Amadou Makhtar Mbow vu comme « un repère et un modèle d’engagement »

Amadou Makhtar Mbow vu comme "un repère et un modèle d'engagement"
Amadou Makhtar Mbow vu comme "un repère et un modèle d'engagement"

 

http://dakarmatin.com Amadou Makhtar Mbow doit être considéré comme « un modèle d’engagement » et « un repère » à même de guider les jeunes générations africaines « vers des lendemains meilleurs », a déclaré l’écrivain sénégalais Hamidou Anne, auteur d’un ouvrage consacré à l’ancien directeur général sénégalais de l’UNESCO de 1974 à 1987.

Intitulé « Amadou Makhtar Mbow, une vie, des combats », cet ouvrage de 78 pages, édité par « Vives Voix », a été présenté au public vendredi, au siège de l’UNESCO à Dakar, en présence de la fille de l’auteur.

Hamidou Anne a expliqué qu’à travers cet ouvrage, il a voulu présenter à la jeunesse sénégalaise voire africaine, « un modèle d’engagement, de vertu et de constance ».

« Aujourd’hui, on est à un moment où les passions tristes et confusions émergent, les nationalismes et les replis identitaires se révèlent, on a un problème de leadership sur le continent », a-t-il souligné.

Dans ce contexte, l’on « a besoin de figure, de boussole comme Amadou Makhtar Mbow qui doit être considéré comme un repère pour guider les gens de ma génération vers des lendemains meilleurs ».

L’ouvrage de 78 pages, réparti en six chapitres, décline la trajectoire de l’ancien directeur général de l’UNESCO de 1974-1987, le premier Noir à diriger cette institution des Nations unies, « un homme à l’aune de ses ambitions, ses combats, ses convictions, ses réalisations, ses regrets ».

Amadou Makhtar Mbow « est un intellectuel, enseignant, militant politique, diplomate, il a été à l’avant-garde du combat pour l’indépendance du Sénégal et fait partie des personnes qui ont construit le pays dès le début de son indépendance en 1960 », indique l’auteur.

Selon Hamidou Anne, « Amadou Makhtar Mbow est une figure qui au-delà de son engagement politique de l’époque, est resté comme quelqu’un au cœur de la problématique de la société » sénégalaise, de sa vie politique, culturelle et sociale, pour avoir notamment dirigé les Assisses nationales (juin 2008-mai 2009) et présidé à partir de 2013, la Commission nationale de réforme des institutions (CNRI), deux instances au sein desquelles « il a mené un travail exemplaire ».

Le « héros » de l’ouvrage de Hamidou Anne, « militant des droits humains, du progrès social, du combat de l’égalité entre homme et femme », constitue « une source d’inspiration au moment où règne la confusion, les querelles politiques où les vrais débats ne sont pas discutés ».

Aussi à travers la trajectoire personnelle du professeur Mbow et de ses nombreux combats, l’auteur souligne au marqueur sur des moments importants de l’histoire du Sénégal avant et après les indépendances.

« C’est un patriarche, un militant pour le progrès social au cœur de la Cité dont les convictions ont épousé les tumultes de notre histoire », fait valoir l’écrivain.

Au-delà du récit qu’il propose, l’ouvrage de Hamidou Anne est complété par des images renvoyant à des moments et des endroits précis ayant marqué l’itinéraire d’Amadou Makhtar Mbow, comme lorsqu’il recevait le « Prix terre des hommes pour la paix » au siège de l’UNESCO en 1978.

Des témoignages de l’historienne Penda Mbow, du journaliste Babacar Touré et du philosophe Souleymane Bachir Diagne agrémentent cette publication.

Etaient également présentes au siège de l’UNESCO à Dakar, d’éminentes personnalités sénégalaises dont l’historien Abdoulaye Bathily, l’ancien Premier ministre Mamadou Lamine Loum, l’ancien ministre de la Culture Abdoulaye Élimane Kane, ainsi que le professeur Boubacar Barry

Hamidou Anne :«C’EST IMPORTANT DE MONTRER QUE NOUS AVONS DES FIGURES QUI DOIVENT NOUS INSPIRER»

https://www.seneplus.com -Vox Populi-Co-auteur de l’ouvrage sur Amadou Mactar Mbow, Hamidou Anne explique avoir voulu montrer que le Sénégal a des figures qui doivent de proue pour la jeune génération

«J’ai essayé de faire un travail pudique parce qu’aujourd’hui, en voulant travailler sur des personnes, on cède facilement au voyeurisme, ce n’est pas très intéressant, aujourd’hui, dans une époque où les gens se mettent en scène eux-mêmes. Cette scénarisation du monde, cette mise en scène et ce voyeurisme est quelque chose qu’il n’aime pas. Donc voilà pourquoi cette biographie est très pudique».

L’écrivain Amidou Anne s’exprimait lors du la cérémonie de lancement du livre «Amadou Mactar Mbow une vie, des combats». Il se veut très «honoré de faire ce livre avec la maison d’édition ‘Vive voix’, sur un grand homme qui est une légende vivante, qui est un trésor vivant, qui est un humaniste, un homme talentueux, un militant, un intellectuel, bref quelqu’un qui a plusieurs casquettes et qui a aussi donné sens à certains mots dont nous tendons parfois à perdre leurs significations, des mots comme la patrie, la nation, la République, l’Etat, le panafricanisme. Ce sont des combats extrêmement importants qu’il ne faut pas oublie. Parfois dans le vif du quotidien, dans les querelles politiques, parfois dans les échanges vifs de la société, nous avons tendance aujourd’hui à oublier certains mots ou bien certains sens». «On ne fait rien sans les idéologies, on ne fait rien sans un socle intellectuel, on ne fait rien sans cette base qui nourrit notre réflexion, qui nourrit cette action (…) C’est important d’essayer de nourrir la jeune génération et de montrer que nous avons des sources d’inspiration, que nos inspirations ne doivent pas seulement venir d’ailleurs, mais que nous même nous avons des figures qui doivent nous inspirer», a martelé l’écrivain.

A noter qu’étaient présents les membres de la famille du personnage, telle que sa fille Awa Mbow, sa nièce Madame Penda Mbow, aussi le professeur Abdoulaye Bathily. La fille d’Amadou Mactar, Awa Mbow a, après avoir remercié le co-auteur Amidou Anne, indiqué que «les traits caractéristiques d’Amadou Mactar Mbow qui sont lancés dans livre pour expliquer son engagement au service de l’humanité et son exceptionnel trajectoire se retrouvent également dans sa vie privée et font de lui à la fois un mari aimant, un père attentionné. C’est un trésor pour sa famille».

Quant au Professeur Abdoulaye Bathily, qui dit avoir connu Amadou Mactar Mbow depuis 1953 à Bakel, il a souligné : «si on prend seulement la question du nouvel ordre mondial de la communication qui est encore plus que jamais actuel, il a mené ce combat jusqu’au bout et même l’évolution des technologies à notre époque n’ont pas rendu inopérante ce débat et cette revendication». «On ne peut pas donner toutes les dimensions de ce personnage, sans le considérer, aujourd’hui, comme un model pour toutes les générations parce qu’il a mené le combat de sa génération, il était exemplaire dans son combat», a-t-il ajouté. Ousmane SANE

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*