Dialogue national : Absence de consensus sur le choix des personnalités « neutres » de la Commission cellulaire

Dialogue national : Absence de consensus sur le choix des personnalités "neutres" de la Commission cellulaire
Dialogue national : Absence de consensus sur le choix des personnalités "neutres" de la Commission cellulaire

 

https://www.pressafrik.com Une énième rencontre vient prendre fin entre la majorité présidentielle, la Société civile et les Non-alignés dans le cadre de la tenue du dialogue national, mais sans l’opposition concentrée au sein du Front de résistance nationale. A Cinq jours de cette rencontre, les parties prenantes n’arrivent toujours pas à s’entendre sur le choix des personnalités indépendantes devant modérer ce dialogue.
Au sortir de la réunion de ce vendredi, Djibril Gning, porte-parole du jour de la Société civile a fait un bref compte rendu, face à la presse. « Cette rencontre a permis de poursuivre le travail qui a été entamé au tour des termes de références. Et nous avons adopté le compte rendu de la dernière rencontre ».
Les parties prenantes qui ont assisté à cette rencontre, ont également tenu « une autre date pour une prochaine réunion, après avoir constaté l’absence de l’opposition ». Selon M. Niang, ils ont retenu lundi ou mercredi, afin de donner à l’opposition le temps de mieux s’organiser pour venir participer à la rencontre.
Sur la commission cellulaire, il dira que les concertations continuent pour faire un choix sur les personnalités indépendantes devant siéger dans cette commission. « L’administration est en train de centraliser les différentes propositions et une décision finale sera prise d’ici la semaine prochaine », espère-t-il.Salif SAKHANOKHO

 Dialogue national:Les termes de référence adoptés

http://www.seneweb.com Les termes de référence (Tdr) pour le dialogue national prévu le 28 mai prochain, ont été adoptés, ce vendredi. C’est ce que rapporte la Rfm qui précise qu’ils ont été ratifiés sous réserve de certains amendements. A savoir, l’évaluation de la Présidentielle, la date des élections locales, le statut de l’opposition, le financement des partis politiques, entre autres…

A noter que dans le cadre de la deuxième rencontre sur le dialogue politique, le Front de résistance nationale (Frn) a été le grand absent. Selon son coordonnateur Mamadou Diop Decroix, son groupe n’a pas eu le temps d’échanger sur la réponse du ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye, à propos de leurs préoccupations.

Les travaux autour des Tdr et des propositions de l’opposition ont pris fin, mais le nom de la personnalité indépendante à la tête de la commission du dialogue politique n’est toujours pas connu.

Dialogue national:Ce qu’en pense le juge Dème

http://www.seneweb.com Dans un entretien avec le quotidien L’Observateur, le juge Ibrahima Hamidou Dème a donné son point de vue sur l’appel au dialogue national lancé par le chef de l’État, Macky Sall, au lendemain de son élection. Selon l’ancien magistrat, « la sincérité du pouvoir sur le dialogue est sujette à caution ». En effet, pour lui, « il faut de la sincérité et de la cohérence de la part du pouvoir pour établir des rapports de confiance ».

« Une démocratie ne peut pas respirer et évoluer si les acteurs politiques ne se rencontrent pas pour discuter des questions d’intérêt national. Dans tous les pays du monde, on ne peut pas toujours être d’accord sur tout, mais l’opposition et le pouvoir se rencontrent parfois pour discuter des sujets d’intérêt général. Mais au Sénégal, c’est la sincérité du pouvoir qui est sujette à caution », avance le président du mouvement Ensemble.

Déthié Faye coordonnateur du Pôle des Non-alignés: »les Locales risquent d’être renvoyées si… « 

https://www.pressafrik.com Le Coordonnateur du Pôle des Non-alignés, Déthié Faye, a appelé à prendre garde pour ne pas se trouver dans une situation oblige qui aboutir à repousser les élections locales, prévues le 1er décembre 2019, à l’issue d’une rencontre sur le dialogue national vendredi.

« Les élections locales doivent se tenir le 1er décembre dans les normes. Si nous ne prenons pas garde, nous pourrons être amenés à renvoyer ces élections parce que nous ne serons pas mesures d’apporter les modifications au Code électoral », prévient-il, ajoutant que cette question fait partie des priorités au dialogue national.

Déthié Faye dit penser que le pôle de l’opposition sera présente à la rencontre prévue la semaine prochaine. Ils avaient décidé de venir aujourd’hui, mais il y a peut être des réglages à faire ».

« Il faut que chaque entité qui vient à cette rencontre soit sincère pour qu’on trouve des consensus pour la bonne marche de la démocratie. Mais s’il y a une entité comme un cas de l’année dernière, il est évident qu’on ne peut pas avoir de consensus », a insisté M. Faye.

Dialogue politique «Le président de la République a abdiqué» selon Gallo Tall du Pds

http://www.rewmi.com Le président de la République Macky Sall a satisfait l’une des conditions de l’opposition pour participer au dialogue politique a travers un communiqué de son chef de cabinet, le ministre Mahmoud Saleh. Une position du chef de l’Etat diversement appréciée par la classe politique.

Selon Gallo Tall, membre du parti de Wade, « Le président de la République a abdiqué » en acceptant de choisir une personnalité neutre à la place du ministre de l’intérieur Aly Ngouille Ndiaye. Pour lui, c’est juste une bataille qui a été remporté en attendant d’autres points  « à savoir la libération immédiate du maire de Dakar Khalifa Sall, de la révision du procès de Karim Wade. Chose que l’Etat n’a pas encore faite, alors que nous savons que les délais sont épuisés ». 

Ousmane Mbengue, passe sa première nuit en prison

http://www.seneweb.com Ousmane Mbengue, a passé ce jeudi, sa première nuit en prison. Il a été placé sous mandat de dépôt par l’adjoint du procureur, Aly Ciré Ndiaye.

Il sera jugé lundi prochain devant le tribunal des flagrants délits de Dakar.

Ousmane a été inculpé pour menace de mort ou d’assassinat, par le biais d’un système informatique, incitation à la commission de provocation de délit ou de crime contre des personnes non suivie d’effet.

Son avocat, Me Khoureissy Ba, joint par Seneweb, espère qu’il sera « relâché car il bénéficie de circonstances atténuantes ».

Il espère également une application bienveillante de la loi à l’égard de son client car ce dernier « regrette ».

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*