Issa Sall : « Ça ne me dérange pas d’entrer dans le gouvernement… »

 

http://www.seneweb.com El Hadj Issa Sall, secrétaire général du Parti de l’unité et du rassemblement (Pur), n’exclut pas d’être nommé ministre pour « servir » son pays. « Vous savez, je veux servir mon pays, c’est pourquoi d’ailleurs je me suis présenté à l’élection présidentielle de 2019. Ça ne me dérange pas d’enter dans le gouvernement », martèle Sall sur le plateau du Jury du dimanche.

Issa Sall ajoute : « Je suis directeur d’une université privée, j’ai les compétences et j’ai même été consulté, il y a très longtemps, pour être nommé ministre, mais j’avais refusé. Certains entrent dans le gouvernement pour des privilèges, d’autres pour transhumer. Mais maintenant, si on sent qu’on peut servir son pays dans un secteur donné, il n’y a pas de problème. C’est pour servir son pays. »

Issa Sall répond à Sonko: «Il n’a pas à nous dire ce qu’on doit faire ou qu’on ne doit pas faire»

http://dakarmatin.com Ousmane Sonko n’a pas raté les membres de l’opposition qui ont répondu à l’appel au dialogue national. Dans une conférence de presse convoquée au lendemain de l’ouverture des concertations politiques, il a vertement critiqué Issa Sall et cie. Seul candidat à l’élection présidentielle du 24 février 2019 à avoir participé à ce dialogue, Issa Sall a répondu à Ousmane Sonko. Invité de l’émission « Jury du dimanche » sur Iradio (90.3), le secrétaire général national du Parti de l’Unité et du Rassemblement (Pur) a recadré son « jeune frère ». 

« Je ne suis pas d’accord avec Ousmane Sonko. Ce dialogue n’est pas un cirque. Maintenant, il est libre de le dire. Le dialogue, c’est quelque chose qui devra être très constructif parce qu’il n’y a pas d’apriori. Il s’agit de se retrouver autour d’une table et de dire exactement ce que nous pensons pour trouver un consensus », déclare le leader du Pur. A son avis, Ousmane Sonko n’avait pas à critiquer les opposants qui ont été présents à la salle des banquets de la présidence de la République. « Il est libre de ne pas participer au dialogue mais, ceux qui participent au dialogue sont libres de le faire. Il n’a pas à nous dire ce qu’on doit faire ou qu’on ne doit pas faire », martèle-t-il. Poursuivant, il rappelle que tous les candidats à l’élection présidentielle de février, à l’exception d’Ousmane Sonko, sont d’accord pour le dialogue. Donc, il estime qu’il n’a trahi personne.

« Je n’ai pas d’engagement vis-à-vis de qui que ce soit » 

« Je n’ai pas besoin de trahir parce que je n’ai pas d’engagement vis-à-vis de qui que ce soit. Ce que je fais, je le fais de façon libre. Quand vous faites quelque chose parce que vous avez signé un pacte pour dire nous allons faire ceci et que vous faites le contraire, c’est là ou vous avez trahi. J’avais été très clair avec mes collaborateurs (Ndlr : Idrissa Seck, Madické Niang et Ousmane Sonko) pour leur dire que j’irai au dialogue. Donc, je n’ai trahi personne », précise-t-il. A ceux qui insinuent qu’il est allé à ce dialogue pour négocier la libération de ses agents de sécurité qui ont été arrêtés suite aux violences électorales qui ont eu lieu à Tambacounda, Issa Sall rétorque : « Je ne suis pas le genre à aller négocier des choses. Je n’ai jamais été voir qui que ce soit pour demander quelque intervention que ce soit. Je ne suis pas le genre à demander des privilèges ou des prébendes. Ce n’est pas de ma nature »

Issa Sall du Pur: »J’aurais dissous l’Assemblée nationale si… »

http://www.seneweb.com Si cela ne dépendait que d’El Hadj Issa Sall, l’actuelle Assemblée nationale serait dissoute. « Si j’étais élu président de la République, j’aurais dissous l’Assemblée nationale », a confié le candidat malheureux à la présidentielle dans l’émission Jury du dimanche.

« Les députés ne veulent pas que l’Assemblée soit éliminée, ça c’est clair, avance le secrétaire général du PUR. Donc, ils sont contents quand le Président dire qu’il ne pourra plus dissoudre l’Assemblée nationale. Ils y trouvent leurs comptes. »

Plus loin, Issa Sall dit prôner le changement du mode d’élection des députés. Il explique : « Je suis favorable à ce que le mode de scrutin soit changé, qu’on ait de véritables députés représentatifs et qu’ils prennent leurs responsabilités. Je suis pour la suppression de la proportionnelle », a plaidé le SG du PUR qui fait remarquer dans la foulée que  » la moitié des actuels députés sont des suppléants. »

El Hadj Issa Sall (PUR): »Ousmane Sonko n’a pas le droit de nous… »

http://www.seneweb.com Le secrétaire général du Parti de l’unité et du rassemblement (PUR), El Hadj Issa Sall, par ailleurs candidat malheureux à de la dernière présidentielle, n’est pas d’accord avec Ousmane Sonko, qui a tiré sur les membres de l’opposition qui ont participé au dialogue national, lancé mardi dernier.

« Ousmane Sonko n’a pas le droit de dire que nous avons tort de participer au dialogue, a déclaré le député de l’opposition qui était l’invité du Jury du dimanche d’IRadio. Il est libre de ne pas y aller, nous aussi, on est libre d’y prendre part. Moi, je vais au dialogue, et j’ai raison. »

Pour le candidat du PUR, il n’est pas question de trahir le peuple, comme le suggère le leader de Pastef. Sall ajoute : « On n’a pas trahi le peuple, on ne le fera pas. J’avais dit très clairement à mes collaborateurs que j’irai au dialogue. Ce n’est pas un cirque. »
« D’ailleurs, argumente le SG du PUR, sur les quatre candidats de l’opposition, les trois ont décidé d’aller au dialogue. Seul Ousmane Sonko a décidé de ne pas y aller.
Ce n’est pas parce que nous avons contesté les résultats des élections, qu’on doit boycotter ce dialogue. Les victoires, on les contesté très souvent. »

Serigne Moustapha Sy tance El Hadj Issa Sall et annonce des sanctions…

https://www.dakaractu.com /Le guide des moustarchidina wal moustarchidaty, Serigne Moustapha Sy a comme d’habitude fait dans des révélations. Cette fois ci, Serigne Moustapha est revenu sur les scènes de violence que le PUR a vécues à Tambacounda et qui ont occasionné deux morts, sans compter la condamnation de leur chauffeur, Ibrahima Ndoye à 6 mois d’emprisonnement.

 » Il y a un moment, le PUR avait atteint une vitesse de croisière. Et c’est d’ailleurs, la source de tous nos problèmes à Tambacounda. »

De son discours, il ressort qu’entre El Hadj Issa Sall et lui le fossé se serait élargi bien avant l’élection présidentielle. Aussi, la participation de El Hadj Issa Sall au dialogue national sans son aval  serait la goutte de trop qui a certainement fait déborder le vase. Devant les fidèles, il tenu a souligner  : « J’ai vu Issa Sall prendre part au dialogue national, mais sachez qu’il l’a fait sans mon aval ». Poursuivant son propos, le responsable moral du Dahiratoul Moustarchidina wal moustarchidaty a tenu à informer les fidèles et militants du PUR que « d’éventuelles sanctions seront prises. » Selon lui, Issa Sall n’est ni Président du parti PUR, encore moins le secrétaire général… »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*