Couacs à Air Sénégal : Macky Sall prend les choses en main

Couacs à Air Sénégal : Macky Sall prend les choses en main
Couacs à Air Sénégal : Macky Sall prend les choses en main

 

 https://www.dakar7.com/Le président de la République veut mettre de l’ordre à Air Sénégal après les polémiques et couacs de ces dernières semaines. Contrairement à la perception d’inertie notée sur la gestion d’Air Sénégal, les autorités étatiques sont en train de prendre des mesures qui risquent de surprendre beaucoup de monde. Un changement profond dans le management d’Air Sénégal est attendu incessamment.

Rappelons que le nouvel avion de la compagnie a dû reporter ses vols à cause d’une panne après juste quelques mois de démarrage. D’ailleurs, l’avion est envoyé en France pour entretien.

Panne A 330 : L’avion d’Air Sénégal revient dimanche

http://www.rewmi.com/Le nouvel avion A 33O Neo d’Air Sénégal, tombé en panne sera de retour à Dakar dimanche prochain. La révélation est faite par le Dg d’Air Sénégal Phillipe Bonn, dans un entretien accordé à L’Observateur. L’avion qui assure l’axe Dakar-Paris-Dakar, est en train d’être testé en France.  Les pilotes, qui ont constaté des défaillances techniques sur un des moteurs, avaient ordonné l’immobilisation de l’appareil.

L’insolence sidérante de Philippe Bohn à l’égard d’Aliou Sall et de Souleymane Ndéné Ndiaye

YERIMPOST.COM Mais pour qui se prend Philippe Bohn ? Sur quelle terre conquise se croit-il ? Sur quelle terra nullis pense-t-il se trouver ? Il est vrai qu’il n’y a pas encore 60 ans, le Sénégal était encore une colonie, un territoire sous domination dans lequel des colons blancs dictaient la loi, imposaient le travail forcé et prélevaient l’impôt per capita…

Si ce passé récent à l’échelle de l’histoire multi-séculaire des nations a pu laisser des séquelles, il ne justifie nullement l’irrespect caricatural du Français Philippe Bohn, bombardé à la tête d’Air Sénégal SA, pour les autorités du Sénégal qui, faut-il le rappeler, est devenu indépendant.

Placer un étranger à la tête du pavillon sénégalais pose déjà un problème d’orgueil national, au regard de la foultitude de compétences sénégalaises dans le domaine du transport aérien. Comme si cette pathologie ne suffisait pas, les problèmes de comportement de M. Bohn l’aggravent chaque jour qui passe par des fautes symboliques.

Par incompétence ou par désinvolture, voire par vénalité, le patron de la nouvelle compagnie aérienne n’a pas pris à temps les dispositions utiles pour obtenir les autorisations afférentes à la circulation de l’Airbus A 330 Néo chèrement acquis par l’Etat du Sénégal et fièrement réceptionné par Macky Sall, le … … …

Résultat des courses, ce fleuron de notre flotte ne vole par sous pavillon sénégalais, mais… sous licence de Hifly, une petite compagne aérienne portugaise basée à l’aéroport de Béja, à Lisbonne, disposant d’une modeste flotte de 8 appareils, et « spécialisée dans l’affrètement d’avions dans le monde entier sur des contrats à moyen à long terme pour les compagnies aériennes, les voyagistes, les gouvernements, les entreprises et les particuliers. »

La location de la licence Hifly coûte évidemment une fortune. Lorsque Aliou Sall, directeur de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), actionnaire unique d’Air Sénégal SA, a voulu -légitimement- voir clair dans le contrat qui lie cette compagnie à Hifly, Philippe Bohn le lui a remis, mais, tenez-vous bien, après avoir flouté tous les chiffres et clauses financières contenus dans le document. En France, Bohn ne se serait jamais permis cette conduite plus insolente que l’insolence ! Comme quoi les chiffres doivent rester une affaire entre Blancs, et ne doivent pas être portés à la connaissance des autorités de la colonie Sénégal !

Philippe Bohn est allé plus loin dans l’irrespect. A l’insu du conseil d’administration, et de son président, Souleymane Ndéné Ndiaye, il a déplacé le siège de la compagnie du centre-ville aux Almadies, dans des locaux qu’il a aménagés à coups de centaines de millions et qu’il a loués à plus de 10 millions mensuels. Lorsque l’ancien Premier ministre a convoqué une réunion du conseil d’administration afin de lui signifier son licenciement pour cette faute lourde, Bohn ne s’est pas présenté…

Difficile de faire plus fort dans l’insulte aux autorités sénégalaises, aux Sénégalais, au Sénégal…Cheikh Yérim Seck

Air Sénégal : l’amateurisme sans fin…

L’idée de lancer une compagnie nationale est certainement une bonne chose. Mais, ce projet si cher au président Macky Sall est en train de sombrer à cause de la mauvaise gestion de l’entreprise. Une muvaise publicité pour cette compagnie née sur le centre de Sénégal Airlines.

Après les couacs sans fin dénoncés tous ces derniers jours, la compagnie a affrété un avion portugais dont l’équipage ne parle pas français. Ils communiquent par les signes.

La compagnie n’est pas prête à décoller. Et même au comptoir d’enregistrement des voyageurs à l’aéroport Charles De Gaulles de Paris, il n’y a pas  le logo de Air Sénégal.

Sur le vol du mercredi 17 avril Boing A330 de l’appareil portugais, les passagers ont constaté de gros chamboulements avec un retard de 1h 30.

Après une heure de décollage, l’équipage a commencé à distribuer des tablettes pour remplacer les écrans à bord car le vieil appareil n’a pas le confort nécessaire. Au cours de ce voyage, Me Tine , célèbre avocat sénégalais  au barreau de Paris a dénoncé un manque de considération au peuple Sénégalais. Aucun passager ne devait reprendre la compagnie Air Sénégal.

Dans l’avion portugais, il n’y a ni couverture, ni oreiller ni collation. Même la  classe affaires n’est pas épargnée par ces impairs.

La question qui se pose est qu’attend le gouvernement Sénégalais pour reprendre les choses en main pendant qu’il est temps. Beaucoup de passagers dénoncent la suppression prématurée de la ligne CORSAIR alors qu’Air Sénégal n’est pas encore prêt pour assurer la desserte Paris-Dakar. Même la  délocalisation de la compagnie à l’aéroport Charles de Gaulle, distant de la capitale française de plus  60 kilomètres alors que l’aéroport d’Orly est géographiquement plus proche, indispose  beaucoup de Sénégalais en France. Par Mamadou LY  afriquemidi.com

Transport aérien : Trou d’air et grosse pagaille pour la compagnie Air Sénégal-

https://www.lejecos.com/Air Sénégal tarde à prendre les airs. La compagnie aérienne sénégalaise de retour dans le ciel il y’a seulement quelques mois s’embourbe dans le tarmac. Lancée en grandes pompes et aux frais financiers fastueux pour l’achat de ses appareils avec un nouvel Airbus, ne trouve toujours pas son envol. Des couacs techniques en passant par des retards de vols impressionnants, galère des passagers prenant en mal leur patience, tout laisse à croire que le décollage est loin d’être à l’heure. Le Vol HC 0404 qui devait décoller à 19 h 45 de Paris pour Dakar devra finalement quitter le tarmac Roissy Charles DeGaulle à 22h45 mn. Explications.

Tour de chauffe dans les turbines d’Air Sénégal. À peine dans le ciel, la compagnie aérienne sénégalaise  rencontre d’énormes difficultés. Selon des informations exclusives obtenues par Confidentiel Afrique, les passagers du vol HC0404 en partance de Paris pour rallier Dakar et devaient embarquer à 18 h 50mn (heure de Paris) ont dû prendre en mal leur patience. Aucune nouvelle de la part des dirigeants de la compagnie Air Sénégal.
Pire, aucun appareil de la compagnie sur le tarmac de Charles Roissy DeGaulle-Paris.  Au moment où nous écrivions ces lignes, des passagers du Vol HC 0404 sont bloqués à l’aéroport dû à un retard du vol.

Cet incident intervient en l’espace de 48heures, car selon nos confrères du site Dakar matin, dimanche dernier, l’équipe de Philippe Bohn avait accusé un retard d’une dizaine d’heures.
Le nouvel appareil Airbus A330 néo qui devait quitter l’aéroport international Blaise Diagne à 9h30, n’a finalement décollé que vers 20h30. Que se passe t-il donc ? Après avoir investi beaucoup de milliards et un tintamarre fou et surdimensionné pour annoncer la reprise des activités de la dite compagnie, au final, tout tourne en dérision.
Du boudin! Selon les derniers témoignages recueillis par Confidentiel Afrique, les passagers devront décoller de Paris en principe à 22h 45mn et pour atterir à l’aéroport Diass (Sénégal) aux environs de 2 heures du matin (heure de Dakar). Actuellement Air Sénégal loue (depuis dimanche) l’A380 de Hi Fly pour satisfaire les clients de son vol Paris-Dakar. Et d’après les informations, ce leasing d’appareils risque de plomber les ailes de la compagnie. Les frais de cette location peuvent parfois atteindre des montants faramineux selon leurs lieux d’immatriculation.
La défunte Sénégal Airlines l’on se rappelle était criblée de dettes du fait de la Facture du leasing avec des appareils sud-africains, quatari et de Mauritania Airways. La facture s’élevait à plus de 16 milliards de FCFA selon des sources autorisées consultées par Confidentiel Afrique. ConfidentielAfrique

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*