyen et secondaire. Ainsi, ils ne les ont pas ratés. Ils soulignent que s’ils ont organisé ce collectif, c’est parce que les syndicats ont failli à leurs missions. A en croire M. Diouf, les organisations syndicales n’ont pas pris à bras le corps leur préoccupation dans leurs revendications. Pourtant disent-ils, ils cotisent chaque fin de mois pour nourrir leurs organisations syndicales respectives. «La position de ces syndicats sur cette affaire est très timide. Ces syndicats siègent à la commission de sélection des listes pour la mise en position de stage. A part l’année dernière, où la sélection a été faite pendant que les enseignants étaient en grève, pour tout le reste, ils ont toujours siégé. Ils sont donc parfaitement au courant de ce qui se passe», dénonce Pierre Balique Diouf.Mamadou GACKO

Manifestation contre l’interdiction du voile à l’Institut Sainte Jeanne d’Arc : Le rappeur Karim Xrum Xakh arrêté

http://dakarmatin.com/Le voile, désormais interdit dans les murs de l’institution Sainte Jeanne d’Arc, établissement catholique réputé de Dakar fait réagir des parents, mais également d’associations et guides religieux musulmans au Sénégal.

Ce lundi 9 septembre 2019, le mouvement « Nittu Deug » a manifesté contre la mesure d’interdiction du port du voile à l’Institution Sainte Jeanne d’Arc. L’activiste Karim Xrum Xax a été arrêté, ainsi quatre autres personnes par la police, devant la Cathédrale de Dakar.

Pour rappel, depuis la rentrée des classes, des élèves voilées ont été mises à l’écart par la direction

Histoire générale du Sénégal : Cette mention qui fâche la communauté niassène

https://www.seneweb.com Seuls 5 volumes sont déjà publiés, mais les critiques sur « L’histoire générale du Sénégal : Des origines à nos jours » fusent de partout. La dernière est celle de la famille d’El Hadji Abdoulaye Niass. Et c’est le porte-parole de la Hadra Ibrahimya, Cheikh Mouhamadou Mahi Cissé, qui s’est fait entendre dans un Tweet.

Cheikh Mahi CISSE@alfityanou

En Parlant de connaissance et d’histoire, nous devons être fidèles au lieu d’avancer des choses improuvables qui sont même des sources de discorde d’aucune importance. (Cheikh Mouhamadou Aliou CISSÉ, conférence sur Mame ELHADJI ABDOULAYE NIASS lors du forum de Dakar en 2011)

Gendarmerie : Succession du Général Cheikh Sène, trois prétendants déclarés

https://www.leral.net La succession du Général Cheikh Sène, Haut commandant de la Gendarmerie nationale qui sera admis à la retraite en novembre prochain, est ouverte. Ainsi, trois prétendants sont déjà, dans les starting-blocks.

D’après Source A, le Général de division, Jean Baptiste Tine, Haut commandant en second, le Général de brigade Moussa Fall, commandant de la gendarmerie territoriale et le Général Mamadou Diouf, commandant de la gendarmerie mobile, restent ses potentiels successeurs.

Cocaïne, faux médicaments, concussion… La loi des trafiquants

http://actunet.net/ La libération annoncée (et non démentie) de 4 protagonistes dans l’affaire de la cocaïne saisie au Port de Dakar en juillet dernier, donne une image catastrophique du Sénégal et fragilise ses institutions de lutte contre un fléau mondial. Pire, il inciterait les petits voleurs de poules et téléphones portables, souvent condamnés à de lourdes peines de prison, à rejoindre le business lucratif d’un secteur où la protection ne risque pas de leur faire défaut.  

Il y a quelques semaines, le président de la République affirmait avoir été abusé (par qui ?) à propos de la libération frauduleuse d’un trafiquant de faux et vrais médicaments condamné par la justice sénégalaise, en compagnie d’autres complices. Avec des complicités actives au sommet de l’État sénégalais, Amadou Oury Diallo a ainsi pu quitter le territoire national et serait retourné dans son pays d’origine, la Guinée. On ne le reverra pas de sitôt !

Devant l’incompréhension populaire qui a suivi cette libération en cachette, le chef de l’État s’était engagé à ce que la lumière soit faite. Depuis, Macky Sall est passé à autre chose. Affaire classée, comme d’habitude.

Cette semaine qui vient de s’écouler, divers médias locaux ont annoncé la libération d’une cohorte de présumés trafiquants arrêtés au mois de juillet dernier après la saisie d’environ 1 tonne de cocaïne par la Douane sénégalaise au Port de Dakar. Il s’agirait de quatre étrangers : un couple de ressortissants allemands et deux Italiens. Leurs présumés complices, Sénégalais eux, ne seraient pas concernés par cet élargissement. Le parquet, en toute transparence, s’est emmuré dans un noir silence qui n’est pas loin d’être un aveu.

Qu’en pensent les Usa et l’Onudc ?

Le trafic de drogues (cocaïne et héroïne, notamment) est devenu un fléau mondialisé qui mobilise la communauté des nations, avec des instruments institutionnels.et opérationnels visant à contrecarrer le business des cartels de trafiquants là où cela est possible de le faire. L’exemple sénégalais qui a consisté à libérer en catimini des protagonistes, hors toute communication officielle, est donc un mauvais signal envoyé au reste du monde sur la (faible) détermination des autorités politiques à être au diapason du rejet universel de la criminalité transfrontalière en la matière.

Ce laxisme va inciter une puissance comme les États-Unis ou un organe comme l’Onudc à ouvrir des enquêtes parallèles aux fins de connaître les mobiles d’un rebondissement inattendu, ainsi que ses commanditaires éventuels.

Questions sans réponses

Cette libération en cachette de 4 protagonistes de l’affaire de la drogue saisie au Port de Dakar écorche l’image de notre pays sur l’échiquier international et laisse ouvertes de multiples questions sur ses tenants et aboutissants. Qui a fait libérer ces personnes ? Sur quelles bases l’ont-elles été ? Leurs arrestations relevaient-elles de méprises que le parquet s’est empressé de corriger ? Les ambassades d’Italie et d’Allemagne ont-elles fait pression sur le Sénégal pour obtenir l’élargissement de leurs ressortissants ? Y a-t-il eu chantages et menaces suivis de négociations ? Pourquoi la justice sénégalaise se morfond-elle dans un tel silence ? Les soupçons d’un deal entre politiciens et trafiquants présumés sont d’autant plus forts que, bien avant même cet épisode, la presse avait fait état à plusieurs reprises de pressions diverses visant à faire sortir de la prison de Rebeuss les 4 ressortissants étrangers en détention.

Dans le mystère ambiant, les principaux acteurs de la traque contre les trafiquants de drogue (douaniers, gendarmes, policiers, etc.) vont se poser des questions, les mêmes qu’ils se posent peut-être souvent en regard de la gouvernance ambiguë qui caractérise ce sous-secteur de l’économie et de la société. À quoi sert-il de faire un job si dangereux si l’impunité doit être institutionnalisée en fin de chaîne ? C’est ainsi que naissent les narco-États.

Adama GAYE en grève de la faim

 https://www.walf-groupe.com Le journaliste se radicalise. Adama GAYE a, en effet, entamé ce lundi matin une  grève de la faim. Selon un de ses avocats, Me Khouraychi BA en l’occurrence, Adama GAYE proteste ainsi contre sa détention qu’il juge arbitraire.

« Adama informe l’opinion nationale et internationale qu’il a décidé depuis ce matin du 9 septembre 2019 d’entamer une grève de la faim totale pour protester contre son maintien en détention arbitraire et les conditions illégales de ce confinement dans les geôles de Macky Sall », écrit l’avocat sur sa page Facebook.

Adama GAYE est poursuivi pour les délits d’«offense au chef de l’Etat» et d’«atteinte à la sûreté de l’Etat. Il a été entendu jeudi dernier  sur le fond par le doyen des juges qui n’a pas donné suite favorable à la demande de liberté provisoire introduite pas ses avocats.

Nomination du président du conseil constitutionne : Abdoul Mbaye exige le décret

https://www.pressafrik.com Le décret justifiant le mandat en cours en qualité de président du Conseil constitutionnel doit etre publié dans le souci de respecter les lois et textes en vigueur, a affirmé l’ancien Premier ministre Abdoul Mbaye.

A l’en croire, l’actuel président du Conseil constitutionnel a achevé le mandat de son prédécesseur Cheikh Tidiane Diakhaté et le décret portant renouvellement de son mandant actuel demeure introuvable malgré des recherches intenses.

Après la disparition, le 15 janiver 2015, de Cheikh Tidiane Diakhaté qui occupait les fonctions de président du Conseil constitutionnel, c’est le haut magistrat Pape Oumar Sakho qui a été désigné pour poursuivre le mandat de 6 ans. Celui-ci est arrivé à terme le 12 aout dernier.

Depuis, l’ancien président de la Cour suprême continue de trôner à la tête de l’institution. Certains cadres dont Abdoul Mbaye ne manquent pas de s’interroger sur le décret justifiant son mandat actuel, d’autant qu’il n’y a eu connaissance d’un document pris dans ce sens.

Le site informatique du Conseil constitutionnel indique son mandant a été renouvelé par un décret qui porterait le numéro 2016-1222 du 12 aout 2016. Mais, il se trouve que ce décret est « introuvable, malgré les recherches intenses », déclare M. Mbaye.

Salif SAKHANOKHO

STATUT DE L’OPPOSITION, CONTRATS MINIERS AVEC LES TURCS, GESTION DES INONDATIONS, ETC.. LES RECETTES D’ABDOUL MBAYE ET COMPAGNIE

http://www.sudonline.sn Le Conseil national de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act) a tenu, le 31 août dernier, une réunion sous la présidence de son président, Abdoul Mbaye. Dans une note parvenue à la rédaction hier, vendredi 6 septembre, l’ancien Premier ministre et ses camarades ont fait une panoplie de propositions sur certains sujets de l’heure, notamment les inondations notées dans les grandes villes du pays, la question du statut de l’opposition, ou encore les contrats miniers avec les Turcs, sans oublier la récurrence des accidents de la route, entre autres

En réunion de son Conseil national, tenu le 31 août dernier, sous la houlette de son président, l’ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act), s’est penché sur la situation nationale. Dans un communiqué rendu public et sanctionnant ce conclave, Abdoul Mbaye et compagnie ont formulé un certaine nombre de recommandations.

En effet, dans le domaine minier, ils ont tout d’abord qualifié «d’opaque» la signature d’un contrat entre l’Etat du Sénégal et des industriels turcs pour l’exploitation du fer de la Falémé. Tout en exigeant la transparence dans la gestion des ressources naturelles du pays, car estimant que lesdites ressources appartiennent au peuple, Abdoul Mbaye et compagnie ont demandé la publication de manière officielle des contrats incriminés. Ils trouvent «qu’il faudra très rapidement que l’Etat publie officiellement ce contrat et réponde à la question essentielle concernant ce projet industriel: s’agit-il d’un groupe aciériste ou minier afin de ne pas reproduire l’erreur commise avec le choix du groupe Arcelor-Mittal ?»

S’agissant de la saison des pluies qui, certes a démarré très tardivement, mais engendre actuellement un lot de dégâts nés des fortes précipitations enregistrées un peu partout dans le pays, le Conseil national de l’Act s’en est pris à l’attitude du régime du président Macky Sall.

Dans la note, Abdoul Mbaye et ses camarades ont fustigé «l’inertie du gouvernement face aux inondations qui sont réapparues dans les principales villes du Sénégal, créant çà et là, désolation et crainte d’une recrudescence d’épidémies hivernales». Ils ne se sont pas, pour autant, limiter à décrier cette attitude.

En effet, ils rappellent l’existence d’un Plan décennal de lutte contre les inondations (Pdli). Rappelant qu’il a été conçu et mis en œuvre d’octobre 2012 à septembre 2013, avec des résultats probants, ils n’ont pas manqué d’exiger que l’Etat procède à «la réactualisation dudit plan et son application immédiate». Sur un autre registre, notamment la question du statut de l’opposition et de son chef qui semble diviser la classe politique, le Conseil national de l’Act tire la sonnette d’alarme.

Pour Abdoul Mbaye et Cie, «les échanges sur la définition du statut du chef de l’opposition ne devraient pas se faire aux dépens de la préservation et de la défense des droits des opposants». Ainsi donc, ils pensent que l’objectif principal de cette disposition «doit rester la protection des droits des leaders de l’opposition et la fin des persécutions dont ils font l’objet».

 La récurrence des accidents de la route notée depuis un certain temps maintenant n’a pas laissé de marbre Abdoul Mbaye et ses camarades. Sur ce point, ils ont attiré l’attention sur l’ampleur de l’hécatombe, non sans mettre sur la table 33 recommandations issues, selon la note, des conclusions d’un séminaire organisé par le parti sur la sécurité routière. A leur avis, la mise en œuvre de ces recommandations «pourrait, à brève échéance, agir sur ces hécatombes en favorisant leur réduction et assurer une plus grande sécurité dans la circulation sur nos routes»

Retraite : Le Commissaire de Police Abdoulaye Diop, prolongé de 3 ans

https://www.leral.net Etant en position de retraite au cours de l’année 2019, le Commissaire de police divisionnaire, Abdoulaye Diop a bénéficié d’une prolongation de trois ans.L’As de s’interroger pour savoir s’il va rester à la tête de Direction de la Sécurité publique.

Pds : Les femmes libérales demandent à Wade de «constater l’auto-exclusion d’Oumar Sarr & Cie»

https://www.seneweb.com Les femmes du Parti démocratique sénégalais (Pds), réunies en assemblée générale ce dimanche 08 septembre 2019, ont invité la direction du parti à «constater l’auto-exclusion» d’Oumar Sarr & Cie du parti. Dans une résolution sanctionnant leur rencontre, Woré Sarr et ses camarades ont regretté «l’attitude» de ces derniers de «vouloir à tout prix passer par pertes et profits cette offense politicienne de Macky Sall à l’encontre du parti, du secrétaire général national et du candidat Karim Wade».

A ce titre, elles ont demandé aux instances habilitées «de constater l’auto exclusion du parti des frondeurs avec à leur tête Oumar Sarr et de procéder à leur remplacement dans toutes les structures où ils siégeaient, dans les coalitions où ils représentaient le parti ainsi qu’à l’Assemblée nationale».

Ces dames libérales ont également demandé à la direction du parti de constater que «malgré les mises en garde, Oumar Sarr et compagnie continuent d’initier et d’animer des actions fractionnistes punies par les statuts et le règlement intérieur du parti». Ce qui, d’après elles, entraine la perte de leur statut de militant au sein du parti.

Par ailleurs, elles ont supplié le Pape du Sopi de donner davantage de responsabilités au candidat Karim Wade qui, selon elles, «a fait preuve de persévérance et qui saura perpétuer, sans trahir, les idéaux et les valeurs qui ont toujours guidé le brillant parcours de Me Wade pour l’instauration de la démocratie, le décollage économique et social au Sénégal et en Afrique ainsi que pour la libération des peuples».

Oumar Sarr, naguère son inconditionnel traite Karim Wade de Poltron

http://www.lactuacho.com  « Un poltron avait été choisi pour être notre candidat, mais quand le pouvoir a menacé de le jeter en prison, il a fui »

Ces propos relayés par le journal Les Echos seraient de Oumar sSarr qui rajoute :

« On ne peut pas passer des années et des années à travailler et un beau jour on nous dit ‘’Poussez ! On va tout donner à un poltron qui ne sait même pas où il est, ni où il va ’’

Le moins que l’on puisse dire est que ce fervent adepte de Gorgui est aujourd’hui méconnaissable, car il doute même de l’adhésion de Karim au PDS, car il n’a jamais vu sa carte de membre !

Descente aux enfers : Lat Diop, victime de sa mollesse face à Aliou Sall

https://senego.com La bataille politique entre Lat Diop et le petit frère du chef de l’Etat, Aliou Sall, semble tourner finalement à l’avantage du dernier nommé. Cela, compte tenu des nombreux déboires que le maire de Guédiawaye a causés à l’ancien directeur de la Coopération et des financements extérieurs, aujourd’hui réduit à sa plus simple expression.

Fraternité utérine

Tout est parti de la veille des élections locales de 2014, lorsque Lat Diop a voulu s’opposer à la candidature de celui que tout le monde considère comme un « intrus » doublé d’un « opportuniste », ayant profité de sa fraternité utérine avec le président de la République pour forcer la fraternité militante des suffrages en sa faveur. Quoique candidat à la mairie de Guédiawaye à l’époque, le leader du Fep qui revendique toujours sa posture d’allié de l’Apr, avait dû remettre ses ambitions à plus tard, en même temps que le patron du Grand Parti, Malick Gakou qui a quitté un peu plus tard, l’Afp et Benno Bokk Yakaar.

Coup de Jarnac tropical

Il fallait donc attendre le second mandat du Président Macky Sall pour que Aliou Sall passe à la vitesse supérieure, avec la complicité de son grand frère et du ministre des Finances et du budget, Abdoulaye Daouda Diallo, qui ont mis des plombs dans les ailes de l’ancien directeur de la Coopération et des financements extérieurs. Son poste qui a été dépouillé de toute sa substance, avec des comptes bloqués et une signature retirée.

Décryptage

Face à un tel affront, nombreux sont les observateurs dont les analyses ont desservi Lat Diop qui, selon eux, a prêté le flanc pendant trop longtemps, face à Aliou Sall. Même si, par ailleurs, il dit tenir aux bons rapports de « fraternité » qui le lieraient avec le président de la République. Mais la logique politique, surtout dans une commune comme Guédiawaye, voudrait qu’il se positionne comme le redoutable challenger du maire, dans la perspective des prochaines Locales, quitte à quitter la mouvance présidentielle.

La réplique de Seydou Gueye aux «pétro-râleurs»

iGFM – (Dakar) – Seydou Guèye en charge de la communication de la Présidence fustigent dans Vox Populi ces pourfendeurs qu’il appelle « les pétro-raleurs » qui passent tout leur temps sur les réseaux sociaux à parler de pétrole et de gaz. Selon le responsable de la communication présidentielle, bientôt des réponses cinglantes leurs seront servies.

Mettre en échec les  nouvelles manœuvres de la Banque mondiale pour  faire  prévaloir ses options libérales dans le secteur arachidier !Par Ibrahima SENE PIT/SENEGAL

Introduction

La Banque mondiale vient de publier une Etude intitulée «  Sénégal : de meilleurs marchés  pour tous grâce à la politique de la concurrence ».

Ce titre plutôt évocateur de l’objet de cette Etude qui veut faire croire que  la concurrence permet à tous les acteurs d’avoir de « meilleurs  marchés » n’et fondé sur aucune base empirique. Au contraire, la «  concurrence »  élimine du marché les plus faibles, par leur mise en faillite,  et accroît la richesse des plus forts puisque disposant de meilleures technologies et de meilleures ressources humaines, du fait qu’ils disposent de plus de capitaux.

C’est  ce qui s’est vérifié au plan mondial, où la concurrence a conduit à l’apparition de «  monopoles »  sous les cendres de petites et moyennes entreprises,  et a  produit, grâce au soutien de  leurs Etats, leur transformation en puissantes multinationales, dont les GAFA qui régentent le monde d’aujourd’hui.

Même aux  Etats Unis,  le Président Trump, pour défendre  les intérêts des multinationales des énergies fossiles et du Charbon,  s’est détourné du crédo  sacro- saint  « d’un marché de libre concurrence », dans lequel il voit  aujourd’hui, des dangers pour la production industrielle  et les emplois de son  pays.

Au Sénégal,  c’est  à travers l’ajustement structurel que la Banque mondiale, au prétexte de la promotion de la concurrence, avait  édité des réformes qui ont abouti à détruire les capacités de production de la grande majorité des exploitations agricoles familiales productrices d’arachides, et à  les jeter dans la pauvreté en éliminant une bonne partie d’entre elles du marché de l’arachide  qui était programmée d’une belle mort au profit de l’importation de l’huile végétale.

La Banque mondiale n’a donc pas vouloir revoir  de façon critique, l’expérience acquise au Sénégal dans la mise en œuvre de son crédo de réformes libérales de l’Economie, ni tenir compte des évolutions qu’il connaît aux Etats  Unis même, sous Trump, pour doper la croissance de son Economie et  l’emploi de ses concitoyens.

Mais pour convaincre les Sénégalais du bien fait de ses réformes libérales pour plus de concurrence, notamment dans la réduction de la pauvreté, elle n’a trouvé mieux que de nous faire du «  réchauffé »,  en sortant des évaluations faites  en 2011, de l’effet de la baisse de 10%  des prix de l’huile végétale entraînée ces réformes, sur le pouvoir d’achat des consommateurs et sur la réduction de la pauvreté.

De ce fait, la Banque mondiale fait comme si en 2019, les prix de l’huile végétale et le taux de pauvreté  au Sénégal, sont les mêmes qu’en 2011, pour faire croire au sérieux de ses recommandations.

Ce qui  montre à quel point, la Banque mondiale est restée prisonnière de son apriori  idéologique libéral, qui voue  à l’échec ses réformes libérales aux conséquences lourdes  de détresse sociale pour les populations.

C’est pour cela que cette réponse à l’Etude de la Banque mondiale part d’un rappel historique du fondement de ces réformes et  du bilan de leur mise en œuvre dans la filière arachidière,  avant  d’analyser les tenants et aboutissants des mesures de réforme qu’elle propose au jourd’hui, dans un contexte où les Nations Unies ont décidé de consacrer à partir de cette année, toute une décennie de promotion de l’exploitation agricole familiale,  qui est au cœur de notre système  de production agricole,  que vingt ans d’ajustement structurel et dix ans de  règne d’un pouvoir libéral  n’ont pu détruire.

  1. II) Rappel historique

  2. a)La situation avant les politiques libérales de la Banque mondiale

Les défis de l’autosuffisance alimentaire  et de modernisation de l’agriculture paysanne africaine ont été, depuis les Indépendances des années 60, ce que les Etats Africains au Sud du Sahara,  se devaient de relever pour sortir du sous-développement.

Cependant, durant la première décennie des Indépendances, les Gouvernements africains n’ont pas été en mesure d’assumer des politiques de rupture avec les fonctions traditionnelles que les puissances coloniales avaient assignées à l’agriculture africaine.

Ces fonctions consistaient d’une part,  à produire et à exporter les produits de base dont les industries alimentaires et textile des puissances coloniales avaient besoin (arachide, café, cacao, thé, coton etc.), et d’autre part, à importer pour se nourrir, s’habiller et s’équiper.

Mais, dès la deuxième décennie des Indépendances, les exigences de la restructuration des économies des ex-puissances coloniales en Europe, en pleine construction d’un vaste marché commun, avaient entraîné des changements importants dans la politique des pays européens pour satisfaire leurs besoins en produits alimentaires et textiles.

C’est ainsi que les politiques nationales des pays d’Europe, de soutien à la production  des produits de base dans les pays africains dont les Européens avaient besoin, avaient cédé le pas à une politique commune d’aide au développement.

Cette nouvelle politique est matérialisée par la création du fonds de stabilisation des prix des exportations agricoles des pays en développement membres du groupe ACP/UE, le STABEX.

C’est ainsi, par exemple, que le soutien du prix d’exportation de l’arachide de 25% garanti par la France au Sénégal , a été supprimé dès 1964/65, et remplacé par la suite par le STABEX géré par la Commission de l’Union Européenne.

C’est ainsi, aussi, que pour le coton,  un accord multifibre à l’échelon mondial garantissait la stabilité des prix.

Dans cette nouvelle situation, les recettes d’exportation des produits agricoles stabilisés dans un vaste marché européen protégé, devraient pouvoir servir à importer la nourriture et l’habillement nécessaires aux pays africains, avec le recours, si besoin, à l’aide alimentaire et à la « friperie ».

Ces mutations dans les économies  Européennes et dans leurs rapports avec les politiques agricoles des anciennes colonies africaines, se déroulaient dans un contexte mondial d’abondance de capitaux (pétrodollars, et eurodollars) avec de bas taux d’intérêt et de bas taux  de change du dollar,  qui encourageaient les Etats Africains à s’endetter pour finaliser leurs projets de production agricole, souvent élaborés à partir de Bureaux d’Etude des ex-puissances coloniales.

Cette deuxième décennie des Indépendances se soldait par des déficits de plus en plus lourds de la balance des paiements extérieurs et de la balance commerciale des Etats Africains à cause d’une forte  détérioration des termes de l’échange , par un endettement jugé déjà insupportable, et par une crise alimentaire sous le double effet de la péjoration du climat, particulièrement en Afrique sahélienne, et de la flambée des prix alimentaires importés.

Cette situation, dans les pays africains, était grosse de troubles sociaux, et même de révolution, dans un contexte mondial de « guerre froide » exacerbée.

Ce fut la période cruciale des luttes armées de libération nationale en Angola, au Mozambique, en Rhodésie, devenue Zimbabwe, et de luttes anti coloniales  et anti racistes en Namibie et en Afrique du Sud.

Cette  situation explosive en Afrique avait mobilisé les pays développés  du camp capitaliste mondial au sein de la FAO, pour proposer des voies de sortie de crise de l’agriculture africaine pour les 25 années à venir.

Mais,  au paravent, ce fut d’abord l’Assemblée des Chefs d’Etats et de Gouvernements, au sein de l’OUA, qui adoptait en Juillet 1985, « le Programme prioritaire du redressement économique de l’Afrique » pour 1986/1990.

Ce programme faisait de l’agriculture la « priorité des priorités », et plaçait la résolution des problèmes alimentaires de l’Afrique, au centre de ses préoccupations et projets.

Ce programme fut entièrement tenu en compte dans la Résolution de l’Assemblée Générale des Nations Unies, adoptée par la suite, et intitulée « Programme d’Action des Nations Unies pour le Redressement Economique et le Développement de l’Afrique 1986/1990 ».

C’est donc sur cette base que la FAO avait mis en œuvre une étude pour proposer un « Programme d’action pour l’agriculture africaine les 25 prochaines années ».

Dans ce programme, la FAO préconisait l’amélioration de ce qu’elle  avait appelé les « quatre i », du développement agricole que sont : «  incitations », « intrants », « institution » et « infrastructures ».

Mais elle attirait, en même tempsl’attention sur « les problèmes » que pose le poids du remboursement de la dette extérieure africaine sur leur capacité à réaliser  le Programme,  et le « manque de devises » des pays d’Afrique qui aggrave  cette situation.

Elle recommandait donc que «  les Programmes de reconversion  de la dette devaient favoriser la reprise de la croissance », et que «  les accords commerciaux devaient faciliter l’accession à l’autosuffisance alimentaire, en permettant à l’Afrique de développer ses ventes des produits agricoles à « des prix raisonnables ».

Donc pour la FAO, il s’agissait de «   reconvertir la dette  en moyens de financement pour la reprise de la  croissance ».

Mais malgré ces bonnes intentions, le FMI et la Banque Mondiale imposèrent, sous l’impulsion  des Etats Unis, des Programmes d’Ajustement Structurel  (PAS), axés  sur le remboursement prioritaire de la dette extérieure et sur le développement de produits exportableset préconisaient de remplacer l’objectif « d’autosuffisance alimentaire » par l’objectif de « sécurité alimentaire ».

Ces programmes d’Ajustement structurel perpétuaient ainsi l’orientation coloniale de l’agriculture africaine tournée vers la production et l’exportation des produits de base et l’importation  de produits alimentaires

Ainsi, les programmes d’ajustement ont remplacé le «  Programme Prioritaire de redressement économique de l’Afrique 1986/1990 »,  malgré l’appui de l’Assemblée Générale des Nations Unies, conforté par  le Programme de la FAO pour l’agriculture africaine pour les 25 années à venir.

En outre, le choix des programmes d’ajustement s’est fait pays par pays et perpétuait ainsi la balkanisation des Etats – africains , dont les économies respectives restaient confinées  dans les limites des frontières  héritées du colonialisme , mais toujours tournées vers les marchés des pays développés où elles continuaient de subir les affres de l’échange inégal.

Donc, les Chefs d’Etats africains renonçaient ainsi à leur volonté proclamée dans leur « Programme prioritaire » de construire l’Unité Africaine en mettant en valeur leurs complémentarités agricoles, grâce à l’exploitation commune de leurs ressources en eau et en énergie au service de l’agriculture, et en créant de vastes marchés internes, comme base économique de lutte contre le sous-développement et le commerce inégal.

Mais, malgré cette capitulation des Chefs d’Etat, les options de base des programmes d’ajustement structurel et celles véhiculées par le « Programme prioritaire » se sont affrontées, sans merci durant les années 80 et 90, par experts interposés, dans le débat d’orientation du développement économique et agricole du  continent

L’analyse du sort de la production arachidière au Sénégal peut servir d’exemple pour illustrer les conditions dans lesquelles l’Afrique s’est vue imposer le défi de la compétitivité  devenu aujourd’hui  le défi majeur à relever  sous la houlette des Institutions de Bretton Woods.

  1. b)Les défis de la compétitivité de l’arachide

La culture arachidière était introduite au Sénégal par la puissance coloniale française pour satisfaire les besoins croissants des consommateurs français en huile alimentaire.

C’est ainsi que jusqu’en 1968, l’huile d’arachide détenait près de 75% du marché français des huiles alimentaires.

Mais, vers la fin des années 70, sa part est passée de 57,7% en 1976, puis  à 34, 8% en 1977, tandis que celle du tournesol passait de 23,6% à 38,3% durant le même période.

Cette perte de part de marché était principalement expliquée par l’augmentation considérable de l’écart entre le prix de l’huile d’arachide et celui de l’huile de tournesol à la consommation dans le marché français.

L’augmentation spectaculaire de l’offre de tournesol et la baisse de celle de l’arachide dans la période,  ont été identifiées à l’époque,  comme  les facteurs déterminants de l’accroissement de l’écart entre le prix de leurs huiles à la consommation.

En effet, lorsqu’en 1975, les disponibles exportables en huile d’arachide étaient égaux à ceux de l’huile de soja à 700.000 T,   leur prix à la consommation étaient voisins.

Mais en 1978, dès que les disponibilités en huile de tournesol passaient à 1.350.000 T, contre 600.000 T pour l’huile d’arachide, l’écart entre les prix des deux huiles était devenu un puissant facteur de perte de parts de marché pour l’huile d’arachide.

Cet accroissement spectaculaire de l’offre en huile de tournesol était  dû aux USA, qui avaient vu leur offre passer de 180.000 T en 1975/76 à 515.000 T en 1977/78.

En outre, pour éviter de tomber dans la dépendance vis à vis des USA en matière d’huile alimentaire, le Canada et la France avaient décidé de développer la production du Colza  pour  rentrer dans la production de l’huile végétale.

Mieux, ils entreprirent des recherches agronomiques pour  réduire le taux d’acide linoleique de 10% à 5%, pour  rendre  la qualité de l’huile de colza plus compétitive que l’huile d’arachide et de tournesol.

De cette manière, à la fin des années 90, la FAO avait estimé que les exportations mondiales d’huile d’arachide avaient baissé à 275.000 T, au moment où celles de tournesol

Atteignaient   4 millions de tonnes, et celles de Colza  franchissaient la barre de 3 millions de tonnes.

Dans la même période, les exportations sénégalaises d’huile d’arachide sont tombées de 350.000 T à 100.000 T sur une offre globale de 275.000 T

Cette évolution du marché mondial des huiles alimentaires était donc  déjà prévisible dès la fin des années 70.

C’est pour cela, que le partenaire français du Sénégal dans le marché des huiles alimentaires, Lessieur COTELLE, après une étude approfondie des tendances lourdes des huiles alimentaires en concurrence avec  celle de l’arachide, avait  conclu que les pertes de marché  de l’arachide sont plutôt un problème de faiblesse de sa production, et avait proposé un programme de relance de la production arachidière.

Ce programme avait pour objectif de réduire de plus de moitié l’écart des prix entre l’huile d’arachide et les huiles végétales concurrentes, en mettant en œuvre une politique volontariste d’augmentation de la production d’arachide exportable.

Pour ce faire, le Programme prévoyait une politique de prix producteur incitatifs, l’amélioration de la qualité des semences d’arachide et leur accessibilité, une politique de soutien en intrants et en équipement agricole.

En outre, cette politique de relance de la production arachidière devait être accompagnée par l’exportation intégrale de l’huile brute d’arachide produite localement, et l’importation d’huile végétale pour satisfaire les besoins de la consommation intérieure.

Mais le gouvernement du Sénégal, en nouant avec les Institution de Breton Woods avec un «  Programme stand by » en 1979, avait renoncé au programme proposé par Lessieur.

 c)- Les premières  réponses  apportées  par  les politiques  libérales  d’ajustement  structurel.

Les années 80 ont été les premières générations des politiques d’ajustement structurel au Sénégal.

Dès 1984, avec la « Nouvelle Politique Agricole », et particulièrement avec le premier «  Programme d’Ajustement à Moyen à  long terme » adopté en  Décembre 1985, le Sénégal avait opté pour la politique définie par le FMI et la Banque Mondiale, de « désengagement de l’Etat de tout soutien, de toute subvention et de tout crédit au monde rural ».

Les producteurs d’arachide devraient désormais s’équiper en matériel de production et se doter en semences et  en intrants agricoles, sur le marché et au prix coûtant.

Ce fut  la fameuse libéralisation du marché des équipements et de celui des intrants dans l’agriculture sénégalaise.

Les propositions de Lessieur COTELLE de soutien à la production arachidière furent ainsi écartées par le Gouvernement socialiste de l’époque, au profit de la libéralisation du marché de l’équipement,  des semences et des intrants agricoles.

Cependantles prix producteurs auxquels les paysans devaient vendre leurs arachides continuaient à être  fixés par l’Etat, qui confiait la collecte de celles-ci à une société d’Etat, la SONACOS  ,qui devait aussi produire l’huile brute d’arachide qu’elle exporte, et importer de l’huile végétale pour la consommation locale.

Ainsi, les paysans voyaient leurs accès aux moyens modernes de production de plus en plus limités à leur propre capacité d’autofinancement, tandis que le niveau de leurs revenus arachidiers dépendaient à la fois de la tenue des cours des huiles alimentaires sur le marché mondial, et des coûts de la SONACOS.

Mais les conséquences d’une telle option pour ajuster la filière arachidière ne se sont pas fait attendre.

En effet, à la péjoration du climat, s’est ajoutée la dégradation de la qualité des semences d’arachide, l’aggravation de la pauvreté des terres et le vieillissement du matériel agricole non renouvelé depuis 1980.

En bloquant ainsi, au niveau des années 70, le développement des capacités de production des ruraux, les Programmes d’ajustement structurel ont entraîné la dégradation  des conditions de production de l’arachide et une plus grande vulnérabilité de l’agriculture pluviale aux aléas de climat et de marché.

Tout cela s’était traduit par une tendance  lourde à la baisse de la production d’arachide et de l’exportation de l’huile brute d’arachide.

C’est donc ce processus qui a causé la baisse de l’offre d’huile d’arachide du Sénégal et qui a contribué à doper son prix sur le marché mondial, au moment où celui du tournesol et du colza diminuaient sous la poussée de l’augmentation spectaculaire de leur offre.

Ainsi, le Sénégal avait doublement crée les conditions nécessaires pour rendre l’huile d’arachide moins compétitive par rapport aux huiles végétales.

En effet, d’une part, il diminuait l’offre par la péjoration des conditions de production de l’arachide, et d’autre part, il augmentait la demande mondiale en huile végétale en la consommant à la place de l’huile d’arachide, ce qui contribuait à baisser leur prix  et à aggraver davantage l’écart entre leurs prix à la consommation  en Europe.

La baisse des exportations d’huile d’arachide s’était traduite par une baisse des recettes d’exportation, aggravant ainsi le déficit de la balance des payements et les difficultés du Sénégal  à rembourser sa dette extérieure.

Cette situation était  aggravée  par les intérêts de retard de remboursement et les effets des rééchelonnements répétés de la dette extérieure durant la période.

Mais, ce qui a été le plus déroutant pour le Gouvernement socialiste du Sénégal , c’est qu’il  exportait l’huile brute d’arachide à des prix tirés vers le bas, alors qu’il s’attendait  à doper ses prix à l’exportation en mettant  en œuvre une politique de limitation de son offre  en  huile brute d’arachide  et de réduction de ses coûts.

Dans ce contexte adverse , l’on a eu plutôt  un échec cuisant de  l’option des Institutions de Breton Woods  pour   la réduction des coûts de production de l’arachide comme moyens de réduction de l’écart grandissant entre les prix de son huile brute  à l’exportation et ceux des huiles alimentaires concurrentes pour la rendre plus compétitive.

C’est ainsi que la réduction des écarts de prix ne devrait plus être recherchée  ni par une augmentation de l’offre, donc de la productivité,  ni  par un ajustement par les coûts,  mais par un ajustement par  les prix.

 C’est dans ces conditions que le F.M.I. et la Banque Mondiale ont amené la France à accepter d’imposer la dévaluation du Frs CFA en 1994, comme un instrument de redressement des déficits des filières agricoles et de réduction des coûts de production dans les pays de la Zone Franc d’Afrique Subsaharienne.

Mais, la dévaluation n’a pas apporté à la filière arachadière, les conditions d’une relance de la production, contrairement  aux objectifs proclamés par les Institutions Breton Woods et le Gouvernement du Sénégal.

En effet, si la filière arachidière est devenue, du jour au lendemain, fortement excédentaire par les effets prix de la dévaluation, les producteurs d’arachide, par contre, ont vu leur capacité de production s’effondrer encore davantage, compromettant toute relance de la production.

Les causes de cette forte dégradation des capacités de production des producteurs d’arachide ont été, d’une part, la capture par l’Etat , à travers la SONACOS , de l’essentiel des excédents de la filière au détriment d’un relèvement substantiel du prix producteur, et d’autre part,  le renchérissement des coûts de production et du coût de la vie, par les effets de l’inflation sur les prix des équipements agricoles, des facteurs techniques de production et des produits alimentaires de base essentiellement importés.

La Dévaluation a donc permis à l’Etat de renforcer ses capacités de remboursement de la dette extérieure au détriment de la production d’arachide et des producteurs, pour mieux faire face au doublement automatique de la dette extérieure du Sénégal libellée en dollar.

Ainsi, le blocage des exportations d’huile brute d’arachide du Sénégal aux environs de 100.000 T /an est la conséquence d’un choix délibéré de limitation de la production arachidière imposé par les Institutions de Breton Woods sous l’impulsion des U.S.A.

Les USA, soucieux de la protection de ses propres producteurs d’arachide, s’opposaient ainsi au développement de la production arachidière concurrente au Sénégal, à cause des effets sur son budget qu’entraîne toute baisse du prix mondial de l’huile d’arachide que devrait occasionner une forte hausse de son offre.

Les subventions que les USA apportent à leurs propres producteurs d’arachide allaient s’alourdir, si le prix mondial de l’huile d’arachide baissait.

Donc les USA n’avaient aucun intérêt à voir le Sénégal augmenter significativement sa production d’arachide qui risquait d’accentuer  la baisse  du  prix de l‘huile brute d’arachide sur le marché mondial.

Par contre, la France avait tout intérêt à l’accroissement de la production arachidière du Sénégal et de l’exportation de l’huile brute d’arachide, au bénéfice de ses huiliers, qui cherchaient à contrôler le marché Européen de ce produit de luxe que constitue l’huile d’arachide raffinée.

La stratégie de limitation de l’offre d’huile d’arachide brute, imposée au Gouvernement socialiste de l’époque, comme un moyen de doper son prix au niveau mondial, pour protéger les producteurs américains d’arachide, s’est avérée être un piège infernal pour les paysans sénégalais, et un moyen pour  élargir , au niveau mondial, la demande en huile végétale  au profit des gros exportateurs américains.

Mais la concurrence entre les principaux exportateurs d’huile végétale pour le contrôle de cette demande en expansion, avait  accentué la tendance à la baisse du cours mondial de ces huiles, suite à l’accroissement continue des offres.

Cette tendance lourde  à la baisse  des prix des huiles végétales  suite à l’accroissement continue de leur offre, rendait objectivement inopérante toute politique de réduction des coûts de production de l’arachide  comme  politique de reconquête des parts de marché perdues.

La continuation d’une telle politique équivaudrait à une liquidation certaine de la filière arachidière dans notre pays, comme  cela fut le cas du Nigéria  dans les années 60.

Dans ces conditions, le Sénégal avait intérêt, de nouveau,  à  relancer sa production arachidière pour regagner des parts de marché, à travers une politique d’offre qui réduirait substantiellement l’écart entre son cours et celui des huiles végétales.

La qualité supérieure de l’huile d’arachide, en matière de cuisson, en fait un produit de consommation de premier choix dans le monde moderne.

Devant cette situation, l’Union Européenne n’a pas voulu voir l’huile d’arachide, au niveau mondial, tomber sous le contrôle exclusif des exportateurs américains.

Ainsi,  les intérêts du Sénégal pour la relance de la production d’arachide  coïncidaient avec ceux de l’Union Européenne pour assurer leur indépendance vis à vis des  USA en matière d’huile d’arachide.

C’est pour cette raison qu’elle s’est mise à appuyer le Sénégal à profiter de la nouvelle conjoncture  du marché des huiles alimentaires, pour relancer sa production arachidière.

C’est dans cette optique, qu’en 1997, un Accord-Cadre fut signé entre le Gouvernement Socialiste du Sénégal, l’Union Européenne et l’Union Nationale des Coopératives Agricoles du Sénégal, qui sont les principaux producteurs d’arachide dans le pays.

Cet Accord – Cadre prévoyait, pour la première fois dans l’histoire de la filière arachidière au Sénégal, le principe du partage égal des résultats  (50% /50%) de la filière arachidière entre l’Etat, représenté par la SONACOS, et l’Union Nationale des Coopératives Agricoles.

En outre, le prix producteur d’arachide devait être déterminé dans des conditions qui permettent, au minimum d’assurer un prix dit de sauvegarde, devant permettre la continuation de la production d’arachide, même en cas d’effondrement grave des cours.

Ce système de prix producteur était accompagné d’un Fonds de soutien, alimenté par une contribution de l’Union Européenne et de l’Etat du Sénégal à travers une taxation interne de l’importation de l’huile végétale brute ou raffinée.

Cet Accord-Cadre incluait aussi un programme d’amélioration de la qualité des Semences d’arachide par une politique de renouvellement du capital semencier confiée à l‘Institut Sénégalais de Recherche Agricole ( ISRA ) , et aux privés pour produire   35000T de semences sélectionnées dès la campagne 2001-2002

En effet, l’arachide étant une plante autogame, il n’était pas nécessaire de produire comme avant, 120.000 Tonnes de semences sélectionnées par an. La semence sélectionnée pouvait être ré utilisée par le producteur durant trois ans sans détériorer  sas qualités germinatives et organoleptiques.

D’où la décision qui a été prise de limiter la quantité de semences sélectionnées chaque année à 35000 tonnes et d’encourager les paysans à faire des réserve de semence sur leur production de l’année plutôt que d’en acheter avant trois ans.

C’est cela que l’on a appelé «  renouvellement des semences au tiers » !

Une telle politique semencière ne pouvait réussir sans la construction de magasins de stockage au niveau des sections villageoises de coopératives agricoles.

Ainsi, le partage équitable des résultats de la filière arachidière, le nouveau mécanisme de prix producteur, et le programme de reconstitution du capital semencier, devaient créer de véritables conditions incitatives pour la  relance vigoureuse de la production arachidière au Sénégal

Mais cet Accord-Cadre  entre le Gouvernement du Sénégal, sous les Socialistes, et l’Union Européenne,  n’a jamais été  mis en œuvre intégralement par l’Etat, du fait principalement des pressions des Institutions du Bretton Woods.

En effet, elles  s’opposaient officiellement à ce nouveau mécanisme de fixation du prix producteur qu’elles considèrent  contraire aux exigences de l’économie du marché.

Le prix producteur arachide devait, selon elles, être fixé par le marché et non administré comme prévu dans l’Accord-Cadre.

De même, le partage équitable des résultats de la filière entre l’Etat et les producteurs, allait, selon elles, constituer un obstacle à la privatisation de la SONACOS à laquelle elles tiennent tant.

Le bras de fer,  à propos du devenir de la filière arachidière au Sénégal, entre l’Union Européenne et les Etats – Unis, par l’intermédiaire des Institutions de Bretton Woods, expliquait le peu d’empressement du Gouvernement à appliquer intégralement cet Accord Cadre.

Ce bras de fer  connut rapidement son épilogue avec l’avènement de l’Alternance politique en 2000.

En effet, une fois le pouvoir politique exclusivement entre leurs mains en 2001, les Libéraux mirent en œuvre, sans état d’âme, les conditionnalités des Institutions de Breton Woods   pour une libéralisation complète de la filière arachidière.

C’est ainsi que la libéralisation de la commercialisation arachidière fut entreprise brutalement, après avoir mis l’Accord –Cadre au placard

Avec cette libéralisation,  le Sénégal venait de réunir les conditions de son élimination du marché mondial des huiles alimentaires.5879520.

En effet, la détermination du prix producteur par le marché , que cette libéralisation implique , qui est venu s’ajouter à la libéralisation du marché des équipements et des intrants agricoles  , avait  fini de plomber la politique de relance de la production des arachides à tel point ,que  La SONACOS,  quel que  soit le niveau de production arachidière, ne récoltait plus de quantité susceptible d’être triturée pour l’exportation.

 C’est ainsi que La production d’arachide d’huilerie est passée de 1 434 147 tonnes en 1976, à 260 723  tonnes en  2002/03. Parallèlement, les superficies emblavées sont passées d’environ 1 500 000 hectares en 1976  à  524 843 hectares en 2003/04

Donc , grâce aux Libéraux Sénégalais, les Etats-Unis ont fini par obtenir leur objectif de devenir le maître du marché de l’huile d’arachide au plan mondial avec l’élimination du Sénégal de ce marché, incapable , avec la libéralisation totale de la filière arachidière , de mettre en œuvre une politique de relance des exportations d’huile d’arachide .

Mais les producteurs arachidiers n’ont pas baissé les bras et s’étaient mis en alliance avec Lessieur  pour la reprise de la SONACOS dans le cadre de sa privatisation future.

De son côté,  le gouvernement français, par l’intermédiaire de DAGRIS, en alliance avec les  cadres de l’entreprise, est rentré dans la danse pour le contrôle de la SONACOS, après avoir fait main basse sur la  Sodefitex  pour le contrôle de la filière coton

L’avènement de cette double alliance stratégique avait longtemps plombé le processus de privatisation de la SONACOS, qui est le maillon principal de la relance, ou de  la liquidation de la production arachidière.

DAGRIS a fini par s’adjuger 66,9 % du capital de la Sonacos, occasionnant une levée de bouclier des partenaires  privés nationaux de la filière arachidière  qui se voient proposer  10 % des actions par l’Etat, et des syndicats des travailleurs à qui le gouvernement a réservé 5 %.

Cette privatisation de la SONACOS a été accompagnée de la suppression  des 25 % de protection dont elle bénéficiait sur notre marché national, comme condition imposée par  le FMI.

DAGRIS était  donc mis dans une  situation défavorable qui s’et traduite,  dans un premier temps, par une politique d’ajustement interne de la Sonacos  privatisée, devenue SUNEOR, avec de  lourdes conséquences pour l’emploi des travailleurs et pour ses capacités à financer une relance vigoureuse  de la production d’arachides, donc de ses exportations.

Cela s’est traduit par une destruction de l’appareil de production industrielle, la chute libre de la collecte des arachides, et la dégradation de sa situation financière.

Et sous la seconde Alternance intervenue en 2012, les prévisions ont montré qu’avec la continuation de  cette politique,  les exportations en valeur passeront de 12,1 milliards de FCFA en 2014 à 8, 2 milliards de FCFA en 2020, soit une baisse de 31%.

En effet, si au moment de sa privatisation en 2006, la SONACOXS avait  un chiffre d’affaires de plus de 94 milliards de FCfa et un résultat d’exploitation positif de 1,3 milliard de FCfa, et  employait aussi près de 7.000 personnes, à la reprise de la SUNEOR par l’Etat en 2016, DAGRIS n’avait  pas respecté ses engagements d’investir 16,9 milliards dans  une période de 5 ans, et au  bilan, le montant des investissements s’était arrêté à la moitié de ce qui était prévu, soit 8,4 milliards,  le chiffre d’affaires de la société dépassait  à peine 10 milliards de FCfa, avec un endettement de 50 milliards de FCfa,  avec « une dégradation importante des « fonds propres », et  avec un effectif de travailleurs de  moins de 1000.

Donc, contrairement aux attentes de la France, ces nouvelles conditions de fiscalité ont compromis  son objectif  de relancer la  production d’arachides  et l’exportation d’huile brute d’arachide par DAGRIS interposée.

Et, contrairement aux justifications données par la Banque mondiale à l’époque pour  la suppression de cette taxe sur les huiles végétales importées, le prix de l’huile à la consommation n’avait pas baissé.

 Le commerce avait englouti, dans ses marges, le manque à gagner de la filière arachidière.

De cette manière, le pouvoir libéral a sevré SUNEOR  de protection, et les producteurs d’arachide de soutien et de déboucher de leur production, pour permettre aux importateurs d’huile végétale  de grossir leurs marges bénéficiaires, au détriment des consommateurs.

Donc, l’objectif premier de l’Etat en reprenant cette entreprise,  était de redémarrer les usines et l’activité de la SUNEOR, redevenue SONACOS.SA.

 Ainsi,  la collecte   est passée de 7.000 tonnes en 20016, à 96.000 tonnes  en 2017, grâce au relèvement du prix producteur  par l’Etat  pour permettre à l’entreprise de faire face à l’entrée de la Chine dans le marché de la collecte des arachides,  et   à  187.000 tonnes  en 2018.

. Pour cela, la SONACOS.SA a obtenu, grâce à l’appui de l’Etat,  un financement de la Banque islamique à travers sa filiale commerciale à hauteur de 60 millions de dollars.

L’arachide est un produit dont la transformation permet d’avoir de l’huile brute à exporter, donc son prix dépend  de  son cours mondial.

 En 2018,  le cours  mondial était de  145 francs le kilo d’arachide coque, que l’Etat avait décidé de soutenir de 65 frs, pour le  maintenir  à 210 frs, afin de préserver  le pouvoir d’achat des producteurs, grâce à la  restauration de  la taxe à l’importation des huiles  végétales, pour le financer, et permettre à SONACOS.SA de produire de l’huile d’arachide raffinée pour le marché local, et dans la sous-région dotée d’un tarif douanier commun au sein de la CEDEAO.

En effet, en 2019, avec un cours mondial de l’huile de palme  à 400 dollars et celui de l’huile d’arachide est à 1.100 dollars, la production de l’huile d’arachide raffinée pour le marché local, comme l’Etat l’a décidé, devenait impossible sans le maintien  de cette taxe.

Mieux,  l’Etat a pris la décision de suspendre toute  importation de l’huile végétale raffinée tant que l’huile d’arachide raffinée n’est pas entièrement commercialisée dans le marché national.

De cette manière, malgré les pressions de la Banque mondiale pour privatiser de nouveau la SONACOS.SA,  supprimer la taxe à l’importation des huiles végétales, l’Etat a maintenu le cap de la protection de la SONACOS.SA  en  subordonnant toute importation d’huile végétale raffinée à l’épuisement de sa production d’huile d’arachide raffinée .

Cette politique de protection de la production nationale concerne aussi bien le riz, les oignons, la pomme de terre et le sucre local, et met la Banque mondiale dans tous ses états.

Elle  désormais comme cible cette politique,  pour instaurer la concurrence entre production locale et importation! 

La banque mondiale  ne peut pas ignorer le fait que même Trump  est, pour l’intérêt xes  Etats Unis, contre cette mise en concurrence !

Une telle option permet de  créer un déboucher certain à la production arachidière,  de  sauvegarder le pouvoir d’achat des paysans producteurs, de  relancer la création de l’emploi par l’entreprise, garantie par l’option de triturer et de raffiner le maximum de production d’arachides, pour d’abord satisfaire le marché national et sous régional de la CEDEAO, tout en préservant le pouvoir d’achat du consommateur par le maintien  du prix des huiles  raffinées  sous administration, et non laissé le marché les déterminer.

Visiblement, c’est pour contrer une telle option, que la Banque mondiale avait préparé  cette  Etude pour convaincre de la nécessité des mesures libérales qu’elle a prodiguées depuis la moitié des années 80 sous forme d’ajustement structurel, en exploitant le surendettement extérieur du Sénégal de l’époque, pour les justifier.

Aujourd’hui, au vu  des performances macro- économiques de  la seconde alternance, notamment,  la maîtrise du déficit budgétaire et de l’endettement qu’elle est obligée de reconnaître  avec le FMI, malgré le tintamarre  qu’ils ont entretenu,  elle reconnait  qu’il n’ y a pas de risque de sur -endettement du Sénégal, donc pas de prétexte à l’ajustement structurel pour imposer ses réformes libérales.

Elle se rabat sur  des réformes micro- économiques, pour atteindre ses objectifs de tous les jours, de transformation de  l’économie du Sénégal, en économie capitaliste dite libérale, à travers la privatisation des entreprises publiques, et la libéralisation totale du commerce, sans jamais faire le bilan de leur mise e œuvre dans notre pays.

III)  Analyse des mesures de réforme libérale

La Banque mondiale a procédé d’abord par présenter les acteurs du marché de la filière arachidière avec leurs parts respectives dans la collecte et leurs marges bénéficiaires.

Elle souligne que les agriculteurs concernés par la production d’arachides sont au nombre de 500.000.

Ensuite, elle distingue  quatre types d’acheteurs sur le marché de l’arachide coque.

 Premièrement, les Opérateurs Privés Stockeurs (OPS) et autres collecteurs formels  avec 16% de part de marché et une marge est de 14 F CFA/k ;

 Deuxièmement, les exportateurs, venus en grande partie de la Chine ou du Vietnam, achètent des arachides destinées à l’exportation, en coque ou décortiquées avec 35% de part de marché et une marge de 100 F CFA/kg ;

 Troisièmement, les transformateurs artisanaux ou semi-industriels achètent des arachides pour la production  de l’huile « Seggal » (une huile d’arachide artisanale) ou pour un usage industriel  huile brute d’arachide)   avec 25% de part de marché et une marge pour la transformation artisanale des femmes de 11 F CFA/kg.

Enfin, le reste de l’arachide est autoconsommé par les agriculteurs ou recyclé sous forme de semences  avec une part de marché de 24%.

En outre, la Banque mondiale  estime  à, plus  de 1,6 million de ménages consommant des huiles végétales.

Sur la base de ces observations,  la Banque mondiale    propose les réformes qui suivent :

– Suppression progressive de la fixation d’un prix d’achat minimal pour les arachides brutes, tout en recherchant des solutions à la vulnérabilité des agriculteurs.

Une telle proposition revient à renoncer à la politique de soutien du prix producteur lorsque le cours mondial risque de diminuer leur pouvoir d’achat des producteurs!

Cependant, la Banque mondiale a conscience que cela va aggraver la vulnérabilité des agriculteurs, et propose que l’Etat cherche d’autres solutions à cela, alors qu’il enregistre un manque à gagner fiscal  de 13 à 32 milliards de francs, selon les données même de la Banque mondiale.

Donc l’Etat devrait se poser des problèmes pour aller ensuite, chercher leurs solutions, alors qu’il dispose de moins de moyens !

– Maintenir la suppression des subventions à l’achat pour les transformateurs.

Cette proposition revient  à enlever à la SONACOS .SA   tout soutien pour parvenir à prendre toute sa place dans la filière arachidière après y avoir été exclue par la SUNEOR.

– Maintenir la suspension de la taxe à l’exportation sur les graines (noix décortiquées).

– Suppression progressive des barrières douanières et non douanières sur les importations d’huile végétale  brute.

Cette proposition revient à mettre la SONACOS.SA dans les mêmes conditions fiscales que la SUNEOR, qui ont contribué à la détourner de la trituration de l’arachide  pour se consacrer à l’importation  de l’huile végétale brute à raffiner pour le marché local, entrainant une grande perte de déboucher pour notre production locale d’arachides  et une pression du prix producteur à la baisse.

C’est pour cette raison que la Banque mondiale soutient que «  les prix offerts aux paysans par les exportateurs refléteraient la valeur sur les marchés internationaux » qu’elle suppose, plus élevée que le prix actuellement subventionné par l’Etat,  et  offert aux agriculteurs par les transformateurs locaux » !

Cette supposition va à l’encontre des données empiriques qui montrent que les prix producteur d’arachides subventionnés, ont toujours été supérieurs au prix du marché mondial. C’est le niveau bas des cours   qui a  justifié leur subvention pour préserver le pouvoir d’achat paysan !

 Mais ce que recherche la Banque mondiale est claire,  puisqu’avec cette réforme,  elle affirme que «  la chaîne de valeur suivrait les tendances internationales et se tournerait vers les  exportations de noix entières »,  tandis que «  les huileries locales pourraient se recentrer sur le raffinage des huiles brutes importées, ce qui permettrait de faire baisser les prix à la consommation des produits d’huile végétale importés ».

Exclure l’arachide de son industrialisation par sa trituration et son raffinage pour capter plus de valeur ajoutée de la filière, et favoriser l’importation de l’huile végétale,  est donc l’obsession de la Banque mondiale depuis plus de trois décennies !

Avec une telle réforme, l’Etat va perdre 13 à 32 milliards de francs que lui procure la taxe à l’importation des huiles végétales, tandis que les exportateurs de graines vont bénéficier d’une manne  de 150 milliards de Frs.

Pour les transformateurs d’huile,  « après un investissement initial dans leurs capacités de raffinage », cela   pourrait générer des bénéfices en raffinant l’huile de palme brute importée entre 10 à 5 milliards frs CFA, au lieu de subir des pertes comme c’est le cas actuellement ».

Cette réforme se fait donc  en faveur des exportateurs qui vont spéculer librement sur le prix producteur à la baisse, pour maximiser leurs gains.

Le Sénégal va retourner  dans sa situation d’avant deuxième guerre mondiale, où les commerçants  coloniaux de Marseille et de Bordeaux exportaient la graines, avant de procéder  par la suite, après la   guerre,  à sa transformation industrielle en huile brute pour les besoins des consommateurs Français.

Ce fut l’époque des « Traitants » qui maintenaient les paysans dans la misère, que les «  OPS » d’aujourd’hui devraient remplacer !

C’est pourquoi, quand la Banque mondiale soutient que ce retour au système de «  Traite » va «  créer des emplois à valeur ajoutée pour l’exportation de graines d’arachides, dont les femmes rurales devraient bénéficier disproportionnellement », elle sait  pertinemment que les emplois créés par le décorticage, et l’engouement des OPS, devenus nouveaux «  Traitants »,   à livrer  le maximum de quantité de graines aux exportateurs, vont signer l’arrêt de mort des «  femmes transformatrices », par manque graines et de main d’œuvre.

Cependant,  pour mieux vendre cette politique, la Banque affirme qu’une «  baisse hypothétique, de 10% du prix de l’huile végétale  propulserait près de 50 000 pauvres au-dessus du seuil national de pauvreté, ce qui représente une diminution de 0,35 point de pourcentage dans le ratio numérique de pauvreté » !

 Ce qui est curieux, c’est, alors que pour les gains liés à l’exportation des graines et  ceux liés à leur transformation, de même qu’avec les pertes fiscales de l’Etat,  la Banque mondiale est catégorique,  elle est dans des « spéculations »  qu’à la baisse de 10% du prix de l’huile végétale suite à ses propositions de réforme.

 En fait, en prenant en compte ces précautions, la Banque  montre qu’elle ne pouvait pas ignorer que la suppression des taxes à l’importation des huiles végétales lors de la privatisation de la SONACOS en 2006,  ne s’était pas traduite par une baisse de ce prix aux consommateur, et que c’est le commerce qui en a profité pour augmenter ses marges.

  1. IV)               Conclusion

Ainsi, si ce sont ces propositions de réforme  que la Banque mondiale présente comme «  de meilleurs marchés pour tous grâce à la politique de la concurrence », elle ne l’a démontrée nulle part,  dans le cas précis du Sénégal  sous ajustement structurel, et dans son Etude actuelle.

En effet, en excluant toute subvention de l’Etat aux semences, engrais et matériel agricoles à vendre au prix coûtant aux paysans du bassin arachidier, la concurrence qu’elle a  créée n’a favorisé ni l’amélioration de la qualité des semences, ni  préserver le niveau antérieur de consommation d’engrais et d’accès au matériel agricole, en bloquant ainsi la modernisation de l’agriculture à son niveau de 1980, durant 20 ans !

Ce qui avait contribué  à détériorer la qualité des semences,  et des sols, qui, avec la détérioration de la pluviométrie, avait créé une tendance lourde à la baisse de la production arachidière.

Il avait fallu  l’intervention de l’Union Européenne pour arrêter cette dérive  en signant avec l’Etat, un Accord – Cadre pour relancer la production et la collecte en 1997, que le régime PS,  sous  la pression de la Banque mondiale et du FMI,  n’a pas intégralement  appliqué.

Ensuite, la libéralisation du marché de la collecte des arachides avec la suppression de la SONAGRAINES  en 2003, et l’instauration du carreau usine, ce sont les «  Opérateurs privés » (OPS) qui se sont enrichis au moment où l’écrasante majorité des producteurs d’arachides se sont,  soit paupérisés, soit transformés en chômeurs, et pour les plus chanceux, en ouvriers, alors que le gros de la troupe choisissait l’exode rural vers les villes.

Avec la privatisation de la SONACOS en 2006, ce sont 6000 emplois  perdus, et une tendance lourde  à la baisse de la collecte des arachides par l’entreprise.

Avec l’alternance en 2012, la reprise vigoureuse des subventions des facteurs de production et du matériel agricole avait mis la Banque mondiale dans tous ses états, en indexant, déjà en 2013,  les subventions publiques destinées aux semences qui  ont coûté 10,5 milliards, tandis que les subventions pour les engrais ont totalisé 18,1 milliards FCFA en 2012/pour un coût total d’environ 28,6 milliards FCFA, soit 1,2 % du budget 2013

 C’est en 2016 que l’Etat s’est résigné, malgré les pressions de la Banque mondiale,  à reprendre cette entreprise en pleine déperdition,  pour la sortir de ses difficultés, afin de réoccuper sa place dans la filière arachidière qu’elle n’aurait jamais dû quitter.

 Aujourd’hui, avec ces nouvelles réformes de libéralisation pour ré introduire les bases d’une concurrence, Il est scientifiquement, économiquement et politiquement inacceptable de plonger de nouveau  le monde rural dans les affres des négociants, dont les effets sont déjà connus.

 Ce serait un coup d’accélérateur à  l’exode rural vers les villes, et à  l’émigration  clandestine vers l’Europe !

C’est à ce coup d’accélérateur que l’on assiste aujourd’hui en Amérique Latine, où les politiques libérales ont réduit ces peuples à la misère au point d’émigrer massivement avec famille et bagages vers les Etats Unis d’Amérique.

 Cette politique libérale n’est pas une fatalité.

Face à ce tournant libéral, notre pays a déjà des alternatives à portée de main !

Il s’agit de renouer avec l’Accord – Cadre de 1997, qui réhabilite en même  temps le mouvement coopératif paysan organisé en sections villageoises.

 L’Union nationale des Coopératives Agricoles, forte des 50% de revenus de la SONACOS .SA, pourrait prendre en charge une bonne partie de la réhabilitation des magasins et du matériel de collecte qui lui seraient restitués, participer à mettre en place une politique de contractualisation  dans la distribution des engrais, semences et matériels agricoles, en les payant au comptant, pour les redistribuer à leurs membres  à crédit afin de  les libérer de l’emprise des OPS que la Banque mondiale veut transformer en nouveaux « Traitants » au service des exportateurs de graines d’arachides, comme du temps colonial !

 La décennie de promotion de l’exploitation agricole familiale que l’ONU a décrétée, n’aura  pas d’impact significatif dans l’Economie rurale, sans la réhabilitation du mouvement coopératif paysan organisé en  sections villageoise, accompagnée d’ un retour aux dispositions de ce  Accord-Cadre de 1997.

En outre, les Sections villageoises de coopératives peuvent développer des emplois sur place  dans la distribution des intrants et du matériel agricole, dans la collecte des arachides au niveau du point de collecte, et se donner comme objectif, la création d’un «  Domaine Agricole Communautaire » (PRODAC) au niveau de chaque commune rurale,   pour se moderniser,  contribuant ainsi à   limiter  l’exode rural. 

En outre,  avec l’institution, par l’Acte III de la Décentralisation, d’un «  Conseil Consultatif de village » en milieu rural, la section villageoise de coopérative peut veiller sur les ressources naturelles, dont la terre et les mines  dans leur localité, et participer aux décisions du Conseil Municipal de leur ressort.

Une telle alternative aux réformes de la Banque mondiale, serait une véritable révolution rurale, qui donne du pouvoir et des capacités au monde rural organisé, et installe durablement l’industrialisation du Sénégal par la transformation des produits agricoles en produits fins pour le marché national et sous régional.Les républicains et  démocrates de ce pays sont interpellés !Ibrahima SENE PIT/SENEGAL Dakar le 8 Août 2019

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*