Revue de Presse du Mardi 16 Juillet 2019

Revue de Presse du Mardi 16 Juillet 2019

LA PRESSE QUOTIDIENENNE SALUE LA MÉMOIRE DE TANOR DIENG

Dakar, 16 juil (APS) – Les quotidiens parvenus mardi à l’APS rendent un hommage unanime au secrétaire général du Parti socialiste (PS) Ousmane Tanor Dieng, décédé lundi en France des suites d’une maladie, à 72 ans.

« Le baobab s’est affaissé », affiche Kritik’, en référence au défunt, nommé président du Haut Conseil des collectivités territoriales par Macky Sall dont il était l’un des soutiens les plus sûrs.

 Ousmane Tanor Dieng dirigeait le HCCT de 2016 à sa mort survenue en France où, selon en entourage, il se faisait soigner depuis des mois.

 « Le secrétaire général du Parti socialiste rappelé à Dieu, c’est toute la classe politique qui est endeuillée », relève Kritik’, d’où le « bel et unanime hommage de la classe politique à un homme de valeur », comme rapporté par Vox Populi.

 « Fin d’un grand commis », souligne le quotidien Enquête, lequel signale que l’érosion côtière et les changements climatiques comptent parmi les dernières préoccupations du défunt secrétaire général du Parti socialiste.

 « De façon unanime, les Sénégalais retiennent de lui un homme d’Etat achevé qui a consacré l’essentiel de sa vie au service du Sénégal et de la République », relève Le Soleil, qui caractérise comme suit le défunt : « L’élégant politique. »

 L’Observateur rappelle que le secrétaire général du Parti socialiste « a écrit une importante page de l’histoire politique du Sénégal. De son Nguéniène natal au sommet de la République. »

 Ousmane Tanor Dieng « avait été intronisé dauphin par Abdou Diouf qui lui avait remis les rênes du parti de Senghor », le PS, note Le Témoin quotidien, rappelant que le défunt « a été au service de l’Etat pendant 40 ans. »

Comme conseiller chargé des affaires internationales au ministère des Affaires étrangères (1976-78), conseiller diplomatique auprès du président Léopold Sédar Senghor (1978-80), puis auprès du président Abdou Diouf, avant d’être nommé directeur de cabinet et ministre d’Etat chargé des Affaires et Services présidentiels.

 « Nguéniène inconsolable, la Maison du PS sous le choc », note ensuite Le Témoin quotidien. Pour sa part, le président Macky Sall, « qui a perdu un fidèle allié, a affrété un vol spécial pour le rapatriement du corps », indique L’As.

 « Tanor, comme le retiennent beaucoup de personnes, part avec un océan de secrets, de réalités et d’expériences politiques, mais en enracinant l’image d’un homme d’Etat et homme politique au parcours exceptionnel, sinon multidimensionnel », écrit Sud Quotidien.

Il « a vécu avec ses secrets d’Etat qu’il emporta avec lui. Le PS de Senghor, puis de Diouf, a survécu avec lui, mais difficilement. Au pouvoir et, ensuite, dans l’opposition, Tanor est un homme à plusieurs vies », souligne de son côté le journal Le Quotidien.

« Même s’il n’a pas occupé la plus haute station de l’Etat, la magistrature suprême, Ousmane Tanor Dieng a concentré beaucoup de pouvoirs entre ses mains de 1993, date de sa nomination comme ministre d’Etat chargé des affaires présidentielles, à 2000 », indique Walfquotidien.BK/ASG

La presse sénégalaise rend hommage à Ousmane Tanor Dieng

APA-Dakar (Sénégal) Par Abdourahmane Diallo-La disparition, hier en France, du Secrétaire général du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng, par ailleurs président du Haut Conseil des collectivités territoriales, est le principal sujet traité par les quotidiens sénégalais parvenus mardi à APA.

« Le baobab socialiste s’effondre », barre à sa Une Vox Populi avant de revenir dans ses colonnes sur « L’exceptionnel parcours d’un homme d’Etat ».

« Silence éternel d’un taiseux », affiche Vox Populi faisant allusion aux rares sorties médiatiques et déclarations de celui qui fut Directeur de Cabinet de l’ancien président sénégalais, Abdou Diouf

« Ousmane Tanor Dieng est décédé hier en France, à l’âge de 72 ans. Le président du Hcct a vécu avec secrets d’Etat qu’il emportera avec lui. Le Ps de Senghor, puis de Diouf, a survécu avec lui, mais difficilement. Au pouvoir et, ensuite dans l’opposition, Tanor est un homme à plusieurs vies », écrit de son côté Le Quotidien, qualifiant le Secrétaire général du PS de « L’homme des tas de secrets ».

Sous le titre « Fin d’un grand commis », Enquête, à travers un portrait, retrace les « Histoires d’un timonier discret » avant de mentionner « Le dernier plaidoyer de Tanor Dieng » qui portait entre autres sur l’« érosion côtière, (les) changements climatiques (le) développement… ».

Le quotidien national Le Soleil consacre également sa parution à cette disparition d’Ousmane Tanor Dieng et arbore ce titre : « L’élégant politique ». Le journal revient ensuite en sept pages sur la vie du natif de Nguéniène (135 km de Dakar).

« Le président de la République, Macky Sall a fait prendre toutes les dispositions pour le rapatriement de la dépouille mortelle, dès demain au Sénégal, dans un vol spécial avec la famille et des proches de la victime », informe le quotidien national.

« Adieu Tanor ! », arbore Sud Quotidien avant de mentionner dans ses colonnes les réactions de différents hommes politiques qui ont cheminé avec le défunt. Macky Sall rend ainsi hommage à « un digne fils de la République ». Idrissa Seck, président du parti Rewmi déclare de son côté que « Nous avons perdu un très grand homme, un immense diplomate ».

Sous un autre angle, Walf Quotidien revient sur « Ce qu’il reste du Ps » après la disparition de son secrétaire général. Retraçant les différentes tensions qui ont minées le parti et qui ont occasionnées beaucoup de départs, le journal fait remarquer que celles-ci sont toujours d’actualité et que « Tanor laisse (ainsi) derrière lui un parti divisé ».ARD/te/APA

BALANCE DES PAIEMENTS : UN EXCÉDENT ESTIMÉ À 500 MILLIARDS (DIRECTEUR BCEO)

Dakar, 15 juil (APS) – L’excédent de la balance des paiements du Sénégal serait aujourd’hui de 500 milliards de francs CFA sur la base des premières estimations provisoires de l’année 2018, a révélé lundi le directeur de l’Agence nationale de la BCEAO, Ahmadou Al Aminou Lo.

Les dernières données de la BCEAO indiquent par ailleurs que la balance des paiements du Sénégal pour l’année 2017 est excédentaire de l’ordre de 126 milliards de francs CFA, a ajouté M. Lo, lors de 11ème édition de la Journée de diffusion des comptes extérieurs du Sénégal.

« Globalement, c’est un profil de balance des paiements excédentaire avec juste quelques préoccupations à prendre en charge et sur lesquelles l’Etat du Sénégal est disposé à redresser la situation en relation avec la Banque centrale, le secteur économique », a-t-il poursuivi.

Le directeur de l’Agence nationale de la BCEAO a relevé que « les grandes tendances demeurent ». Il a ainsi expliqué que « les exportations continuent à progresser, surtout avec les minerais pour ne donner que l’exemple du zircon et du titan ». Alors qu’en 2O13, elles ne représentaient pas un milliard, aujourd’hui, elles ont atteint « plus de 90 milliards », a-t-il précisé à la cérémonie d’ouverture.

Il a souligné que les exportations continuent à bien se porter avec les Industries chimiques du Sénégal (ICS), les produits horticoles, les produits de la pêche. Cependant, les importations demeurent encore une préoccupation, notamment la facture pétrolière ainsi que les importations de produits alimentaires, a-t-il fait remarquer.

Il a indiqué que cela se traduit par « un déficit du compte courant qui permet de mesurer si un Etat utilise l’épargne internationale ou s’il a une épargne qu’il peut mettre à la disposition de l’étranger ». Il précise que pour le Sénégal, « le compte courant demeure déficitaire et en hausse ».

Il a mis cette situation en lien avec les importations de biens intermédiaires et de biens d’équipements dans un contexte où l’Etat du Sénégal réalise beaucoup d’investissements.

« C’est une tendance qui va se poursuivre avec les investissements dans le domaine pétrolier qui vont davantage creuser le compte courant mais la balance des paiements le ressentira avec la venue d’investisseurs », a-t-il expliqué.

Dans la lecture de la balance des paiements du Sénégal, « le creusement du déficit courant peut être une préoccupation tant qu’il s’agit de produits alimentaires mais si c’est le pétrole, à partir de 2022, cette tendance va s’inverser favorablement », a-t-il rassuré.

Al Aminou Lô a salué « l’apport substantiel » des migrants dans l’économie du Sénégal avec plus de mille milliards de transferts de fonds en 2017. Pour 2018, les transferts sont estimés à 1200 milliards.ADL/ASG/BK

Finances publiques : La balance des paiements excédentaire de 527,3 milliards de FCFA en 2018

https://www.lejecos.com La révélation est faite par Ahmadou Al Aminou Lo, le directeur national de la Bceao, à l’occasion de la Journée nationale de diffusion des comptes extérieurs. Le prétexte a été bien choisi pour revenir sur l’état des finances publiques au cours des années 2017 et 2018.

En effet, la Bceao a relevé un excédent de la balance des paiements de  plus de 500 milliards de FCfa en 2018, après  un solde global de la balance des paiements   estimé à 50,2 milliards de FCfa en 2016,  puis 125,6 milliards de FCfa en   2017 le solde de la balance des paiements se retrouve enfin à 527,3 milliards en 2018.

Selon le directeur national de la Bceao, Ahmadou Al Aminou Lo, les exportations du Sénégal continuent de progresser surtout avec les nouveaux minerais comme le zircon et le titane, dont le volume des exportations  est passé de 259 millions en 2013 à 82 milliards de FCfa en 2018. Concernant les Industries chimiques du Sénégal (Ics), il a souligné qu’elles continuent également d’augmenter leurs exportations.

Quant aux  importations, il estime qu’elles demeurent une préoccupation, notamment  la facture pétrolière et les produits alimentaires.

D’où l’importance selon lui  de cet outil d’analyse que constitue la balance des paiements pour les décideurs publics, notamment en matière de politique économique et monétaire.

Revenant sur la Journée nationale de diffusion des comptes extérieurs, Ahmadou Al Aminou Lo rappelle qu’elle a été initiée en 2009 pour  entre autres, le renforcement du cadre de dialogue existant entre les secteurs publics et privés dans l’analyse économique et la diffusion des politiques économiques.

Dans un contexte marqué par la libéralisation des activités économiques et financières et les innovations technologiques, M. Lo a  fait noter que l’économie sénégalaise a amorcé une nouvelle dynamique marquée par la consolidation de son cadre macroéconomique avec un taux de croissance de son Pib réel de plus de 6% depuis plusieurs années.

Au total, la Bceao souligne qu’au titre de l’exercice 2017, le solde des transactions courantes est ressorti déficitaire à -7,1% du Pib contre un déficit de -4,1% du PIB un an plus tôt. Ce profil reflète les soldes déficitaires des échanges de biens et de services (-13,9% du PIB) et du compte de revenu primaire (-2,8% du PIB), atténués par l’excédent du compte de revenu secondaire (+9,4% du PIB), tiré principalement par les envois de fonds des travailleurs migrants (1.174,1 milliards  environ +10,0% du PIB).

Pour sa part, l’excédent du compte de capital (+2,0% du PIB) s’est consolidé et reflète notamment  avec les subventions accordées à l’Administration publique.

Le solde des comptes courant et de capital traduit un besoin de financement, chiffré à  663,6 milliards, couvert par des capitaux nets au titre des investissements directs étrangers, des investissements de portefeuille et des autres investissements.

 Par ailleurs l’incidence des transactions extérieures sur les actifs extérieurs nets du système monétaire a été positive, selon l’institut d’émission. Le solde global enregistre en effet,  un excédent de 125,6 milliards  contre 50,2 milliards  un an plus tôt.

Sur la base des données provisoires, le compte des transactions courantes ressort un déficit de -8,9% du PIB en 2018,  qu’il  faut relier avec le déficit de la balance des biens et services de -15,9% du PIB contre -13,9% du PIB en 2017. Le déficit du compte courant a été partiellement atténué par sa position excédentaire du compte de revenu secondaire avec les transferts des émigrés.

La dynamique du compte des transactions courantes reflète principalement l’impact des acquisitions de biens d’équipement et de biens intermédiaires dans le cadre de la réalisation de projets d’investissement des secteurs public et privé ainsi que l’alourdissement de la facture pétrolière et alimentaire.

Ces impacts ont pu être partiellement atténués par les exportations de biens, notamment l’or non monétaire, les nouveaux minerais, les produits phosphoriques horticoles et halieutiques. Les exportations cumulées d’or monétaire, de titane et de zircon ont augmenté de 20% et de 26% respectivement en 2017 et 2018.

A moyen terme, la dynamique des comptes extérieurs devra refléter les effets escomptés  de l’exploitation du pétrole et du gaz.Djibril Dieng

11e édition des comptes extérieurs: Le Sénégal engrange 90 milliards de FCfa en 2019 sur ses exportations

https://www.leral.net La 11e édition des comptes extérieurs du Sénégal a vécu aujourd’hui, Et, les dernières estimations de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) donnent un chiffre d’affaire de 90 milliards de FCfa sur les exportations du Zircon et de titan. « Ce qui est plus important dans ce qu’on exporte, il y a l’or, le zircon, le poisson etc. Ce qu’on vendait en 2017 ne faisait pas 70 milliards de FCfa et en 2019, les exportations du Sénégal ont atteint presque 90 milliards de FCfa », a chiffré le Directeur national de la Bceao Ahmadou Amin Lo.

D’après lui, le Sénégal qui est en train de diversifier ses produits ne dépend pas seulement de l’agriculture.

Il a informé sur ce point que 500 milliards de FCfa sont entrés au Sénégal par le biais des sénégalais, établis à l’étranger. Et, il exhorte les sénégalais tout ce qui touche l’alimentation et j’espère que le gouvernement va prendre des mesures. « Il faut faire du consommer sénégalais pour réduire la facture alimentaire. Nous ne pouvons pas tout faire par nous-mêmes, il y aura forcément des partenaires, venus d’ailleurs pour investir dans le pays », a-t-il conclu sur Sud FM.

 Regain de l’activité industrielle au mois de Mai

https://www.lejecos.com A la suite de la chute enregistrée au mois précédent, l’activité industrielle est marquée, au mois de mai 2019, par un regain de 4,8% de la production, selon l’Agence nationale de la statistique et de la démographie(Ansd).

Cette performance est principalement imputable à une bonne tenue de l’activité des industries mécaniques, extractives, du papier et du carton, chimiques, de production d’énergie et des matériaux de construction.

Cet accroissement est, toutefois, selon cette direction du ministère de l’économie, de la coopération et du plan, amoindri par une baisse de l’activité de production des industries alimentaires. Par ailleurs, il est noté un arrêt de production des industries textiles et du cuir sur la période sous revue.

En référence au mois de mai 2018, l’activité industrielle s’est bonifiée de 5,1%. La production totale au cours des cinq premiers mois de 2019 a également progressé de 1,7%, comparée à celle de la période correspondante de l’année précédente.Adou FAYE

SUIVI DE LA CAMPAGNE AGRICOLE : Mise en place satisfaisante des intrants agricoles

http://lesoleil.sn/ Une bonne campagne agricole dépend, en partie, de la mise en place à temps et en heure des différents intrants (engrais, semences, machines…). Pour s’assurer que toutes les dispositions retenues en ce sens ont été respectées sur le terrain, le ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural a dépêché, cette semaine, trois missions de supervision et de contrôle. L’une dans la zone Nord, la deuxième dans la zone Centre et la troisième dans la zone Sud. Innovation cette année, ce n’est pas le ministre lui-même qui est descendu sur le terrain mais plutôt les présidents de plateformes agricoles.

KAOLACK : Effectivité de la mise en place des semences et du matériel

En dépit d’un relatif retard dans l’installation des pluies, la préparation de la campagne agricole se déroule sans anicroches dans la région de Kaolack, le cœur du bassin arachidier. Un constat fait par la mission de suivi de la campagne agricole. « Nous avons constaté que la mise en place est effective et il reste certains types d’engrais, notamment le 15-1-10. Il reste à encadrer les présidents de commission pour que le complément soit disponible et distribué aux ayant droit avant le 31 juillet », a indiqué Aliou Dia, président du Comité national de suivi de la campagne agricole. Cependant, les représentants d’organisations de producteurs ont émis le souhait de l’augmentation des quotas de semences et d’intrants pour coller aux besoins des agriculteurs.

Aliou Dia a jugé « légitime » cette demande parce que le capital semencier du Sénégal à l’époque était de 120.000 tonnes d’arachide. «Si aujourd’hui l’Etat donne 75.000 tonnes, il faut s’attendre effectivement qu’il y ait un déficit quelque part. Cependant, il faut rappeler qu’à l’époque, on donnait à crédit, maintenant, c’est l’Etat qui dégage beaucoup de milliards pour des subventions. Il faut inciter les paysans à faire des réserves semencières », a préconisé Aliou Dia.
En ce qui concerne les intermédiaires entre les pouvoirs publics et les producteurs, le président de la commission a déclaré que, dans les prochains jours, une rencontre se tiendra pour définir le statut de l’opérateur.Elimane FALL

KAFFRINE : Les paysans réclament plus de magasins de stockage

Une mission composée de membres des organisations paysannes, des plateformes agricoles, des opérateurs économiques et du cabinet du ministère a sillonné, mardi 9 juillet, la région du «Ndoucoumane» afin de s’assurer de la mise en place des intrants agricoles. Selon Aliou Dia, président du Comité national de suivi de la campagne agricole, les visites effectuées dans les quatre départements de la région de Kaffrine «rassurent quant à la prise effective des dispositions idoines pour une bonne saison agricole, conformément aux recommandations des autorités». Les opérateurs ont pleinement joué leur partition en mettant à disposition et à temps, les semences et les intrants. Partout où la délégation est passée, les paysans ont salué la disponibilité des emballages, a-t-il déclaré. Toutefois, il ressort aussi que des stocks n’ont pas été déposés ou le sont juste à moitié. Sur ce volet, M. Dia a attiré l’attention des fournisseurs d’engrais afin qu’ils prennent exemple sur les fournisseurs de semences qui ont convenablement rempli leur mission. Des commissions de distribution ont également été mises en place par les préfets et les sous-préfets. «Les paysans saluent la mise à disposition de 75.000 tonnes de semences dont 65.000 tonnes certifiées, mais également du matériel agricole. Ils réclament, toutefois, l’augmentation du quota d’engrais », a souligné Aliou Dia. La commission a également posé le problème des magasins pour un meilleur stockage des produits agricoles.Oumar BA

THIES : 60 % des semences payées par les producteurs

Dans la commune de Chérif Lô (Thiès Nord) et à Pire (département de Tivaouane), le Dr Victor Emile Coly, directeur de la protection des végétaux, qui conduisait la délégation, a constaté, de visu, que les commissions visitées sont en train d’effectuer un « travail remarquable ». Car, sur un taux de mise en place d’environ 90 %, en moyenne, 60 % des semences sont déjà achetées et récupérées par les producteurs. Outre la satisfaction exprimée par les présidents de commission, en l’occurrence, Serigne Lô à Chérif Lô et Saliou Kassé à Pire, ils ont souligné la forte demande paysanne en matériels légers d’attelage animal. Selon eux, l’écrasante majorité des producteurs travaillent avec des semoirs, des houes Sine, des houes occidentales plutôt qu’avec du matériel lourd comme par exemple des tracteurs.
Thiès, à travers le département de Tivaouane, est la principale zone de production de manioc au Sénégal. 5110 hectares vont  être emblavés, les boutures sont disponibles mais leur mise en place est liée à la tombée de la première pluie pour éviter de les perdre. La question de l’accompagnement des membres des commissions de distribution des intrants agricoles qui, pendant plusieurs semaines, sont au service exclusif de leur communauté, a été posée. Sur ce point, Serigne Moustapha  Sylla a affirmé que la réflexion avec le ministère de l’Agriculture est lancée.Mbaye BA

SAINT-LOUIS : Les intrants agricoles en place

A l’issue de la visite, Modou Fall, président de la Fédération nationale des opérateurs privés stockeurs et transporteurs du Sénégal (Fnopst), s’est réjoui des efforts de l’Etat pour la mise à disposition des intrants et du matériel agricole. Pour lui, « tout se déroule normalement. Les semences sont sur place, les engrais également ». Le directeur régional du développement rural (Drdr) de Saint-Louis, Amadou Baldé, a assuré que toutes les dispositions nécessaires sont prises pour une bonne campagne agricole. Pour ce qui est des machines, 230 unités attelées, de semoirs, de houes, ont été déjà réceptionnées pour Dagana et Podor. Sur les 50 tracteurs du programme indien, 44 sont disponibles. Il ne reste qu’à les équiper d’offset pour leur utilisation. Par ailleurs, 25 remorques sont attendues, de même que les 2 rizeries, promis dans le programme indien. Pour ce qui est du programme brésilien, les 12 moissonneuses de Dagana et les 2 de Podor sont disponibles. Amadou Maguette NDAW

KOLDA : 14 tracteurs sur 22 déjà réceptionnés

La campagne agricole 2019/ 2020 se passe bien dans la région de Kolda. Les taux de mise en place et de cession des semences d’arachide étaient de 100 % et 88 % à la fin de la semaine dernière. Par contre, pour les spéculations comme le niébé, le maïs, le sorgho et le fonio, on note encore une certaine timidité dans la mise en place des semences. En ce qui concerne le matériel agricole, 22 tracteurs sont prévus cette année, pour la région, 14 ont été livrés dont 6 avec des Offsets. Les 8 tracteurs restants ne peuvent pas servir aux paysans à cause de l’absence d’accessoires. C’est le constat fait par la mission du ministère de l’Agriculture et de l’équipement rural. La délégation était, mercredi, dans les communes de Thiéty et de Saré Bidji. « On a pu visiter des sites de stockage ou de cession des intrants. Il y a des points satisfaisants par rapport à la mise en place », a déclaré Hamady Diallo, en service à la direction de l’agriculture du ministère de l’Agriculture et de l’Equipement rural. Le président de la Confédération paysanne, Abdoulaye Harouna Kâ, se dit satisfait de cette tournée. « La cession des céréales est effective, mais il est encore faible par rapport au taux qui reste », dit-il. Pour le secrétaire général de l’Unds, Moussa Fall, le retard noté dans la mise en place des semences de certaines spéculations est lié à des aspects socioculturels et à l’insuffisance d’infrastructures notamment l’étroitesse des magasins de stockage.Mamadou Aliou DIALLO

TROISIEMEUSINE DE KEUR MOMAR SARR : Les ouvrages en service en 2020

http://lesoleil.sn/  Le déficit en eau à Dakar et dans certaines grandes villes du pays sera bientôt un mauvais souvenir. Les ouvrages de la troisième d’eau de Keur Momar Sarr 3 (Kms3), qui vont doubler la production en eau potable, seront en service dans le courant de l’année 2020. C’est ce qu’a annoncé, vendredi dernier, le directeur général de la Société nationale des eaux du Sénégal (Sones), Charles Fall, qui a effectué une visite dans les chantiers.

Les chantiers de Keur Momar Sarr 3 (Kms3) prennent de plus en plus forme. Au site où sera implantée l’usine, les bâtiments et autres ouvrages hydrauliques sortent de terre. Les ouvriers sont à pied d’œuvre. Ils pressent tous le pas. Ici sera réalisé une station de pompage, des bassins, une station de traitement ainsi qu’une panoplie d’équipements hydrauliques qui doivent assurer la production, puis le transport de l’eau du Lac de Guiers à Dakar via des conduites. Les travaux sont exécutés à 30 %. Tout le long de la route menant vers Keur Momar Sarr, des conduites d’eau de grands diamètres sont alignées et d’autres enterrées. Concernant ce lot, le taux d’exécution est de 80 %, selon Charles Fall, directeur de la Sones. Sur les 216 km qui séparent Dakar de Keur Momar Sarr, les conduites sont déjà posées sur les 177 km. Mais, de manière globale, le taux d’exécution des travaux de l’ensemble du projet Kms3 est estimé à 60 %. « Au courant de l’année 2020, les travaux seront achevés, les ouvrages mis en service et les populations sentiront l’impact de ce projet », a promis M. Fall qui était accompagné des membres de l’Unité de gestion du projet, des associations des consommateurs et de la presse. « Nous sommes venus pour apprécier l’état d’avancement de la construction de la troisième usine d’eau de Keur Momar Sarr en tant que levier de sécurisation proposé par l’Etat du Sénégal aux citoyens. C’est aussi une visite particulière dans la mesure où nous la réalisons avec l’ensemble des associations des consommateurs », a-t-il renchéri. Il s’agit, d’après lui, de travaux complexes pour la partie usine, car il y a le duo conception-réalisation. « C’est-à-dire que l’entreprise en charge doit assurer la conception, nous proposer des plans que nous devons valider avec la maîtrise d’œuvre qui est un cabinet international en relation avec des ingénieurs de la Sones et de la Sde. Ce n’est qu’après approbation des plans que le travail commence sur le terrain. Beaucoup d’équipements sont également à commander. Heureusement, nous avons anticipé sur les équipements dont les commandes prennent beaucoup plus de temps », a fait savoir le Dg de la Sones. Cet ouvrage aura une capacité globale de 200.000 m3/jour. Il fait partie des options destinées à prévenir un déficit de l’ordre de 300 m3/jour dans les 20 prochaines années.Ndiol Maka SECK

Une ligne haute tension pour sécuriser la production d’eau

Pour sécuriser la troisième usine d’eau de Keur Momar Sarr en matière d’électricité, la Sones, en collaboration avec ses partenaires, dont la Senelec, a construit une ligne haute tension à Sakal distant du site de 35 km, pour une enveloppe de 9 milliards de FCfa. Ainsi, 110 pylônes vont porter cette ligne 90 kilowatts. « Le chef de l’Etat nous a instruits d’assurer l’alimentation des populations en eau potable même en cas d’interruption du courant électrique de la Senelec. C’est pourquoi nous avons construit cette ligne haute tension qui a l’avantage de coûter moins cher et d’être plus sécurisée », a dit le directeur général de la Sones.Nd. M. SECK

Tous les contrats gaziers et pétroliers du Sénégal sont sur… Internet

https://xibaaru.sn Selon le ministre d’Etat, Ismaila Madior Fall, « Tous les contrats pétroliers et gaziers du Sénégal sont publiés sur Internet mais la plupart des gens qui contestent ne les ont pas lus. Le ministre d’Etat auprès du président de la République persiste que le Sénégal montre patte blanche dans la cession des contrats et que la transparence ne souffre d’aucune contestation surtout qu’il est le premier pays au monde à se doter d’une loi sur le contenu local avant exploitation des ressources pétrolières et gazières. Il ajoutera la décision du Chef d’État d’ouvrir le Cos Petrogaz à l’opposition et à la société civile. Comme conséquence immédiate de tout ce qui précède, le ministre d’État indiquera la réticence des populations à aller répondre aux mobilisations initiées par l’opposition.

SPOLIATION FONCIERE A DIAMNIADIO : La Rts, la société Peacock et la Dscos au banc des accusés

http://www.enqueteplus.com Les habitants de Dougar, un village de la commune de Diamniadio, viennent d’être délestés de 80 ha. Des habitations ont été rasées par la Dscos, dans cette affaire où la société Peacock et la Rts sont citées. Ils crient à l’injustice et demandent l’arbitrage du chef de l’Etat.

Dougar, un village centenaire niché dans la commune de Diamniadio, est pollué par un litige foncier sur une superficie de 80 ha. Les victimes, dont la famille d’Abass Sall de Louga, ont tenu un point de presse pour se faire entendre.

Selon eux, la Rts et la société internationale Peacock ont fait main basse sur leur lopin de terre et d’une façon injuste. Serigne Moustapha Sall, porte-parole de la famille de Serigne Abass Sall, souligne que ‘’d’honnêtes citoyens vivent dans ce lieu, depuis des années’’. A leur grande surprise, le 18 juin dernier, les éléments de la Dscos sont venus quadriller la zone pour raser tous les bâtiments qui y étaient construits.

‘’Nous pensons que le chef de l’Etat Macky Sall n’est pas au courant de ce qui s’est passé, car on ne peut pas comprendre que d’honnêtes citoyens soient victimes d’une injustice aussi flagrante. Les victimes ont des papiers en bonne et due forme et qui ont été délivrés par la mairie de Diamniadio. Une société étrangère du nom de Peacock et la Rts sont au banc des accusés, avec la complicité de la Dscos’’, accuse, pour sa part, Salihou Sall, porte-parole des habitants de Dougar. Qui dit ne plus reconnaitre la Dscos qui n’a pas joué son rôle de régulateur.

‘’Je ne peux pas comprendre qu’une société étrangère et la Rts puissent venir prendre des terres d’autrui, de cette façon. Quant à la Dscos, elle a failli à son rôle de médiateur. Elle devrait régler les problèmes fonciers, pas en créer. Depuis 2009, parmi les victimes, il y a celles qui avaient reçu leurs papiers. Donc, on peine à comprendre comment cela a pu se faire. Nous sommes restés tranquilles, depuis lors. Mais il est temps que l’opinion soit au courant de cette injustice. Il faut que cela cesse », reprend Moustapha Sall qui a parlé au nom de Serigne Mansour Sall, Khalife de Serigne Abass Sall.

Il renseigne que ceux qui ont perdu leurs terres, lors de la construction de l’autoroute, ont été indemnisés. ‘’On prend nos terres pour les morceler avant de les revendre. Au nom de quoi ? Il y avait des gens qui avaient des projets de plus de 200 millions. Un bon jour, la Rts vient avec son matériel pour tour raser. Dans quel pays sommes-nous ? Nous avons un bail et un titre foncier. Malgré tout cela, ils ont fait fi pour perpétrer cette injustice’’, poursuit le marabout. Pour qui leur dignité est bafouée, alors qu’ils occupent le site depuis plus de 50 ans. Il demande au chef de l’Etat d’intervenir.

‘’Depuis lors, le marabout nous a demandé de ne rien faire, car nous sommes dans un pays de droit, même si les victimes voulaient manifester. Mais aujourd’hui, nous interpellons personnellement le président Macky Sall, car nous sommes convaincus qu’il n’est pas au courant de cette affaire. Il faut qu’il se saisisse du dossier. Nous attendons de lui qu’il règle cette question le plus rapidement possible. Nous avons nos papiers qui sont valables. Il faut que cette injustice s’arrête’’, a dit M. Sall.

MOUSTAPHA CISSE, VICE-PRESIDENT DE LA COOPERATIVE DE LA RTS :‘’Nous avons toutes les preuves’’

La Rts botte en touche toutes les accusations. De l’avis de Moustapha Cissé, le vice-président de la coopérative de la Rts joint par ‘’EnQuête’’, l’entreprise de presse a 10 ha dument attribués par l’Etat. ‘’Eux, ils ont montré un permis d’occuper, nous, de notre côté, nous avons un bail. Faites la différence entre les deux et vous saurez où se situe la vérité.

Nous avons tout régularisé, il y a de cela 2 ans. On nous a demandé une dizaine de documents. Depuis lors, chaque année, on paye un montant de 6 millions comme impôt, parce que sur le terrain, nous y avons rien fait. Donc, obligatoirement, nous devrons payer la concertation qui est de l’ordre de 6 millions, annuellement.  Nous le faisons depuis 2 ans, contrairement à eux. C’est juste pour vous montrer que nous avons toutes les preuves’’, a-t-il dit au bout du fil. CHEIKH THIAM

MISE EN COMPÉTITION DES POSTES, LES MAGISTRATS NE SERONT BIENTÔT PLUS NOMMÉS

http://www.emedia.sn Les magistrats obtiennent gain de cause. Lors d’une audience au Palais de la République que le président Macky Sall a accordée au Bureau exécutif de l’Union des magistrats du Sénégal (UMS), le mercredi, 10 juillet, dernier, en présence du Garde des sceaux, Me Malick Sall, il a été retenu, entre autres décisions majeures, celle concernant la mise en compétition des postes de Procureurs et de Présidents des tribunaux (Tribunaux de grande instance et Tribunaux d’instance), sauf pour les chefs de cour.

D’après L’As, qui donne l’information, « c’est une mesure révolutionnaire qui va renforcer l’indépendance des magistrats parce qu’on ne sera plus nommé à la discrétion du ministre ou du président de la République. Il reviendra à la commission du Conseil supérieur de la Magistrature (CSM) de faire des propositions de nomination sur la base de critères de compétence ».
Quid de la hausse de la pension de retraite ? « Lors de la rencontre, rapporte le journal, il a certes été question de la revalorisation de la pension de retraite mais aucune décision n’a été prise ». Une pension qui devrait passer de 300 mille à 800 mille F CFA.

Par ailleurs, signale la source, les points sur les réformes dans la justice, l’état de délabrement de certains Tribunaux, le manque de véhicule pour les chefs de juridictions, ont été abordés.

 Contentieux Oxfam- Elimane Kane : L’inspection du travail rejette la demande d’autorisation de licenciement de l’employé

https://www.leral.net En contentieux avec l’Ong britannique Oxfam dans laquelle il travaillait depuis 2013, Elimane Kane, responsable du programme gouvernance dont le licenciement était en cours, a eu gain de cause. L’inspection du travail et de la sécurité sociale, a rejeté lundi 15 juillet, la demande d’autorisation de son licenciement.

 Elimane Kane dit être licencié pour avoir refusé de se conformer à des principes de Oxfam dont la promotion de l’homosexualité au Sénégal, alors que l’Ong soutient qu’il a commis une « faute lourde » dans la mesure où il n’a pas respecté l’intégrité et préservé la réputation d’Oxfam.

La semaine dernière, l’inspection du travail avait convoqué les deux parties en séance de confrontation pour essayer de trouver une solution à l’amiable. Le verdict es tombé ce lundi en sa faveur.Pressafrik.com

 Tee-shirt lgbti : Wally Seck s’explique face à la presse (Direct)

https://senego.com Après le tollé causé par le tee-shirt aux couleurs LGBTI (Lesbiennes-Gays-Bisexuels-Transgenres-Intersexes) qu’il avait arboré lors d’un concert organisé par la Rts, Waly Seck rompt le silence ce lundi. L’affaire a fini de prendre une tournure qui semble inquiéter la famille Seck. Il fait face à la presse avec son père, Thione Ballago Seck.

Les associations islamiques ont de leur côté décidé de faire face à l’affront et vont manifester dans les jours à venir.

Pour rappel, l’affaire a défrayé la chronique sur la toile. Le T-shirt polémique de Waly Ballago Seck a engendré beaucoup de commentaires. Ce qui avait occasionné une sortie de l’imam Kanté qui accusait le fils de Thione Seck de faire la promotion des homosexuels…

T-shirt LGBT : Waly Seck retire sa plainte contre Imam Kanté

http://www.seneweb.com La procédure judiciaire lancée par Waly Seck contre Imam Kanté est annulée. L’annonce a été faite ce lundi par Thione Seck, lors d’une conférence de presse en présence de Mame Makhtar Guèye de l’ONG Jamra et d’ El Hadji Omar Diene, secrétaire général des Imams et Oulémas du Sénégal.

Ce dernier, à l’origine de ce revirement, a sollicité auprès de Waly Seck, le retrait de sa plainte. Après avoir reconnu que l’Imam Kanté s’est trompé, Imam Diène a confié que « durant 72 heures, des tractations ont été menées entre les Imams et la famille Seck pour que le prince des « Faramareen » revienne à de meilleurs sentiments.

Finalement, grâce à la femme de Thione Seck, Diaga, Waly Balago Seck a décidé de retirer sa plainte ». Ce, après avoir consulté ses avocats.

Affaire Waly Seck, Association des Imams et Oulémas jouent les sapeurs pompiers

https://xibaaru.sn Alors que tout semble diriger vers le tribunal suite à l’affaire Waly Seck/Imam Kanté, l’association des Imams et oulémas du Sénégal dirigé par Elhadj Moustapha Gueye ont pris leur bâton de pèlerins pour venir demander pardon à  Thione Seck. C’est l’imam Elhadj Omar Diène qui a dirigé la délégation venue faire face aux journalistes pour présenter ses excuses suite aux propos de l’imam Kanté qui a accusé Waly Seck d’homosexuel et d’avoir été un anti modèle de la société. Une injustice que la famille Seck avait décidé de porter l’affaire devant les tribunaux.

Devant une assistance composée de parents et de Mame Matar Gueye de l’ONG Jamra qui ont tous reconnus l’erreur de l’imam de Point E.

Sur ces entrefaites que le père de Waly  Seck a décidé de retirer la plainte.Abdou Marie Dia

Polémique… Les leçons de Jamra à Waly Seck

https://xibaaru.sn Mame Makhtar Gueye de l’ONG Jamra a encore une fois pris son courage à deux mains des vérités pas du tout agréable à entendre. Waly  Seck doit revoir son port vestimentaire avant de monter sur scène car il est certes un artiste mais il doit avoir la claire conscience que certains comportements ne sont pas tolérés dans notre pays. Le secrétaire général de l’ONG Jamra dira même que l’artiste doit avoir un staff autour de lui capable de lui conseiller sur son port vestimentaire. Il dit assumer pleinement sa position sur l’affaire Waly Balago Seck et dit avoir reçu des tirs à feu nourri qui ne l’on nullement ébranlé.

Pour rappel, l’ONG Jamra avait en 2016 levé la voix pour se prononcer sur le sac que Waly Seck avait mis en bandoulière lors d’un concert et un tollé avait été noté. Sur ces entrefaites, Jamra demandait solennellement à l’artiste de jeter le sac. Chose qu’il a fait en démontrant par la même occasion un esprit de grandeur, découpant en 1000 morceaux le sac en question.

En terminant son propos, Mame Makhtar Gueye lance un appel aux célébrités de faire très attention aux lobbys maçonniques et aux gays.Abdou Marie Dia

Imam Kanté s’en prend aux faux imams venus chez Thione Seck

https://www.leral.net Thione Seck a annoncé retiré la plainte contre Imam Kanté mais ce dernier n’en démord pas et reste sur sa position.

Durant la conférence de presse chez Thione Seck, l’association des imams du Sénégal, représenté par son président, est venu présenter ses excuses à ladite famille au nom d’Imam Kanté. Seulement, c’est sans l’autorisation de ce dernier.

Quelques minutes après la fin de la conférence de presse, Imam Kanté a posté un message révélateur sur sa page Facebook. A le suivre, « rien dans cette conférence de presse ne (l)’engage ».

Imam Kanté ajoute ceci : « je n’ai délégué personne pour parler en mon nom et je ne m’excuse de rien ».

 Commissariat de Tamba : un détenu meurt lors de sa garde à vue

https://xibaaru.sn Oussoubi Sidibé, un détenu arrêté pour « détention de drogue » a rendu l’âme dans les locaux du commissariat de Tambacounda, à près de 500 km de l’est du Sénégal. Le défunt âgé, de 50 ans, était malade et est décédé au cours de son évacuation à l’hôpital.

L’Observateur, repris par Pressafrik, souligne que Sidibi a été interpellé mercredi par la police de Tamba suite à une information faisant état d’un intense trafic de drogue entretenu au village de Sine, dans la commune de Ndoga Babacar, département de Tambacounda.

Une enquête est ouverte pour déterminer les circonstances de la mort du cinquantenaire. Arrêté en même temps que son neveu, ce dernier sera déféré ce lundi, devant le procureur Demba Traoré.

Qualification des Lions : un mécanicien meurt à Ouakam

https://xibaaru.sn La qualification des Lions en finale de la Coupe d’Afrique des nations (Can) n’a pas fait que des heureux. En effet, Pape Demba Sylla, un supporter résidant à Ouakam est décédé hier, d’après la Rfm reprise par Seneweb, des  suites d’un malaise à la fin du match.

Le défunt était un mécanicien de 64 ans qui laisse derrière lui cinq orphelins. Selon le récit de sa veuve, Fatou Diouf, Pape Demba Sylla ‘’est tombé, s’est évanoui, on l’a amené à l’hôpital et on nous a dit qu’il était mort’’.Nos confrères de préciser que le défunt suivait le match à travers la Rfm.

Décédé hier à Paris : Les dernières confidences de Tanor

http://www.seneweb.com Quelques jours avant son décès, Ousmane Tanor Dieng, mal en point, révélait qu’il allait se retirer du Hcct.

« Physiquement, je ne me sens plus à même diriger le Haut conseil des collectivités territoriales, eu égard à mon état de santé. C’est pourquoi, une fois de retour au Sénégal, je démissionnerai de mes fonctions »,  a-t-il confié à un haut responsable socialiste, qui s’était rendu en France pour s’enquérir de son état de santé.

Source A, qui donne l’information, indique que le Secrétaire général du Parti socialiste (Ps) motivait sa décision en ses termes : « Dès lors que je ne peux plus donner à la République la plénitude de ses forces, la morale me dicte de passer le flambeau à un autre. »

LA LEVÉE DU CORPS DE TANOR DIENG PRÉVUE CE MARDI À 17 HEURES

NETTALI.COM – Selon des proches du défunt, la levée du corps du président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct) est prévue ce mardi à 15 h 30 (17 h 30 GMT) à la maison funéraire de Ménilmontant (9 boulevard Ménilmontant, 75011 Paris).

Ousmane Tanor Dieng est, en effet, décédé ce lundi à Paris, en France, des suites d’une maladie. Il était âgé de 72 ans.

La dépouille est attendue à Dakar au plus tard le mercredi et l’inhumation le même jour à Nguégnène, son village natal, dans le département de Mbour.

Ousmane Tanor Dieng était jusqu’à son décès le secrétaire général du Ps. Il dirigeait également le Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct).

 Prison de Reubeus : Khalifa Sall triste après la mort de Tanor Dieng

iGFM – (Dakar) – L’ex maire de Dakar incarcéré à la prison de Rebeuss est trés affecté par la mort de son camarade socialiste Ousmane Tanor Dieng. Un de ses conseils qui s’est confié au journal Les Echos a fait savoir que “Khalifa Sall a très mal. Quand tu le regardes, tu sens qu’il est très affecté par la mort de Tanor.”

“Depuis le début de cette procédure judiciaire, je n’ai jamais entendu Khalifa Sall dire du mal de Tanor. J’ai même l’impression qu’il ne lui en veut pas du tout. Il ne l’a jamais critiqué, en tout cas, pas en ma présence. Les militants peut être mais lui non. Je ne l’ai pas vu hier, mais je suis sûr qu’il est très peiné”, rapporte un autre de ses  avocats.

L’ancien maire de Dakar pourrait bien assister aux obsèques de son ancien compagnon du PS, selon le juriste El Hadj Amadou Thiam. «Pour ce faire, il peut introduire une demande de levée d’écrou auprès du juge des peines», a-t-il fait savoir précisant toutefois que ce n’est pas un droit. Il s’agit d’«une simple faveur», qui «dépend de l’appréciation du juge des peines», a t-il précisé sur Senenews.IGFM

 Décès de Tanor Dieng:L’hommage d’Abdoulaye Bathily

J’ai appris avec consternation le décès de Ousmane Tanor Dieng,  une personnalité remarquable de la vie politique nationale. J’ai cheminé avec lui notamment à partir de 2004, dans les luttes de l’opposition dans le cadre du CPC-G10-LD, Benno Siggil  Sénégal et l’extraordinaire Mouvement des Assises Nationales qui avait ouvert des perspectives d’une Alternative féconde pour notre pays.

Durant cette période de combat, au-delà du Parti Socialiste qu’il représentait et moi de la Ligue Démocratique, nous avons tissé des relations réciproques d’affection fraternelle.
Je présente mes condoléances à sa famille, ses camarades du PS, et ses amis. Qu’Allah lui accorde le pardon et le repos éternel.

Décès de Tanor Dieng:L’hommage d’Ibrahima Sene

Avec le décès survenu aujourd’hui , de Monsieur Ousmane Tanor Dieng, Président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales, Secrétaire Général du Parti Socialiste du Sénégal, notre peuple, le Président Macky Sall, BBY et le Parti Socialiste,  viennent de perdre un éminent Homme d’Etat,  un puissant pilier de la paix civile et de la stabilité du pays, et  un des fervents militants de la Défense et de la promotion de ses  intérêts.

Avec sa disparition, le Parti Socialiste, qu’il a su  transformer dans des conditions historiques inédites,  de Parti historiquement infréquentable, en un allié indispensable à toutes  forces patriotiques, républicaines et démocratiques de notre pays, voit un immense gouffre s’ouvrir devant soi.

 De   la capacité de  ses cadres et militants, à dépasser leurs contradictions internes dans la paix civile, pour restaurer  et consolider leur unité, qui est indispensable pour converser le legs de ce géant qui est entré dans l’Histoire par la grande porte, dépendra de beaucoup,  l’avenir d’un Sénégal stable, et respecté en Afrique et dans le monde.

A sa famille éplorée, à ses camarades de Parti,  à ses compagnons de BBY, et au Président de la République Macky Sall, recevez mes condoléances les plus attristées. Que Dieu l’accueille en son Paradis, et veille sur sa famille endeuillée.

Décès de Tanor Dieng : Une perte immense pour la nation tout entière Par Mankeur Ndiaye

Ousmane Tanor Dieng est un homme courtois, d’une courtoisie exquise, qui a le sens des choses et des êtres. Homme d’Etat parfait, diplomate de carrière émérite, professionnel d’une intelligence politique et sociale rare, Tanor a marqué la vie politique sénégalaise ce dernier quart de siècle. Le Président Senghor vers la fin des années 70 cherchait un Conseiller diplomatique «qui sache écrire» pour reprendre les propres mots du Poète-Président et Tanor lui a été proposé. De 1978 à son départ volontaire du pouvoir, Senghor l’avait à ses côtés et le Président Abdou Diouf le reconduisit dans ses fonctions. De fil en aiguille il fit son petit bonhomme de chemin en occupant les plus hautes fonctions administratives à la Présidence de la République et en se laissant happé par la politique il deviendra en 1996 le Premier Secrétaire du Parti Socialiste et vice président Afrique de l’Internationale Socialiste.

Je l’ai vraiment fréquenté quand je suis devenu Ministre des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur d’Octobre 2012 à Septembre 2017. On a eu à beaucoup échanger, comme deux diplomates de carrière férus d’analyses et d’anticipations stratégiques, sur les axes, orientations et choix de politique étrangère du Sénégal et sur notre action diplomatique globale. Tanor aimait toujours rappeler cette définition simple et ramassée de la diplomatie: La diplomatie c’est la mise en œuvre de la politique étrangère; ne jamais confondre Diplomatie et Politique étrangère, aimait-il à rappeler.

Tanor m’a fait l’amitié de m’appeler à deux reprises à Bangui pour me féliciter et m’encourager dans mes nouvelles fonctions de Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies et Chef de la Mission Multidimensionnelle Intégrée des Nations Unies pour la Stabilisation en République Centrafricaine (Minusca). Il me rappelait avec beaucoup de fierté- car c’est un homme bon qui tenait beaucoup à la Carrière – que j’étais le premier diplomate de carrière à être chef d’une mission de maintien de la paix des Nations Unies…

Mes condoléances émues au Président Macky Sall, à ses épouses Aram et Mame Fily, à ses enfants, à ses parents et à ses amis politiques.

Doyen, repose en paix et que le Tout-puissant te réserve une place digne de ta belle œuvre terrestre dans Son Éternel Paradis Céleste. Mankeur NDIAYE depuis Bangui( RCA)Mankeur Ndiaye, Représentant Spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la République Centrafricaine et Chef de la Mission Multidimensionnelle Intégrée de Stabilisation des Nations Unies en Centrafrique (MINUSCA).

Rapatriement de la dépouille d’OTD : Macky dépêche Aly Ngouille

http://www.seneweb.com Le président de la République Macky Sall a dépêché son ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, en France pour rapatrier la dépouille de Ousmane Tanor Dieng, décédé hier lundi à Paris, des suites d’une longue maladie.

Source A, qui donne la nouvelle, indique qu’Aly Ngouille s’est envolé, hier tard dans la soirée, à Paris, pour rapatrier la dépouille attendue à Dakar, d’ici à demain mercredi.

L’inhumation  du Secrétaire général du Parti socialiste (Ps) est prévue à Nguéniéne, dans son village natal, après un hommage national à Dakar. Président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct),  il était âgé de 72 ans.

Idrissa Seck sur Ousmane Tanor Dieng : « Il était d’une discrétion presque timide »

https://www.dakaractu.com « Je suis extrêmement ému. J’ai perdu un grand frère et un ami. Ce ne sont pas des témoignages de circonstance puisque j’ai vécu

toutes les configurations politiques avec lui. Il était d’une discrétion presque timide. Un grand homme d’Etat, un grand diplomate. Un homme pétri de valeurs qui mettait le Sénégal au dessus de tout ».

Rappel à Dieu d’OTD : «Il n’était jamais dans les querelles de bas étage. Il avait le sens de l’écoute, de la responsabilité» Abdoul Aziz Tall

https://www.dakaractu.com L’ancien ministre Abdoul Aziz Tall a aussi tenu à rendre hommage à Ousmane Tanor Dieng, rappelé à Dieu ce matin en France. Il a indiqué que le Président du HCCT n’était jamais dans les querelles de bas étage et avait le sens de l’écoute, de la responsabilité. « O T D incarnait l’esprit républicain dans toute sa dimension. Le Sénégal, l’administration publique en particulier, viennent de perdre un homme qui avait  un sens élevé de l’Etat, caractérisé par la réserve,  le respect des textes, l’éthique, la discrétion et le sens de la mesure. Son  discours était toujours  empreint à la fois  de courtoisie de rigueur intellectuelle et de sérénité .Tanor n’était jamais dans les querelles de bas étage. Il prenait toujours de la hauteur, en toutes circonstances. Il avait le sens de l’écoute, de la responsabilité et il était respecté aussi bien  par ses collaborateurs, ses partisans que par ses adversaires politiques. Avec son décès le Président Macky Sall perd un Conseiller privilégié, un modèle de fidélité et de loyauté » a-t-il écrit.

Souleymane Ndéné Ndiaye sur OTD : «Je n’ai pas connaissance d’un débordement quelconque qu’on a pu lui imputer dans son langage ou dans son comportement en public ou en privé»

J’ai appris à mon réveil ce matin, la triste nouvelle du rappel à Dieu de Ousmane Tanor Dieng. OTD .
C’est une bien triste nouvelle pour toute la classe politique sénégalaise et surtout pour sa famille politique , pour sa famille biologique et pour toutes les populations du département de Mbour en général et de Nguéniene en particulier.
Tanor était réputé républicain, poli, courtois même s’il n’avait pas que des amis dans le landerneau politique sénégalais.
Moi, je l’appréciais et c’était réciproque. Ousmane avait des qualités rares chez les hommes et femmes de sa génération, la courtoisie, l’urbanité qui frisait le flegme et surtout l’élégance dans le port vestimentaire et dans le discours.
Je n’ai pas connaissance d’un débordement quelconque qu’on a pu lui imputer  dans son langage ou dans son comportement en public ou en privé.
J’ai eu l’occasion de le fréquenter alors que j’étais ministre, ministre d’Etat Dir Cab du PR, puis PM. Nous avons passé des journées entières ensemble chez un ami commun. Mais jamais, je n’ai pu lire sur son visage ou dans un propos le signe d’une mélancolie, d’une amertume, d’une faiblesse, d’une haine contenue, d’une médisance ou d’un questionnement quelconque sur un camarade ou sur un adversaire.
Tanor ne parlait jamais des autres quand nous fûmes ensemble. J’étais souvent le chauffeur, notre ami commun derrière et lui le passager. Nous parlions du pays et de ses problèmes. Son jugement était toujours mesuré, le ton calme, le visage aux allures graves toujours illuminé par un petit sourire qui en disait long sur ce caractère d’homme entier, timide et sérieux qu’il était.
Dans notre pays, on attend souvent leur mort pour affubler de superlatifs de tous genres certaines personnes. C’est normal. Car le faire de leur vivant peut toujours être perçu comme un appel du pied ou de la flagornerie. Parfois aussi, les circonstances commandent que l’on porte témoignage.
C’est pourquoi j’ai pris ma plume pour porter témoignage sur un homme dont je ne partage pas les convictions politiques, mais pour lequel j’ai eu une grande amitié et une grande admiration qu’il me rendait bien.
Le Sénégal vient de perdre un de ses valeureux fils qui l’a servi avec compétence des décennies durant. À l’unisson, indépendamment de nos appartenances à des partis différents, prions pour que Ousmane Tanor Dieng repose en paix.
Qu’Allah l’accueille en son meilleur Paradis Firdawsi.Souleymane Ndéné Ndiaye ,Ancien Premier ministre.

Décès OT /Boubacar Mané, SG de l’Union régionale du parti socialiste à Kolda, témoigne : «C’est moi qui lui faisais le thé lors de son stage à Kolda en 1976…Il était humble et très humain.»

https://www.dakaractu.com « C’est moi qui lui faisait le thé lors de son stage à Kolda en 1976 chez feu El Hadj Demba Koita. Je retiens de lui un homme humble, très humain, tolérant, patient et courageux. Je suis consterné par sa mort et il laisse orphelin le parti socialiste. À cette occasion, je présente mes sincères condoléances à sa famille, aux camarades de parti, sympathisants et au président Macky Sall », témoigne-t-il.
« C’était un homme qui savait pardonner. Je souhaite qu’Allah lui accorde son paradis le plus haut. Il était d’abord un homme d’État et d’une humilité incommensurable. Je me rappelle de son stage à Kolda où il a fait un mois, un mois entre Dioulacolon et Dabo et un mois à Médina Yoro Foula. L’ambiance était joviale. Nous nous sommes connus par le biais de notre défunt oncle El Hadj Demba Koita qui lui avait présenté toute sa famille et ses neveux et je faisais partie des neveux. D’ailleurs mon père fut l’un des fondateurs du parti socialiste avec feu El Hadj Demba Koita. Et depuis, lors il est devenu un grand frère, un confident et un ami », rappelle-t-il, avant d’ajouter :  « Tanor a été loyal, sincère et fidèle à feu Demba Koita et c’est pourquoi à notre tour, nous lui sommes restés fidèles et loyaux. Tanor a donné beaucoup de bourses étrangères aux koldois, c’est pourquoi il disait que Kolda était sa deuxième région après Thiès. D’ailleurs, il vient de donner un billet pour la Mecque au vieux  Gawlo Baldé de Mampatim », avant de conclure « un homme serviable, modeste et simple est parti, c’est une perte immense pour notre pays. »

PENDA MBOW : «LA DISPARITION DE TANOR EST UN RAPPEL À L’ORDRE DE DIEU»

http://www.emedia.sn « La disparition de Tanor Dieng est un rappel à l’ordre de Dieu qui veut nous dire que tout est éphémère sur cette terre. » C’est ainsi qu’a réagi Penda Mbow, ministre conseiller. Malgré tout : « Il a accompli son devoir. Il a fait ce qu’il avait à faire. C’est un grand homme d’Etat. Il sait beaucoup de choses dans ce pays », confie-t-elle avant de rappeler le rôle stratégique du Secrétaire général du Ps dans la sphère politique.

« Il a eu à être le premier collaborateur du président Abdou Diouf. Il avait une position stratégique qui lui permettait de recevoir toutes sortes d’informations. Mais, on n’a jamais entendu Ousmane Tanor Dieng déflorer un secret pour parler de chose qu’il ne devrait pas dire. La première chose qu’on retient tous de lui, c’est sa discrétion, son calme, sa sérénité. Après la défaite du Parti socialiste en 2000, s’il n’avait pas un homme comme Tanor Dieng, peut être que ce parti aurait disparu. Il y a un certain nombre de vicissitudes que le parti socialiste ait connu »

LE PARTI SOCIALISTE FRANÇAIS SALUE LA MÉMOIRE DE TANOR

http://www.emedia.sn Le Parti socialiste Français salue la mémoire de Ousmane Tanor Dieng. Par la voix de son Premier Secrétaire et député de la 11e circonscription de Seine-et-Marne, le Ps rend hommage au Secrétaire général du Parti socialiste sénégalais.

« J’apprends avec grande tristesse le décès du Secrétaire général du PS au Sénégal, Ousmane Tanor Dieng. Au nom du PS français je tiens à saluer la mémoire d’un grand homme d’État fidèle à nos valeurs communes, et j’adresse mes condoléances à ses proches et au peuple sénégalais », a twitté Olivier Faure.

Ousmane Tanor est décédé, ce lundi, 15 juillet 2019, à Paris des suites d’une longue maladie. Il était âgé de 72 ans.

NGUÉNIÈNE PLEURE OUSMANE TANOR DIENG

Nguéniène (Mbour), 15 juil (APS) – La commune de Nguéniène était plongée dans la tristesse, lundi, à l’annonce de la disparition de son maire, Ousmane Tanor Dieng, décédé en France des suites d’une maladie.
Le Secrétaire général du Parti socialiste (PS, mouvance présidentielle), président du Haut conseil des collectivités territoriales (HCCT) était le maire de cette commune située dans le département de Mbour (ouest) depuis 2014.

 A l’annonce de son décès des suites d’une maladie, parents, amis, voisins, alliés et même simples citoyens ont pris d’assaut la maison familiale, plongée dans la tristesse.
Ils étaient nombreux à rendre hommage à leur maire, l’homme politique, qui a sorti cette commune rurale de l’anonymat.

D’après Pape Massamba Thiaw, secrétaire général des jeunesses socialistes de la commune de Nguéniène, le Sénégal a perdu un ‘’véritable homme d’Etat et une personnalité d’une grande dimension intellectuelle avec un esprit d’ouverture indéniable’’.
’’Son amour pour Nguéniène était incommensurable et tout ce qu’on a ici comme réalisation en termes d’infrastructures porte sa signature’’, a-t-il fait savoir.

Pour Mamadou Diouf dit ‘‘Gaby’’, conseiller municipal et un des délégataires de signatures dans la mairie, le nom de Ousmane Tanor Dieng s’identifiait à celui de Nguéniène.
La localité a bien profité de la ’’stature’’ et du ’’carnet d’adresses’’ de Ousmane Tanor Dieng dans le cadre de son développement, a t-il salué.

Membre du Conseil municipal de Nguéniène, Amy Diome Thiam, présidente de la Commission ’’Education’’ de la commune, s’attendait à retrouver son mentor ‘’sain et sauf’’ après son départ en France pour des soins.

Elle décrit Tanor Dieng comme ‘’un maire exemplaire’’, ’’un oncle’’, un père’’ au sein du Conseil municipal.
’’Au niveau de la Commission éducation, on avait l’impression qu’on était la plus favorisée par ses actions à la tête de la commune. C’est donc une grosse perte, non seulement pour le Sénégal mais surtout, pour Nguéniène’’, regrette Mme Thiam.

Pour son allié dans la mouvance présidentielle, Bougar Diouf, coordonnateur communal de l’Alliance pour la République (APR), le Sénégal a perdu ‘’un homme de grandes qualités, un homme multidimensionnel’’.
’’Il était malade depuis longtemps mais il avait tenu à œuvrer pour la réélection du président Macky Sall’’, a témoigné M. Diouf.

Secrétaire général de l’Union des enseignants socialistes de la commune de Nguéniène, Tamsir Ndao pleure la perte d’’’un homme multidimensionnel qui nous appuyait dans tous les domaines’’.
’’C’était un homme généreux qui nous assistait sur tous les plans, en particulier dans le social. Il aidait également les citoyens à l’occasion des fêtes religieuses’’, a t-il témoigné.ADE/OID/AKS

 Ousmane Tanor Dieng:un homme discret et endurant Par Mohamed Dia

« La mort n’est que le berceau de l’éternelle vie. Ousmane Tanor Dieng est mort comme il a vécu, tranquillement et sans bruit. »

A la disparition d’un homme cher, on voit des tweets, et des contributions pour rendre hommage au défunt. J’ai toujours été contre les hommages à titre posthume, car cela ressemble plus à une obligation, qu’à autre chose. Les morts n’ont pas besoin d’hommage et j’aurai dû vous honorer durant votre vivant, mais la mort qui ne prévient pas, vous a arraché contre toute attente.
Vous avez toujours été un homme discret, efficace et surtout endurant, et cela vous a propulsé au-devant de la scène politique, même si certains de vos camarades vous ont combattu corps et âme. Ils avaient oublié que lorsque Dieu décide d’une chose, Il dit seulement : « Sois », et elle est aussitôt. » Vous avez enduré durant toute votre vie, mais sachez que ce ne sera pas en vain, car Dieu est avec les endurants.
Pendant que la crise sévissait au Sénégal, le président Diouf voulait être au-dessus de la mêlé et propose d’être demis de sa fonction de secrétaire général du PS pour s’occuper de l’économie agonisante du Sénégal. Les camarades de parti ont catégoriquement refusé, ne voulant pas accepter le destin politique de Tanor, qu’ils jugent comme chanceux. Et pourtant, Tanor était aux Affaires étrangères de 1976 à 1978 avant de devenir conseiller diplomatique de Senghor de 1978 à 1981. Le président Diouf dira a Tanor que Senghor lui a beaucoup parlé de lui et qu’ils feront du bon travail ensemble. C’est ainsi que le président Diouf prendra ses distances avec le PS pour le déléguer à son homme de confiance.
« j’ai voulu apparaître comme un chef d’Etat et non plus chef de parti. J’ai commencé par demander à mes camarades de me décharger de mes fonctions de secrétaire général du parti pour que je me consacre à l’Etat comme cela se fait dans les grandes républiques (…) et mes camarades ont refusé. J’ai fait adopter une réforme où j ‘étais président du parti avec un premier secrétaire qui gérer le parti au quotidien parce que je voulais me préoccuper de la gestion de l’Etat » Président Abdou Diouf
Néanmoins, l’affaire n’est pas aussi simple, car les camarades de parti ne veulent pas accepter Tanor Dieng à la tête du PS. Jean Collin était l’homme fort du Sénégal et il gérait presque tous les dossiers, même les plus secrets. Il sera remplacé par André Sonko, mais c’est Tanor qui a hérité des dossiers de Jean Collin. Il était l’homme de confiance du président Douf, mais les camarades de parti voient cela comme la « tanorisation » du PS et s’y opposent. Ils lui reprochent de ne pas avoir connu une ascension traditionnelle comme certains de leurs camarades.
C’est ainsi que Tanor deviendra conseiller diplomatique du président Diouf et il va gérer les dossiers les plus secrets de l’Etat. C’est lui qui signera les accords qui mettront fin à la grève universitaire de 1988. C’est un homme qui était discret, qui ne révélait rien des secrets d’Etat. Il devient naturellement le remplaçant de Collin et est présenté comme quelqu’un de compétant et très loyal, mais sa qualité la plus mise en avant est sa discrétion qui ne court pas les couloirs de la présidence.
Cependant, l’homme a toujours su rester discret. Combien de dossiers secrets Tanor a emporté avec lui ? Plusieurs. Pendant ce temps, il est difficile de trouver un vrai homme d’Etat au Sénégal. Les institutions étaient respectées au Sénégal, et Tanor faisait partie de ces hommes qui savaient incarner une institution.
Quand Dieu veut détruire une nation, il fait disparaitre les érudits, mais quand il veut faire disparaître une démocratie, il fait disparaître les hommes d’Etat comme feu Bruno Diatta et feu Ousmane Tanor Dieng.

« La mort n’est que le berceau de l’éternelle vie. Ousmane Tanor Dieng est mort comme il a vécu, tranquillement et sans bruit. »Reposez en paix.

Décès de M. Ousmane Tanor Dieng : Le khalife Thierno Madani Mountaga Tall très affecté

https://www.dakaractu.com Actuellement au Gabon où il a présidé l’inauguration d’une nouvelle  mosquée, le Khalife Thierno Madani Tall a été surpris par l’annonce du décès de l’ancien Secrétaire du Parti Socialiste. Monsieur Ousmane Tanor Dieng a toujours été proche de la famille de Thierno Mountaga Tall avec qui il nouait des relations très spéciales. À la disparition du vieux khalife, il a continué à nourrir cette relation avec son fils et actuel Khalife Thierno Madani Tall. Interrogé sur la disparition de l’ex patron du Parti Socialiste, le khalife très ému dira : «  Il fût un homme d’État, discret et respectueux, qui ne ratait jamais l’occasion de venir prier dans la mosquée Omarienne, Qu’Allah répande sa bénédiction sur lui. Au nom du Khalife Thierno Bachir Tall et toute la communauté Omarienne, je présente nos condoléances à sa famille, ses proches, ses compagnons du Parti Socialiste, au Peuple sénégalais qu’il a servi jusqu’à sa dernière demeure et au Chef de l’Etat »dakaractu

LA MORT DE TANOR EST UNE GROSSE PERTE POUR LA RÉPUBLIQUE

Au nom des militants de LD-Debout et en nom mon propre, je présente à sa famille, au parti socialiste et au peuple Sénégalais mes condoléances les plus attristées – COMMUNIQUÉ DE SOULEYMANE GUEYE CISSÉ

SenePlus publie ci-dessous, le communiqué de Souleymane Gueye Cissé, Secrétaire général de LD-Debout, daté du 15 juillet 2019 à propos du décès d’Ousmane Tanor Dieng. 

« Nous avons appris dans la douleur et la consternation le rappel à Dieu de M. Ousmane Tanor Dieng, Secrétaire général du Parti socialiste.

Une grosse perte pour la République, l’Etat et la Nation !

Au nom des militants de LD DEBOUT et en nom mon propre, je présente à sa famille, au parti socialiste et au peuple Sénégalais mes condoléances les plus attristées.Aussi, je m’associe à toutes les prières pour le repos de son âme. Amen »

 Requiem pour Tanor : Par Maître Cheikh Alioune Badara Cissé

Et Tanor qui s’en va
A tous petits pas
Le Sénégal qui s’esseule
Le voyant en linceul
Il retrouve la vérité
Revêtu de sa dignité
Car sa vie fut utile
Et sa mort, pas futile
Elle doit servir à la Paix
Entre Abdou Le Second
Et Ababacar Le Fécond
Pour un Parti encore plus fort
Qui se doit d’émerger du décor .
Et Tanor qui s’en va
A tous petits pas …
A vous veuves et chères sœurs
Prière sécher vos pleurs
Et lui rendre son sourire
Car il a souhaité vous dire
En nous quittant ce matin
Qu’il vous voue un amour sans fin.
Au Président qui en fit un confident
Vos échanges aux confluents
Très peu audibles de la troupe
Invisibles même à la loupe
Dormiront au fond des océans .
Alors, levons la séance de céans !
Que la terre d’ici lui soit légère
Et que se taisent les mégères
Et que nous lui rendions son silence
Derrière son sommeil imperturbable
Conforme au caractère de l’homme
Dont la vie s’écrira en maints tomes.
Va Grand bi , rejoins ton Seigneur
Il saura te préserver de tout malheur
Qu’il te pardonne et t’absolve
Que nos différences , tu résolves
Vas y Grand bi , le buste bien droit
Il reconnaîtra les siens dans leur foi
Et que de ta demeure éternelle
Jaillisse l’encens Majorelle
des douces essences de Firdawsi
Où tu retrouveras ton coin paradis
Maître Cheikh Alioune Badara Cisse
Médiateur de la République du Sénégal .

A LA CAN AUSSI, ON PLEURE OUSMANE TANOR DIENG

Le Caire, 16 juil (APS) – Des dirigeants du football sénégalais présents en Egypte pour la Coupe d’Afrique des nations CAN 2019 (21 juin au 19 juillet) ont unanimement salué la mémoire du défunt président du Haut Conseil des Collectivités locales (HCCT), décédé ce lundi en France des suites d’une maladie.

’’Je peux dire que c’est une grosse perte pour le sport sénégalais en général et le football en particulier’’, a réagi le ministre des sports, Matar Ba, présent dans la capitale égyptienne où le Sénégal doit jouer ce vendredi la finale de la CAN 2019 contre l’Algérie.

 Ousmane Tanor Dieng n’était « pas un allié de circonstance, il est toujours présent dans les moments de réussite ou quand ça va moins bien », a témoigné le ministre des Sports au sujet du secrétaire général du Parti Socialiste, qui a selon lui « compris les enjeux du sport moderne ».

Saër Seck, président de la Ligue sénégalaise de football professionnel et vice-président de la Fédération sénégalaise de football (FSF), s’est présenté comme ’’un ami personnel’’ d’Ousmane Tanor Dieng.

 ’’C’est un grand frère, un ami personnel qui est parti, il m’a toujours témoigné beaucoup d’affection », a indiqué le vice-président de la FSF.

’’C’est une triste nouvelle au lendemain de cette qualification en finale de la CAN qu’il aurait dû fêter », a ajouté Saër Seck.

’’Tout à l’heure, on discutait, le Directeur technique national et moi, on se disait que s’il était encore de ce monde et en pleine possession de ses moyens, il serait parmi ceux qui feront le déplacement pour la finale de vendredi’’, a fait le président de la LSFP.

Selon lui, Ousmane Tanor Dieng fut « un allié sûr du football », toujours présent aux côtés de cette discipline, « qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige’’.

 Il a dit que l’un des derniers gestes du défunt en guise de soutien à la famille du football, c’est d’avoir accepté de parrainer la Coupe de la Ligue amateur.

 Le président de Niary Tally, Djibril Wade, a abondé dans le même sens, rappelant que l’ancien ministre d’Etat sous le régime socialiste, aimait faire du sport avec ses amis sur la corniche ouest.

’’En tant que président d’un club de navétanes, je n’hésitais pas à m’y rendre pour décrocher un RV’’, a dit M. Wade, précisant qu’il avait discuté dernièrement avec le défunt président du HCCT de la situation du terrain situé à côté du siège de la SICAP que l’Etat a finalement octroyé à son équipe.

Les anciens internationaux Cheikh Seck et El Hadj Diouf ont également évoqué la proximité du président du HCCT avec les sportifs et sa présence régulière au stade lors des matchs des équipes nationales.

’’Ils ne se ménageaient pas pour procurer les bons conseils » aux footballeurs pendant leur et même après, ont rappelé les deux anciens internationaux.

’’Moi aussi, je peux dire que c’est un ami et pour la première fois de ma vie, la semaine dernière, j’ai envoyé un SMS qui n’a pas eu de réponse’’, a indiqué Cheikh Seck, par ailleurs président du Jaraaf de Dakar.

Pour cette proximité avec les footballeurs, les Lions doivent gagner le trophée continental, selon El Hadji Diouf, finaliste de la CAN 2002.

’’Il aurait aimé tellement voir les Lions sacrés et c’est le meilleur hommage qu’on peut lui rendre’’, a dit l’ancien capitaine des Lions dont l’idée est partagée par Cheikh et Saër Seck.SD/OID/BK

Aliou Sow rend un vibrant hommage à Ousmane Tanor Dieng

« Le Sénégal et l’Afrique ont perdu un illustre digne fils qui a très tôt inscrit sa vie dans la dynamique de SERVIR. Grand commis de l’Etat, socialiste de conviction patient et persévérant, concitoyen courtois et discret, par la confiance et un décret du Président de la République Macky SALL, je me suis retrouvé dans la posture de son collègue au HCCT où nous nous sommes découverts et avons appris à travailler ensemble avec rigueur pour le Sénégal à travers une grande cause commune: la décentralisation. »AS

 Décès d’Ousmane Tanor Dieng : La proposition de Moustapha Cissé Lo à Macky Sall

YERIMPOST.COM Moustapha Cissé Lo est très touché par la disparition, ce lundi en France, du secrétaire général du Parti socialiste, Ousmane Tanor Dieng. Mis au parfum de la triste nouvelle, même hors du pays, il a tenu à saluer la mémoire d’un infatigable serviteur de notre République: « Le décès du Président Ousmane Tanor Dieng, qui vient d’être annoncé, nous attriste profondément. Il était un homme intègre, loyal, juste et compétent qui a tout donné pour le Sénégal. Tanor était aussi un homme fidèle en amitié, un serviteur infatigable de notre chère République. En cette douloureuse circonstance, nous voudrions présenter nos très sincères condoléances au président de la République, Macky Sall, au gouvernement, au Parti socialiste, à sa famille biologique et aux membres du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT) et à toute la Nation sénégalaise ».

Affecté, le premier vice–président de l’Assemblée nationale sénégalaise, qui avait déjà fait sa réservation pour aller assister personnellement à la finale de la CAN 2019 au Caire (Egypte) entre les Lions de la Téranga et le onze (11) algérien, s’est finalement désisté. Moustapha Cissé Lo invite le président Macky Sall à faire de même pour rendre un hommage appuyé au défunt président du HCCT.

Décès de Tanor : Le PS ne sera plus comme avant

http://www.rewmi.com Ousmane Tanor Dieng, Premier Secrétaire du Parti socialiste, a tiré sa révérence hier. Il a ainsi plongé la République dans un grand émoi. L’euphorie de la CAN n’ayant été que de courte durée.

Tanor était un homme d’Etat à l’image de Djibo Leyti Kâ qui a nous quitté, et ils ont tous les deux été formés par Léopold Sédar Senghor.

Il a réussi à maintenir le parti debout alors que le navire prenait beaucoup d’eau, au moment de la défaite de 2000 où, nous ayant reçus en interview, il nous disait avoir beaucoup appris de la défaite, surtout sur la nature humaine.

Il se réservait, toujours, de dire du mal de ses adversaires ou détracteurs. Il est resté calme, digne, discret, surtout par rapport au secret d’Etat qu’il n’a jamais trahi.

Tanor est ainsi parti après une longue maladie dont nous avions de vagues échos. Le Président du HCCT va laisser un grand vide dans le cœur des Sénégalais qui sont habitués à composer avec lui dans le jeu politique.

Mais, il va surtout laisser un parti orphelin. Un parti qui, au fil des ans, avait épousé le ‘’made in Tanor’’ dans tous les aspects de son fonctionnement.

Bien avant le départ de Diouf en 2000, le Ps fonctionnait déjà selon le rythme tanorien dont le génie politique avait fait que tous ses adversaires internes avaient été écartés. La liste est longue et certains comme Moustapha Niass, Robert Sagna, Abdourahim Agne et bien d’autres vivent encore.

Il faudra alors que le parti apprenne à se passer de lui, ce qu’il n’a pas fait depuis des décennies. Donc, ce ne sera pas facile. Car c’est un secret de polichinelle, les velléités de scission sont bien présentes. A Yène, il y a de cela quelques jours, de hauts responsables socialistes avaient rendu public un discours très proche de celui des cadres exclus du parti comme Khalifa Sall, Bamba Fall, Aïssata Tall et autres.

Certainement, l’un des plus grands regrets de Tanor a été de n’avoir pas fait la         paix avec Khalifa Sall, de ne l’avoir pas vu sortir de prison.

Mais, il aura regretté de n’avoir pas réussi une dévolution pacifique du pouvoir dans un parti qu’il avait fini de façonner à sa guise.

Tanor aura été ainsi cet homme controversé, aux compétences et qualités avérées, mais dont les orientations politiques n’agréent pas beaucoup de Sénégalais.

Mais, en politique, il faut faire des choix en partant de réalités objectives et subjectives, parfois non-connues du grand public.

Aujourd’hui, le PS se trouve confronté à la problématique de son unité pour répondre positivement à un souhait de tout de cujus, celui de voir ses successeurs être ensemble.

Et il appartient à Macky de faciliter la tâche au parti en desserrant l’étau autour de Khalifa Sall.

En tout état de cause, le PS ne sera plus comme avant. S’il sait manœuvrer et amorcer un vaste mouvement de réconciliation entre ses partisans, il pourrait rebondir.

A défaut, il devra sombrer davantage dans les divisions internes et les querelles de clocher.

Mais chacun doit se rappeler d’une chose : C’est que tout a une fin.Nos condoléances à la Nation toute entière.Assane Samb

Ousmane Tanor Dieng : Le vibrant hommage de Dr El Ibrahima Mbow de BUNT BI

Aujourd’hui, le peuple entier plonge dans la tristesse, la pudeur et la retenue, suite à la disparition de Ousmane Tanor Dieng, Citoyen républicain, Secrétaire Général du Parti Socialiste et Président du HCCT.

Un fils auguste, fidèle patriote nous quitte et nous tous pleurons cet homme qui a toujours porté haut les vertus et valeurs de notre démocratie. La vie politique nous a réunis et il a toujours été de ceux qui sans relâche, œuvrent pour la concorde et l’unité nationale.

Des souvenirs émus me reviennent. A l’occasion de nos rencontres tenues dans le salon de Amath DANSOKHO, j’ai découvert un homme ponctuel, méthodique, courtois, respectueux, attentif, ouvert et toujours pertinent dans ses analyses et ses contributions. Ces qualités humaines sont restées constantes durant tout notre compagnonnage politique depuis Benno Siggil Sénégal, alors dans l’opposition jusqu’à Benno Bokk Yakaar devenue majorité présidentielle. Notre dernier échange remonte au 17 mai 2019.  Ousmane Tanor DIENG est resté avenant, fraternel et disponible.

Nous perdons un parent, un ami, un frère, un compagnon qui a toujours contribué à porter haut l’étendard de notre pays. Sa carrière en politique, son rôle dans l’État portent le sceau de l’engagement, de la conviction et de la citoyenneté.

 Mahmoud Saleh : «Macky Sall ne cracherait pas sur une initiative de rapprochement entre lui et le président Wade»

https://www.leral.net Le Directeur de cabinet politique du chef de l’Etat a assuré que le président de la République n’est pas opposé à d’éventuelles retrouvailles entre lui et son prédécesseur et ex-mentor, Abdoulaye Wade.

« Je pense que le Président Macky Sall n’est pas très éloigné des mêmes dispositions dans lesquelles je me trouve pour échanger avec Me Wade. Le Président Macky sall ne cracherait pas sur une initiative de rapprochement entre lui et le président Wade. D’autant que les circonstances qui avaient été à l’origine de leur séparation, n’existent plus », a dit Mahmoud Saleh dans une large interview accordée à L’Observateur ce lundi.

« Le Président Macky Sall est disponible pour échanger avec lui. Il est disponible à lever tous les obstacles actuels pour ramener nos relations dans de meilleures dispositions », a encore dit le Directeur de cabinet politique du chef de l’Etat.

UNE DÉMARCHE PEU RASSURANTE ENTRETIEN AVEC L’ÉDITORIALISTE DE SENEPLUS, SERIGNE SALIOU GUÈYE

EXCLUSIF SENEPLUS – Mamadou Lamine Diallo reste sceptique quant à l’éfficacité de la méthode du procureur dans l’affaire Petrotim – Il fait également le point des démarches entreprises pour des plaintes aux États-Unis et en Grande Bretagne (Partie 1/2)

Les sénégalais sont très astucieux pour se sortir de certaines situations. Cette boutade de Mamadou Lamine Diallo résume le sentiment du député concernant l’enquête en cours dans l’affaire Petrotim.

Selon le président de Tekki interrogé par notre éditorialiste Serigne Saliou Guèye, le procureur aurait dû ouvrir bien plus tôt une information judiciaire eu égard aux révélations intervenues avant celles de BBC. « C’est affaire du peuple.Nous voulons que les populations comprennent que Frank Timis a travaillé au Sénégal avec la bénédiction d’Aly Ngouille Ndiaye, de Macky Sall et d’Aliou Sall pour nous spolier », déclare-t-il dans cette première partie de l’interview accordée à SenePlus. Retrouvez la première partie de l’interview avec iciAbabacar Sadikh Sall

L’AJUSTEMENT STRCUTUREL EST DÉJÀ LÀ

EXCLUSIF SENEPLUS – Coût de la caution des locales, niveau de la dette intérieure, hausse des prix sur le carburant – Mamadou Lamine Diallo se prononce sur l’actualité nationale et noircit la gestion de la chose publique par le régime de Macky Sall (2/2)

C’est avec des termes forts et sans concession que Mamadou Lamine Diallo a qualifié la gestion du pouvoir par le régime en place. Selon le député interrogé par notre éditorialiste Serigne Saliou Guèye, Macky Sall a en projet de transformer le Sénégal en un émirat dont il serait le seul profiteur. Et cela, croit-il savoir, passe par le contrôle des localités du pays à travers les prochaines élections départementales. « Mais nous n’accepterons pas ça. Jamais nous ne serons des sujets de Macky Sall », s’écrie le président de Tekki.

Celui qui est devenu un des plus farouches opposants du chef de l’État pointe du doigt une gestion regrettable des finances du pays par ce dernier. Une situation illustrée notamment par la récente hausse des prix à la pompe, corrollaire d’une dette intérieure trop importante. À en croire l’invité de SenePlus, l’ajustement est déjà en cours, mais cela pourrait devenir violent d’ici septembre, si les prix continuent à flamber.Retrouvez la première partie de l’interview ici

Cumul incompatible : Quand Moussa Balde, ministre de l’agriculture, viole la loi

https://www.beut7.com Si son premier cumul (Directeur général de la SODAGRI et pdt du conseil départemental de kolda) avait suscité des interprétations diverses sur la compatibilité, son deuxième cumul de fonctions (ministre – pdt du conseil départemental) ne laisse place à aucune interprétation possible. En cumulant les deux fonctions, il viole de manière flagrante la loi. Là dessus la loi est claire, il n’est pas possible d’être à la fois président de département et ministre. Plusieurs personnes interrogées par beut7 sont formelles. Ils soutiennent qu’il doit démissionner de la présidence du conseil départemental. La jurisprudence Babacar gaye ne saurait l’épargner de l’avis d’un membre de la formation marron beige.

Affaire 94 milliards : Vers une Session extraordinaire de l’Assemblée

http://www.seneweb.com La Commission d’enquête parlementaire installée par l’Assemblée nationale, pour faire la lumière sur l’affaire des 94 milliards qui oppose Ousmane Sonko à l’ancien Directeur des Domaines Mamour Diallo, a bouclé ses auditions.

« Le Témoin » révèle qu’une Session extraordinaire de l’Assemblée nationale sera bientôt convoquée pour la publication des conclusions de son Rapport.

Pour rappel, cette Commission d’enquête parlementaire a entendu toutes les personnes citées dans ce dossier sulfureux qui continue de tenir en haleine l’opinion (Mamour Diallo, Tahirou Sarr, fonctionnaires, journalistes…). Seul le député de Pastef Ousmane Sonko et son associé ont refusé de déférer à la convocation de la Commission dirigée par le député socialiste Cheikh Seck.

Cour suprême : Khalifa Sall rejugé ce mardi

http://www.seneweb.com L’ex-maire de Dakar retourne à la Cour suprême. La Haute juridiction évoque, ce mardi, son rabat d’arrêt formé contre l’arrêt de la Cour suprême confirmant sa condamnation en première instance à 5 ans de prison ferme, rapporte Enquête.

Ce n’est pas tout. La Cour suprême va également examiner le recours de la ville de Dakar et de Yaya Bodian, condamné en même temps que Khalifa Sall, aussi bien en première instance qu’en appel.

Décès de Tanor : Idy et Gakou chez Khalifa Sall

http://www.seneweb.com Des leaders politiques ont rendu visite, hier, à Khalifa Sall à la prison de Rebeuss, pour lui présenter leurs condoléances. Un déplacement qui fait suite à la disparition du Secrétaire général du Parti socialiste (Ps), Ousmane Tanor Dieng. D’après Les Échos, outre ses militants et sympathisants, Khalifa Sall a reçu Idrissa Seck de Rewmi et Malick Gakou du Grand Parti (Gp).

Affaire Petro-Tim : Mamadou Lamine Diallo et Thierno Alassane Sall convoqués à la Dic

https://www.leral.net Mamadou Lamine Diallo et Thierno Alassane Sall sont convoqués à la Division des investigations criminelles (Dic), dans le cadre de l’affaire Petro-Tim, selon « L’As », qui souligne toutefois, que la date de leur audition n’est pas encore fixée.

L’ancien ministre de l’Energie, avait déjà indiqué qu’il ne déférerait pas à une convocation à la Dic, tant que l’actuel ministre de l’Intérieur, Aly Ngouille Ndiaye, l’ex Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne et Aliou Sall ne sont pas convoqués. Le dernier cité, est déjà passé devant les enquêteurs, mais les deux premiers n’ont pas encore été convoqués. L’ex Pm est d’ailleurs toujours hors du pays pour des raisons de santé.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*