Encombrement à Dakar : la politique de prévision a manqué

Encombrement à Dakar : la politique de prévision a manqué
Encombrement à Dakar : la politique de prévision a manqué

http://www.lesoleil.sn/L’accroissement démographique de Dakar a surpris les politiques. Cet état de fait peut être à l’origine de la situation d’encombrement de la capitale sénégalaise, selon Mame Cheikh Ngom, enseignant chercheur au département de géograpghie.

Dans l’émission, de I-radio « Lr du temps » de ce dimanche, le géologue a soutenu que les décisions politiques sont prises de manières spontanées, ainsi les décisions politiques ne portent pas sur les territoires du futur.

Son co-débatteur, l’historien, Abdourakhmane Ngaïdé pense que le centre-ville de la capitale sénégalaise a été conçu selon le mode colonial, d’où les difficultés après l’expansion de Dakar.

LE DÉSENCOMBREMENT DE DAKAR, AU COEUR DES DÉBATS

http://www.emedia.sn/La problématique des territoires au Sénégal a été débattue ce dimanche, à l’émission hebdomadaire ’’Lr du Temps’’, animée par Alassane Samba Diop, sur iRadio (90.3 FM).

Pourquoi Dakar est sale ? L’Enseignant Chercheur au département de géographie, Docteur Mame Cheikh Ngom, a tenté de donner une réponse à cette question qui préoccupe, depuis quelques temps, les autorités étatiques. Selon lui, l’accroissement démographique noté dans la capitale n’était pas prévu. En plus, fait-il savoir, il n’y a pas de politiques qui portent sur les territoires du future. « Les décisions se prennent de manières spontanées », constate M. Ngom.

Même son de cloche pour son co-débatteur. L’historien, Abdourakhane Ngaïdé pense que le centre-ville de la capitale sénégalaise a été conçu selon le mode colonial, d’où les difficultés après l’expansion de Dakar.

Pour les opérations de désencombrements entamées par les autorités, M. Ngom estime que des études devraient être faites pour voir ce qui pousse les gens à encombrer la ville. Une manière pour lui de dire qu’il faudrait couper le mal à la racine.

Vous pouvez réécouter ici l’intégralité de l’émission, en attendant la version vidéo, sur notre chaine YouTube : Babacar FALL

Opérations De Déguerpissement:Les Marchands Ambulants Ruminent Leur Colère

https://www.walf-groupe.comL’Etat a lancé une vaste opération de désencombrement de la capitale. Les occupants des artères sont impactés. Parmi eux, les marchands ambulants.

Ces derniers, réunis dans le Rassemblement du secteur des marchands et ambulants pour le développement (Rasmad), soutiennent que «l’exécution des mesures brutales, sans concertation, va à coup sûr impacter la moitié de la population sénégalaise constituée essentiellement de jeunes». Ils étaient en conférence de presse, hier.

Pour faire mieux, les ambulants, par la voix de Diatta Ndao, Président du Rassemblement, ont formulé des recommandations qui vont dans le sens de mieux prendre à bras le corps le secteur informel. Parmi celles-ci, ils demandent à l’Etat de revoir le programme d’appui au secteur informel, de réviser les conditions d’octroi de financement de la Délégation à l’entrepreneuriat rapide (Der), d’aménager des sites adaptés pour permettre aux acteurs de l’économie informelle d’exercer leurs activités en toute quiétude. Les ambulants veulent, en outre, que les autres communes d’arrondissement initient des programmes de recasement des commerçants clandestins.

Pour les besoins de leur bienêtre, Diatta Ndao et compagnie veulent que les mutuelles de santé soient boostées. Les marchands veulent par ailleurs être mieux considérés, vu leur apport dans l’économie. Selon l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd), le secteur informel non agricole emploie plus de 2 millions de personnes, soit 48 % de la population active estimée à plus de quatre millions de personnes.Emile DASYLVA

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*