Hausse de 81,5 kg de la production d’or en février

Hausse de 81,5 kg de la production d’or en février
Hausse de 81,5 kg de la production d’or en février

APA-Dakar (Sénégal) Par Massamba SallLa production d’or brut du Sénégal au terme du mois de février 2019 a connu une augmentation de 81,5 kg comparée à la même période de l’année 2018, selon les données établies vendredi par les sociétés aurifères.

Le cumul de cette production s’est établi à 695,60 kg contre 614,10 kg en février 2018, soit une baisse de 13,27% en valeur relative.

En variation mensuelle, la tendance haussière notée depuis le mois de novembre 2018 a été rompue. En effet, de 451 kg en novembre 2018, la production d’or est passée à 587,50 kg en décembre 2018 et 711 kg en janvier 2019 avant de se replier à 695,60 kg durant la période sous revue.MS/te/APA

Les bizarreries de la filière or au Sénégal:Les révélations d’Ibra Guèye

https://www.dakaractu.com/ Le Sénégal fait partie du cercle restreint des producteurs d’or dans le continent noir. Mais paradoxalement, cet or ne profite pas aux locaux qui sont dans cette filière. C’est du moins ce que soutient le président de l’association des bijoutiers de Pikine.
Interviewé par Dakaractu, Ibra Guèye a révélé que mettre la main sur l’or sénégalais relève du parcours du combattant pour les bijoutiers locaux. Qui, même, en ouvrant un comptoir, ne peuvent se voir allouer un quota. Or, rappelle Ibra Guèye, il était convenu avec l’État que les sociétés habilitées à exploiter l’or dans le sud-est du Sénégal allouent une partie de l’or extrait du sous-sol aux bijoutiers. Mais à ce jour, c’est resté un vœu pieu. La volonté des industriels à vouloir imposer une taxe sur la valeur ajoutée sur l’or brut serait à l’origine du blocage.
Plus grave, relève notre interlocuteur, l’or tiré des “diouras”(puits) par les orpailleurs traditionnels est presque “exfiltré” par des Maliens qui traversent la frontière comme bon leur semble au détriment des locaux. Selon le président de l’association des bijoutiers de Pikine, il est plus facile de sortir de l’or par la frontière, que de l’acheminer à Dakar en raison des tracasseries douanières. À l’en croire, l’État perd énormément d’argent en laissant ce système perdurer. Il demande aussi au président Sall d’accompagner les bijoutiers à labelliser la bijouterie sénégalaise.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*