ECONOMIE SOLIDAIRE : ZAHRA IYANE THIAM DIOP PRÔNE UNE CLARIFICATION DU CADRE RÈGLEMENTAIRE

ECONOMIE SOLIDAIRE : ZAHRA IYANE THIAM DIOP PRÔNE UNE CLARIFICATION DU CADRE RÈGLEMENTAIRE
ECONOMIE SOLIDAIRE : ZAHRA IYANE THIAM DIOP PRÔNE UNE CLARIFICATION DU CADRE RÈGLEMENTAIRE
Dakar, 13 mai (aps) – Le ministre de la Microfinance, de l’Economie sociale et solidaire, Zahra Iyane Thiam Diop, a plaidé lundi pour la clarification du cadre règlementaire et législatif régissant ces deux secteurs, afin d’en définir les contours dans le but de mettre en place les mécanismes permettant de passer de l’informel au formel.
« Il faut qu’on essaie de voir comment clarifier le cadre réglementaire et législatif pour que nous puissions définir les contours de l’économie sociale et solidaire parce que nous constatons que tout le monde est dans ce secteur-là », a-t-elle exhorté.
Elle s’exprimait à l’issue d’une visite des directions rattachées à son département, en compagnie de son directeur de cabinet Cheikh Samb, du secrétaire général de son ministère, Christian Diatta, et de son directeur cabinet, Omar Cissé.
La visite démarrée à la direction de la microfinance s’est achevée au Centre de ressources et de documentation en microfinance, après un passage à la direction de la Plateforme d’appui au secteur privé et à la valorisation de la diaspora (PLASEPRI).
Pour Zahra Iyane Thiam Diop, « que ce soit les acteurs de l’entreprise familiale, les exploitants familiaux, les coopératives, les mutuelles (..), tout le monde évolue un peu dans le secteur de l’économie sociale et solidaire ».
Néanmoins, fait-elle observer, « on ne peut pas saisir toute la quintessence parce que ce n’est pas règlementé pour qu’on puisse le définir et savoir qui est dans l’économie solidaire et quels sont les mécanismes de transformation du secteur informel au formel ».
Elle estime que « l’économie sociale solidaire nous permettra d’emmener ceux qui sont au niveau du secteur informel vers le secteur formel mais aussi les petites entreprises vers les moyennes entreprises ».DS/ASG/BK
 ZAHRA IYANE THIAM DIOP POUR PLUS D’INNNOVATION DANS LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE
Dakar, 13 mai (APS) – Le ministre de la Microfinance et de l’Economie sociale et solidaire, Zahra Iyane Thiam Diop, appelle les acteurs du secteur de la microfinance à davantage faire preuve d’innovation en vue de consolider la position du Sénégal dans ce domaine au sein de l’UEMOA, l’Union économique et monétaire ouest-africaine.
« Il nous faut innover pour rendre la direction beaucoup plus performante pour que notre position de leader au niveau de l’UEMOA soit perçue davantage comme un avantage plutôt qu’un inconvénient », a-t-elle dit.
Zahra Iyane Thiam s’exprimait lundi à l’issue d’une visite des directions rattachées à son département, en présence de son directeur de cabinet Cheikh Samb, du secrétaire général de son ministère Christian Diatta et de son directeur de cabinet, Omar Cissé.
La visite démarrée à la direction de la microfinance s’est achevée au Centre de ressources et de documentation en microfinance, après un passage à la direction de la Plateforme d’appui au secteur privé et à la valorisation de la diaspora (PLASEPRI).
Pour Mme Zahra Iyane Thiam Diop, « si dans la volonté du chef de l’Etat la microfinance est alignée sur l’économie sociale et solidaire, cela veut dire qu’il y a un nouveau départ à prendre ».
Aussi a-t-elle souligné la nécessité de revisiter la Lettre de politique sectorielle pour la mettre à jour par rapport aux nouvelles orientations du ministère de la Microfinance.
« La direction de la microfinance devrait être au niveau de tous les programmes pour en assurer le suivi et l’évaluation ou en tout cas avoir une meilleure vue sur ce qui est fait au niveau de tous les projets et programmes », a-t-elle indiqué.
Elle a également souligné que les directions n’avaient jusque-là « pas la possibilité de faire le suivi des orientations », ce qui constitue « un vide que nous devons combler parce qu’il est bien de donner des orientations mais c’est encore mieux de savoir quel est le résultat des actions que nous menons ».
« Je vous encourage vivement à avoir un regard appuyé sur le suivi-évaluation des projets et des programmes qui sont mis en place dans le secteur », a lancé Mme Zahra Iyane Thiam à l’endroit des acteurs de ce secteur.
S’agissant des projets mis en œuvre au sein de la direction de la Microfinance, a-t-elle conclu, « vous pourrez en informer le ministère pour son regard et pour que nous puissions mieux les défendre au niveau des instances, si c’est nécessaire ».DS/BK/ASG
Ministère des Finances:Abdoulaye Daouda Diallo efface Amadou Bâ
La Douane avait décidé de décentraliser plusieurs opérations en faisant des bureaux de douane de Karang, Keur Ayip, Rosso, Kidira, Moussala Ziguinchor et Vélingara des bureaux de plein exercice. Mais, signale Enquête, cette mesure est redoutée par certains qui croient que c’est la porte ouverte vers tout.
S’il y autant d’appréhensions, c’est qu’une telle mesure porte sur la levée de la domiciliation du dédouanement de certains produits. Aussi, la décision 1970 Dgd/Drc1/Brd du 26 juin dernier, prise par le Dg des Douanes Oumar Diallo, avait été rejetée par l’ancien ministre de l’Économie, des Finances et du Plan Amadou Bâ.
Abdoulaye Daouda Diallo, qui l’a remplacé, a pris le son contrepied en validant ces bureaux de plein exercice. Désormais, le Port n’a plus le monopole sur le dédouanement de certains produits comme les véhicules, la farine de blé, les concentrés de tomate, le poivre, les cahiers scolaires, les pesticides…

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*