JUMIA, UNE MARIÉE TROP BELLE À WALSTREET

JUMIA, UNE MARIÉE TROP BELLE À WALSTREET
JUMIA, UNE MARIÉE TROP BELLE À WALSTREET

 

Financial Afrik-https://www.seneplus.com/Après avoir bondi de 200% à 50 USD, le leader africain du commerce électronique ne ferait plus rêver les boursicoteurs actifs à New York – Un mois après son introduction en fanfare au NYSE, le 12 avril, Jumia est dans la tourmente, cotant à 14,5 dollars

Après avoir bondi de 200% à 50 USD, le leader africain du commerce électronique ne ferait plus rêver les boursicoteurs actifs à New York. Un mois après son introduction en fanfare au NYSE, le 12 avril, Jumia est dans la tourmente, cotant à 14,5 dollars. Le titre a perdu 25% en cinq jours suite aux accusations lancées par le fondateur de Citron Research, Andrew Left.

Selon ce short seller (spécialiste de la vente à découvert), déjà condamné à Hong Kong pour transmission d’informations inexactes, Jumia aurait exagéré certains chiffres contenus dans son prospectus transmis à la SEC. La société aurait gonflé son nombre d’utilisateurs actifs (2,7 millions contre 2,1 millions dans la présentation d’octobre) ou le nombre de vendeurs tiers (53.000 contre 43.000). Elle aurait aussi éludé le fait qu’environ 41 % des commandes réalisées sur le site sont en fait annulées, réexpédiées ou non livrées.

« Nous maintenons totalement les chiffres du prospectus », a affirmé le cofondateur français du site, Sacha Poignonnec, en marge de la présentation des chiffres du premier trimestre.

Cette dégringolade exceptionnelle nourrit la controverse sur l’exactitude des chiffres transmis à la SEC, gendarme américain de la Bourse, pourtant très regardant sur les introduction “exotiques”. La publication, lundi, de chiffres “excellents” a redonné du poil de la bête à l’Amazone africaine. L’action a progressé de 8% le mardi et devrait poursuivre sa remontée sous fond de questions sur l’ampleur de la perte accumulée par Jumia depuis sa création en 2012. Décidément, la mariée était trop belle.

Jumia se rattrape avec une hausse de 8,57% sur le New York Stock Exchange, après 7 séances consécutives de fortes baisses

(Agence Ecofin) – L’entreprise Jumia Technologies a repris du souffle ce lundi 13 mai 2019, sur le New York Stock Exchange où elle a été introduite il y a quelques semaines. La valeur des actions de cette société qui domine le marché du e-commerce en Afrique, a bondi de 8,57% à la clôture de la séance du jour, a pu constater l’Agence Ecofin.

L’entreprise espère pouvoir sortir d’un cycle de baisse qui a duré les 7 séances précédentes, avec un pic de plongeon le 9 mai 2019, lorsqu’elle a perdu 18,8%. Au total, sur la période, sa valeur boursière a connu un repli de 47%. Les investisseurs semblent avoir mal digéré la première communication financière faite par le groupe.

Jumia a en effet annoncé des ventes de l’ordre de 240 millions d’euros pour les trois mois s’achevant au 31 mars 2019. Une performance en hausse de 58%, comparée à celle de la même période en 2018. Mais les investisseurs sont restés plus attentifs, au fait que cela constituait une baisse comparée aux 311 millions d’euros de revenus déclarés pour le quatrième trimestre 2018.

Aussi, les investisseurs se sont surtout montrés prudents, à la suite de la publication de deux rapports dont l’un particulièrement rude, écrit par Citron Research, une firme de vente à vue de titres, et qui est réputée pour avoir souvent secoué le marché boursier américain, avec des révélations fracassantes.

« Jumia est le pire abus de l’histoire des introductions en bourse depuis le boom des fraudes via des prises de contrôle inversées, de sociétés chinoises, il y a près de dix ans. Pire que d’être la société de commerce électronique cotée aux Etats-Unis la plus chèreJumia a rapporté des résultats financiers qui nous montrent une activité stagnante qui a gaspillé 1 milliard de dollars et a transféré ce jeu d’escroquerie sur les marchés américains », a fait savoir la firme qui dit avoir des preuves irréfutables.

Citron Research revient aussi sur des potentielles transactions et activités frauduleuses qui pourraient émailler le principal marché de Jumia qu’est le Nigéria, ainsi que des différences de chiffres entre des présentations faites aux investisseurs en privé, et la note d’information fournie en bourse.

Jumia, aux yeux des Américains, est perçu comme le groupe américain Amazon ou encore chinois Alibaba d’Afrique et qui tous deux connaissent un fort succès boursier.

Ses responsables, en guise de réponses, se sont montrés patients et pédagogiques face à ces accusations. Ils ont expliqué que Citron a pris des présentations qui abordaient les performances de l’entreprise à des époques différentes.

Pour l’instant, le premier trimestre semble plutôt avoir bien démarré, malgré une baisse d’un trimestre à l’autre des ventes globales. Malgré des charges en hausse, Jumia est parvenue a dégager une marge bénéficiaire représentant 6,5% de ses ventes, contre 5,8% au premier trimestre 2018.Idriss Linge

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*