Rencontre populaire du Mfdc à Thionk Essyl :Le cours magistral sur « l’histoire de la Casamance » des émissaires de Salif Sadio

Rencontre populaire du Mfdc à Thionk Essyl :Le cours magistral sur "l'histoire de la Casamance" des émissaires de Salif Sadio
Rencontre populaire du Mfdc à Thionk Essyl :Le cours magistral sur "l'histoire de la Casamance" des émissaires de Salif Sadio
Partagez ce contenu!

https://www.dakaractu.com/À Thionk Essyl après Koudiounghor, les émissaires de Salif Sadio sont restés sur une dynamique de restaurer, disent-ils, « la vraie histoire de la Casamance. » C’est le thème choisi pour cette deuxième campagne de communication pour parler avec les casamançais afin de les convaincre à adhérer à la cause indépendantiste.
Ils ont retracé « l’histoire de la Casamance dès les premiers habitants jusqu’à la l’invasion coloniale par les portugais, les anglais et enfin les français. Ils ont évoqué les traités signés avec les différents colons qui se sont succédés en Casamance qui, disent-ils, n’a jamais été soumise aux colons. »
Toujours sur le même tempo, ils n’ont pas raté Robert Sagna à l’égard duquel ils semblent nourrir une haine viscérale…
2ème communication de Salif Sadio / Le long cours magistral sur « la vraie histoire de la Casamance » : « La crise Casamançaise est une crise identitaire »
https://www.dakaractu.com/Dans la deuxième étape de leur campagne de communication, les émissaires du commandant en chef de l’aile armée du Mfdc, Salif Sadio, ont axé leur communication sur l’histoire de la « Casamance. » Selon Ousmane Diédhiou qui a ouvert le bal en Diola, la Casamance est frontalière du Mali, de la Mauritanie et des deux Guinée. Il a aussi informé que le sud de la région de Kaolack appartiendrait à la Casamance. Sur ce point, il se dira prêt à débattre le moment venu, sur les traités signés entre les portugais et les français, mais aussi la convention signée par Mamadou Dia et l’abbé Augustin Senghor sur le compagnonnage entre le Sénégal et la Casamance qui devait prendre fin en 1981. Selon lui, vers la fin des années 70, l’abbé Augustin Senghor avait écrit deux lettres au président Senghor restées sans suite. Senghor aurait même fui pour donner le pouvoir à Abdou Diouf plus jeune que lui. Abdou Diouf une fois arrivé, leur aurait dit qu’il a l’armée, le budget et tout ce qu’il faut. « Je vais vous massacrer tous », aurait-il dit. Ainsi, « la crise Casamançaise est une crise identitaire. »
L’autre point, qu’il a évoqué est « la menace qu’aurait reçue le comité du Mfdc de Thionk Essyl à travers la gendarmerie de Thionk Essyl. Nous prenons le monde à témoin et nous vous demandons de ne pas avoir peur », conclura-t-il.
Nous y reviendrons…


Partagez ce contenu!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*