LE PACERSEN BIS VEUT RÉALISER 29 FERMES AGRICOLES (DIRECTEUR NATIONAL)

LE PACERSEN BIS VEUT RÉALISER 29 FERMES AGRICOLES (DIRECTEUR NATIONAL)
LE PACERSEN BIS VEUT RÉALISER 29 FERMES AGRICOLES (DIRECTEUR NATIONAL)

Dakar, 1 er juin (APS) – Le Projet d’appui à la réduction de la migration à travers la création d’emplois ruraux (PACERSEN BIS), exécuté en partenariat avec la coopération italienne, compte réaliser 29 fermes agricoles dans ses régions d’interventions, Louga, Diourbel, Fatick, Kaffrine et Tambacounda, a annoncé, samedi, son directeur national, Serigne Modou Mbaye.

’’Nous avons à faire 29 fermes agricoles constituées de deux types de fermes à savoir des fermes villageoises Natangué qui sont en général des fermes de 15 hectares où il yaura un forage et une irrigation goutte-à-goutte sur les dix hectares, des poulaillers (…), et des fermes Waar Wi’’, a expliqué M. Mbaye.

Il intervenait lors d’une rencontre avec des étudiants venus découvrir les opportunités qu’offre le secteur agricole à travers le PACERSEN à la foire du Ramadan au CICES.

Selon lui, le PACERCEN BIS est la composante Centre et Ouest du Projet d’appui à la réduction de la migration à travers la création d’emplois ruraux (PACERCEN) qui est financé par le Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne en faveur de la stabilité et de la lutte contre les causes profondes de la migration irrégulière des personnes déplacées en Afrique.

’’Le PACERCEN intervient au Sénégal dans huit régions reparties en deux composantes à savoir la composantes Sud et Est (PACERSEN) qui regroupe Kolda, Sédhiou et Kédougou et la composante Centre et Ouest (PACARSEN BIS) qui regroupe Louga, Diourbel, Fatick, Kaffrine et Tambacounda’’, a-t-il souligné.

’’L’Agence espagnole de coopération internationale pour le développement (AECID) et l’Ambassade d’Italie au Sénégal en partenariat avec l’Agence nationale d’insertion pour le développement agricole (ANIDA) mettent en œuvre le PACERCEN pour un montant total de 20 000 000 d’euros’’, a-t-il ajouté.

Le PACARSEN vise à ’’contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la population pour réduire la migration régulière, lutter contre la pauvreté, soutenir la résilience des populations par la création de 3000 emplois’’.

La stratégie du projet consiste à aménager et équiper des fermes agricoles ’’au niveau de nos régions d’intervention pour pouvoir y installer des jeunes âgés entre 18 et 35 ans et les appuyer dans la mise en valeur’’, a expliqué Serigne Modou Mbaye.

’’Dans chaque ferme villageoise, on intègre une trentaine de jeunes qui sont regroupés en GIE organisés et on renforce leurs capacités techniques et financière qui sont également appuyés avec un conseil agricole’’, a signalé M. Mbaye.

Selon lui, les sites au niveau des cinq régions ont été identifiés suite à des Comités régionaux de développement visant à informer tous les acteurs des communes, autorités administratives et locales.

’’Une fois les sites sélectionnés, nous allons élaborer des dossiers d’appel d’offres, sélectionner des entreprises et dérouler tout le processus de passation de marché’’, a-t-il poursuivi.

’’Nous sommes actuellement en début des travaux et parallèlement nous sommes entrain de sélectionner les bénéficiaires’’, a-t-il souligné. DS/OID

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*