Moustapha Diakhaté pour la réduction des communes de 557 à 133

 Moustapha Diakhaté pour la réduction des communes de 557 à 133
 Moustapha Diakhaté pour la réduction des communes de 557 à 133

 

http://www.seneweb.com/ À quelques mois des élections locales du 1 décembre 2019, le temps est à l’évaluation de l’Acte 3 de la décentralisation. Pour une application plus efficiente de cette décentralisation, Moustapha Diakhaté recommande une réduction du nombre de communes.

« Très sincèrement je ne crois pas que le Sénégal ait besoin de 557 communes, a lancé l’ancien président du groupe Benno à l’Assemblée nationale, invité d’Objection de Sud Fm ce dimanche. De 557 on peut arriver à 133. Le nombre sera plus réduit et ça permettra à l’État de mieux intervenir. »

À en croire Diakhaté, la « parcellisation des communes », notamment à Dakar, aboutit à une réduction des recettes municipales. C’est ce qui fait que, confie-t-il, « chaque maire essaie de trouver un moyen de pouvoir financer ses activités jusqu’à même brader l’espace public ».

Par conséquent, l’ancien directeur de cabinet du président de la République propose « qu’on érige les arrondissements en communes et mieux même qu’on les érige en circonscription électorale ».

Ce qui fait que, ajoute-t-il, « on va élire au minimum 133 députés dans les différentes communes et le reste, peut-être 30, au suffrage universel pour avoir une variété de représentation au niveau de l’Assemblée nationale ».

Suppression poste Pm : Moustapha Diakhaté suggère à Macky Sall au préalable de…

http://www.seneweb.com/ La réforme engagée par le Président Macky Sall visant à supprimer le poste de Premier ministre continue de nourrir les débats. Si la plupart des constitutionnalistes confessent leurs inquiétudes, du côté du pouvoir on estime qu’il n’y a pas de raison d’être sceptique. Qu’au contraire, la réforme est à saluer.

Moustapha Diakhaté est de la dernière catégorie. « Avec la suppression du poste de Premier ministre, le président de la République n’aura plus la latitude de dissoudre l’Assemblée nationale », souligne l’ancien président du groupe Benno sur le plateau de l’émission « Objection » de Sud Fm.

Diakhaté est persuadé que ce pouvoir donné au chef de l’Etat de révoquer le mandat de parlementaires élus par le peuple est « une anomalie démocratique » à bannir de notre système constitutionnel. De même, dit-il, que la motion de censure, outil par lequel l’Assemblée nationale peut sanctionner et faire tomber le gouvernement.

En gros, estime l’ancien directeur de cabinet du président de la République, cette réforme consacre la « séparation nette des pouvoirs ».

Cependant, suggère-t-il, pour une meilleure compréhension de ses motivations, le chef de l’État doit s’expliquer. « J’aurais aimé que le jour où le projet sera déposé que le président de la République rencontre la presse pour expliquer le pourquoi de cette décision. Et ensuite développer une pédagogie de cette réforme », propose-t-il.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*