Finances publiques : 719,8 milliards mobilisés en avril 2019

Finances publiques : 719,8 milliards mobilisés en avril 2019
Finances publiques : 719,8 milliards mobilisés en avril 2019

 

http://www.rewmi.com La gestion budgétaire s’est traduite par une exécution soutenue des dépenses publiques et une hausse modérée des ressources au terme des quatre premiers mois de 2019. Les ressources et dons mobilisés à fin avril 2019 sont évaluées à 719,8 milliards, contre 673,1 milliards un an auparavant. Quant aux dépenses, elles sont évaluées à 1220 milliards à fin avril 2019.

Les ressources sont constituées de recettes budgétaires à hauteur de 680,7 milliards et de dons pour 39,1 milliards, a-t-on appris de la Direction générale de la planification et des politiques économiques. En glissement annuel, elles ont progressé de 46,7 milliards, en liaison avec les recettes budgétaires. S’agissant des dons, ils ont, pour leur part, diminué de 14,4 milliards pour se situer à 39,1 milliards à fin avril 2019. La progression des recettes budgétaires est, principalement, attribuable à leur composante fiscale qui s’est confortée de 12,6%, à la fois portée par les impôts indirects et directs. Concernant les impôts indirects, leur accroissement est essentiellement due aux bonnes performances des recouvrements (droits et taxes) au cordon douanier et de la taxe spécifique pétrole. Aux titres des impôts directs, un raffermissement de 12,8 milliards est noté, tiré par l’impôt sur le revenu qui s’est accru de 12,9%. Toutefois, la bonne orientation des recettes budgétaires a été atténuée par les replis respectifs des recouvrements de la TVA intérieure hors pétrole et des dividendes. Les dépenses budgétaires sont, quant à elles, évaluées à 1220 milliards à fin avril 2019 contre 965,9 milliards un an auparavant, soit une progression de 254,1 milliards, imputable aux augmentations simultanées de leurs composantes courantes  et en capital. Pour ce qui est des dépenses courantes, elles sont estimées à 722 milliards. Celles-ci ont progressé de 142,2 milliards en liaison avec la masse salariale, les charges de fonctionnement et les intérêts sur la dette publique qui ont respectivement crû de 16,3%, 25,7% et 39,3%. Quant à  l’augmentation des charges de fonctionnement, elle est liée à l’organisation des élections de février 2019 et aux transferts et subventions. Pour sa part, l’accroissement des charges d’intérêt traduit l’échéance de l’Eurobond. Concernant les dépenses en capital, elles sont, à la fois, portées par les investissements sur ressources intérieures et extérieures qui se sont accrus.Zachari BADJI

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*